Une femme forcée à cuisiner et à manger de la chair humaine, déclare un groupe congolais à l'ONU

0
49

Des militants au Congo forcent des personnes kidnappées à des actes horribles (ONU, photo représentative, dossier)

Une femme congolaise a été kidnappée deux fois par des militants en République démocratique du Congo, violée à plusieurs reprises et forcés de cuisiner et de manger de la chair humaine, a déclaré mercredi un groupe de défense des droits congolais au Conseil de sécurité des Nations unies.

Julienne Lusenge, présidente du groupe de défense des droits des femmes Solidarité féminine pour la paix et le développement intégrés (SOFEPADI), a raconté l'histoire de la femme tout en s'adressant au conseil de 15 membres sur l'est du Congo déchiré par le conflit.

Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunissait pour un briefing régulier sur le Congo, où de violents combats entre le gouvernement et les groupes rebelles depuis fin mai ont déclenché une flambée de violence.

Lusenge a déclaré que la femme avait été enlevée par des militants du CODECO lorsqu'elle est allée payer une rançon pour un autre membre de sa famille kidnappé. La femme a déclaré au groupe de défense des droits qu'elle avait été violée à plusieurs reprises et maltraitée physiquement. Puis elle a dit que les militants avaient tranché la gorge d'un homme.

Le meilleur de Express Premium

Premium

Drame politique du Maharashtra : quand le BJP a gagné mais que son chef a perdu

Premium

Un siècle, comment Gita Press est devenue ‘leader fournisseur d'impression…

Premium

Explication : 5 façons dont l'iPhone a changé le monde en 15 ansPlus Histoires Premium >>

“Ils lui ont arraché les entrailles et ils m'ont demandé de les cuisiner. Ils m'ont apporté deux bidons d'eau pour préparer le reste du repas. Ils ont ensuite nourri tous les prisonniers de chair humaine,” Lusenge a déclaré au Conseil de sécurité, racontant l'histoire de la femme.

Lusenge a déclaré que la femme avait été libérée après quelques jours, mais qu'en essayant de rentrer chez elle, elle avait été kidnappée par une autre milice dont les membres l'avaient également violée à plusieurs reprises.

“On m'a encore demandé de cuisiner et de manger des humains chair,&# 8221; la femme, qui s'est finalement échappée, a déclaré à la SOFEPADI.

Lusenge n'a pas nommé le deuxième groupe militant lors de son briefing au conseil. CODECO n'a pas pu être joint pour commenter.

CODECO est l'une des nombreuses milices armées qui se battent depuis longtemps pour les terres et les ressources dans l'est riche en minerais du Congo – un conflit qui a tué des milliers de personnes et déplacé des millions de personnes au cours de la dernière décennie.

L'armée congolaise est enfermée dans de violents combats depuis fin mai avec le groupe rebelle M23, qui mène son offensive la plus soutenue depuis une insurrection de 2012-2013 qui s'est emparée de vastes étendues de territoire.

U.N. Les casques bleus sont déployés au Congo depuis plus de 20 ans.

UPSC KEY Avez-vous vu notre rubrique dédiée à aider les aspirants USPC à décoder l'actualité quotidienne dans le cadre de leurs examens ? Voir ici