Cas de décès d'étudiants en 2014: le directeur de Sherwood, 2 autres reconnus coupables de négligence, envoyés en prison pour 2 ans

0
47

Le trio a été condamné à deux ans de prison en plus d'une amende de Rs 50 000 chacun. (Représentation)

La Cour du magistrat judiciaire en chef (CJM) de Nainital a déclaré le principal Amandeep Sandhu, la sœur responsable de l'infirmerie Payal Paul et le directeur Ravi Kumar coupables de négligence criminelle dans le décès en 2014 de l'élève de classe 9 Shaan Prajapati.< /p>

Le trio a été condamné à deux ans de prison en plus d'une amende de Rs 50 000 chacun. Placé en garde à vue, le trio a ensuite été libéré sous caution provisoire.

En novembre 2014, Shaan, un étudiant népalais, était décédé d'une pneumonie et d'une septicémie alors qu'il se rendait d'un hôpital de Haldwani à un centre supérieur de Noida, où il a été déclaré mort.

La mère de Shaan, Neena Shrestha, a allégué une négligence criminelle de la part des autorités scolaires qui ne lui ont pas fourni une assistance médicale appropriée en temps opportun. Elle a dit que son fils n'avait pas été emmené à l'hôpital le 13 novembre, comme l'a affirmé l'école. “Quand nous l'avons vu à la morgue, il était encore en uniforme. Comment est-ce possible s'il a été admis aux soins intensifs? L'hôpital fournit des vêtements », a-t-elle déclaré.

Best of Express Premium

Premium

UPSC Essentials : actualités hebdomadaires express — PGII à POÈME

Premium

Émancipation des femmes ou contrôle démographique ? Pourquoi l'avortement a été légalisé en…

Premium

Meurtre d'Udaipur en vidéo | “Faites quelque chose de spectaculaire” : un homme de Pak a dit …Premium

Dans le village de fauji rêves, arrière-pensées, insécurité à propos d'AgnipathPlus d'histoires Premium >>

Dans sa plainte, Shrestha a également déclaré qu'elle avait été informée pour la première fois de la maladie de son fils le 13 novembre vers 10 heures du matin et que le directeur l'avait appelée, lui disant qu'ils l'emmèneraient à Delhi pour se faire soigner. Elle a dit à la police qu'elle était d'accord à condition qu'il soit transféré dans une ambulance avec des installations médicales complètes. Mais elle a allégué qu'aucun médecin n'était présent et le numéro, qui appartenait au chauffeur de l'ambulance, a été donné comme numéro du médecin à bord.

Plus tard, un zéro FIR en vertu de l'IPC Section 304 A (causant la mort par négligence) a été enregistrée contre l'école de Noida et l'affaire a été transférée au poste de police compétent de Nainital.

Sandhu à ce moment-là avait nié toutes les allégations, disant : « Le garçon avait été malade dans le passé. Il souffrait d'asthme. Après être tombé malade le 11 novembre, il a été soigné à l'école. Plus tard, nous l'avons emmené dans un hôpital privé à Haldwani. Le lendemain, lorsque ses signes vitaux ne se sont pas améliorés, nous avons décidé de l'emmener à Noida. trio avait été reconnu coupable et condamné à deux ans de prison dans cette affaire.

Bulletin | Cliquez pour obtenir les meilleurs explicatifs de la journée dans votre boîte de réception

Le 9 novembre 2014, Shaah avait signalé un malaise. Selon les allégations, les autorités scolaires ne l'ont admis qu'à l'infirmerie et n'ont même pas appelé de médecin. «Quand quatre jours plus tard, sa santé s'est détériorée, ils l'ont emmené dans un hôpital de Haldwani. Aucune personne responsable n'a accompagné le patient et seul un employé de quatrième classe a été envoyé pour l'escorter. Lorsque son état s'est encore détérioré, ils ont décidé de le transférer dans un centre plus élevé à Delhi. Le garçon, cependant, est mort en chemin », a déclaré Pande.

S'adressant à l'Indian Express, Shrestha a déclaré : « Cette affaire restera dans la mémoire de tous les établissements d'enseignement en Inde et au Népal. La santé des enfants ne sera plus négligée dans les écoles, en particulier les internats. Espérons que les parents seront désormais informés et mis à jour sur la santé de leurs enfants. »

Sur le plan juridique, elle a déclaré qu'il lui était difficile de faire d'innombrables voyages à Delhi et à Nainital depuis le Népal et de faire plusieurs rondes à l'ambassade de l'Inde. « J'étais une femme célibataire qui venait de perdre son unique enfant. Chaque fois, j'ai dû expliquer les mêmes choses aux autorités. Mais j'ai aussi reçu beaucoup d'aide et de soutien en Inde. J'ai rencontré Maneka Gandhi, alors ministre du Développement de la femme et de l'enfant, puis le ministre en chef de l'Uttarakhand, Harish Rawat, qui m'a beaucoup aidée », a-t-elle ajouté.

UPSC KEY Avez-vous vu notre section dédiée à aider les aspirants USPC à décoder l'actualité quotidienne dans le cadre de leurs examens ? Voir ici