La France met en garde contre la catastrophe humanitaire dans la ville Syrienne d’Idlib

0
37

Ministre français des Affaires Étrangères, Jean-Yves Le Drian donne une déclaration officielle dans la salle de presse après avoir assisté à une réunion d’urgence avec le Président français, Emmanuel Macron au Palais de l’Elysée, à Paris. (Source: AP Photo/Michel Euler, Piscine)

Nouvelles Connexes

  • Le Président russe Vladimir Poutine prédit mondial “chaos” si Ouest frappe la Syrie à nouveau

  • Pourquoi Donald Trump trouve de quitter la Syrie plus difficile que ce qu’il pensait

  • L’ONU rejette russe tentative de condamner l’agression américaine en Syrie

Ministre français des affaires Étrangères, Jean-Yves Le Drian en garde contre une catastrophe humanitaire dans l’contrôlé par les rebelles Syriens de la ville d’Idlib, qui pourrait être la prochaine cible de l’armée Syrienne. Le nord-ouest de Idlib région reste la plus peuplée de Syrie aux mains des insurgés en lutte contre le régime de Damas. Au cours des dernières années, des dizaines de milliers de combattants et de civils ont fui il y a de parties du pays où l’armée a repris avec l’aide de la Russie et de l’Iran.

Le Drian a déclaré Idlib a maintenant près de 2 millions d’habitants, y compris des centaines de milliers de Syriens évacués de rebelles, les villes de reprise par le régime Syrien. “Il y a un risque d’une nouvelle catastrophe humanitaire. Idlib du sort doit être réglé par un processus politique, ce qui inclut le désarmement des milices,” Le Drian a déclaré dans une interview avec l’hebdomadaire français Le Journal du Dimanche.

Certains insurgés, les fonctionnaires ont dit qu’ils craignaient une attaque contre Idlib, un haut responsable Iranien officiel a indiqué pourrait être la prochaine cible. Il a ajouté que la France serait également garder un œil attentif sur la situation dans le nord-est de la Syrie, qui a été libéré de l’Etat Islamique avec des français de l’aide.

“N’oublions pas que notre principal ennemi reste de l’État Islamique, ainsi que d’autres groupes terroristes qui sont actuellement en regroupement dans l’est du pays,” Le Drian a dit.

Les insurgés de contrôle d’Idlib comprennent à la fois les jihadistes factions nationalistes FSA rebelles. La force dominante il y a Hayat Tahrir al-Sham, un Islamiste de l’alliance dirigée par l’ancien d’al-Qaïda en Syrie.

Le Drian a également dit que la Russie était le déni de réalité en Syrie, et que sa protection de Bachar al-Assad ne pouvait pas être justifiée.

“Il y a un déni de la réalité, et il a vu cela à plusieurs reprises. Déjà en 2013, puis à nouveau en 2017, les Russes ont nié que le régime Syrien avait utilisé des armes chimiques,” dit-il.

Il a dit que, au moment de la vérification des mécanismes déjà mis en place par l’organisation des Nations Unies a la responsabilité du régime.

“Il n’est pas étonnant que la Russie a voté contre le renouvellement de ce mécanisme à l’automne dernier,” at-il dit, ajoutant que lorsque la France a proposé la semaine dernière de mettre en place un mécanisme comparable, la Russie a opposé son veto.

Pour toutes les dernières Nouvelles du Monde, télécharger Indian Express App