Tuesday, April 23, 2024
Home Blog

Thunderbird will receive support for Microsoft Exchange protocol in July

0

Mozilla Thunderbird will receive native support for the Microsoft Exchange email protocol in July. Support for the agenda and address book should also be added later. This is the first time that Mozilla has added a new protocol to its email client.

The team behind the open source email client writes that it has started integrating Rust components into the Thunderbird code base . Currently, the mail client consists largely of old C++ code, which, according to the developers, made it impossible to integrate the Microsoft Exchange Web Services API. This should be possible by using the Rust programming language.

The intention is that Exchange support will be added in the next stable release of Thunderbird. It is expected to be released in July. The team writes that adding a new protocol is quite an undertaking, initially only adding support for Exchange emails. The intention is that the calendar and address book will also be supported at a later date.

It was already possible to use Exchange accounts via Thunderbird via a third-party add-on, but support was not yet natively built into the client. By October 1, 2026, Microsoft will discontinue the Exchange Web Services API for Exchange Online and Office 365. This means that in two years' time, Exchange support in Thunderbird will no longer work for Exchange accounts hosted by Microsoft, but only for Exchange servers that organizations manage themselves. It is not clear whether the Thunderbird team will switch to the Graph API before then, which should be possible.

Double Commander 1.1.13

0

Double Commander is an open source and cross-platform file management program. The well-known Total Commander was used as a source of inspiration for both the appearance and functionality. This even goes so far that Total Commander's plugins also work for Double Commander. There are also some differences, including a baked-in text editor with support for syntax highlighting. Downloads are available for Windows, Linux and FreeBSD. Version 1.1.13 has been released and all known problems have been resolved.

Double Commander 1.1.13 gamma

This the bugfix release addressing known problems in 1.1.11 release . Read the latest release changelog for more details about fixed bugs. See the list of changes for some overview of 1.1 version new features.

Rumor: Google is working on Android 15 feature that shows storage chip status

0

Google may be working on a feature that could display the lifespan of the UFS storage chip in Android phones. This is evident from a commit in the repository of the Android Open Source Project.

A commit in the code of AOSP shows that an API is being added that can measure the lifespan of the storage chip of an Android phone , as Android Authority discovered. The remaining lifespan can be displayed as a percentage via a page in the settings. According to Android Authority, the API has already been added to the latest beta version of Android 15.

Not every Android phone will probably support this feature, as Google does not require smartphone manufacturers to share information about the UFS chip with the operating system. According to Android Authority, the accuracy of the lifespan percentages also depends on the phone. For example, Google Pixels could display lifespan to the nearest percent, while other devices would measure lifespan in 10 percent increments.

Storage chips decay over time, which can cause data in internal storage to become damaged or the storage becomes completely unreadable. So this feature allows users to keep an eye on that decay. It previously emerged that Google is working on a similar page for checking battery status, although it would only be added to new Google Pixel phones. It's not clear if the storage chip status page will also be exclusive to Pixels.

Zilog stops production of the original Z80 processor after 48 years

0

Zilog has stopped producing the original Z80 processor after 48 years. This 8bit CPU was used in countless electronics, such as the Game Boy, ZX Spectrum, ZX80 computer, and Texas Instruments graphing calculators. The eZ80 processors will still remain in production.

Zilog informs customers that it will stop production of the Z80 processor and that the last orders can be placed on June 14, 2024. The microchips are currently mainly used by hobbyists who want to replace components of old computers or build a new system with a retro Z80 CPU. Successors such as the Z180 and eZ80 will remain in production for the time being, although they are not compatible with the original.

The Z80 was designed in 1976 by Federico Faggin, who previously worked at Intel on CPUs such as the 4004 and 8080. The Z80 was intended to be a more advanced version of the latter microchip. That was a success, because the Zilog processor eventually became one of the most popular and widely used CPUs from the 8-bit era.

Numerous computers from the 70s and 80s are equipped with this chip. This includes gaming devices such as the Nintendo Game Boy, Sega Master System and arcade machines such as Pac-Man, but the CPU can also be found in home computers such as the ZX80, ZX Spectrum and Amstrad CPC and graphing calculators from Texas Instruments. In addition, the Z80 has been used for various military applications.

Although the Z80 initially used NMOS technology, the current version includes a CMOS design. This makes clock speeds of up to 20MHz possible, while the NMOS version manages to reach a frequency of up to 10MHz. A 'modern' CMOS Z80 processor can simply be installed in a computer from 1976.

One of the closest competitors to the Z80 is the 6502 from MOS Technology, which was used, among other things, in the Nintendo Entertainment System, Atari's 8bit systems and the Apple II computer. This processor dates from 1975 and is still in production. This makes the 6502 probably the microprocessor that has been in production the longest.

Zilog Z80

Wine 9.7

0

A new development build of Wine has been released with version number 9.7. Wine is an open source implementation of the Windows API and allows you to run DOS and Windows programs on Linux, FreeBSD, Solaris and macOS. A large group of developers contribute to Wine and it has been decided to release a new so-called development version every two weeks instead of waiting until a number of new features are ready. A stable edition is published a few times a year. The database of applications that work under Wine, with or without the help of minor adjustments, contains 29,386 titles at the time of writing, which is 63 more than two weeks ago. The following changes and improvements have been made in this release:

What's new in this release:

  • Build system support for ARM64X.
  • Some restructuration of the Vulkan driver interface.
  • WIDL improvements for ARM support as well as SLTG typelibs.

Bugs fixed in 9.7 (total 18):

  • #37246 Old C&C titles freeze after the map is loaded.
  • #44699 Clang 6.0 fails to run under wine
  • #44812 Multiple applications need NtQueryInformationProcess 'ProcessQuotaLimits' class support (MSYS2 , ProcessHacker 2.x)
  • #48080 Oregon Trail II will not start in 32-bit mode
  • #50111 osu! crashes since 20201110 version with wine-mono (needs native -> managed byref array marshalling)
  • #54759 Notepad++: slider of vertical scrollbar is too small for long files
  • #54901 Medieval II Total War some units partly invisible with d3dx9_30 as builtin
  • #55765 The 32-bit d2d1:d2d1 frequently crashes on the GitLab CI
  • #56133 explorer.exe: Font leak when painting
  • #56361 Geovision Parashara's Light (PL9.exe) still crashes in wine
  • #56369 Advanced IP Scanner crashes on unimplemented function netapi32.dll.NetRemoteTOD
  • < li>#56442 Totem Arts Launcher.exe garbled text

  • #56491 Videos in BURIKO visual novel engine
  • #56493 PresentationFontCache.exe crashes during .Net 3.51 SP1 installation
  • < li>#56536 UI: Applications using ModernWPF crash, Windows.Ui.ViewManagment.InputPane.TryShow not implemented

  • #56538 Mspaint from Windows XP needs imm32.CtfImmIsCiceroEnabled
  • #56551 HP System Diagnostics crashes when clicking the Devices tab
  • #56554 ON1 photo raw installs but wont run the application

The US agreement is “like a surrender document after a lost war”

0

Published 22 April 2024 at 07.03

Domestic. Jan Guillou directs harsh criticism against the so-called DCA agreement, which opens up Sweden to a permanent American military presence and possible nuclear weapons.

Share the article

TwittraShare

After reading the agreement, Jan Guillou states that it “looks like a capitulation document after a lost war”.

“The victorious power the USA gets 'unhindered access' to Swedish territorial waters, territory and airspace as well as 17 important military facilities, air bases, naval ports and army installations,” he writes in a column in Aftonbladet.

Guillou gives more examples:

“The US also gets the right to build closed areas on these bases to which we natives or our authorities do not have access. In addition, the US gets, upon request, access to private land, roads, ports and airports and the right to build its own areas for leisure purposes with both hamburger joints and VAT-exempt alcohol service American soldiers, their family members, are above the Swedish law. Not even Säpo is allowed to inspect their vehicles or homes. The entire foreign army is exempt from customs duties.”

The government has recently defended the agreement in a debate article in Svenska Dagbladet. Jan Guillou is ironic about the content of this article and notes that it is full of meaningless platitudes such as “The agreement is a cornerstone for the defense of Northern Europe”, “broad political support in the Riksdag”, “we stand in solidarity with our friends”, “security and stability “, “broad consensus regarding how we in Sweden view nuclear weapons”, “Russia is prepared to take major political and military risks”.

“Not current” with nuclear weapons
He also reacts to the formulation that “nuclear weapons or permanent bases are not relevant in Sweden”.

“It is such a clever political lie that looks true. It is clear that it is not 'current'. There is no American base in Sweden either. Nuclear weapons are not 'current' at the moment. But our neighboring countries have banned nuclear weapons on their own territory and with legislation on nuclear weapons bans. That is, before it becomes 'topical',” writes Jan Guillou.

He also notes that the debate article threatens those who speak out through the wording: “Actors who want to harm Sweden's interests may distort The intent and content of the DCA agreement.”

“Anyone who criticizes this subjugation agreement with the US is therefore a criminal, 'an actor who wants to harm Sweden',” writes Jan Guillou.

Researchers spoke out about IQ differences – kicked out of Cambridge

0

Published 22 April 2024 at 10.23

Foreign. Cambridge researcher Nathan Cofnas is forced out of his position after writing openly about the relationship between race and IQ. This despite the fact that what he wrote was true.

Share the article

TwittraShare

Fria Tider reported in February that the Cambridge researcher and philosopher Nathan Cofnas was accused of being racist by both students and faculty members after writing about IQ differences in a blog post.

He noted, among other things, that if strict meritocracy were applied, blacks would effectively only be known in sports and entertainment – and at elite universities, the number of black employees would be “approaching 0 percent”.

These are controversial views but correct as they are based on calculations based on average IQ levels among blacks.

Varsity, Cambridge's student newspaper, is now reporting that Emmanuel College at the University of Cambridge, in a letter dated April 5, informed Nathan Cofnas that it had chosen to terminate its relationship with him. This comes after accusations of racism poured in from both staff and students at the prestigious institution, reports the Telegraph.

The letter states that the blog post is interpreted as “a rejection of the diversity, equality and inclusion policy” and a direct challenge of value base.

In his attention-grabbing post, Cofnas wrote, among other things, that the percentage of black students at Harvard University would drop to only 0.7 percent if only academic merits were taken into account in admissions. This at the same time as blacks make up 14 percent of the total population in the United States.

In a meritocracy, blacks would “disappear from almost all high-profile positions apart from sports and entertainment,” Cofnas further noted.

In the post, the philosopher stated that the Western establishment must lift the taboo that intellectual abilities are genetically determined and hereditary.

“We must stop the war on nature, accept that talent is not distributed equally within or between groups, and allow people to succeed on their merits.”

That blacks have significantly lower IQ than whites is a very well-established fact confirmed for decades by countless studies in intelligence research. Despite that, there is a strong taboo on the issue as the political ideologies that dominate in the Western world wrongly assume that everyone is born with the same conditions.

“It is a statistical inevitability that blacks – if the selection is color blind – will constitute a small fraction of people in positions that rely heavily on general intelligence,” Cofnas wrote in his post.

The SD boast: The most Israel-friendly party

0

Published 22 April 2024 at 17.04

Domestic. SD leaders now proudly describe how they are classified as one of the absolute most Israel-friendly parties in Europe.

Share the article

TwittraShare

A survey from the European Coalition 4 Israel places SD in third place among the most Israel-friendly parties in the EU Parliament.

Only the Spanish party Vox and the Citizen Democrats from the Czech Republic are more loyal to the controversial Middle Eastern state.

EU -Member of Parliament Charlie Weimers draws attention to the news on X – where he is praised by party leader Richard Jomshof:

The government of Israel has decided that SD is a Nazi party that you should have nothing to do with at all. Representatives of Israel are not even allowed to stay in the same room as SD politicians.

Charlie Weimers and Richard Jomshof visited Israel together last year under great secrecy. After that trip, the two top politicians have been especially pro-Israel in their communication, displaying a lot of Israeli flags and the like – not least during the ongoing war in Gaza with 34,000 Palestinians killed, most of them women and children.

The bus driver scolds the Arab gang – praised

0

Additional content You need to be a subscriber to Fria Tider Plus to take part in this entire article. Already a customer? Log in directly. Otherwise, you can create an account via the offer below.

3 personnes hospitalisées après une attaque au couteau sur un bateau de fête à New York, le long de l'East River à Brooklyn

0

Une attaque au couteau contre un bateau de fête bondé sur une jetée de New York samedi a entraîné l'hospitalisation de trois personnes, a indiqué la police.

Un appel au 911 est arrivé vers 17 heures. signalant l'assaut le long de l'East River, près de la 58e rue et de l'entrepôt du terminal militaire de Brooklyn, a déclaré la détective Sophia Mason.

< p>Les victimes seraient un homme de 32 ans blessé au torse, un homme de 40 ans blessé à la poitrine et à l'abdomen et un homme de 28 ans qui a été touché au niveau du torse. la tête avec une bouteille.

Publicité

Ils ont été emmenés à l'hôpital NYU Langone et étaient dans un état stable, a déclaré Mason. Aucune arrestation n'a eu lieu samedi soir et l'enquête était en cours.

Environ 3 000 personnes se trouvaient à ce moment-là à bord du navire, le Cornucopia Majesty, selon la police.

P Chidambaram écrit : Culte culte et conséquences

0

Dans la chronique de la semaine dernière (Indian Express, dimanche 14 avril 2024), j'avais déploré le fait de ne pas pouvoir comparer les manifestes du Congrès et du BJP. Ce dimanche-là à 8h30, le BJP a publié son manifeste intitulé Modi Ki Garantie. Il est maintenant tout à fait clair que le BJP n'est plus un parti politique, c'est le nom d'une secte et, avec la publication du document, le culte de la secte a été ancré comme le principe « fondamental » de l'ancien parti politique.

Le document est un recueil des mesures prises par le gouvernement BJP-NDA au cours des 5 à 10 dernières années. Le BJP a redressé les programmes en cours avec tous leurs défauts et inégalités, et s'est engagé à poursuivre leurs efforts sans se soucier de la situation sociale et économique.

Modi Ki Garantie contient beaucoup de puissance de feu de mauvais type. Au premier plan se trouvent le Code civil uniforme (UCC) et l’élection One Nation One (ONOE). Les deux, ou au moins un, nécessiteront des amendements constitutionnels majeurs ; mais les dirigeants du BJP ne semblent pas se laisser décourager.

Publicité

Leur premier objectif est de construire un modèle politique et administratif qui confiera tous les pouvoirs au gouvernement central et au Premier ministre. La seconde consiste à homogénéiser autant que possible la population en termes de comportement social et politique. Le troisième objectif est de mettre en œuvre « l’engagement personnel » du Premier ministre dans la soi-disant croisade anti-corruption qui vise les partis d’opposition et les dirigeants politiques.

Le reste de Modi ki Garantie n’est qu’une répétition fastidieuse des affirmations et des vantardises des 10 dernières années. Les vieux slogans ont été mis de côté et de nouveaux slogans ont été inventés. Par exemple, ce n’est plus acche din aane wale hai, c’est Viksit Bharat comme si une transformation magique d’un pays en développement à un pays développé s’était produite en 10 ans. C’est une affirmation risible. Passons aux principales promesses de la garantie Modi ki, 2024 :

Code civil uniforme 

Il existe plusieurs codes civils en Inde qui sont légalement reconnus comme « coutumes ». Les différences entre les codes des hindous, des musulmans, des chrétiens, des sikhs, des parsis et des juifs sont bien connues. Les différentes communautés ont des fêtes religieuses différentes ; différentes règles et coutumes en matière de mariage, de divorce et d'adoption ; des règles différentes en matière d'héritage et de succession ; et différentes coutumes observées à la naissance et à la mort. Il existe des différences dans la structure familiale, l'alimentation, l'habillement et le comportement social. Ce que l’on sait moins, c’est qu’au sein de chaque groupe religieux, il existe de nombreuses différences entre les différentes sections du groupe.

UCC est un euphémisme pour homogénéisation. Pourquoi l’État devrait-il intervenir et homogénéiser les communautés ? À qui ou à quel groupe d’hommes et de femmes sera confiée la tâche de rédiger les règles uniformes ? Un tel groupe sera-t-il suffisamment représentatif pour refléter la myriade de différences entre les gens ? L’homogénéisation est une tentative malicieuse de regrouper chaque personne dans un moule unique et de contrôler la vie des citoyens – de la même manière que la Chine l’a fait pendant la Révolution culturelle et a échoué de façon spectaculaire. L'UCC est un affront à l'esprit libre de l'être humain et anéantira la célèbre « unité dans la diversité » de l'Inde.

Publicité

La réforme des lois personnelles est nécessaire, mais l'étincelle qui allumera les réformes doit venir de l'intérieur de la communauté. Le droit étatique ne peut reconnaître que les réformes acceptées ou tacitement reconnues par la communauté. L'UCC déclenchera d'âpres débats entre différentes communautés et cultures, les débats mèneront à l'acrimonie, à la colère et au ressentiment, et le ressentiment se transformera en conflit qui pourrait devenir violent.

Élection Une Nation, Une Seule

fort>

L’ONOE est une tentative voilée d’effacer les différences, préférences et cultures régionales. La structure démocratique de l’Inde s’inspire des institutions des États-Unis. Les États-Unis sont une fédération et organisent des élections à la Chambre des représentants tous les deux ans, à la présidence tous les quatre ans et au Sénat tous les six ans. Les élections simultanées n'ont pas lieu dans les systèmes parlementaires fédéraux comme ceux de l'Australie et du Canada. L'ONOE est contraire au principe selon lequel le gouvernement exécutif est responsable chaque jour devant le pouvoir législatif. L'ONOE est la tentative du gouvernement d'arracher le contrôle du calendrier électoral à l'ECI.

Croisade anti-corruption 

L’objectif de la soi-disant croisade contre la corruption est de détruire tous les partis d’opposition et d’exclure les dirigeants de l’opposition de l’action politique. L’adhésion fatale au BJP a déjà réduit à l’insignifiance plusieurs partis régionaux (à État unique). Les lois ont été transformées en armes pour affronter le Congrès et les partis régionaux au pouvoir. Je suis convaincu que la procédure d'arrestation et de détention suivie par l'ED, la NIA et le NCB sera annulée un jour. La croisade n'est pas contre la corruption, elle est pour l'hégémonie.

Pourquoi le BJP est-il déterminé à aller de l’avant avec l’UCC et l’ONOE ? Parce qu'après la construction du temple d'Ayodhya, le BJP est à la recherche de questions susceptibles de satisfaire les aspirations majoritaires de la communauté hindoue de langue hindi, conservatrice, liée à la tradition, consciente de sa caste et hiérarchisée dans les États de Inde du Nord. Ces États sont à l’origine du soutien politique que le RSS et le BJP ont acquis au cours des 30 dernières années. L’UCC et l’ONOE sont des stratégies visant à consolider cette base politique. Si les partis régionaux ou les groupes religieux, raciaux et linguistiques de l'Inde affirment leur identité linguistique ou culturelle, ils seront mis en minorité par le poids électoral des États du nord de l'Inde.

Publicité

La garantie Modi ki de l'UCC et de l'ONOE a déclenché un débat furieux lors des élections. Je peux prédire quel sera le verdict des habitants du Tamil Nadu (19 avril) et du Kerala (26 avril). Parmi les autres États, en particulier les États du nord de l’Inde parlant hindi, conservateurs et soucieux des castes, je croiserai les doigts.

© The Indian Express Pvt Ltd

Biden évite une nouvelle spirale au Moyen-Orient alors qu’Israël et l’Iran font preuve de retenue. Mais pour combien de temps ?

0

Le président Joe Biden peut respirer un peu plus facilement, du moins pour le moment, maintenant qu'Israël et l'Iran semblent avoir reculé pour éviter de faire basculer le Moyen-Orient dans une guerre totale.

Les frappes de représailles d’Israël contre l’Iran et la Syrie ont causé des dégâts limités. Cette action modérée est intervenue après que Biden a exhorté le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu à modérer sa réponse à l’attaque directe sans précédent de l’Iran contre Israël la semaine dernière et à éviter une escalade de la violence dans la région. Le barrage iranien de drones et de missiles a infligé peu de dégâts et fait suite à une attaque israélienne présumée contre le consulat iranien à Damas ce mois-ci, qui a tué deux généraux.

La réponse publique de l'Iran aux frappes israéliennes de vendredi a également été modérée, laissant espérer que les tensions entre Israël et l'Iran – longtemps menées dans l'ombre avec des cyberattaques, des assassinats et des sabotages – se résorberont. restez à ébullition.

Publicité

La situation reste délicate pour Biden alors qu’il prépare ses efforts de réélection face aux vents contraires au Moyen-Orient, en Russie et dans l’Indo-Pacifique. Tous testent la proposition qu'il a faite aux électeurs lors de sa campagne de 2020, selon laquelle une Maison Blanche avec Biden apporterait une certaine mesure de calme et un respect renouvelé pour les États-Unis sur la scène mondiale.

Les questions de politique étrangère ne sont généralement pas au premier plan. enjeu majeur pour les électeurs américains. Ce mois de novembre ne devrait pas être différent, l'économie et la sécurité des frontières ayant une plus grande résonance.

Mais les sondages publics suggèrent que les préoccupations à l'étranger pourraient avoir plus d'importance auprès des électeurs que lors de n'importe quelle élection américaine depuis 2006. , lorsque le mécontentement des électeurs face à la guerre en Irak a été un facteur majeur dans la perte du Parti républicain de 30 sièges à la Chambre et de six sièges au Sénat.

“Nous constatons que cette question prend de l'importance, et en même temps nous constatons que les évaluations des électeurs sur la gestion des affaires étrangères du président Biden sont plutôt négatives”, a déclaré Christopher Borick, directeur du Muhlenberg College Institute of Public. Opinion.

Publicité

« Cette combinaison n’est pas idéale pour Biden. » Biden a misé un énorme capital politique sur sa réponse à la guerre entre Israël et le Hamas ainsi que sur le soutien de son administration à l'Ukraine pour repousser une invasion russe.

L'apparente désescalade des tensions entre Israël et l'Iran intervient également alors que la Chambre a approuvé samedi 95 milliards de dollars d'aide de guerre à l'Ukraine, à Israël et à Taiwan, une mesure que Biden a préconisée alors que les forces ukrainiennes sont désespérément à court d'armes.

Le président de la Chambre, Mike Johnson, R-La., a fait avancer le paquet après des mois de retard alors qu'il faisait face à la menace d'éviction par le flanc droit de son parti. Le projet de loi attend désormais un vote au Sénat. Ces nouveaux fonds permettraient d'acheminer davantage d'armes vers les lignes de front, redonnant ainsi à la Maison Blanche l'espoir que l'Ukraine puisse redresser le navire après des mois de revers de guerre.

Biden a également fait du renforcement des relations dans la région Indo-Pacifique un objectif central de son programme de politique étrangère, cherchant à gagner des alliés et à nouer des liens à mesure que la Chine devient un concurrent économique et militaire plus redoutable.

Publicité

Mais les républicains, y compris l'ancien président Donald Trump, ont un argument pour affirmer que les politiques de Biden ont contribué à ce que les États-Unis soient confrontés à une myriade de dilemmes mondiaux, a déclaré Richard Goldberg, conseiller principal à la Fondation pour la défense des démocraties, un groupe de réflexion de Washington. .

Les républicains ont critiqué les efforts infructueux de Biden au début de son mandat pour relancer un accord nucléaire avec l'Iran négocié par l'administration Obama et abandonné par Trump, affirmant que cela enhardirait Téhéran. L'accord avait fourni à l'Iran des milliards d'allégements de sanctions en échange de l'acceptation par le pays de renoncer à son programme nucléaire.

Les critiques du GOP ont cherché à relier l’invasion de l’Ukraine par la Russie à la décision de Biden de se retirer d’Afghanistan et ils reprochent à l’administration Obama de ne pas avoir proposé une réponse suffisamment forte à la prise de contrôle du président russe Vladimir Poutine en 2014. Crimée.

« Vous pouvez présenter un argumentaire intellectuel, un argumentaire politique sur la façon dont nous sommes passés du point A au point B, puis au point C et au point D, et nous sommes retrouvés dans un monde en feu », dit-il. a déclaré Goldberg, responsable de la sécurité nationale dans l’administration Trump. « Les gens ne se soucient peut-être pas de la façon dont nous sommes arrivés ici, mais ils se soucient de notre présence ici. » Les sondages suggèrent que les Américains « ; les inquiétudes concernant les questions de politique étrangère augmentent, et il y a des signes mitigés quant à savoir si le discours de Biden en tant que main ferme en matière de politique étrangère trouve un écho auprès des électeurs.

Publicité

Environ 4 adultes américains sur 10 ont cité des sujets de politique étrangère dans une question ouverte qui demandait aux gens de partager jusqu'à cinq sujets sur lesquels le gouvernement devrait travailler en 2024, selon un sondage de l'Associated Press-NORC Center for Public Affairs Research publié en janvier. . C'est environ deux fois plus que ce qui avait été mentionné dans un sondage AP-NORC mené l'année précédente.

En outre, environ 47 % des Américains ont déclaré qu'ils pensaient que Biden avait nui aux relations avec d'autres pays. , selon un sondage AP-NORC publié ce mois-ci. De même, 47 % des personnes interrogées ont dit la même chose à propos de Trump.

Biden était en pleine forme au cours des six premiers mois de sa présidence, l’électorat américain approuvant largement sa performance et lui accordant des notes élevées pour sa gestion de l’économie et de la pandémie de coronavirus. Mais le président a vu sa cote de popularité chuter à la suite du retrait chaotique des troupes américaines d’Afghanistan en août 2021 et elle ne s’est jamais complètement remise.

Maintenant, Biden se retrouve confronté à l’incertitude de deux guerres. Tous deux pourraient le suivre jusqu'au jour du scrutin.

Publicité

Dans le cadre de la guerre entre Israël et le Hamas, les Républicains le mettent au pilori comme ne soutenant pas suffisamment Israël, et l’aile gauche de son parti critique sévèrement le président, qui s’est montré mécontent de la poursuite de la guerre par Netanyahu, pour ne pas faire plus pour forcer les Israéliens à protéger la vie des Palestiniens.

Après les frappes israéliennes soigneusement calibrées contre l'Iran, les tensions au Moyen-Orient sont entrées dans une « zone grise » dans laquelle toutes les parties doivent naviguer avec précaution, a déclaré Aaron David Miller, un conseiller sur les questions du Moyen-Orient dans les administrations républicaines et démocrates.

« Est-ce que ce qui s’est passé au cours des 10 derniers jours renforce les deux côtés ? la préparation au risque ou est-ce que cela les a fait reculer du gouffre et retomber dans l’aversion au risque ? » » dit Miller. « Israël et l’Iran ont réussi à s’attaquer mutuellement sans escalade majeure. Quelles conclusions en tirent-ils ? La conclusion est-elle que nous pourrions peut-être refaire cela ? Ou est-ce que nous avons vraiment esquivé une balle ici et que nous devons être extrêmement prudents. Israël et le Hamas semblent loin d'un accord sur un cessez-le-feu temporaire qui faciliterait la libération des otages restants dans la bande de Gaza contrôlée par le Hamas et aiderait à acheminer l'aide vers le territoire. Il s’agit d’un accord que Biden considère comme essentiel pour trouver une fin de partie à la guerre.

Le directeur de la CIA, William Burns, a exprimé sa déception la semaine dernière que le Hamas n'ait pas encore accepté une proposition que les négociateurs égyptiens et qatariens avaient présentée ce mois-ci. Il a reproché au groupe de « faire obstacle aux civils innocents de Gaza qui obtiennent l’aide humanitaire dont ils ont si désespérément besoin ». Dans le même temps, l’administration Biden a tenté de démontrer qu’elle tenait Israël pour responsable, en imposant vendredi de nouvelles sanctions à deux entités accusées de collecte de fonds pour les colons extrémistes israéliens qui étaient déjà sous sanctions, ainsi qu’au fondateur d’une organisation dont les membres agressent régulièrement. Palestiniens.

Publicité

Le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan et d'autres responsables de l'administration ont rencontré jeudi le ministre israélien des Affaires stratégiques, Ron Dermer, et le conseiller à la sécurité nationale Tzachi Hanegbi. Les responsables américains, selon la Maison Blanche, ont réitéré les inquiétudes de Biden concernant les projets israéliens de mener une opération dans la ville de Rafah, au sud de Gaza, où quelque 1,5 million de Palestiniens ont trouvé refuge.

< p>Ross Baker, professeur émérite de sciences politiques à l'Université Rutgers, a déclaré que Biden a peut-être temporairement bénéficié des tensions israélo-iraniennes, détournant l'attention des privations à Gaza.

« Parfois, le salut peut venir de manière inattendue, “, a déclaré Boulanger. “Mais le chemin à parcourir ne manque pas de complications.”

Inside Track par Coomi Kapoor : Pourquoi le BJP s'inquiète pour le Maharashtra et le Bihar

0

Alors que le BJP a, dans un élan de bravade, proclamé des chiffres exagérés – 370 et « 400 paar » – comme projet de décompte, en privé, il est plus circonspect. En lutte pour remporter une troisième élection générale consécutive, le BJP lutte à la fois contre l’opposition au pouvoir et contre l’apathie des électeurs. Il compte sur le facteur Modi et les gaffes de l’opposition pour assurer la victoire. Les maillons les plus faibles du BJP dans le nord sont le Bihar et le Maharashtra. Même si le BJP lui-même peut se comporter comme prévu, ses alliés pourraient le décevoir. Au Bihar, le JD(U) de Nitish Kumar s’est vu attribuer 16 sièges, mais ses perspectives semblent sombres puisque sa base électorale basée sur la caste diminue avec le déclin de la stature de Nitish. La plupart des candidats du JD(U) sont des députés âgés touchés par l'opposition au mandat et les travailleurs du BJP sont réticents à faire campagne pour eux.

Dans le Maharashtra également, le BJP devrait s’en sortir mieux que ses alliés, le Sena de Shinde et le NCP d’Ajit Pawar. Le MVA ne s'est pas effondré après que le BJP ait divisé le Sena et le NCP, entraînant avec lui la majorité de leurs dirigeants. Il existe un malaise dans le Maharashtra face aux efforts du BJP pour engloutir les partis régionaux. À 83 ans, Pawar ne ménage aucun effort pour s'assurer que sa fille Supriya conserve son bastion de Baramati, même si son neveu Ajit peut détenir de nombreux leviers de pouvoir dans les puissantes coopératives de la circonscription.

Le clan Pawar, y compris les frères d’Ajit, soutient Supriya et non sa femme Sunetra. Récemment, Pawar s'est rendu à la résidence de son ancien ennemi politique, feu Sambhajirao Kakade, pour rencontrer ses proches et apaiser une inimitié vieille de 55 ans. Auparavant, il avait fumé le calumet de la paix avec un autre rival de longue date dans la ceinture de Pune, Anantrao Thopte. Pawar, qui fait campagne sans relâche dans ses fiefs, fait en effet preuve de plus de vigueur qu'Uddhav Thackeray, encombré d'un problème chronique de dos. Au sein du MVA, le maillon le plus faible est le Congrès, que ses alliés malmènent jusque dans la répartition des sièges.

Publicité

Au Congrès, des doutes subsistent quant au bien-fondé de certaines décisions de Rahul Gandhi. Son choix de Kanhaiya Kumar, l'ancien militant étudiant communiste de la JNU qui a accompagné Gandhi lors de son Bharat Jodo Yatra, comme candidat de Delhi Nord-Est, en est un exemple. Sandeep Dikshit, un ancien député de Delhi qui jouit de beaucoup de bonne volonté en tant que fils de la populaire CM, feu Sheila Dikshit, a été ignoré au profit de l'étranger. Par ailleurs, deux dirigeants âgés du Congrès ont récemment appelé le 10 janvier pour exhorter les Gandhis à ne pas abdiquer leurs responsabilités, en ne se présentant pas dans le bastion familial de Rae Bareli. Ils ont prévenu qu'il pourrait envoyer un mauvais signal dans tout l'UP.

Ailes coupées

Lorsque le BJP était au pouvoir au Karnataka, le secrétaire général (organisation) B L Santosh était présenté comme l'homme qui avait pris les devants dans son État d'origine. Il a même été spéculé que le RSS pracharak prêté au BJP pourrait un jour devenir CM. Après que le BJP ait perdu les élections de 2023 à l'Assemblée, les dirigeants ont émis des réserves quant à sa politique d'Hindutva inconditionnelle et son rejet de la politique de caste.

En humiliant le leader du Lingayat, BS Yediyurappa, le BJP s'est aliéné sa banque de votes de caste. Les ailes de Santosh ont été considérablement coupées lors de ce sondage et trois de ses quatre protégés de l’Hindutva, Anantkumar Hegde, Pratap Simha et Nalin Kateel, n’ont pas été reconduits. Bien que Tejasvi Surya ait reçu une contravention, son nom a été retiré de la liste des militants vedettes du BJP. Le BJP, qui cible depuis longtemps Deve Gowda en raison de sa politique purement axée sur les castes, a même donné un ticket BJP à son gendre, cardiologue, CN Manjunath.

Jugement suspect

Les choix curieux d’Arvind Kejriwal pour les sièges du RS étaient évidents lorsque sept des dix députés de l’AAP ne se sont pas joints aux manifestations qui ont suivi son arrestation. Au lieu de récompenser des loyalistes de longue date qui avaient travaillé sur le terrain, les honneurs de la Chambre haute ont été accordés en grande partie à des hommes d’affaires apolitiques et à des visages connus qui étaient de nouvelles recrues du parti. Ils étaient absents durant les premières années des luttes du parti naissant. En fait, cinq des députés n'ont rejoint l'AAP qu'en 2022.

Publicité

L'absence de Raghav Chadha, qui a récemment quitté le pays en toute hâte pour une opération relativement mineure aux yeux, apparemment à l'insu de son ancien président, Ophtalmologiste de Delhi, on en parle. La disparition du favori de Kejriwal, qui a aidé à planifier la stratégie réussie de l’AAP au Pendjab, est suspecte et la rumeur dit qu’il craint la main longue du DE. Swati Maliwal était le seul député disparu qui faisait partie de l'AAP depuis le mouvement Anna Hazare.

Les dirigeants d'origine de l'AAP, qu'il s'agisse de Yogendra Yadav, Prashant Bhushan, Kumar Vishwas ou Shazia Ilmi, ainsi que des fantassins fidèles tels que Le commandant Suresh et Binny sont partis parce qu'ils avaient été expulsés ou se sentaient étouffés dans une atmosphère de suspicion et de rivalité.

© The Indian Express Pvt Ltd

Tavleen Singh écrit : Je n'ai rencontré personne dans l'Inde rurale qui considérait Modi comme corrompu et autocratique.

0

Beaucoup de choses ont changé en Inde depuis que Narendra Modi est devenu Premier ministre. Mais un changement qui est passé presque inaperçu est qu’un véritable processus de décolonisation s’est produit. Et c’est pour cette raison que l’ancienne classe dirigeante colonisée a été balayée. C'est une très bonne chose. Cela aurait dû arriver il y a très, très longtemps. En tant que personne ayant appartenu à cette classe dirigeante, je me considère bien qualifié pour expliquer pourquoi ce processus de décolonisation était attendu depuis longtemps et comment nous avons échoué en tant que classe dirigeante de l'Inde.

La vérité est que nous étions un groupe décadent et désespéré. Nous ne parlions pas bien la langue indienne, mais cela ne nous importait pas. Nous étions fiers de bien parler anglais. Dans nos salons, nous nous moquions de ceux qui osaient entrer sans parler bien anglais. Et chez ceux dont les manières à table n’étaient pas embellies par le raffinement occidental. Bref, ceux qui tâtonnaient avec les fourchettes et les couteaux et préféraient manger avec leurs mains et sans couverts.

Lorsque nous voyageions à l’étranger, nous faisions semblant d’être Indiens, mais nous ne nous souciions jamais de comprendre ce que signifiait être Indien. Nous prétendions tout savoir sur l’ancienne culture et civilisation de l’Inde, mais nous ne savions presque rien. Dans les écoles et collèges que nous avons fréquentés, nous en avons appris davantage sur la civilisation, l'histoire et la littérature occidentales que sur la nôtre, ce n'était donc pas entièrement de notre faute.
En matière de politique et d’élections, nous sommes restés fidèles à la dynastie Nehru-Gandhi et à ses différents héritiers parce qu’ils étaient des gens comme nous. Cela ne nous dérangeait pas que le Parlement soit transformé en un club privé. C'était notre club. Nous ne nous souciions pas non plus du fait que le Parti du Congrès, sous la direction de Sonia Gandhi, soit également devenu un club privé. C'était notre club. Dans nos salons, nous parlions sans cesse de démocratie et de laïcité et nous considérions comme ordonnés à protéger ces idées.

Publicité

Puis est arrivé Narendra Modi et la terre a bougé sous nos pieds. Il n’était peut-être pas personnellement responsable de tout ce qui a changé, mais il a joué un rôle essentiel dans le changement politique qui s’est produit, et celui-ci est devenu d’une manière ou d’une autre un élément essentiel des changements plus importants qui se produisaient. Soudain, presque du jour au lendemain, après que Modi soit devenu Premier ministre, nous sommes devenus non seulement impuissants, mais également hors de propos. Une nouvelle race d’Indiens qui parlaient bien l’hindi et pas du tout l’anglais a commencé à nous remplacer dans les hautes fonctions du gouvernement, en tant qu’analystes politiques et présentateurs dans les studios de télévision, dans le journalisme, dans les films et séries télévisées de Bollywood. Ils n’étaient pas impressionnés par nos compétences en anglais, et nous étions tellement impressionnés par leur caractère indien que nous avons essayé de les imiter simplement pour nous appartenir. Certains d’entre nous ont réussi, la plupart non.

Ceux qui ne l’ont pas fait mais souhaitent continuer à être pertinents s’accrochent ces jours-ci à Rahul et Priyanka Gandhi et espèrent que d’une manière ou d’une autre, ils parviendront à vaincre Modi. Certains agissent comme conseillers auprès des héritiers actuels de la Dynastie et se remplissent la tête d’idées grandioses comme sauver la Constitution et sauver la démocratie. Mais la vérité est que le message principal de Rahul Gandhi reste le même que lors des dernières élections générales. C’est que Modi est corrompu et qu’il ne travaille que pour une poignée de riches Indiens. Il vole votre argent, il crie lors de ses meetings politiques et il le donne à ses riches amis. Comment cela fonctionne-t-il exactement ?

En tant que chef du Parti du Congrès, il est considéré, notamment par les correspondants étrangers, comme le seul homme capable de vaincre Modi. C'est une malchance pour lui qu'il semble si incapable de convaincre les électeurs indiens, même s'il s'efforce de prouver qu'il en fait partie. Il a travaillé avec des agriculteurs dans des rizières, transporté du charbon à vélo avec des mineurs, écouté les malheurs des vendeurs de légumes et passé de longues heures avec des mécaniciens dans des magasins miteux pour montrer à quel point il se souciait de « l'homme ordinaire ». l'homme n'est pas impressionné ? Serait-ce parce que ces gestes apparaissent en quelque sorte comme une noblesse oblige et non comme de véritables actes de sympathie ?

Qu'est-ce qui attire davantage les électeurs indiens ordinaires dans Modi « autocratique », « dictatorial » ? La réponse que j’ai obtenue à cette question lors de mes récents voyages dans l’Inde rurale est que les gens ont constaté des changements dans leur vie et croient que ces changements se sont produits grâce à Modi. Ce ne sont pas des changements remarquables. Ce sont des choses simples comme les routes, l'eau potable, l'électricité et les services Internet, mais parce qu'elles n'existaient pas auparavant, elles semblent remarquables.

Publicité

Beaucoup de ces choses auraient dû se produire il y a longtemps. Mais parce que nous étions une classe dirigeante tellement colonisée, nous n’avons pas remarqué que les Indiens ordinaires étaient contraints d’endurer les pires services publics. Dans nos salons et dans le cadre de nos droits, nous ne nous souciions pas de telles choses car dans notre cocon privilégié, il aurait été impensable d'aller dans un hôpital public ou une école publique. L’avènement de Modi a fait éclater la bulle dans laquelle nous vivions, et la vérité est que la plupart d’entre nous n’ont aucune idée de pourquoi cela s’est produit. Nous continuons d’espérer qu’il sera vaincu cette fois-ci et que le message selon lequel la démocratie est en danger trouvera un écho auprès des électeurs. Lorsque les résultats arriveront, nous risquons d’être à nouveau déçus. Je n'ai rencontré personne dans l'Inde rurale qui considérait Modi comme corrompu et autocratique.

Plus d'histoires Premium

Comment les lacs de Bengaluru ont disparuAbonné uniquement

Vidya Balan & Pratik Gandhi parle de mariage, d'infidélité et d'abonnés uniquement

Soutenu par le facteur Modi, Tejasvi Surya est bien assis à BangaloreSubscriber Only

Pour survivre en tant que artiste aujourd'hui, soyez un mégalomaneAbonné uniquement

Comment l'art de FN Souza était à la fois déroutant et saisissantAbonné uniquement

Lakshya Sen & Priyanshu Rajawat détient la clé du service réservé aux abonnés indiens

Pourquoi Shobhaa De dit que la faim est sous-estimée

'Une croissance élevée n'est pas possible si nous ne faisons pas notre propreAbonné uniquement

© The Indian Express Pvt Ltd

Aujourd’hui en politique : le décor est planté pour la démonstration de force du bloc INDE à Ranchi ; Sunita Kejriwal et Kalpana Soren occuperont le devant de la scène

0

Trois semaines après que le bloc de l'opposition INDE a organisé un méga-rassemblement à Delhi, les hauts dirigeants de l'alliance devraient se réunir dimanche dans une démonstration de force commune sur le terrain de Prabhat Tara à Ranchi.

L'événement , appelé « rassemblement Ulgulan (soulèvement) Nyay », serait suivi par le président du Congrès Mallikarjun Kharge, Rahul Gandhi, le ministre en chef du Jharkhand et chef du JMM Champai Soren, le CM du Pendjab et le chef de l'AAP Bhagwant Mann, le député de l'AAP Rajya Sabha. Sanjay Singh parmi les principaux dirigeants de plusieurs partis indiens.

Le rassemblement qui se tiendra au milieu des élections de Lok Sabha garderait l'accent sur l'arrestation de l'ex-CM du JMM Hemant Soren du Jharkhand et du CM de l'AAP à Delhi Arvind Kejriwal, deux des visages clés du bloc d'opposition. , par la Direction de l'exécution (ED) au cours des derniers mois. Kejriwal et Soren sont tous deux en détention judiciaire. Leurs épouses, Sunita Kejriwal et Kalpana Soren, devraient également prendre la parole lors du rassemblement, entre autres.

Publicité

CM Champai Soren a affirmé samedi que le gouvernement central dirigé par le BJP était « dictatorial » ; Cette approche serait exposée lors du rassemblement, qui, selon lui, serait un « événement historique ». « Nous devons mettre fin à la dictature et sauver notre démocratie et la Constitution. Tout le monde sait ce qui s’est passé au Jharkhand et à Delhi. Nous exposerons l’approche dictatoriale du Centre lors du méga-rassemblement », a-t-il déclaré. a-t-il déclaré.

Le Jharkhand se rendra aux urnes à partir de la quatrième phase le 13 avril.

Amit Shah dans le Bihar, Assam

Dans le Bihar voisin, le ministre de l'Intérieur de l'Union, Amit Shah, tiendra une réunion publique à Katihar en faveur du candidat de la NDA, Dulal Chand Goswami. Il se rendra ensuite en Assam, où deux sièges cruciaux dans la vallée de Barak seront votés lors de la deuxième phase le 26 avril.

Shah organisera une tournée de présentation à Silchar pour soutenir le candidat du parti Parimal Suklabaidya de la circonscription réservée du SC. Il sera accompagné de l'Assam CM Himanta Biswa Sarma, qui arrivera après avoir organisé une tournée de présentation à Hailakandi, qui relève de la circonscription de Karimnagar. Shah passera la nuit à Silchar et partira tôt lundi matin.

Campagne de Kharge

Publicité

Barak Valley verra également Mallikarjun Kharge dimanche, où il fera campagne pour les candidats au Congrès Hafiz Rashid Ahmed Chaudhury de Karimganj et Surya Kanta Sarkar de Silchar. Kharge assistera également à une réunion publique à Algapur, dans le district de Hailakandi.

Malheurs du Cong au Gujarat

Alors que l'examen des candidatures pour la troisième phase a été mené samedi , les trois proposants du candidat au Congrès Nilesh Kumbhani dans la Surat du Gujarat ont affirmé dans une déclaration sous serment adressée au responsable des élections de district (DEO) qu'ils n'avaient pas signé son formulaire de candidature, mettant ainsi sa candidature en difficulté.

Et ce n'est pas tout. L'unique proposant Suresh Padsala, le candidat suppléant du Congrès pour Surat, a également nié avoir signé le formulaire de nomination, ce qui a incité le haut responsable du Congrès du Gujarat, Shaktisinh Gohil, à prétendre que c'était l'œuvre du BJP au pouvoir, pour pousser l'opposition. parti hors de la mêlée aux élections.

Lors d'une audience devant le DEO samedi soir, Kumbhani et Padsala ont demandé un délai jusqu'à 11 heures du matin dimanche avant qu'une ordonnance finale ne soit adoptée.

Publicité

Kumbhani a déclaré que ses proposants Ramesh Polara, Jagdish Savaliya et Dhuvin Dhameliya étaient « inaccessibles » pour le moment, mais il s'est dit confiant qu'il serait en mesure de les contacter bientôt.

S'exprimant sur la question, le leader de l'AAP, Gopal Italia, a affirmé que Kumbhani… Les proposants ont été kidnappés par le BJP. «Ils ont subi des pressions pour qu'ils soumettent des affidavits niant avoir signé les formulaires de candidature», a-t-il déclaré. Italia a affirmé.

Une plainte concernant leur enlèvement a été déposée auprès de la police et le DEO en a également été informé, a-t-il déclaré.

Priyanka Gandhi à Chhattisgarh

Priyanka Gandhi à Chhattisgarh

La secrétaire générale du Congrès, Priyanka Gandhi, s'adressera dimanche à des rassemblements dans les circonscriptions de Rajnandgaon et de Kanker dans le Chhattisgarh, a déclaré l'AICC en charge de l'État, Sachin Pilot. Ces deux sièges font partie des trois sièges de l'État qui seront votés lors de la deuxième phase le 26 avril.

Publicité

Pilot a affirmé que le BJP serait anéanti dans le Sud et réduit de moitié à sa force actuelle dans le Nord de l'Inde lors des élections de Lok Sabha. S'adressant aux journalistes à Raipur, il a déclaré : « Quelqu'un a dit : « Sud se saaf, Nord se moitié ». Cela signifie que le BJP obtiendra la moitié des sièges dont il dispose actuellement dans le Nord, alors qu'il ne parviendra pas à ouvrir son compte dans le Sud et l'Est.”

L'ancien CM adjoint du Rajasthan a également déclaré qu'il a tenu à féliciter les habitants de la circonscription de Bastar pour avoir exercé leur droit de vote en grand nombre au cours de la première phase, malgré plusieurs défis. « Les rapports qui en proviennent sont très positifs et je crois que nous réussirons », a-t-il déclaré. » a-t-il déclaré.

“Même si le taux de participation à la première phase a été faible, les rapports que nous recevons indiquent que les gens recherchent un changement. Cette élection est pour le changement », a-t-il déclaré. Pilot a ajouté.

La première phase des sondages de Lok Sabha dans 102 circonscriptions de 21 États et territoires de l'Union, qui s'est tenue vendredi, a vu un taux de participation d'environ 65,5 %, une baisse par rapport aux 70 % enregistrés en 2019. bien que la Commission électorale (CE) n'ait pas encore publié les chiffres définitifs.

avec les contributions du PTI

© The Indian Express Pvt Ltd

L’un des modernistes les plus provocateurs d’Inde, à quel point l’art de FN Souza était à la fois déroutant et saisissant

0

Déjà une figure centrale de la fraternité artistique de Bombay, Francis Newton Souza avait gagné un public considérable en 1949, lorsque ses peintures furent présentées dans une exposition à l'Art Society of India. Plusieurs visiteurs se sont renseignés sur son travail mais tout le monde n'a pas été satisfait. En quelques jours, ses œuvres « obscènes », dont un autoportrait nu, ont été saisies. Accusé d'obscénité, son studio a été fouillé par la police à la recherche de matériel pornographique, le laissant à la fois furieux et dédaigné.

Habitué de la censure ou de la controverse, l’incident a réaffirmé la détermination de Souza à rechercher un public plus libéral. En juillet 1949, l'homme de 26 ans monta à bord du SS Canton et mit le cap sur Londres. « Je n'ai pas grand-chose à dire depuis dix jours que je suis ici ; mais j'ai appris que la vie à Londres est une denrée luxueuse à entretenir, et que des éléments comme l'eau ont besoin d'y consacrer quelques centimes, et que des produits de première nécessité comme les toilettes ont besoin d'y être investis. J'ai eu beaucoup de chance d'avoir mon bon ami /fort>(Ebrahim) Alkazi avec qui je pourrais partager mon logement, sinon je me retrouverais désespérément dans des difficultés financières. L’empressement est donc un handicap. J'ai appris mes amères leçons. Lui, qui n'espère jamais, ne peut jamais désespérer », a rappelé Souza dans une lettre aux autres membres du Progressive Artists' Group, datée du 17 août 1949 (publiée dans Geysers : Letters Between Sayed Haider Raza & his Artist-Friends ; The Raza Fondation). Cinq ans plus tard, lorsqu'il présenta son premier solo dans la ville – en 1955 à la Gallery One – l'exposition faisait salle comble. Il a reçu autant de succès que son essai autobiographique, Nirvana of a Maggot, publié dans le magazine Encounter la même année.

Souvent décrit comme l’enfant terrible de l’art indien, qui a défié les conventions sociales et artistiques et s’est efforcé d’innover, le pays a sans doute perdu l’un de ses modernistes les plus provocateurs avec son déménagement à Londres. Mais pour Souza, c’est un voyage vers l’inconnu qui lui a ouvert un nouveau monde. « C’était un homme qui ne se contentait pas de suivre les événements, mais quelqu’un qui guidait sa propre carrière, sa vie et sa réflexion. Il était très conscient de lui-même », se souvient son ami et artiste Krishen Khanna. Uday Jain, directeur de la Galerie Dhoomimalqui a marqué le centenaire de sa naissance le 12 avril de cette année avec une exposition intitulée « Reminiscing Souza : An Iconoclastic Vision : Celebrating The Birth Centenary Of Francis Newton » ajoute : « Son travail était différent de celui de ses pairs. Même lorsque la plupart des artistes, y compris lui, essayaient encore de trouver leur style, ses lignes et son utilisation de la couleur étaient tout aussi confiantes. »

Publicité Lire aussi | Comment l'artiste FN Souza a réduit le cosmos à un point à travers son œuvre Portrait de FN Souza (1962), par l'artiste -photographe Jyoti Bhatt (Autorisation : Jyoti Bhatt et Asia Art Archive)

Ayant grandi dans le village idyllique de Saligao, au nord de Goa, Souza était un enfant lorsque son père, le professeur d'anglais José Victor Aniceto de Souza, est décédé, suivi du décès de sa sœur aînée. Aux prises avec des dettes, sa mère Lilia Maria Cecilia Antunes venait de déménager à Mumbai pour travailler comme couturière lorsque Souza fut atteinte d'une grave crise de variole. Alors que son rétablissement miraculeux a conduit à l'ajout du nom de François à son nom, en guise de gratitude envers le saint patron de Goa, saint François, sa mère a également décidé que son fils mènerait la vie d'un prêtre jésuite. Ce qu'elle ne savait pas, c'est à quel point Souza ne convenait pas, avec son tempérament débridéet des inclinations artistiques, seraient pour une telle vie. Elle l’a inscrit au lycée St Xavier mais il a été expulsé deux ans plus tard pour avoir dessiné des dessins pornographiques dans les toilettes. À 16 ans, il rejoint la Sir JJ School of Art, d'où il est également suspendu après avoir participé au mouvement Quit India. De retour chez lui, dans un accès de rage, il peint ce qui deviendra plus tard l'une de ses œuvres phares – La Dame bleue – un nu azur peint au couteau à palette. Parlant de sa déception face à l’éducation formelle, dans le catalogue de son exposition à la Bombay Art Society en 1948, Souza écrit : « J’ai suivi une formation artistique avortée. Les professeurs étaient incompétents… Shelley a été expulsé une fois, Van Gogh a été expulsé une fois… J'ai été expulsé deux fois. Les garçons récalcitrants comme moi ont dû être licenciés par les directeurs et les directeurs des établissements d'enseignement qui craignaient instinctivement que nous renversions leurs charrettes à pommes. »

Bientôt, cependant, il devait trouver sa clique dans la ville animée de Bombay, parmi des artistes, des écrivains et des poètes fébrilement engagés dans la découverte d’une esthétique moderniste d’avant-garde pour l’Inde indépendante. L’ambition individuelle a trouvé un sens collectif sous l’égide du Progressive Artists’ Group, né quelques mois après que l’Inde ait accédé à la liberté. Avec Souza comme secrétaire, le groupe disparate comprenait les membres fondateurs SH Raza, HA Gade, KH Ara, Sadanand Bakre et MF Husain. « Nous nous sommes réunis grâce à de mystérieuses réactions chimiques. Nous parlerions toute la nuit. Nous avions l'habitude d'aller nous asseoir à Backbay et de parler et de parler… sur ce que devrait être l'art et comment il devrait être pratiqué. Sans voir aucun modèle d’art… sans le faire, nous l'avons d'abord formulé dans le discours », a déclaré Souza dans le magazine The Patriot en 1984.

Lire aussi | Célébration du plus grand artiste indien moderne à l'occasion de son centenaire : qui était FN Souza ?

Alors que chacun des artistes semblait avoir intégré de nouvelles connaissances dans son travail, le changement chez Souza incluait la disparition de ses tendances communistes et la proéminence des lignes et des coups de pinceau forts. Au début des années 40 et 50, certaines des diverses influences qui ont façonné son art avaient commencé à faire surface, depuis les bronzes du sud de l'Inde et les sculptures des temples de Khajuraho jusqu'au modernisme européen.. Les paysages qu'il avait admirés dans son Goa natal avaient pris la forme d'horizons luxuriants sur ses toiles, tout comme la culture visuelle de l'Église catholique et les histoires de saints torturés racontées par sa grand-mère qui faisaient surface sous forme d'iconographies religieuses. Les figures déformées et les têtes grotesques devaient rester une partie éternelle de son œuvre à travers les médiums et les métaphores.

Sans titre de Souza (1992) (Autorisation : Dhoomimal Gallery)

Les premières années en Europe ont été pleines d’inquiétudes. Dans un pays qui se remet encore des ravages de la Seconde Guerre mondiale, Maria, l’épouse de Souza, était au départ le soutien de famille. Il se familiarise avec l'art occidental à travers les musées et les galeries où il découvre des œuvres de Rembrandt, du Caravage et de Pablo Picasso. Bien que des revenus occasionnels proviennent d'écrits et de commandes, y compris des peintures murales pour le Bureau des étudiants indiens sur West Cromwell Road en 1950 par l'intermédiaire du haut-commissaire indien VK Krishna Menon, ce n'est qu'avec son premier solo en 1955 qu'il commença à être reconnu. Les quatre années d'allocation mensuelle régulière du collectionneur américain Harold Kovner, à partir de 1956, assuraient la subsistance. La décennie suivante le voit produire certaines de ses œuvres les plus vénérées, notamment les peintures monochromes « Black on Black » et la collection d’écrits et de dessins de 1959, Words & Des lignes qui lui ont valu le respect dans les cercles littéraires. La toile Naissance de 1955 – avec un nu enceinte, le moi dans une tunique de prêtre et le paysage urbain – a établi un record mondial en 2008 pour la peinture indienne la plus chère jamais vendue, au prix de 2,5 millions de dollars. En 2015, Birth a été revendu pour 4,8 millions de dollars.

Publicité

Alors même que Souza et son art parcouraient le monde – notamment en représentant la Grande-Bretagne au Guggenheim International Award en 1958 et l’Italie en 1960 grâce à une bourse – sa vie domestique était bouleversée. Il est devenu alcoolique à un point tel que cela a commencé à nuire à sa capacité de travailler, mais il a finalement décidé de demander de l'aide en 1960. Il a également eu une liaison mouvementée avec l'actrice juive Liselotte Kristian, avec qui il a eu trois filles. Lorsque cette relation a pris fin, il a épousé Barbara Zinkant, une Anglo-Américaine de 17 ans. Le couple voyage en Inde et après leur retour, s'installe à New York en 1967. Émulant son état d'esprit, ses visites dans la campagne californienne conduisent à des paysages joyeux aux teintes exubérantes. Ses expériences au cours de cette période comprenaient des « peintures chimiques » qui consistaient à peindre ou à dessiner sur des pages déchirées de magazines, de catalogues et de photographies imprimées en utilisant des produits chimiques pour dissoudre l’encre de l’imprimeur. “C'était également un excellent écrivain et un lecteur vorace d'histoire de l'art, de poésie et de philosophie, ce qui se reflète dans son travail”, déclare RN Singh, fondateur de la Progressive Art Gallery.. Il estime que l'artiste a été plutôt mal compris comme impétueux et égocentrique : « Il était peut-être imprévisible, mais il était aussi très généreux… » Ses œuvres étaient souvent personnelles et influencées par ses expériences de vie. Par exemple, ses nus féminins sensuels peuvent être considérés comme trop explicites, mais ils représentent à la fois son amour pour la forme féminine ainsi que ses propres relations fracturées et ses multiples liaisons. C'était aussi un peu sa rébellion contre les standards conventionnels de la beauté, pour guérir son complexe de cicatrices de variole sur son visage qui le rebutait les femmes. »

Khanna rappelle à quel point l'incorrigible Souza était également très exigeant dans ses relations. Il se souvient d'une visite à Londres où il souhaitait acheter un Souza nu mais n'avait pas le prix demandé de Rs 1 600. « J'ai demandé s'il ferait un ajustement pour moi sur le prix, mais il a juste souri et a dit qu'à Rs. 1600, ce serait mon privilège d’en être propriétaire », partage Khanna. En tant qu’amis, ils se critiquaient souvent. « J’avais un jour écrit de manière anonyme un article s’opposant à quelque chose qu’il avait écrit. J'avais dit qu'il s'aimait un peu trop, ce qui peut être dangereux pour n'importe quel écrivain, peintre ou musicien. Il l'a lu et a ri. Il pensait que (l'avocat et connaisseur d'art) Karl Khandalavala l'avait écrit, mais quand je lui ai dit que c'était moi, il a ri et ri. Il ne pensait pas que si je n’étais pas critique d’art en soi, je ne pourrais pas avoir d’idées critiques. »

Lire aussi | Célébration de l'héritage durable de l'artiste FN Souza à l'occasion de son centenaire

Malgré sa renommée mondiale, peu d’expositions de ses œuvres ont eu lieu en Inde jusqu’au début du siècle. « Une grande partie du marché indien n’a remarqué Souza qu’après que le marché des enchères soit devenu fort. Aussi, contrairement aux acheteurs internationaux, qui vénéraient ses nus et ses œuvres figuratives, le marché indien était ou est plus friand de paysages. Ses têtes diaboliques restent les œuvres les plus universellement appréciées », partage Jain. Il ajoute : « Mon père, Ravi Jain, a organisé la première exposition de Souza à Dhoomimal en 1965 et n'a vendu qu'une seule œuvre. Lorsque Souza lui a demandé pourquoi, puisqu'il était déjà considéré comme un artiste important en Europe, aux côtés de Francis Bacon et Pablo Picasso— mon père a dit que l'Inde mettrait du temps à reconnaître votre génie. Lorsque nous avons eu une autre exposition de ses œuvres des années 40 en 1975, elle a réuni le Premier ministre de l'époque, Indira Gandhi, ainsi que d'importants collectionneurs, dont Masanori Fukuoka et Ebrahim Alkazi. Lorsque nous avons montré son travail au Kala Mela en 1986, il a même peint en direct et a connu un énorme succès auprès des étudiants qui se sont rassemblés pour prendre ses autographes. »

Peignant avec une liberté absolue, l’art de Souza reste à la fois déroutant et saisissant, tout comme sa propre rébellion. Étranger invétéré, il avait peu d'amis avec lui lorsqu'il est décédé à Mumbai en 2002. Salué à titre posthume pour son modernisme par la Grande-Bretagne et l'Inde, Khanna note à quel point Souza croyait sincèrement qu'il était censé être un artiste. « Il n’a jamais dit : « Je suis un grand peintre », mais il l’était et se comportait comme ça. Il a créé une certaine norme pour la peinture et s'est tenu à ce qu'il a fait », ajoute Khanna.

Plus d'histoires Premium

Je n'ai rencontré personne dans les zones rurales de l'Inde qui considérait Modi comme un abonné uniquement

Comment les lacs de Bengaluru ont disparuAbonné uniquement

Vidya Balan & Pratik Gandhi parle de mariage, d'infidélité et uniquement pour les abonnés

Soutenu par le facteur Modi, Tejasvi Surya est jolie à BangaloreSubscriber Only

Pour survivre en tant qu'artiste aujourd'hui, soyez un mégalomaneAbonné uniquement

Lakshya Sen & Priyanshu Rajawat détient la clé du service réservé aux abonnés indiens

Pourquoi Shobhaa De dit que la faim est sous-estimée

'Une croissance élevée n'est pas possible si nous ne faisons pas notre propreAbonné uniquement

© The Indian Express Pvt Ltd

Vidya Balan-Pratik Gandhi parle du mariage, de l'infidélité et de la chasse aux sorcières : “Les commentaires sur mon apparence étaient si préjudiciables que je ne pouvais pas faire face au miroir”

0

Que faut-il pour être marié, naviguer dans les hauts et les bas de l'industrie, garder confiance face aux refus et aussi être des stars de cinéma aux yeux du public ? Les acteurs Vidya Balan et Pratik Gandhi, co-stars du drame romantique Do Aur Do Pyaar, parlent de leur parcours dans l'industrie. et comment cela les a façonnés lors de la session inaugurale d'Expresso, une série spécialement organisée sur la culture et le divertissement, organisée à Mumbai. Vidya et Pratik ont ​​parlé de leur film, des relations modernes et du népotisme. La conversation a été modérée par Justin Rao.

Extraits édités :

D’après le teaser, votre prochain film Do Aur Do Pyar va se pencher sur les relations modernes. Comment voyez-vous l'infidélité ?

Vidya Balan : Je ne pense pas que ce soit cool, mais je pense que cela arrive parfois. Je sais que les gens ne cherchent pas à tromper leur partenaire, mais cela finit par arriver parfois. En tant qu’étranger, vous n’êtes pas quelqu’un pour juger qui a fait quoi et pourquoi. Tout n’est pas noir ou blanc. Vous ne saurez jamais ce qui se passe entre deux personnes.

Publicité

Pratik Gandhi : Si je n'avais pas été acteur, j'aurais pu avoir des jugements fermes sur beaucoup de choses. Mais être artiste et acteur m’a fait sympathiser avec beaucoup de personnes différentes dans des situations différentes. Il est toujours facile de dire que c’est faux, que c’est vrai. Mais dès que vous voyez leur situation ou que vous la ressentez, vous pourriez avoir une opinion différente.

Qu'est-ce qui est alors un facteur décisif dans une relation pour vous deux ?

Pratik : Perte de respect.

Vidya : Confiance.

Pratik Gandhi et Vidya Balan posent pour l'Expresso. (Photo : Amit Chakravarty)

On dit que le mariage dans l'industrie cinématographique peut être difficile à maintenir en raison de toutes les tentations qui entourent les acteurs. Y a-t-il une part de vrai là-dedans ?

Vidya : En tant qu'acteurs, nous allumons et éteignons, n'est-ce pas ? Il faut être fidèle au moment présent. Et vous êtes parfois intime avec un inconnu ou avec votre co-acteur. Il y a des moments romantiques et intenses. Mais une fois que vous demandez une réduction, vous vous en sortez tout simplement. Cela arrive aussi avec l’âge et l’expérience. Peut-être qu’au début, vous ne parvenez pas à tracer une frontière entre le réel et le réel. Mais avec l'expérience, je pense qu'on apprend plutôt bien à faire ça.

Publicité

Pratik : Les acteurs sont constamment confrontés à des émotions différentes. Ce sont donc les meilleurs pour bien les contrôler. Les tentations sont égales dans le monde de l'entreprise, dans tous les autres domaines.

Lire aussi | Critique du film Do Aur Do Pyaar : Vidya Balan, la vedette, manque d'un certain piquant, mais prend vie par intermittence.

Pratik, comment s'est passée pour vous la navigation dans le mariage et la vie conjugale dans une configuration familiale commune ?

Pratik : C'était le moment le plus amusant que j'ai eu. Mes parents, mon jeune frère, ma femme et moi vivions tous ensemble dans une cuisine d'une pièce transformée en un seul appartement BHK. Nous avions beaucoup de souvenirs, beaucoup de bons souvenirs.

Vidya : Je ne voulais pas (des premiers jours de Siddhartha et moi) sortir quelque part. Et la culture paparazzi venait juste de commencer. Je me souviens donc que nos premiers rendez-vous se déroulaient uniquement dans la voiture. Nous continuerions à conduire de Bandra à la ville et retour. Mais c’étaient des temps lourds et grisants. Très excitant. Le plaisir, c'était aussi parce qu'il y avait ce côté un peu clandestin, que j'ai complètement apprécié.

Publicité

Vidya, vous étiez presque censé faire votre premier film avec la superstar de l'industrie malayalam, Mohanlal. Le film a été mis sur les tablettes. Et puis de 2000 à 2003, vous étiez exclus des films. Il y avait des gens qui vous traitaient de malchanceux. Cette phase a-t-elle été éreintante, surtout parce que vous ne venez pas d'une famille cinématographique privilégiée ?

Vidya : J'ai vécu un chagrin d'amour pendant trois ans. Le sentiment de rejet était si fort et dévastateur. J’étais brisé et ma volonté de continuer sur cette voie était souvent ébranlée. Mais je dois dire que le feu dans mon ventre éclipsait tout le reste. Alors je me couchais en pleurant presque tous les soirs.

Mais le lendemain matin, j'étais de retour là-bas. Je vais le donner aujourd'hui, et ensuite voyons ce qui se passe. Et cette journée a duré trois ans, mais le vent a commencé à tourner. Je prierais beaucoup. Je m'épanchais aussi auprès de ma famille, ce qui me donnait beaucoup de force.

Vous souvenez-vous d'un incident particulier qui vous a vraiment poussé, qui a été vraiment déchirant lorsque vous n'obteniez pas le genre de rôles que vous souhaitiez ?

Publicité

Vidya : Après que le film avec Mohanlal ait été mis de côté, un autre film malayalam a également été mis de côté. C'est donc là que je pense que les gens ont commencé à me qualifier de malchanceux ou de porte-bonheur. Et c'était déchirant. Ce n’était pas de ma faute. Beaucoup d’autres personnes qui m’avaient signé entre ces deux films ont commencé à me remplacer sans me le faire savoir. Je pense donc que c'est dans une douzaine de films que j'ai été remplacé.

Je n'arrivais pas à comprendre du tout. Je faisais un film tamoul. Le premier jour du tournage, le producteur est venu pour le tournage du muhurat, a pris du recul et a refusé de me rencontrer. J'ai trouvé ça un peu bizarre. Puis en quelques jours, j'ai été remplacé. Parce qu'il a dit, je lui ai fait lire le kundli, et elle n'a pas de chance. Mes parents… leur cœur se brisait aussi pour cet enfant.

Je me souviens donc que nous sommes allés tous les trois à Chennai. Nous nous sommes assis avec le producteur et il a dit : « Regardez-la, est-ce qu'elle aime une héroïne sous n'importe quel angle ? » Je pense que ce commentaire sur mon apparence était très préjudiciable. Pendant environ six mois, je n’ai pas eu le courage de me regarder dans le miroir. Mais la vie boucle la boucle. Et après la sortie de Lage Raho Munna Bhai, j'ai croisé le même producteur dans un aéroport. Et il a dit qu’il faisait un très gros film et qu’il voulait m’approcher avec ça. J'ai dit : « Bien sûr. C'est le numéro de mon manager. Vous pouvez lui parler.'

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Un post partagé par Indian Express Entertainment (@ieentertainment)

Pratik, vous travailliez à Mumbai en tant qu'ingénieur mécanique indépendant, supervisant l'installation de tours de téléphonie cellulaire dans la ville puis la tenue d'auditions. Comment avez-vous géré tout cela à l'époque ?

Pratik : J'ai adoré cette phase, en fait. Cette phase m’a appris beaucoup de choses. Je venais de quitter Surat pour Mumbai en 2004. La télévision était le média le plus important et de nombreuses séries étaient réalisées. Je pensais que quelque part je trouverais ma place. J'ai continué à donner des auditions. Et la télévision m’a carrément rejeté. Leur idée d'avoir un acteur dans une émission de télévision était un peu différente.

Publicité

Mon apparence ne leur convenait pas. Ils étudiaient un certain type de physique, un certain type de couleur de peau. Lors d'une audition, un gars m'a dit ça, baaki sab toh theek hai, mais tumhe ameer nahi dikha paayenge. Et je me disais : si quelqu'un peut commenter mes talents d'acteur, je peux toujours y travailler. Mais comment puis-je travailler là-dessus ? Alors j’en ai vraiment ri. J'ai dit, alors je suppose que j'arrive trop tôt ici. Je ferais mieux de prendre mon temps. Et le théâtre a toujours été mon espace. Cela m'a apporté beaucoup de réconfort. J'ai donc continué à le faire.

À l'époque, malheureusement, la conversation ne portait pas sur le métier. C'était à cause de votre apparence à l'écran. Avec le recul, avec la conscience que vous avez aujourd'hui, pensez-vous qu'il s'agissait d'une chasse aux sorcières ?

Vidya : Si je dois être absolument honnête, je le fais. Et cela venait d’un problème personnel que quelqu’un avait avec moi. Et ça va. Je vais mieux aujourd'hui.

Vidya Balan et Pratik Gandhi à Expresso. (Photo : Sankhadeep Banerjee) Vidya Balan et Pratik Gandhi à Expresso. (Photo : Sankhadeep Banerjee) Vidya Balan et Pratik Gandhi à Expresso. (Photo : Sankhadeep Banerjee)

Vidya, lorsque vous vous regardiez à l'écran dans les films que vous avez réalisés au cours de votre phase initiale, y a-t-il eu des jours où vous ne vous identifiiez pas à qui vous étiez à l'écran ?

Publicité

Vidya : Je viens d'une famille non cinématographique, n'est-ce pas ? Donc, s’il y avait un costumier sur un film, je ne devinerais pas ce qu’il me donne à porter. Je ne vais pas rester debout et dire au DOP comment il doit éclairer le cadre. De même, je porterais exactement ce que le costumier avait choisi pour moi. Mais visiblement, ils ne connaissaient pas leur métier. Et je pense que quand je repense aux performances, heureusement, elles vont bien.

Mais ce que je ressens rétrospectivement, c’est que je me démarquais comme un pouce endolori, parce que cela ne me mettait pas au défi. Cela ne me satisfaisait pas. Je n’étais pas d’accord pour jouer le second violon. Je pense que cette phase a été très cruciale pour moi, car cela m'a ensuite amené à choisir Ishqiya et à faire Paa et à faire The Dirty Picture et Kahaani et No One a tué Jessica. Vous me jetez des pierres et je construirai un palais.

Lire aussi | Vidya Balan : « Animal a travaillé parce que les créateurs étaient sans vergogne et ne se remettaient pas en question »

Avez-vous déjà ressenti la morsure du népotisme tel que les gens en parlent aujourd'hui ? Kareena avait fait ses débuts quelques années avant l'arrivée de Parineeta. Et Pratik, quand vous dansiez lors des fêtes d’anniversaire des enfants pour gagner de l’argent, Ranbir et Sonam Kapoor étaient à l’écran. Quelques années plus tard, il y avait Alia Bhatt. Avez-vous déjà ressenti une certaine disparité tous les deux ?

Pratika : J'ai ressenti cette disparité. J'étais à Surat, donc j'avais l'impression que tous ceux qui vivent à Mumbai ont tous un avantage car ils sont plus proches de cette industrie. Donc je suppose que personne n’est à blâmer, et c’est comme ça que ça marche. Mujhe toh unke liye bahut bura lagta tha, qu'ils ne pouvaient pas y aller… Ils ne pouvaient pas faire face à des refus, ce qui pourrait en fait les aider à devenir de meilleurs acteurs.

Publicité

Vidya : Je n’ai jamais su comment répondre à la question (du népotisme), parce que j’ai le sentiment, népotisme ou pas, que je suis là. Vous savez, l'industrie kisi ke baap ki nahi hai. Nahi toh har baap ka beta, har baap ki beti hôte réussi. Donc je ressens ça, j’ai toujours été un ranger solitaire et j’ai été heureux de faire mon propre truc. Il y avait des moments où j’avais l’impression que si j’avais eu la protection de certaines personnes, peut-être que les gens auraient été plus gentils. Mais en termes d’opportunités, je pense que personne n’a pu me refuser ma part. Donc je pense que cela n'a vraiment pas d'importance.

Pensez-vous que l'insistance sur l'apparence physique, en particulier celle d'une star féminine, a peut-être diminué au fil des années dans l'industrie, parce qu'on parle tellement de positivité corporelle ?

Vidya : Je pense qu'il y a un énorme changement. Auparavant, avant chaque film, le producteur et le réalisateur me demandaient si je pouvais perdre un peu de poids. Et je fais face à des problèmes de santé depuis très, très longtemps. C’était donc quasiment impossible. Finalement, il y a environ quatre ou cinq ans, lorsque le réalisateur m'a dit cela, je lui ai dit : je ne serai pas le corps que tu as besoin de moi. Alors peut-être que tu devrais aller voir le corps dont tu as besoin pour le film. Ils étaient visiblement abasourdis. Le rôle a été écrit en pensant à moi, le rôle n’exigeait pas que je sois une belle silhouette. Alors pourquoi cette insistance ? Et ce n’était pas comme si je n’essayais pas de perdre du poids, mais j’ai eu des défis. Et j’ai fait de mon mieux pour rester en bonne santé. Je pense que cela a toujours été mon objectif.

En grandissant, je voulais être mince. À un certain stade de la vie, j'ai réalisé que si cela n'arrivait pas, laissez-moi être heureux de ce que je suis. Parce que ce corps me maintient en vie, et c’est de ce corps que j’abuse. À un moment donné, le corps va cesser de fonctionner. Et je ne serai même pas là pour en abuser. Alors je pense juste que j’ai commencé à m’aimer et à m’accepter. Et donc, ça me fait tellement plaisir de voir toutes sortes de corps représentés à l’écran aujourd’hui, bien plus qu’avant. Ce n'est pas encore absolu, mais au moins il y a du changement.

Publicité Vidya Balan, Pratik Gandhi à Expresso. (Photo : Amit Chakravarty)

À l'époque, comment l'industrie a-t-elle réagi à vos éloges ? Avez-vous déjà rencontré des stars masculines réticentes à jouer dans un film de Vidya Balan ?

Vidya : À l'époque ? Je ne pense pas qu'ils seraient autorisés, même aujourd'hui, à jouer dans un film de Vidya Balan ou dans un film dirigé par une femme. Leur perte, honnêtement, parce que nous faisons un meilleur cinéma qu’eux. Ils font des films plus classiques, et les films dirigés par des femmes sont bien plus excitants. Les gens ont été reconnaissants, mais les stars masculines sont mal à l'aise à l'idée que les femmes occupent le devant de la scène. Ou plutôt, peut-être qu’ils ne sont pas d’accord de ne pas occuper le devant de la scène… Je me disais qu’ils étaient menacés. Que puis-je faire ?

Quelle est la chose la plus importante à retenir lorsque vous goûtez pour la première fois à une grande célébrité ?

Pratik : Je pense l'avoir compris très tôt dans ma vie : rien n'est permanent. Les applaudissements d’aujourd’hui ne seront peut-être pas au rendez-vous demain. Les critiques d’aujourd’hui pourraient se transformer en éloges demain. Je suis donc ici en tant qu'acteur. Mon travail consiste à créer des personnages de la manière la plus honnête possible, et c'est ce que je continue de faire ici.

Vidya, pour vous, y a-t-il eu un apprentissage après avoir commencé à goûter au succès ?< /strong>

Vidya : Au début, c'était tout simplement incroyable pour moi. C’était un rêve de longue date et il s’est effectivement concrétisé. En fait, je voyais le succès. Et je ne pense pas que j’ai apprécié ça à l’époque, parce que je ne savais pas comment le faire. On m’a présenté tellement d’opportunités. Je travaillais dos à dos et je ne me suis pas arrêté pour savourer ce moment. Mais c'est peut-être la meilleure façon de gérer ce problème.

Que signifie un succès comme Crew pour l'industrie aujourd'hui ? Cela arrive à un moment où les superproductions machistes semblent dominer les charts.

Vidya : En fait, tous les blockbusters machistes ne se portent pas bien. Voici un film dirigé par trois femmes. Et c'était tellement amusant. Ils ne se prenaient pas trop au sérieux. Et ça me ravit qu’un film avec trois femmes, et à l’âge où elles sont, se porte si bien. Cela change donc beaucoup. Je pense que c'est un moment merveilleux.

Pratik, quel est ton premier souvenir en regardant un film de Vidya Balan ?

Pratik : Le premier souvenir était Hum Paanch. Et puis le souvenir marquant était Parineeta. Elle était brillante dans le film.

Y a-t-il un certain conseil que vous êtes heureux de ne pas avoir suivi.

Vidya : Je n'ai suivi aucun conseil.

Vidya Balan, Pratik Gandhi à Expresso. (Photo : Amit Chakravarty)

Questions du public en direct

Que signifie pour vous le succès ?

Pratik : La définition du succès change chaque jour. Ce que je voulais hier, dès mon arrivée, maintenant j'ai besoin d'autre chose… Pour les acteurs, le succès, c'est quand nous voyons le scintillement dans vos yeux lorsque vous nous demandez : vous sentez-vous réussir ?

Vidya : La définition du succès a changé au fil du temps. Aujourd’hui, c’est devenu plus que de grands objectifs. Il s'agit de moments qui m'apportent de la joie

Vous avez tous les deux réalisé des biopics sur Harshad Mehta et Silk Smitha. Quelle est l’approche ? Kitna andar se mila, kitna bahar se mila, ya sabkuch bahar se tha internalize kiya (Combien avez-vous absorbé de l'extérieur et qu'avez-vous internalisé) ?

Pratik : Zyada tar toh bahar dit bonjour milta hai. Par jab ham karlete hai tab uske kuch résidu reh jate hai… Personnages Jitne ham karte hai, kuch na kuch hamare andar chut hi jata hai (Beaucoup de choses viennent de l'extérieur. Mais lorsque le travail est terminé, certains résidus du personnage restent avec nous). Et cela fait de nous de meilleurs êtres humains, cela nous fait sympathiser davantage avec la société et les gens que nous rencontrons. Pour moi, créer un personnage a toujours été un voyage spirituel car je dois me laisser disponible pour que cette magie opère.

Vidya : Je pense avoir trouvé beaucoup de soie en moi. Honnêtement, elle avait juste besoin de se déchaîner. Mais Silk m’a aussi libéré dans une large mesure. Elle m'a mis tellement à l'aise dans ma peau. Et j'adorerai toujours Dirty Picture pour ça.

Plus d'histoires premium

Je n'ai rencontré personne dans l'Inde rurale qui considérait Modi comme un abonné uniquement

Comment les lacs de Bengaluru ont disparuAbonné uniquement

Soutenu par le facteur Modi, Tejasvi Surya est bien assis à BangaloreAbonné uniquement

Pour survivre en tant que artiste aujourd'hui, soyez un mégalomaneAbonné uniquement

Comment l'art de FN Souza était à la fois déroutant et saisissantAbonné uniquement

Lakshya Sen & Priyanshu Rajawat détient la clé du service réservé aux abonnés indiens

Pourquoi Shobhaa De dit que la faim est sous-estimée

'Une croissance élevée n'est pas possible si nous ne faisons pas notre propreAbonné uniquement

© IE Online Media Services Pvt Ltd

Joyeux Mahavir Jayanti 2024 : 25+ meilleurs vœux, salutations, SMS, messages WhatsApp pour vos amis et votre famille

0

Meilleurs vœux Mahavir Jayanti 2024 :Mahavir Janma Kalyanak, populairement connu sous le nom de Mahavir Jayanti, est l'un des festivals jaïns les plus propices. En 2024, Mahavir Jayanti sera célébré le dimanche 21 avril , marquant l'anniversaire de la naissance du 24e et dernier Tirthankara du jaïnisme, le Seigneur Mahavir.

Né au début de Né au 6ème siècle avant notre ère dans une famille royale Kshatriya Jain de l'Inde ancienne, Mahavir Jayanti est célébré le treizième jour du mois Chaitra, qui tombe généralement entre la mi-mars et le début avril, selon le calendrier grégorien.

Jour de foi, de réflexion, d'illumination et de devoir social pour la communauté jaïn, Mahavir Jayanti marque la naissance du Seigneur Mahavir, ses enseignements et sa philosophie, célébrés en grande pompe par les jaïns en Inde et à travers le monde.

Pour célébrer ce festival de bon augure, échangez des salutations, des souhaits et des messages qui reflètent les valeurs et les principes du jaïnisme, avec vos amis et votre famille.

Vœux de Mahavir Jayanti 2024 : voici plus de 25 messages à partagez avec vos proches

1. Que les bénédictions du Seigneur Mahavira vous comblent de paix, de bonheur et de force intérieure. Joyeux Mahavir Jayanti !

2. En cette occasion propice, embrassons tous le chemin de l’ahimsa et travaillons pour un monde plus compatissant. Joyeux Mahavir Jayanti !

3. Que les enseignements du Seigneur Mahavira vous guident vers une vie de simplicité, de contentement et de croissance spirituelle. Joyeux Mahavir Jayanti !

Publicité

4. Alors que nous célébrons Mahavir Jayanti, réfléchissons à l’importance de la vérité (Satya) et vivons avec intégrité. Joyeux Mahavir Jayanti !

5. Je vous souhaite un joyeux Mahavir Jayanti rempli des bénédictions du Seigneur Mahavira et de la chaleur de vos proches.

6. Que ce Mahavir Jayanti vous inspire à vivre une vie de non-possession (aparigraha) et à apprécier le vrai sens du bonheur.

7. Laissez la lumière de la sagesse du Seigneur Mahavira éclairer votre chemin et vous guider vers l’illumination. Joyeux Mahavir Jayanti !

Publicité

8. Que l'esprit de Mahavir Jayanti remplisse votre cœur de gentillesse et de compassion pour tous les êtres vivants.

9. Célébrer Mahavir Jayanti en réaffirmant les principes de bonne conduite – un chemin vers un meilleur soi et un monde meilleur.

10. Nous envoyons des vœux chaleureux pour un Mahavir Jayanti rempli de paix, de prospérité et d'éveil spirituel.

11. Dans ce Mahavir Jayanti, puissions-nous trouver la force de surmonter la négativité et d'embrasser le pouvoir du pardon.

Publicité

12. Puisse les enseignements du Seigneur Mahavira nous inciter à être des agents de changement positif et à créer une société plus pacifique. Joyeux Mahavir Jayanti !

13. Je vous souhaite un Mahavir Jayanti rempli de la joie de la convivialité et des bénédictions du Seigneur Mahavira.

14. Que ce Mahavir Jayanti soit un rappel de pratiquer la pleine conscience et de vivre le moment présent.

15. Célébrons Mahavir Jayanti en défendant les valeurs de justice, d'égalité et de non-violence.

Publicité

16. Que la lumière de la connaissance illumine votre chemin alors que nous célébrons Mahavir Jayanti.

17. Je vous souhaite un Mahavir Jayanti rempli de bénédictions de bonne santé, de bonheur et de bien-être spirituel.

18. Que le message de paix du Seigneur Mahavira résonne dans votre cœur et guide chacune de vos actions. Joyeux Mahavir Jayanti !

19. Nous célébrons Mahavir Jayanti avec un engagement renouvelé en faveur de l'autodiscipline et d'une vie éthique.

Publicité

20. Envoi de vœux chaleureux pour un Mahavir Jayanti rempli de joie, de paix et des bénédictions du Seigneur Mahavira.

21. Que les enseignements du Seigneur Mahavira soient une lueur d’espoir et de guidance en ces temps difficiles. Joyeux Mahavir Jayanti !

22. Célébrons Mahavir Jayanti en adoptant les principes Jain de vie simple et de pensée élevée.

23. Que ce Mahavir Jayanti allume en nous la flamme de la compassion et de la compréhension.

Publicité

24. Je vous souhaite un Mahavir Jayanti rempli des bénédictions de la paix intérieure et de la croissance spirituelle.

25. Puisse le message de non-violence du Seigneur Mahavira nous inspirer à créer un monde exempt de conflits et de souffrance. Joyeux Mahavir Jayanti !

26. Célébrer Mahavir Jayanti en réfléchissant à l'importance de respecter tous les êtres vivants.

27. Que l'esprit de Mahavir Jayanti nous guide vers une vie d'équanimité et d'équilibre intérieur.

Publicité

28. Envoi de vœux chaleureux pour un Mahavir Jayanti rempli de joie, de prospérité et des bénédictions du Seigneur Mahavira.

29. Que ce Mahavir Jayanti soit un rappel de vivre une vie de vérité et d'intégrité, inspirée par les enseignements du Seigneur Mahavira.

30. Puisse l'esprit de Mahavir Jayanti nous inspirer à vivre une vie déterminée et au service des autres.

31. Je vous souhaite un Mahavir Jayanti heureux et significatif ! Puisse le message d'Aparigraha (non-possession) du Seigneur Mahavira nous inspirer à trouver le vrai bonheur en appréciant ce que nous avons.

32. Laissez l’esprit de Mahavir Jayanti nous remplir des valeurs de véracité, de bonne conduite et d’autodiscipline. Joyeux Mahavir Jayanti !

33. Que la lumière de la sagesse jaïn illumine votre chemin sur ce Mahavir Jayanti. Je vous souhaite une journée remplie de bénédictions et de bien-être spirituel.

34. Célébrer Mahavir Jayanti en adoptant les principes du jaïnisme : non-violence, véracité et non-possession. Puissent ces valeurs nous guider vers un avenir meilleur.

© IE Online Media Services Pvt Ltd

Comment l'artiste FN Souza a réduit le cosmos à un point à travers son œuvre

0

Même lorsqu'il grandissait à Goa, au Portugal, il écorchait l'hypocrisie et la corruption dans ses peintures. Né dans une famille catholique romaine, Francis Newton Souza (1945-2002), frappé par la splendeur et la couleur de l'église, a également vilipendé les modes répressifs du clergé et ses pratiques. Ses premières peintures avaient des formes déformées qui faisaient ressortir les plaies de l'âme, pour ainsi dire, des classes sacerdotales et même de la religion elle-même. Loin des « Christs blonds d’opéra et des Vierges timides aux cheveux blonds » qu’il avait été encouragé à imiter étant enfant au collège jésuite de Bombay où il avait étudié avant d’être expulsé, Souza préférait les images fracturées et fragmentées qui révélaient le fonctionnement interne du soi.

À l'occasion du centenaire de la naissance de l'artiste, un grand nombre de ses œuvres que j'ai organisées – qui étaient exposées à la Lalit Kala Akademi et à la galerie Dhoomimal – révèlent l'honnêteté brutale avec laquelle l'artiste a affronté le mal, celui des siens et des autres. Comme il l'a déclaré : « C'est le serpent dans l'herbe qui est vraiment fascinant. Brillant, orné de joyaux, se tordant dans l'herbe verte… perfide comme Satan mais beau comme Lui. »

Si les peintures de Souza s’étaient limitées au clergé et au Christ, elles n’auraient eu qu’un effet limité. Mais il a impacté ces formes avec les traits faciaux grinçants des riches et des puissants et a révélé leur manipulation et leur corruption inhérentes. Il a eu l’occasion de les observer de près dans le Londres d’après-guerre, où il a vécu à partir de 1949. Dans des œuvres comme Six Gentlemen of Our Times (1955), par exemple, nous voyons les têtes puissantes de l’artiste réalisées avec de l’encre et du papier pour provoquer une secousse viscérale avec leurs traits malveillants, révélant le mal qui couve en dessous. C’est cette galerie de voyous qui a ouvertement dénoncé l’inhumanité de l’homme envers l’homme – non pas depuis les tranchées de la guerre mais aux portes mêmes de l’existence.

Souza a construit des visages grotesques, avec des yeux sans âme sur le front, des bouches grinçantes entièrement découvertes, le visage étant un terrain strié et rocheux délimité par des lignes et pétrifié par sa propre violence. On s’émerveille devant la simplicité des moyens par lesquels ce visage extraordinairement mobile est construit avec des traits hachurés adroits, comme des lances harponnantes. L'effet hérissé qu'il crée ainsi remplace les ombres et constitue, dans son rythme le plus effréné, la principale caractéristique de la forme. L'artiste a déclaré : « J'ai non seulement déshumanisé l'homme en deux lignes hachurées de chaque côté, mais j'ai également réduit le cosmos à un point. »

S’il a dénoncé la décadence des classes supérieures, il est tout à son honneur de ne pas s’être épargné. Un autoportrait de cette époque présente l’image de l’artiste percée de hachures, aux dents scintillantes et malveillantes. Ces visages macabres, qui suscitaient le dégoût, mettaient également à nu les couches souterraines de l’existence. Comme il l’a dit : « Les peintres de la Renaissance peignaient des hommes et des femmes en les faisant ressembler à des anges… » Je peins pour les anges, pour leur montrer à quoi ressemblent vraiment les hommes et les femmes. »

Souza a été sans équivoque quant à sa préférence pour les femmes. Il était souvent vilipendé pour ses femmes nues aux seins de plus en plus pendants. Cependant, son style de vie largement promiscuité démentait sa croyance dans la force et l’indépendance des femmes. Il estimait que les femmes étaient des êtres sexuels par nature et que cela avait été réprimé sous le régime colonial. Beaucoup de ses œuvres révèlent l'influence de l'art sublime et érotique de Khajuraho qui lui avait fait créer ses couples Mithuna où les hommes et les femmes sont intensément conscients l'un de l'autre et pleinement sexuels.

Les paysages de Souza ont toujours eu renverser des maisons très éloignées des études conventionnelles. Pourtant, ces structures apocalyptiques, pour ainsi dire déchirées, révélaient également le chaos environnant, non seulement dans un monde d'après-guerre, mais aussi de l'inhumanité de l'homme envers l'homme.

Publicité

Lorsque l'artiste s'installe à New York en 1967 avec sa femme américaine, qui était sa troisième partenaire, ne s'en sort pas très bien. La manifestation de formes grotesques est restée largement méconnue dans le style expressionniste abstrait qui a balayé le pays. Mais Souza était habitué à une existence terre-à-terre et continuait à travailler avec une énergie furieuse, et son travail d’écorchage des normes établies se poursuivait sans entrave. On ne peut donc que se réjouir de ses années passées à exposer les dessous de l’existence et de son désir inextinguible d’affronter franchement la vérité afin que les hommes et les femmes puissent mener une vie plus humaine.

L’écrivain est historien de l’art et conservateur indépendant basé à Delhi

© The Indian Express Pvt Ltd

Pourquoi Shobhaa De dit que la faim est sous-estimée

0

Rédactrice fondatrice de trois magazines extrêmement populaires, Stardust, Society et Celebrity, auteure indienne emblématique, chroniqueuse, éditrice, conteuse, conférencière, fille glamour avec gravité, icône de style, revivaliste du sari, mère de six enfants (2 par mariage et 4 (à elle seule) et grand-mère de plus d'enfants qu'une seule main ne peut en compter, Shobhaa De est celle vers qui je me dirige lorsque ma mère me manque. Elle est mon point d’ancrage et ma personne de référence lorsque j’ai besoin d’une muse, qui apporte du bon sens, une bonne conscience, une bonne empathie et beaucoup de sens pratique. Oui, Shobhaa est pour moi cette personne réconfortante à Mumbai qui m'accueille sans chichi, sans prétention, à toute heure du jour ou de la nuit, planifiée ou non. Elle ouvre la maison et le cœur et utilise les concoctions du foyer pour guérir ce qui souffre et inspirer ce qui a besoin d'inspiration. Elle vit et aime avec une faim insatiable, et ses mémoires Insatiable : My Hunger for Life (HarperCollins, 2023), nous donnent un merveilleux aperçu de la vie de cet humain extrêmement stupéfiant, aux talents et à la générosité ahurissants.

J'ai rencontré Shobhaa pour la première fois quand j'étais adolescent à Delhi avec les propriétaires gays de Krishna à Chaupal, un magasin d'antiquités du village de Hauz Khas. Sardar Mahijit Singh Ahluwalia et son partenaire, Nalin Tomar, et moi avons été frappés par Shobhaa – par ses écrits, ses connaissances approfondies et étendues, son esprit vif mêlé de gentillesse, sa grâce ancestrale et sa beauté émouvante. Son deuxième roman, Starry Nights (Penguin, 1991), venait de sortir et la vie de ses personnages avait suscité l'obsession de tout le monde. Ce qui nous a émus, nous trois hommes homosexuels, ce sont les conversations que cela a suscitées et la manière dont ces discussions ont conduit à une plus grande ouverture sur la sexualité, le genre et le sexe. Au pays du Kamasutra, où les Britanniques avaient laissé derrière eux leur pruderie, Shobhaa, à travers sa fiction à l'image de notre réalité, nous apprenait à être plus humains, plus fluides, plus tolérants et plus indiens.

Pendant la pandémie, mon mentoré et fils quasiment adoptif, le chef Vardaan Marwah, s'est rendu aux Maldives pour assister au Festival de littérature de Jaipur. J'étais là pour discuter de mon livre Instamatic (Milap, 2020) avec une écrivaine en herbe et consultante en marques de luxe, Anandita De. En raison de retards de vol, je suis arrivé sur l'île 36 heures plus tard que prévu, et pendant ce temps, Anandita avait contacté Vardaan et ils étaient déjà devenus amis. Même avant d'arriver à l'hôtel de l'île, j'avais été prévenu que j'allais rencontrer Ana De et sa famille, qui, selon Vardaan, savaient tout de moi et étaient ravies de me rencontrer. J'avais prévu l'amour et l'affection que me déverseraient une journaliste et sa famille, mais je n'avais pas encore compris que les parents d'Anandita étaient Dilip et Shobhaa De.

Publicité

Notre première rencontre a été le coup de foudre et nous nous entendions tous à merveille. Des plaisanteries et des grognements, une énergie pleine d’espoir et une indulgence infatigable pour l’ici et maintenant, des conversations ouvertes et passionnées, des mots surnaturels, une attention intuitivement empathique et un amour affamé pour la nourriture – tout cela est devenu le ciment qui nous unissait et nous maintient toujours ensemble. Vardaan et moi avons découvert une nouvelle famille et nos vies n'ont plus jamais été les mêmes.

Ana et moi avons eu une merveilleuse séance, une première pour elle en conversation avec un auteur, et une première pour moi au JLF. Grâce aux questions d’Ana, j’ai eu une idée des heures et des heures de devoirs qu’elle avait fait en recherchant ma vie et Instamatic. Elle n'a pas tardé à souligner que, ayant une mère qui n'a jamais manqué une échéance en 53 ans, elle est arrivée à l'écriture et au monde des livres et des auteurs avec un acte très difficile à suivre.

Femme qui, de son propre aveu, « ne sait pas compter, nager ou taper », Shobhaa n'a pas seulement flotté à travers l'océan de la vie, mais a navigué en forme de navire dans l'œil des tempêtes. Elle a écrit près de 25 livres, des dizaines de feuilletons, de nombreuses chroniques et longs métrages, et a été la cible d'accords lucratifs qui ont remporté un énorme succès pour de nombreuses entreprises chanceuses, en comptant les milliards de roupies qu'elle a gagnées grâce à eux. C’est cette capacité à perturber sans être destructeur, à livrer sans chichi, à sortir victorieux sans combat, qui est la marque de fabrique de Shobhaa De, la personne et la marque. Le fait qu’elle ne regarde pas en arrière la vie et ne remette pas en question ce qui était, mais qu’elle donne aujourd’hui le meilleur d’elle-même, la rend pleine de vie et plus jeune que jeune. La danse est sa passion, peu importe l’heure et le lieu ; pour elle, la musique ne s'arrête jamais, et avoir du ressort dans sa démarche et du rythme dans ses mouvements est de rigueur.

Shobhaa prétend qu’elle est égoïste en s’impliquant et en se souciant de sa famille, mais n’est-ce pas ce à quoi une famille est destinée et veut. Elle m'a dit à plusieurs reprises qu'elle s'investissait à 110 % dans sa famille et elle dit souvent que la compassion est la seule qualité qu'elle trouve irrésistible. Elle ne déteste rien de plus que quelqu'un qui est vaniteux et obsédé par lui-même, comprendre nos limites et celles des autres est un moyen de devenir de meilleures versions de nous-mêmes, même si nous ne réussissons pas toujours, et si nous pouvons aider notre famille et nos amis proches à y parvenir. des endroits où ils trouvent épanouissement et joie, ce qui est très gratifiant.

Publicité

Même avant que je déménage en ville, Shobhaa et Anandita ont commencé à semer les graines du chapitre de ma vie à Mumbai. Après avoir jonglé avec six enfants aux personnalités très différentes, dont aucun n'était même un peu soumis, Shobhaa m'a traité avec juste l'élan que ma mère apporte à la table. Chaque minute est consacrée à son souci de sa famille et de ses proches, et j'ai fait l'expérience de Shobhaa qui m'inspire, m'enseigne, me guide et me responsabilise de manière à me donner une impulsion amicale pour faire ce qui est correct, même si impopulaire et moins excitant.

Alors que le printemps se transforme en été et que les journées deviennent atrocement chaudes et plutôt difficiles, je me retrouve à me tourner vers Shobhaa et son attitude calme et travailleuse et sa façon de vivre et d'aimer plus cool qu'un concombre. Shobhaa est une humaine insatiablement affamée qui, à travers le travail de sa vie et sa générosité, nous a montré que la faim est sous-estimée. Elle m'a dit que « nous n'accordons pas assez de valeur à notre bhookh (faim) », et que nous mettons plutôt trop l'accent sur la beauté matérielle et les choses non essentielles, alors que la vraie beauté réside dans « ces choses que nous faisons et qui nourrissent tous nos sens ». à une satiété profondément bouleversante”.

Mon esprit fatigué et mon âme brûlée par la chaleur trouvent en Shobhaa De une voix sage qui se revêt de silhouettes et de motifs fascinants avec une convivialité empathique qui est désarmante, guérissante, excitante et fraîche. , car il crée son propre chemin, entièrement basé sur une connexion holistique à soi et au présent, dans le respect de la famille et de la tradition et de notre lien commun avec la planète. Insatiable, son livre et sa personnalité insatiable m'inspirent follement et ont faim, comme le dirait Shobhaa De : « Vivez le meilleur de ce moment, en lui donnant tout ce que vous pouvez avec une concentration laser, en croisant les doigts et en profitant du voyage. “.

© The Indian Express Pvt Ltd

Microsoft test nieuwe functies van het startmenu (en advertenties) in de bètaversie van Windows 11

0

Microsoft test nieuwe accountbeheer-, e-mail- en widgetfunctionaliteit in de nieuwste Windows 11 Beta-build (versie 22635.3500). De meeste gebruikers zullen de nieuwe bètafuncties waarderen, hoewel we zeker klachten zullen zien over geïntegreerde advertenties.

Eerder dit jaar begon Microsoft met het testen van een accountmeldingssysteem voor het Startmenu. Deze test is uitgebreid in de nieuwe bètaversie, waarmee u de services kunt zien die aan uw Microsoft-account zijn gekoppeld nadat u op uw profielfoto van het Startmenu hebt geklikt. Het is een snelle en gemakkelijke manier om uw resterende OneDrive-opslag of zelfs de vervaldatum van uw Game Pass-abonnement te controleren.

Microsoft kan ook de pop-up voor accountbeheer in het Startmenu gebruiken om beveiligingssuggesties te geven. In één schermafbeelding wordt in de pop-up gevraagd om een ​​herstel-e-mailadres in te stellen.

Over e-mail gesproken: met deze bètaversie kunnen Gmail-gebruikers zichzelf e-mailen vanuit het deelmenu van Windows 11. Het is een handige kleine functie waarvoor vroeger een Outlook-, Live- of Hotmail-adres nodig was.

Sluit

Het is geen Windows 11 als het geen advertenties bevat. Daarom plakt Microsoft een nieuwe "Game Pass-aanbevelingskaart" naar de startpagina Instellingen. Deze advertentie verschijnt alleen als u “actief games speelt op uw pc” terwijl u bent aangemeld bij Windows met uw Microsoft-account.

Daarnaast test Microsoft enkele Widget-verbeteringen in de nieuwe bètaversie. Insiders kunnen nu schakelen tussen een verzameling widgetdashboards: er is het basis Discover-dashboard, een eenvoudiger bord met alleen widgets en nieuwe aangepaste widgetborden gemaakt door externe ontwikkelaars. De dashboards van derden kunnen worden gebruikt voor gespecialiseerde taken en kunnen meldingen naar gebruikers sturen. De bètawidgetfunctionaliteit wordt echter alleen aangeboden aan bètatesters in de Europese Economische Ruimte. Een bredere uitrol zal op een later tijdstip plaatsvinden.

Nogmaals: deze wijzigingen zijn exclusief voor het bètakanaal. Microsoft heeft ook het Canarische kanaal bijgewerkt, maar bevat geen grote wijzigingen. Het ontwikkelaarskanaal blijft ongewijzigd.

Houd er rekening mee dat Windows 11 24H2 nog steeds gepland staat voor Q3 2024 (waarschijnlijk september). De 24H2-update zal waarschijnlijk gebaseerd zijn op de huidige Dev-release (v26100), wat betekent dat deze mogelijk geen van de nieuwe functies bevat die in dit artikel worden genoemd.

Windows Insiders kunnen handmatig updaten naar de nieuwste bètaversie. Deze releases worden automatisch geïnstalleerd als u 'haal de nieuwste updates zodra ze beschikbaar zijn' inschakelt. in Instellingen. Als je de nieuwste Windows 11-functies wilt testen, word dan lid van het bètakanaal.

Bron: Microsoft

Microsoft Store biedt u nu directe installatiedownloads

0

De Microsoft Store is de standaard app store op Windows-pc's en is de afgelopen jaren veel bruikbaarder geworden. Er wordt nu nog een nuttige verbetering geïntroduceerd: directe downloads in de webbrowser.

De webversie van de Microsoft Store heeft in 2023 een revisie ondergaan, waardoor het gemakkelijker wordt om applicaties en games in een webbrowser te vinden en er doorheen te bladeren (meestal via zoekresultaten op internet). Voor het installeren van een applicatie vanaf de site waren echter nog steeds een paar klikken nodig: u moest de browser toestaan ​​de link in de Microsoft Store te openen en vervolgens op Installeren klikken in het Store-venster nadat het laden was voltooid.

Wanneer u op Installeren klikt in de webversie van de Microsoft Store, downloadt de site nu een uitvoerbaar installatieprogramma. Rudy Huyn van Microsoft zei in een Twitter/X-post dat de winkel “veel sneller opent dan de Store”. en werkt als de Store is verwijderd of “al maanden niet is bijgewerkt.” De installatiebestanden zijn ook klein (mijn download voor de iCloud-app was een uitvoerbaar bestand van 703 KB) zonder bestanden voor de geselecteerde app, vergelijkbaar met de installatieprogramma's voor populaire apps zoals Google Chrome.

Rudy Huyn van Microsoft zei: “De feedback van ontwikkelaars en gebruikers die deelnamen aan de eerste drie rondes van ons experiment was uiterst positief, en de resultaten laten dit duidelijk zien.” Deze nieuwe methode voor het installeren van Store-applicaties heeft gemiddeld geleid tot een toename van 12% in het aantal installaties en een toename van 54% in het aantal applicaties dat na de installatie wordt gelanceerd.”

De nieuwe installatiedownloads zijn nog niet uitgerold naar alle applicaties in de Microsoft Store. Ik probeerde bijvoorbeeld op de knop Installeren in OneNote te klikken en deze werd geopend in de Microsoft Store, maar de knop Installeren in de iCloud-app downloadde een installatieprogramma. Dat zou moeten veranderen omdat Microsoft installatieprogramma's genereert voor meer apps die in de winkel worden vermeld.

Microsoft heeft sinds de komst van Windows 11 een aantal verbeteringen in de Store doorgevoerd, waaronder snellere app-installatie en meer ontwerpupdates. Het is echter ook een nieuwe plek geworden waar Microsoft u advertenties kan laten zien. De Microsoft Store begon begin 2023 met het toestaan ​​van gepromote apps in de zoekresultaten, vergelijkbaar met de Apple App Store en Google Play Store.

Bron: Rudy Huyn (Twitter/X)

Wilt u Windows-games op uw Mac spelen? Je hebt deze app nodig

0

Snelle links

  • Waarom whisky geweldig is voor Mac-gamers
  • Hoe je whisky installeert
  • Hoe je een fles whisky maakt
  • ul>

    • Een fles configureren in whisky
    • Problemen met whisky oplossen
    • Mijn ervaring met het spelen van games met whisky

    Apple-fans hebben Ze verlangden er al lang naar om Mac hun voorkeursgameplatform te noemen, maar het aantal games dat alleen op Windows beschikbaar is, blijft een probleem. Er is echter een manier om die kloof te overbruggen met een open source en gebruiksvriendelijke app genaamd Whisky.

    Waarom Whiskey geweldig is voor Mac-gamers

    Dankzij de introductie van Apple Silicon-processors, met indrukwekkende kloksnelheden en een ingebouwde -in GPU zijn de prestaties van geavanceerde games op Mac indrukwekkend. Bovendien ziet de toekomst van Mac-gaming er dankzij de Game Mode-functie van Sonoma rooskleurig uit.

    Desondanks is er nog steeds het slepende probleem van de ondersteuning voor ontwikkelaars. Hoewel Mac-gaming steeds serieuzer wordt genomen, zijn er nog steeds weinig poorten voor pc-games, wat betekent dat emulatie een populaire oplossing is. Het is om deze reden dat Whisky, een afsplitsing van de populaire Wine-emulator, de moeite van het bekijken waard is. Hiermee kun je Windows-games emuleren, inclusief topspellen als Hogwarts Legacy en Horizon Zero Dawn.

    Whiskey heeft een terminalvrije installatie, een snelle en toegankelijke interface en de mogelijkheid om emulatieprofielen en voorinstellingen te maken. We laten u zien hoe u Whiskey installeert en hoe u dit het beste kunt gebruiken om Windows-games te emuleren.

    Whiskey installeren

    Om Whisky te installeren, hebt u een Apple Silicon-chip (M1, M2 of M3) en macOS nodig Sonoma (versie 14.0 of hoger).

    Om Whisky te downloaden, download je de nieuwste versie op de Whiskey-website.

    Door rechtstreeks via de website te downloaden, werd Whiskey niet op de lijst met applicaties van mijn Mac geplaatst, dus ik raad aan om het aan je Dock vast te zetten voor gemakkelijke toegang.

    Of, als je pakketbeheerder Homebrew hebt, kun je het rechtstreeks via Terminal ophalen met behulp van deze opdracht: brew install –cask whisky

    Een fles maken in Whiskey

    Eenmaal geïnstalleerd, open je Whiskey en wordt je gevraagd je eerste fles te maken. Flessen zijn een functie die Whiskey onderscheidt van andere Windows-emulators. Het zijn ingebouwde profielen waaraan u een game of applicatie kunt koppelen en deze vervolgens individueel kunt configureren. Dit is handig als presets en instellingen goed werken voor de ene game, maar niet voor de andere.

    Klik om te beginnen op "Fles maken." Geef de fles een naam, selecteer de versie van Windows en het bestandspad waar u de fles wilt opslaan.

    Hoe een fles in whisky configureren

    Nadat u uw fles heeft gemaakt, selecteert u deze in de linkerlijst. Hiermee kunt u er een programma aan toewijzen en instellingen beheren die specifiek zijn voor deze fles.

    Als je dat nog niet hebt gedaan, download dan de game of applicatie die je wilt emuleren via Whisky. Als een applicatie beschikbaar is voor meerdere systemen, zoals Steam, moet je de Windows-versie krijgen.

    Na het downloaden selecteert u "Programma vastzetten", klikt u op "Bladeren" om het pad te vinden waarop het uitvoerbare bestand is geïnstalleerd en geef het een naam. Als u klaar bent, klikt u op 'Vastzetten'.

    Er is ook een "Flesconfiguratie" optie als u het programma onder specifieke omstandigheden wilt uitvoeren, maar ik raad u aan de standaardinstellingen te gebruiken totdat u problemen tegenkomt die moeten worden aangepakt.

    Zodra u klaar bent om uw applicatie of game uit te voeren, drukt u op "Uitvoeren." Het zal waarschijnlijk de eerste installatiewizard doorlopen, zoals normaal gesproken op een Windows-computer. Op dit punt loopt je spel nu via Whisky.

    Problemen oplossen met whisky

    Hoewel de meeste Windows-games zonder grote problemen via Whisky draaien, is het niet gegarandeerd dat het met alles compatibel is. De documentatie van Whisky geeft een overzicht van ondersteunde games, samen met eigenaardigheden waar je op moet letten en instellingen die je moet toepassen. Het is geen uitputtende lijst, maar het is een goed begin.

    Als je merkt dat je game crasht of helemaal niet opent, pas dan de flesinstellingen van Whisky aan of zoek online om te zien of iemand een soortgelijk probleem is tegengekomen. Enkele goede eerste stappen zijn het veranderen van "Enhanced Sync" van "MSync" naar “ESync” en/of schakelen tussen “DXVK.”

    Voor andere problemen bladert u door de opstartgids van Whisky.

    Mijn ervaring met het spelen van games met whisky

    Om te testen of mijn games correct emuleerden en om wat prestatiebenchmarks te krijgen, heb ik drie games gebruikt: Persona 3 Reload, Bomb Rush Cyberfunk en Hi-Fi Rush. Dit zijn games uit het middensegment die grafisch niet bijzonder intensief zijn. Ik heb deze tests uitgevoerd op een M1 MacBook Air uit 2020; modellen met M2- en M3-chips zullen waarschijnlijk indrukwekkendere prestaties leveren.

    Bomb Rush Cyberfunk en Hi-Fi Rush draaiden uitstekend, met beide een consistente 60 FPS op hoge instellingen, en geen merkbare grafische of gameplay-gerelateerde problemen.

    Voor Persona 3 Reload draaide de game op een consistente 30 FPS, op gemiddelde instellingen. Helaas waren de algehele prestaties niet optimaal, met merkbare schermscheuren, zelfs als VSync was ingeschakeld. Bovendien waren sommige UI-elementen ronduit kapot, zoals het instellingenmenu, en het aanpassen van de opties in Whiskey kon het probleem niet oplossen.

    Emulatie kan een enigszins ingewikkeld proces zijn, maar Whiskey helpt het te stroomlijnen. Het ontvangt regelmatig updates, wat betekent dat er ruimte is voor mogelijke verbeteringen in de spelprestaties en compatibiliteit in de toekomst. Ik ben aangenaam verrast over hoe ver gamen op de Mac is gekomen.

Home Assistant wil een echt Smart Home-platform zijn

0

Slimme apparaten voor thuisgebruik kunnen geweldig zijn, maar ze zijn niet perfect, en ze zijn vaak alleen officieel compatibel met ecosystemen die worden beheerd door Google of Amazon. Als je iets geavanceerder en gedecentraliseerd wilt, is Home Assistant misschien iets voor jou. Nu krijgt Home Assistant een apparaatcertificeringsprogramma en een nieuwe organisatiestructuur.

Home Assistant, een door de gemeenschap gebouwd, open-source smart home-platform, heeft een aanzienlijke transformatie ondergaan door onderdeel te worden van de nieuw opgerichte Open Home Foundation, een non-profitorganisatie die zich toelegt op het besturen en bezitten van Home Assistant en aanverwante entiteiten. De stichting wordt geleid door de makers van Home Assistant en de eerste bestuursleden, en hoewel de stichting in de toekomst misschien groter wordt dan alleen Home Assistant, is het op dit moment feitelijk alleen dat.

Ondanks de krachtige functies heeft Home Assistant problemen ondervonden bij het bereiken van mainstream adoptie vanwege de steile leercurve en de complexiteit bij het onboarden van apparaten en de gebruikersinterface. Met de opkomst van de door de industrie gesteunde smart home-standaard Matter ziet Home Assistant echter een kans om zich als consumentenmerk op één lijn te brengen en te concurreren met grote spelers als Apple, Amazon, Samsung en Google. Om dat te doen, moeten ze wat ‘traditioneler’ zijn. en ze hebben steun nodig voor groei. Dat is eigenlijk de gedachte achter het creëren van de basis: het platform groter maken.

De strategische routekaart van de stichting omvat initiatieven zoals de lancering van de Home Assistant Green smart home hub, het uitbreiden van het Works With Home Assistant-programma, het ontwikkelen van hardware voor spraakbesturing, het integreren van AI-modellen voor lokale verwerking en het verbeteren van de gebruikersmogelijkheden van het platform. interface voor bredere toegankelijkheid. Uiteindelijk is het doel van deze organisatorische verandering om Home Assistant te pitchen als een gebruiksvriendelijkere en mainstream optie voor smart home-enthousiastelingen. Er zullen echter meer veranderingen nodig zijn dan alleen dat.

Terwijl Home Assistant zich ontwikkelt onder de paraplu van de Open Home Foundation, probeert het te kapitaliseren op de groeiende vraag naar privacygerichte, interoperabele smart home-oplossingen, terwijl het trouw blijft aan zijn missie om gebruikers te voorzien van meer controle en autonomie over hun verbonden apparaten. Of het met succes door deze transitie heen kan komen en een leidende concurrent op de slimme thuismarkt kan worden, valt echter nog te bezien, vooral in het licht van de concurrentie van andere, veel populairdere platforms.

Bron: The Verge