Un tribunal pakistanais entendra le plaidoyer de libération sous caution d'Imran Khan dans l'affaire de corruption d'Al Qadir Trust

0
64

La Haute Cour d'Islamabad entendra mercredi la demande de libération sous caution de l'ancien Premier ministre pakistanais Imran Khan dans l'affaire de corruption d'Al Qadir Trust, car sa précédente caution a expiré.

Le 12 mai, le tribunal a émis une directive interdisant aux autorités d'arrêter le chef du parti pakistanais Tehreek-e-Insaf (PTI) dans divers cas, y compris des cas non divulgués, enregistrés dans tout le pays jusqu'au 15 mai.

Lors de l'audience qui a suivi, le tribunal a encore prolongé la restriction de l'arrestation jusqu'au 31 mai, a rapporté le journal Dawn.

Le tribunal entendra également deux demandes de libération sous caution supplémentaires de l'ancien Premier ministre, concernant des affaires relatives à une violation de l'article 144 lors d'un rassemblement organisé à Islamabad pour montrer son soutien au pouvoir judiciaire, ainsi que les incidents de violence survenus le 9 mai.

Plus tard mercredi, un tribunal de la responsabilité examinera le plaidoyer de libération sous caution de l'épouse d'Imran Khan, Bushra Bibi, dans l'affaire Al Qadir Trust. Alors que Khan fait face à plus de 100 affaires, Bushra est nommée dans deux affaires – Toshakhana (cadeaux) et l'affaire Al-Qadir Trust.

L'affaire Al-Qadir Trust concerne la création de l'Université Al-Qadir pour le soufisme dans la région de Sohawa 2019 du district de Jhelum au Pendjab.

L'arrestation de Khan le 9 mai par les Rangers pakistanais paramilitaires dans les locaux de l'IHC a déclenché des troubles au Pakistan. Pour la première fois dans l'histoire du Pakistan, les manifestants ont pris d'assaut le quartier général de l'armée (GHQ) à Rawalpindi et ont également incendié la maison du commandant du corps à Lahore.

Publicité

La police a fait le bilan des affrontements violents à 10 alors que le parti de Khan affirme que 40 de ses travailleurs ont perdu la vie dans les tirs du personnel de sécurité.

Lire aussi

L'organisme pakistanais de réglementation des médias électroniques interdit le temps d'antenne pour 9 mai offen…

'Randonnée avec mes fils' : l'ancien Premier ministre pakistanais Imran Khan sur ce qui lui manque…

Le premier envoi de pétrole brut russe arrivera au Pakistan le mois prochain

6 tués, 2 blessés dans une explosion à l'intérieur d'une maison dans la province pakistanaise du Pendjab

Khan a été évincé du pouvoir en avril de l'année dernière après avoir perdu un vote de défiance à l'encontre de son leadership, qui, selon lui, faisait partie d'un complot dirigé par les États-Unis le visant en raison de ses décisions de politique étrangère indépendantes sur la Russie, la Chine et l'Afghanistan