“Triste situation pour les droits de l'homme en Inde… La détermination du père Stan Swamy nous inspire”

0
43

Père Frazer Mascarenhas. (Source : Youtube)

Le 5 juillet, cela fera un an depuis la mort du prêtre de 84 ans et militant du Jharkhand, Stan Swamy, alors qu'il était en garde à vue. Swamy a été arrêté dans l'affaire Elgaar Parishad par l'Agence nationale d'enquête (NIA) en octobre 2020 et un acte d'accusation a été déposé contre lui pour ses liens présumés avec le CPI interdit (maoïste). Swamy avait nié les accusations.

Le père Frazer Mascarenhas, l'ancien directeur du St Xavier's College de Mumbai et le curé de la paroisse de St Peter's Church, aux soins de qui Swamy était dans ses derniers jours, en conversation avec Sadaf Modak :

Q. Vous étiez avec le père Stan Swamy lors de ses derniers jours à l'hôpital. Comment s'est passé l'année écoulée pour vous ?

R. Cela a été une année difficile non seulement parce qu'il est décédé, ce qui a été tragique bien sûr, mais aussi parce que la persécution des militants des droits de l'homme s'est poursuivie et aggravée. Teesta Setalvad a été arrêté, et le co-fondateur d'Alt News Mohammed Zubair, a également été arrêté pour des accusations frivoles. L'ordonnance de la Cour suprême sur la requête de Zakia Jafri a été stupéfiante. Qu'un juge de la cour suprême puisse écrire cela à propos d'un plaideur dont les efforts ont conduit à la condamnation de tant d'auteurs pour la même tragédie est incroyable.

Best of Express Premium

Premium

UPSC Essentials : Termes clés de la semaine dernière

Premium

ExplainSpeaking : Malgré la chute, les marchés boursiers indiens sont toujours survaleurs…

Premium

'Peter Brook a essayé de nous détruire, de nous recréer. Je n'étais pas prêt à être détruit…

Premium

Au Gujarat, la crise de Covid rassemble les couples séparés pour une seconde chancePlus d'histoires Premium &gt ;>

C'est une triste situation pour les droits de l'homme dans le pays. La mort du père Stan Swamy a mis en évidence le début du traitement sévère des militants des droits de l'homme dans l'affaire Bhima Koregaon, mais il en a également englouti d'autres maintenant. On aurait pu espérer que sa mort ferait comprendre aux gens que ce n'est pas la voie à suivre. Mais l'action contre les militants qui défendent les droits de l'homme n'a malheureusement pas cessé, même après sa mort. Son courage, cependant, nous inspire tous. En acceptant son décès, nous sommes encouragés par son travail. Nous organisons une émission en sa mémoire le 5 juillet.

Q. Le prix Martin Ennals a reconnu la contribution du père Stan Swamy et lui a rendu un « hommage spécial et posthume » ; le mois dernier. Le procès contre lui est suspendu, mais vous avez demandé à la Haute Cour de Bombay de faire blanchir son nom. Pouvez-vous nous dire où en est l'affaire ?

R. La pétition a été déposée au nom de la Compagnie de Jésus, une organisation mondiale, et spécifiquement au nom des Jésuites de Jamshedpur, dont le Père Stan faisait partie. Ils m'ont désigné comme membre de sa famille pour déposer la pétition en leur nom.

La raison pour laquelle nous avons déposé la pétition était d'effacer son nom. Il n'y a pas eu de procès contre lui et nous estimons que son nom devrait être blanchi de ces allégations. Mais aussi, la raison principale de la pétition est de faire la lumière sur les conditions dans lesquelles il a été détenu pendant si longtemps et comment cela a eu un impact sur sa santé, conduisant finalement à sa mort. La pétition n'a pas beaucoup avancé. Ceci et le fait que les demandes de libération sous caution du père Stan ont mis si longtemps à être entendues, montrent que même le pouvoir judiciaire n'est pas en mesure ou n'est pas intéressé — Je ne sais pas laquelle c'est — de se saisir de ces affaires et de venir en aide à ces personnes. Des militants, des avocats, d'autres continuent d'être détenus derrière les barreaux dans des conditions inhumaines.

Q. À la lumière de ce que vous avez dit sur l'état des droits de l'homme, voyez-vous des difficultés ou des appréhensions à vous exprimer ?

R. Beaucoup d'entre nous sont conscients que ceux qui élèvent la voix sont aussi des cibles potentielles. Cela ne signifie pas que nous devons nous taire lorsque les droits de l'homme et le bien-être humain sont en jeu. Nous sommes inquiets mais cela ne nous a pas fait taire nos voix. J'en avais même parlé avec le père Stan. Il a été interrogé et arrêté deux ans après le dépôt du FIR en 2018. Je lui avais demandé, comment se fait-il que le FIR ne lui ait pas donné envie de se taire sur les enjeux pour lesquels il s'est battu ? Il a demandé comment il pouvait trahir les membres des communautés tribales qui comptaient sur lui pour les aider dans les affaires judiciaires où ils étaient faussement impliqués. Il a aidé à lutter contre des milliers de cas dans le Jharkhand, a fait partie d'une étude empirique qui, au niveau local, a révélé les injustices envers les communautés tribales et c'est la raison pour laquelle il a été ciblé. C'est la même raison pour laquelle ceux qui travaillent avec les plus démunis sont mis derrière les barreaux. Ses collègues de Bagaicha poursuivent le travail mais sont harcelés et interrogés par les mêmes agences d'enquête. La résolution du Père Stan nous inspire et nous sommes aussi inspirés par ce que le divin nous dit : que nous ne pouvons pas nous taire, que la justice fait partie de toute notre existence.

Q. Après Covid-19, nous avons vu que beaucoup ont souffert de problèmes d'apprentissage et d'éducation. De nombreuses personnes issues de milieux défavorisés n'avaient pas accès à l'apprentissage virtuel et il y a eu un impact sur la qualité de l'apprentissage, les abandons scolaires et l'enseignement supérieur. En tant que personne ayant travaillé dans le domaine de l'éducation, comment pensez-vous que cela peut être rectifié ?

A. Cela soulève deux problèmes. Premièrement, la pandémie de Covid-19 a été une calamité qui n'aurait pas pu être évitée. Mais, des travaux de réparation sont nécessaires maintenant. Le ministère de l'Éducation ici l'a souligné et a suggéré des mesures correctives pour combler l'écart qui a affecté l'apprentissage, ainsi qu'un impact psychologique sur les élèves. Cela devrait être fait.

Deuxièmement, il pose la question de la nouvelle politique nationale d'éducation (NEP). La politique elle-même a mandaté deux pistes — éducation formelle et informelle. Je ne peux pas imaginer qu'une politique d'éducation aura ces types de notes, différentes pour les pauvres et les riches. Alors que la loi sur le droit à l'éducation imposait à tous une scolarisation régulière au moins jusqu'à la classe VIII, la NEP prévoit des dispositions pour la scolarisation ouverte et la scolarisation en ligne dès la classe III.

C'est tragique et injuste. Elle est présentée comme une bonne utilisation de la technologie, mais la pandémie a mis en évidence que l'éducation virtuelle en ligne pour les pauvres soulève la question de l'accès et de la qualité. Cela nous a montré que la politique conduira à de nouvelles perpétrations d'injustices. RTE prévoit des dispositions pour les écoles ordinaires, un ratio de 30 élèves par enseignant et un certain nombre de mesures de qualité. La NEP2020 a édulcoré le RTE. C'est donc régressif et injuste.

L'express expliqué Allez au-delà de l'actualité. Comprendre les gros titres avec nos histoires expliquées Lire ici