Extrait de la presse ourdoue : « L'INDE devrait porter l'unité du rassemblement de Delhi à la bataille électorale », « la dérobade du scrutin de Sitharaman soulève des questions »

0
7

La chaleur estivale vient peut-être de commencer à s'accumuler à travers le pays, mais la bataille électorale de Lok Sabha est déjà en ébullition. Alors que le camp INDE accuse désormais le système du BJP de « matchs truqués » inLes élections en « militarisant » les agences centrales contre eux, les lignes de fracture entre les deux camps se sont creusées. Les quotidiens ourdou ont capturé cette flambée de violence, marquant le début d'une campagne tendue, assurant une couverture médiatique saturée du rassemblement de Ramlila Maidan de l'alliance d'opposition, dont la chanson thème était “Sauvez la démocratie, sauvez la Constitution”.

SIASAT

Soulignant le rassemblement du bloc INDE organisé au Ramlila Maidan historique de Delhi, le journal Siasat, basé à Hyderabad, a déclaré qu'il s'agissait d'une méga démonstration de force mettant en vedette les principaux dirigeants de l'opposition de tout le pays, qui cherchait à « envoyer un message clair que malgré malgré toutes les manœuvres du gouvernement et de ses pom-pom girls, le bloc INDE est uni et stable ».

Doit lire | 5 points à retenir du rassemblement de Ramlila du bloc INDE : du message du Congrès au Pendjab à l'AAP en passant par la position clarifiante du TMC

Le quotidien note que les projecteurs étaient braqués sur les épouses du ministre en chef emprisonné de Delhi et suprémo de l'AAP, Arvind Kejriwal, ainsi que sur l'ancien chef emprisonné du CM et du JMM du Jharkhand, Hemant Soren, Sunita Kejriwal et Kalpana Soren, lors du rassemblement. « La réalité est que la démocratie est en péril dans le pays et qu’il faut la sauver. Le principe le plus fondamental du pays – l’unité dans la diversité – est en train d’être bouleversé. Ceux qui ont des opinions et des pensées divergentes sont ciblés, et toutes les tentatives sont faites pour imposer une politique et une idéologie homogènes au peuple », indique l'éditorial. « Toute dissidence contre le gouvernement est qualifiée de crime. Diverses agences se mobilisent contre quiconque s'oppose au gouvernement, les médias flagorneurs se joignant à eux pour attiser les sentiments de calomnie à leur égard. Ils sont ensuite frappés avec des valises et envoyés en prison. Autrefois respectées, les différences politiques ont été ramenées aujourd'hui au niveau de l'inimitié personnelle. »

Publicité

Le quotidien a qualifié d’importante la participation de Derek O’Brien du TMC au rassemblement, étant donné que le parti dirigé par Mamata Banerjee se bat seul contre les élections de Lok Sabha au Bengale occidental. « Cela souligne que même s'il peut y avoir des divergences entre les partis d'opposition, ils sont unis dans la cause plus large de la démocratie. Et c’est là le cœur du problème : il est impératif que chaque parti responsable et citoyen bien pensant se lève pour protéger la démocratie », déclare-t-il.

L’alliance INDE devrait afficher une unité d’objectif similaire dans le champ de bataille électoral, indique le montage. « S'ils mènent une lutte sans relâche et avec détermination contre les politiques d'intimidation et de peur dans le but de libérer la démocratie, le succès ne peut rester longtemps insaisissable. »

INQUILAB

Faisant référence aux remarques de la ministre des Finances de l'Union, Nirmala Sitharaman, expliquant pourquoi elle s'est retirée des élections de Lok Sabha, l'édition de New Delhi d'Inquilab, dans son éditorial du 31 mars, note que sa raison était qu'elle « n'avait pas le genre d'argent nécessaire pour contester une élection à Lok Sabha ». “Sitharaman a également évoqué une autre raison pour sa décision de décliner l'offre de son parti : les critères de victoire liés à la communauté et à la religion”, note l'éditorial.

« La déclaration de Sitharaman suscite plusieurs questions », écrit le quotidien. «Premièrement, alors que le coût des élections en Inde est faramineux, quelles propositions a-t-elle faites jusqu'à présent pour le contrôler, étant donné qu'elle occupe un poste de premier plan dans le gouvernement de Narendra Modi depuis plusieurs années ? Deuxièmement, de quelles sources les fonds sont-ils parvenus à ceux qui se présentent joyeusement aux élections ? »

Advertisement Must Read | Je me suis retiré des sondages de Lok Sabha et je n'avais pas d'argent pour me présenter, dit Nirmala Sitharaman.

La deuxième partie de la déclaration du FM soulève d’autres questions, indique l’éditorial. « Son commentaire sur la question de la gagnabilité est également vrai. Mais pourquoi est-elle restée silencieuse jusqu’à présent sur l’utilisation de la religion en politique ? Et qu’a-t-elle fait contre le jeu des castes dans la vie publique ? » demande-t-il, ajoutant que Sitharaman a fait partie du Cabinet de l'Union en tant que membre du Rajya Sabha et qu'elle s'est dérobée lorsque son parti lui a demandé de se lancer dans la politique électorale.

« Dans la bataille électorale, ses rivaux auraient pu poser des questions difficiles à Sitharaman : pourquoi y a-t-il tant de pauvreté dans le pays, et si ce n'était pas le cas, pourquoi le gouvernement distribuait-il des rations gratuites à 80 millions de personnes ? Il y a aussi des questions sur le chômage, la hausse des prix, etc.», précise le quotidien. « Certaines de ces questions ont été régulièrement posées par le célèbre économiste Parakala Prabhakar, qui est le mari de Sitharaman. Prabhakar a été un critique féroce de la politique du gouvernement Modi”, indique l'éditorial.

“Sa décision d'éviter les sondages pourrait également nuire aux perspectives ministérielles de Sitharaman si le BJP dirigé par Modi revenait au pouvoir après avoir remporté les sondages”, ajoute le texte.

URDU TIMES

Commentant la mort de Mukhtar Ansari, un homme mafieux devenu homme politique, dans la prison de Banda, dans l'Uttar Pradesh, le journal Urdu Times, basé à Mumbai, note dans un éditorial du 30 mars que Mukhtar avait plusieurs identités. « Mesurant plus d’un mètre quatre-vingts, Mukhtar était connu comme un gangster et un « Robin des Bois », qui appartenait à une famille de combattants de la liberté. » Son grand-père paternel Mukhtar Ahmed Ansari était un éminent combattant de la liberté qui avait également été président du Congrès national indien avant l'indépendance, tandis que son grand-père maternel, le brigadier Mohammad Usman, a été martyrisé au combat pendant la guerre indo-pakistanaise en 1948 et a reçu le prix. Maha Vir Chakra, les notes éditoriales. Après la partition, le fondateur du Pakistan, Mohammad Ali Jinnah, avait invité le général de brigade Usman à rejoindre l'armée de son pays, mais il a refusé.

Publicité

Le quotidien déclare : « L’image de Mukhtar Ansari parmi les gens ordinaires des districts de l’est de l’UP comme Ghazipur et Mau était plus celle d’un Robin des Bois que d’un gangster, en particulier parmi les pauvres, les faibles et les opprimés. Cela est confirmé par de nombreuses histoires. Il était un visage populaire dans la région, ce qui explique sa victoire à cinq reprises consécutives dans la circonscription de Mau Sadar depuis 1996, dont trois fois en prison.

La mort de tout détenu en garde à vue. ou en prison soulève des questions sur l'ordre public, qui se sont accentuées dans le cas de la mort de Mukhtar, car il avait informé les tribunaux qu'on lui administrait du « poison lent » en prison, indique l'éditorial, notant que les autorités avaient a attribué sa mort à un arrêt cardiaque. Alors qu'un acte criminel a été allégué dans la mort de Mukhtar par les membres de sa famille, la vérité doit éclater dans cette affaire, dit la rédaction, soulignant qu'un autre gangster-politicien de l'UP, Atiq Ahmad, ainsi que son frère Ashraf, ont été abattus par des assaillants alors qu'ils étaient en détention. escorté par la police à Prayagraj l'année dernière.

© The Indian Express Pvt Ltd