6 000 travailleurs indiens seront amenés en Israël entre avril et mai

0
5

Plus de 6 000 travailleurs indiens arriveront en Israël en avril et mai pour aider le secteur de la construction du pays à faire face à une pénurie de main-d'œuvre suite au déclenchement du conflit Israël-Hamas.

Ils seront sera amené en Israël par « navette aérienne » ; suite à une décision conjointe du bureau du Premier ministre israélien (PMO), du ministère des Finances et du ministère de la Construction et du Logement de subventionner les vols charters, indique un communiqué publié mercredi soir par le gouvernement israélien.

L'industrie de la construction en Israël emploie des travailleurs dans des domaines spécifiques où il y a un manque de travailleurs israéliens.

Le groupe le plus important, soit environ 80 000 travailleurs, venait de Cisjordanie contrôlée par l'Autorité palestinienne et 17 000 autres de la bande de Gaza. Mais une grande majorité d'entre eux ont vu leur permis de travail révoqué après le début du conflit en octobre.

Le communiqué indique qu'il s'agit du « plus grand nombre de travailleurs étrangers arrivant en Israël pour le secteur de la construction en peu de temps ».

“Grâce au financement conjoint du PMO, du ministère des Finances et du ministère de la Construction et du Logement, l'arrivée de plus de 6 000 travailleurs indiens a été convenue il y a environ une semaine. en avril et mai sur une « navette aérienne » ; suite au subventionnement des vols charters,” c'est dit.

La déclaration a été publiée après que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a convoqué une réunion au Cabinet du Premier ministre ici, dans un contexte de pénurie aiguë de main-d'œuvre qui a bloqué plusieurs projets, suscitant des inquiétudes quant à l'augmentation du coût de la vie et également des frictions entre divers organismes gouvernementaux et entreprises.

Les travailleurs indiens sont amenés en Israël dans le cadre d'un accord de gouvernement à gouvernement (G2G) entre les deux pays.
Mardi la semaine dernière, 64 ouvriers du bâtiment indiens sont arrivés en Israël dans le cadre de l’accord. Il y aura une série d'arrivées dans les semaines à venir, pour un total de 850 d'ici la mi-avril.

Un peu plus de 900 ouvriers du bâtiment sont arrivés d'Inde au cours des derniers mois par la voie B2B, impliquant des travailleurs humains. agences de ressources dans les deux pays.

S'adressant au PTI, des sources du secteur de la construction ont déclaré qu'après trois mois, au cours desquels plus de 20 000 travailleurs d'Inde et du Sri Lanka ont été approuvés pour des emplois grâce à des tests de sélection menés par l'Association des entrepreneurs israéliens (ICA), seulement environ 1 000 travailleurs étaient arrivés.

Ils avaient imputé ce retard aux « procédures bureaucratiques », notamment l'obtention de divers permis.

Publicité

La plupart des travailleurs sélectionnés auraient démissionné de leur emploi. et en attente de recevoir un visa pour travailler en Israël, avaient affirmé les sources.

“Le gouvernement israélien a fait part à plusieurs reprises de son intention d'accélérer ces procédures, mais ne l'a pas fait”, a-t-il déclaré. une source a affirmé et ajouté que toutes les parties prenantes impliquées en Israël auraient proposé plusieurs plans lors de leurs discussions avec le gouvernement pour accélérer le processus.

La semaine dernière, l'ICA avait déclaré au PTI : « La tâche qui nous a été confiée par le gouvernement a été réalisée à un rythme record. Cela fait des semaines que nous avons terminé trois cycles de sélection de travailleurs au cours desquels l'approbation professionnelle a été donnée pour employer plus de 20 000 travailleurs, dont la moitié dans la filière gouvernementale et l'autre moitié dans la filière entreprise.” « Nous appelons le gouvernement à agir immédiatement pour amener ici les travailleurs qui ont déjà (été) approuvés et à créer un (processus) accéléré pour l'approbation et la fuite des travailleurs. Le retard dans l’arrivée des travailleurs d’Inde et du Sri Lanka nuit à toutes les personnes concernées », a-t-il déclaré. avait-il déclaré.

Netanyahu, lors d'une conversation téléphonique avec son homologue indien Narendra Modi en décembre de l'année dernière, avait discuté de l'avancement de l'arrivée de travailleurs indiens en Israël.

Publicité

Outre ceux d'Inde et du Sri Lanka, un groupe d'environ 7 000 travailleurs sont venus de Chine et environ 6 000 d'Europe de l'Est.
Le ministre israélien de l'Économie, Nir Barkat, lors de son voyage en Inde en avril de l'année dernière, s'est entretenu avec des responsables et son homologue de Delhi, sur l'embauche d'Indiens dans divers secteurs, notamment dans le secteur de la construction. Les discussions avaient tourné autour de la participation de près de 1,60 000 personnes.

Il y a environ 18 000 Indiens qui travaillent en Israël, pour la plupart comme soignants. La plupart d’entre eux ont décidé de rester en Israël pendant la guerre parce qu’ils « se sentaient en sécurité ». et « aussi parce que les salaires sont assez attractifs ».

Israël et l'Inde ont également signé un accord en mai de l'année dernière lors de la visite à Delhi du ministre des Affaires étrangères de l'époque, Eli Cohen, pour permettre à 42 000 Indiens de travailler dans l'État juif dans les domaines de la construction et des soins infirmiers, une décision qui a ensuite été considérée comme contribuant à un accord. avec l'augmentation du coût de la vie et aider des milliers de familles en attente de soins infirmiers.

Un communiqué publié à l'époque par le ministère israélien des Affaires étrangères indiquait que 34 000 travailleurs seraient employés dans le secteur de la construction et 8 000 autres pour les besoins infirmiers.

Publicité

Au cours des six derniers mois, environ 800 travailleurs indiens ont également rejoint le secteur agricole israélien. Le bureau de presse du gouvernement a déclaré dans un communiqué : « Conformément à une directive du Premier ministre, un travail intensif du personnel » dirigé par le directeur général du cabinet du Premier ministre, Yossi Shelly, — a été menée afin de faciliter une forte augmentation du nombre de travailleurs étrangers en Israël, de réduire le coût de la vie et de réduire considérablement la bureaucratie et les frictions entre le secteur et le secteur des affaires, tout en améliorant la supervision et le contrôle de l'emploi des travailleurs étrangers et en protégeant de leurs droits.” Après des discussions, Netanyahu a demandé qu'une décision sur la question soit soumise au gouvernement la semaine prochaine.

Cette décision déterminera le nombre de travailleurs étrangers en Israël et un mécanisme d'ajustement en cas de chômage grave dans l'économie qui affecterait l'emploi des Israéliens, indique le communiqué.

“Il a également été déterminé que le gouvernement autorisera un comité de directeurs généraux, présidé par le directeur général du PMO, à répartir les quotas entre les différentes branches de l'économie en fonction des besoins soulevés par les ministères du gouvernement auprès des responsables économiques,” » a-t-il déclaré, alors que divers secteurs de l'économie se sont fait unanimes pour dénoncer la pénurie de main-d'œuvre.

Le ministre des Finances, de l'Intérieur, de la Protection sociale et des Affaires sociales, de la Construction et du logement, le secrétaire du cabinet et les responsables du Cabinet du premier ministre faisaient partie de ces personnes. qui ont assisté aux discussions, des responsables des ministères des Affaires étrangères, de l'Économie, de l'Intérieur, de la Justice, des Transports, du Travail, du Logement et de la Construction, du Conseil économique national et de l'Autorité de l'Agriculture, de la Population et de l'Immigration ont également participé.