Le BJP, imperturbable face à l'appel d'Oppn au boycott de l'inauguration du Parlement, s'en tient à ses armes : “Un non-problème”

0
65

L'opposition se rassemble contre le gouvernement Narendra Modi en décidant de boycotter l'inauguration du nouveau bâtiment du Parlement le 28 mai mais le BJP reste ferme, avec hauts dirigeants du parti faisant valoir que la colère de l'opposition n'aura aucun écho auprès du grand public. L'opposition a plaidé sur la base d'une irrégularité constitutionnelle, affirmant que le fait de ne pas obliger le président Draupadi Murmu à inaugurer le bâtiment est une insulte aux valeurs constitutionnelles.

Alors que le ministre de l'Union Hardeep Singh Puri a déclaré que pendant le mandat des gouvernements du Congrès dans le passé, les premiers ministres avaient inauguré des bâtiments dans le complexe du Parlement, le ministre en chef de l'Assam, Himanta Biswa Sarma, a justifié la décision de demander au Premier ministre Narendra Modi de dévoiler le bâtiment en citant des exemples de Les CM des gouvernements des États non gouvernés par le BJP ouvrent de nouveaux bâtiments à l'Assemblée sans inviter le gouverneur ou le président.

Aussi dans le pouls politique | Derrière l'absence de certains partis non-BJP de sauter l'inauguration du Parlement, une Chambre Oppn divisée

“Au cours des 9 dernières années – 5 gouvernements d'État non-BJP/Opposition ont soit posé les premières pierres, soit inauguré un nouveau bâtiment de l'Assemblée législative. Tout a été fait soit par le ministre en chef, soit par le président du parti. Pas un seul cas, le gouverneur ou le président n'a été invité », a tweeté Sarma mercredi.

Les quatre exemples qu'il a cités étaient les suivants : les gouvernements de l'Alliance progressiste unie dirigés par le Congrès dans le Jharkhand et l'Assam ont posé les premières pierres des bâtiments de l'Assemblée en 2014 ; Andhra Pradesh CM a posé la première pierre d'un nouveau bâtiment en 2018 ; l'ancienne présidente du Congrès Sonia Gandhi a posé la première pierre du bâtiment de l'Assemblée du Chhattisgarh en 2020 ; et l'inauguration du bâtiment de l'Assemblée Telangana en 2023. Il a affirmé que dans aucun de ces cas, le gouverneur n'a été invité.

Lire aussi | En chiffres : 19 partis Oppn affrontent le gouvernement Modi, mais comment se comparent-ils au BJP au Parlement ?

Sarma a par la suite ciblé l'opposition pour avoir “joué le drame du boycott” et a affirmé que la manifestation de l'opposition était due au fait que l'inauguration aurait lieu le jour de l'anniversaire de la naissance de l'idéologue hindoutva V D Savarkar.

« Le boycott est évident. Ils se sont opposés à la construction du Parlement. Ils n'ont jamais pensé que la construction serait achevée si tôt. Donc, tout s'est passé comme un videur pour l'opposition. Juste pour sauver leur face, ils mettent en scène le drame du boycott… Le Parlement ouvrira le jour associé à Veer Savarkar. Cela pourrait être une raison supplémentaire pour eux de s'opposer ou de boycotter la fonction…”

À lire | Le YSRCP s'en tient au cap, pour assister à l'inauguration du nouveau bâtiment du Parlement ; BRS attend et regarde

Dix-neuf partis d'opposition, dont le Congrès, ont annoncé mercredi leur décision de sauter l'inauguration du nouveau bâtiment du Parlement, affirmant que la décision du Premier ministre Modi de l'inaugurer lui-même et de “mettre complètement à l'écart” le président Draupadi Murmu insulte la haute fonction du président et viole la lettre. et l'esprit de la Constitution. Ils ont dit que c'était inacceptable. Le All India Majlis-e-Ittehadul Muslimeen (AIMIM) ne faisait pas partie de la déclaration commune, mais a également déclaré qu'il boycotterait l'événement.

Interrogé sur la décision de l'opposition, le ministre de l'Intérieur de l'Union, Amit Shah, a déclaré à la presse conférence à New Delhi que le gouvernement avait étendu l'invitation à tous les partis politiques et qu'ils répondraient selon leur sagesse.

Publicité

D'autres membres du BJP ont soutenu que l'opposition avait « fait un problème d'un non-problème ». Un haut responsable du parti a déclaré : « Cette question n'a pas de conséquences politiques négatives et le public ne pense pas qu'il s'agit d'un gros problème. Le Premier ministre a une bonne image parmi le peuple et ils ne penseraient pas qu'il n'est pas apte à inaugurer le nouveau bâtiment du Parlement.

Lire aussi | Ne faites pas le lien avec la politique, déclare Amit Shah lors de l'inauguration du nouveau Parlement et de la cérémonie du sceptre

Un ministre de l'Union a déclaré que “l'opposition essaie de créer un problème qui n'a aucune résonance auprès du public”.

Le chef du BJP, P Muralidhar Rao, a déclaré que l'opposition essayait de se battre. « Les parties, afin de créer une confrontation et de résoudre les différences et les désaccords, créent inutilement un problème. Modi, étant le Premier ministre et le chef du Lok Sabha et le chef du gouvernement, inaugurera le nouveau bâtiment. Les gens ne le verront pas négativement.”

Les alliés du BJP dénoncent un “manque de respect flagrant”

Publicité

Les alliés du BJP au sein de l'Alliance démocratique nationale (NDA) ont déclaré que le boycott de l'opposition était une “décision méprisante” et ont ajouté qu'il n'était pas “simplement irrespectueux ; c'est un affront flagrant à l'éthique démocratique et aux valeurs constitutionnelles de notre grande nation ».

Dans une déclaration commune, les parties ont déclaré : « Le Parlement est une institution sacrée, le cœur battant de notre démocratie et l'épicentre de la prise de décision qui façonne et influence la vie de nos citoyens. Un tel manque de respect flagrant envers cette institution trahit non seulement une faillite intellectuelle, mais un mépris inquiétant pour l'essence même de la démocratie. Le Shiv Sena du ministre en chef Eknath Shinde et l'Apna Dal (Sonelal), ont déclaré que les partis d'opposition “ont fait preuve d'une attitude nonchalante alarmante à l'égard de leurs fonctions parlementaires”.

Ils ont ajouté : « L'audace de ces partis d'opposition à prêcher la décence parlementaire et les valeurs constitutionnelles est, à la lumière de leurs actions, tout simplement risible. Leur hypocrisie ne connaît pas de limites – ils ont boycotté la session spéciale de la TPS présidée par le président indien de l'époque, Shri Pranab Mukherjee ; a sauté la cérémonie lorsqu'il a reçu le Bharat Ratna, et a même rendu une visite de courtoisie tardive à Shri Ramnath Kovind Ji lors de son élection à la présidence. »

La déclaration conjointe a déclaré que la décision de l'opposition de présenter un candidat contre le président Draupadi Murmu aux élections présidentielles de l'année dernière n'était pas seulement un manque de respect et une insulte à son égard, mais un “affront direct aux castes et tribus répertoriées”.

Publicité

“Il est douloureusement évident que l'opposition évite le Parlement parce qu'il représente la volonté du peuple – une volonté qui a rejeté à plusieurs reprises sa politique désuète et égoïste. Leur préférence pour les gouvernements semi-monarchiques et les partis familiaux montre une aversion pour une démocratie dynamique, une idéologie incongrue avec l'éthique de notre nation », lit-on dans la déclaration signée par 14 partis.

Les alliés du BJP aussi a frappé les partis de l'opposition en disant que leur unité ne concernait pas une “vision partagée du développement national” mais “une pratique partagée de la politique des banques de votes et une propension à la corruption”.

Lire aussi

Boost pour le gouvernement : BSP, TDP, JD(S) s'opposent boycott du Parlement ina…

Rappelant la saga bouillonnante d'Ashok Gehlot, la querelle de Sachin Pilot en 5 actes ” />

Le BJP se mobilise pour 2024 sur le champ de bataille UP : Groupes de sièges LS, déploiements…

En route pour une tournée de 3 villes aux États-Unis, l'itinéraire chargé de Rahul Gandhi : Stanford Un…Publicité

Ils ont ajouté , « Ces partis ne peuvent jamais espérer réaliser les aspirations du peuple indien. Leurs actions aujourd'hui résonneront dans les annales de l'histoire, jetant une ombre sur leur héritage. Nous les exhortons à penser à la nation et non à des gains politiques individuels. »