L'alliance SP-RLD rencontre des turbulences : alors que la rupture avec Akhilesh Yadav s'élargit, Jayant Chaudhary “explore les options”

0
59

Les fissures entre le parti Samajwadi (SP) et son allié Rashtriya Lok Dal (RLD) semblent s'élargir, les dirigeants du RLD confirmant que le parti explore des options pour les alliés pour les élections de 2024 à Lok Sabha et accusant le président du SP Akhilesh Yadav de les intimider. Les deux parties, cependant, ont officiellement soutenu qu'il n'y avait pas de rupture.

Les différences entre les deux partis sont devenues évidentes lors des élections des organes locaux urbains de l'UP, car ils différaient sur le partage des sièges. Le RLD à l'époque a insisté sur le fait que l'alliance était toujours forte, mais dans plusieurs sièges, les alliés se sont disputés. Dimanche, deux hauts dirigeants du RLD ont déclaré à l'Indian Express que le parti regardait au-delà du SP parce que “le plus grand parti n'a pas respecté son allié junior jusqu'à présent”. Les deux dirigeants ont laissé entendre que le parti dirigé par Jayant Chaudhary se dirigeait vers le Congrès.

Un haut dirigeant du RLD a déclaré sous couvert d'anonymat: «Notre président national a pris la tête du Congrès. Nous explorons nos options et si tout se passe bien, vous pourriez voir le parti Azad Samaj, le Congrès et le RLD contester ensemble les élections de 2024. »

Le fonctionnaire du parti a ajouté : « Les pourparlers entre Jayant ji et la direction du Congrès ont eu lieu. À certaines occasions, même le chef du Congrès du Rajasthan, Sachin Pilot, et Chandrashekhar (chef du parti Azad Samaj) ont été présents.

Lire aussi | Au milieu d'un mécontentement grandissant au Tripura BJP, Biplab Deb cible les “outsiders” pour avoir nui à ses prospects

Le RLD et le Congrès ont déjà un accord de partage des sièges au Rajasthan, où le parti a un député – Subhash Garg de Bharatpur.

Samedi, Jayant a assisté à la cérémonie de prestation de serment du ministre en chef du Karnataka, Siddaramaiah, tandis que le président du PS, Akhilesh Yadav, s'est tenu à l'écart de l'événement en invoquant des “engagements antérieurs”. Le secrétaire général national du RLD, Kuldeep Ujjwal, a cependant déclaré qu'il ne fallait pas trop lire la décision de Chaudhary d'assister à la cérémonie. « Ils ont appelé notre chef (Jayant) avec beaucoup de respect et d'amour. Et par conséquent, il est parti. Il y a été montré un grand respect et Rahul Gandhi a pris son nom de la scène avant les nouveaux CM. Cela signifie beaucoup.”

Il a ajouté : “Mais cela ne signifie pas que notre alliance avec SP est en danger ou s'il y a une distance entre les deux parties. Pas du tout.”

Publicité

Le RLD est l'allié le plus fiable du SP depuis les élections de Lok Sabha en 2019, lorsque les deux partis se sont réunis dans le cadre d'un “mahagathbandhan (grande alliance)” avec le parti Bahujan Samaj (BSP) dirigé par Mayawati. Les deux partis ont également contesté les élections à l'Assemblée de l'UP en tant qu'alliés, Akhilesh formant une “alliance parapluie” avec des partis plus petits de l'État tels que le parti Suheldev Bharatiya Samaj (SBSP) d'Om Prakash Rajbhar et Mahan Dal. Peu de temps après les élections de Lok Sabha, le BSP s'est séparé de l'alliance et, de même, le SBSP et le Mahan Dal sont également partis. Mais le RLD est resté ferme avec Akhilesh.

Jayant Chaudhary a également recruté Chandrashekhar Azad après de multiples rencontres avec Akhilesh et le chef dalit a accepté de rejoindre l'alliance RLD-SP en novembre. Depuis lors, Azad a été vu avec le président du PS à plusieurs reprises.

Meerut la poudrière

Les premiers signes d'une rupture ont commencé à apparaître lors de la distribution des billets pour les élections municipales. Le plus grand point d'éclair était le siège du maire de Meerut que le RLD lorgnait. Au lieu de cela, Akhilesh n'a pas consulté le RLD et a nommé Seema Pradhan le candidat du parti. Seema est l'épouse du SP MLA Atul Pradhan, qui représente Sardhana dans le district de Meerut.

Publicité

Il y avait également des problèmes liés aux candidats au siège de Mavana Nagar Palika Parishad de Meerut et Khekhda Nagar Palika de Baghpat, entre autres.

Un haut responsable du RLD a affirmé que le SP n'avait pas accordé à son parti ce qui lui était dû. «Nous sommes un parti avec une base solide parmi les Jaats et avec Chandrashekhar étant avec nous, nous travaillons également à tendre la main aux Dalits. Les musulmans nous soutiennent aussi. Mais le président national du PS nous intimide. Il ne nous a pas donné un seul siège de maire dans West UP et le résultat est devant vous. Nous voulions concourir au siège du maire de Meerut, mais le SP a annoncé son candidat et le résultat est devant vous. Ils ont été embarrassés à Meerut. Nous aurions présenté un candidat musulman du RLD et remporté le siège », a déclaré le dirigeant.

Il faisait référence à la défaite embarrassante du SP lors de l'élection du maire de Meerut au cours de laquelle Pradhan a terminé troisième derrière le candidat Anas de All India Majlis-e-Ittehadul Muslimeen (AIMIM). Elle a terminé avec 13 000 voix de retard sur la candidate AIMIM. Meerut a une importante population musulmane d'environ quatre lakh, suivie par les Jaats qui comptent environ 1,5 lakh et les Gujjars, une communauté à laquelle appartient Pradhan.

Un autre incident qui a illustré que tout n'allait pas bien entre Jayant et Akhilesh s'est produit le 2 mai, lorsque le chef du RLD n'a pas assisté à l'événement de la campagne électorale civique du chef du SP dans le district de Saharapur de l'ouest de l'UP. Le RLD à l'époque a minimisé l'absence de Jayant en disant que d'autres chefs de parti étaient présents avec Akhilesh.

Lire aussi | L'attente du Karnataka pour un Dalit CM continue : pourquoi le Congrès a laissé passer l'occasion de rompre avec le passé

Jayant n'a pas non plus assisté à la conférence de presse prononcée par Akhilesh le 2 mai. Les dirigeants du RLD étaient cependant présents avec le chef du SP qui a organisé une tournée de présentation pour le candidat du parti à la mairie de Saharanpur Noor Hasan Malik.

Publicité

«Nous avons fait beaucoup de compromis avec le SP, mais nos travailleurs sont en colère maintenant et veulent que nous voyions au-delà du SP, qui a même perdu le soutien de sa principale banque de votes de musulmans et de Yadavs. Les musulmans sont mécontents du SP parce qu'Akhilesh ji a peur. On ne peut pas faire de politique avec la peur. Il a toujours peur des hindous de la caste supérieure. Ils ne voteront ni pour le SP ni pour le RLD. Ils votent pour le BJP et continueront de le faire. Akhilesh ji ne pouvait même pas supporter son chef le plus ancien, Azam Khan. Les musulmans regardent tout cela », a déclaré un autre dirigeant du RLD.

Le fonctionnaire du parti a déclaré : « Akhilesh Yadav a lui-même affaibli l'alliance avec nous. Nous avons toujours été accommodants, mais il y a une limite. Nous sommes tous responsables devant les travailleurs du parti et finalement devant le peuple. Nous espérions pouvoir concourir entre 10 et 15 sièges Lok Sabha. Mais dans l'état actuel des choses, Akhilesh Yadav essaiera de nous donner deux ou trois sièges, et ce n'est pas juste. .com/2023/05/parl-new-modi.jpeg?resize=450,250″ />

“Le bureau du président réduit à la symbolique” : l'Oppn envisage de boycotter le nouveau Parli…

Les chiffres empilés contre lui, Kejriwal se prépare à partir pour unir Oppn a…

Nitish Kumar, Tejashwi Yadav rencontrent Mallikarjun Kharge, Rahul Gandhi aujourd'hui

En route vers 2024 | Le BJP cherche à rester ferme après la perte du Karnataka, se sent le st … Publicité Il n'y a pas de problème. L'alliance est solide. Nous sommes heureux que Jayant ji soit allé au Karnataka. C'était une bonne décision. Akhilesh ji serait également parti, mais n'a pas pu en raison d'engagements antérieurs. »