Infractions aggravantes de la FCRA passant de 7 à 12 : les parties aux juges des médias peuvent désormais obtenir des fonds de parents à l'étranger sans crainte de poursuites

0
48

Le ministère de l'Intérieur

Avec le ministère de l'Intérieur apportant des modifications à la loi sur les contributions étrangères (réglementation) et ses règles par le biais de deux notifications au Journal officiel vendredi soir, les partis politiques, les membres de la législature, les candidats aux élections, les juges, les fonctionnaires, les journalistes et les médias, entre autres — tous interdits de recevoir une contribution étrangère – ne seront plus poursuivis s'ils reçoivent une contribution étrangère de parents à l'étranger et ne parviennent pas à informer le gouvernement dans les 90 jours.

La règle modifiée en fait une infraction susceptible d'être aggravée et le bénéficiaire devra payer 5 % de la contribution étrangère reçue &#8212 ; auparavant, une telle infraction entraînerait des poursuites devant un tribunal. Les nouvelles notifications ont augmenté le nombre d'infractions compliquables en vertu de la loi de 7 à 12 et celle-ci en fait partie.

Les autres changements clés sont l'exemption d'avis au gouvernement pour les contributions inférieures à Rs 10 lakh – la limite antérieure était de Rs 1 lakh — reçus de parents à l'étranger, et augmentation du délai d'avis d'ouverture de comptes bancaires.

En ce qui concerne les infractions susceptibles d'être compliquées, l'avis au Journal officiel indiquait : “Une infraction punissable en vertu des articles 3, 11 et 35 de la loi, lus avec la règle 6 pour défaut d'informer de la réception d'une contribution étrangère dans le délai prescrit” sera passible d'une peine de ” Cinq pour cent de cette contribution étrangère reçue au cours d'un exercice ».

Best of Express Premium

Premium

UPSC Essentials : clé termes de la semaine dernière

Premium

ExplainSpeaking : Malgré la chute, les marchés boursiers indiens sont-ils toujours survaleurs ?

Premium

'Peter Brook a essayé de nous détruire, de nous recréer. Je n'étais pas prêt à être détruit…

Premium

Au Gujarat, la crise de Covid rassemble les couples séparés pour une seconde chancePlus Histoires Premium >> Expliqué

Soulagement pour certains

Les ajustements apportés aux règles de la FCRA viendront comme un soulagement pour ceux qui sont interdits en vertu de l'article 3 de la loi de recevoir une contribution étrangère. Les changements donnent également aux organisations plus de temps pour informer le gouvernement de l'ouverture de comptes bancaires pour l'utilisation des fonds reçus.

L'article 3 de la FCRA stipule : « Aucune contribution étrangère ne sera acceptée par aucun… candidat à l'élection ; correspondant, chroniqueur, caricaturiste, rédacteur en chef, propriétaire, imprimeur ou éditeur d'un journal enregistré ; Juge, fonctionnaire ou employé de toute société ou de tout autre organisme contrôlé ou détenu par le gouvernement ; membre de toute législature ; parti politique ou dirigeant de celui-ci ; organisation à caractère politique telle que spécifiée au paragraphe (1) de l'article 5 par le gouvernement central ; association ou société engagée dans la production ou la diffusion de nouvelles audio ou de nouvelles audiovisuelles ou de programmes d'actualités par tout mode électronique, ou toute autre forme électronique telle que définie à la clause (r) de la sous-section (1) de la section 2 des Informations Technology Act, 2000 (21 de 2000) ou tout autre mode de communication de masse ; correspondant ou chroniqueur, dessinateur, éditeur, patron de l'association ou de l'entreprise…”
Un responsable du MHA a déclaré que ces personnes étaient autorisées à recevoir une contribution allant jusqu'à Rs 1 lakh plus tôt, mais s'exposaient à des poursuites si elles n'informaient pas le gouvernement des montants supérieurs à Rs 1 lakh dans les délais impartis.

L'autre changement clé concerne la règle 6 de la loi. Les mots “un lakh roupies” ont été remplacés par “dix lakh roupies” et les mots “trente jours” ont été remplacés par “trois mois”.

La règle 6 traite de «l'intimation de recevoir une contribution étrangère de la part de parents» et l'amendement permettra aux individus de recevoir jusqu'à 10 lakh de roupies de la part de parents à l'étranger sans intimider le gouvernement.

More From Political Pulse

Cliquez ici pour en savoir plus

Dans le cas où le montant est supérieur à Rs 10 lakh, le séquestre disposera de trois mois, au lieu d'un, pour informer le gouvernement.

« Le ministère s'efforce constamment d'alléger le fardeau de conformité des ONG. Ces mesures ont été prises avec le même objectif. Cela leur donnera plus de marge de manœuvre et même aggravera certaines infractions qui étaient punissables auparavant », a déclaré un responsable du MHA.

Dans la règle 9, qui traite de la “demande d'obtention d'un 'enregistrement' ou d'une 'autorisation préalable' pour recevoir une contribution étrangère”, le gouvernement a apporté des amendements qui donneront désormais aux ONG 45 jours, au lieu de 15 jours selon la règle précédente, pour informer l'Union Le ministre de l'Intérieur au sujet d'un ou plusieurs comptes bancaires ouverts pour l'utilisation des fonds étrangers reçus.

Lire aussi | Le MHA prolonge la validité de la FCRA des ONG avec un renouvellement en attente jusqu'au 30 septembre

La même prolongation du délai d'intimation sur les comptes bancaires a été offert aux ONG sollicitant une autorisation préalable pour recevoir des fonds étrangers.

À l'article 13, qui traite de la « déclaration de réception de contribution étrangère », le gouvernement a supprimé l'alinéa b). La clause stipule : « Une personne recevant une contribution étrangère au cours d'un trimestre de l'exercice doit placer les détails de la contribution étrangère reçue sur son site Web officiel ou sur un site Web spécifié par le gouvernement central dans les 15 jours suivant le dernier jour du trimestre au cours duquel il a été reçu en indiquant clairement les coordonnées des donateurs, le montant reçu et la date de réception.”

Dans la règle 17 A, qui oblige les ONG à informer le ministère dans les 15 jours de tout changement dans le compte bancaire, le nom, l'adresse, les buts, les objectifs ou les membres clés d'une ONG, le délai a maintenant été porté à 45 jours.

Dans la règle 20, des modifications ont été apportées pour garantir que les demandes de révision d'une ordonnance adoptée par «l'autorité compétente» puissent également être adressées au ministre de l'Intérieur sous forme électronique. Auparavant, il devait être fait sur du papier ordinaire. Cependant, le ministère se réserve le droit de décider sous quelle forme la demande doit être faite.

Parmi les infractions rendues aggravantes par le gouvernement figurent également celles qui relèvent des articles 11 et 35 de la loi.

p>

Acheter maintenant | Notre meilleur plan d'abonnement a maintenant un prix spécial

L'article 11 interdit aux personnes ayant des programmes culturels, économiques, éducatifs, religieux et sociaux définis d'accepter des contributions étrangères sans enregistrement. L'article 35 prévoit une peine de cinq ans pour quiconque aide une personne, un parti politique ou une organisation à obtenir une contribution étrangère en violation de la loi.

Les deux sont passibles d'une amende de 5 % du la contribution étrangère reçue.

Les infractions aux articles 17, 19 et 37 sont passibles d'une amende de 10 000 roupies par compte bancaire. L'article 17 demande aux ONG d'ouvrir un seul compte bancaire pour la réception de la contribution étrangère, mais leur permet d'ouvrir plusieurs comptes bancaires pour l'utilisation. L'article 19 demande aux ONG de tenir un compte des fonds étrangers reçus et utilisés. La loi demande aux ONG d'informer le gouvernement de l'ouverture de comptes bancaires dans les 45 jours. Le non-respect de cette obligation est désormais aggravé.

La section 37 traite des sanctions pour les violations de la FCRA lorsque la peine n'a pas été définie et la stipule comme un an d'emprisonnement.

De même, la l'infraction consistant à ne pas informer le gouvernement d'un changement dans les comptes bancaires, le nom, l'adresse, les buts, les objectifs ou les membres clés d'une ONG dans les 45 jours est passible d'une amende de 10 000 Rs.

Infractions punissables en vertu de l'article 19 pour défaut de tenir un compte des contributions étrangères reçues et utilisées dans un format prescrit et d'être affiché sur un site Web dans un délai prescrit a également été rendu passible d'une amende de 10 000 roupies pour chaque infraction.

< strong>Express Explained Allez au-delà des actualités. Comprendre les gros titres avec nos histoires expliquées Lire ici