Tailleur d'Udaipur tué: la victime a demandé une couverture policière, a signalé des menaces après son arrestation et sa mise en liberté sous caution

0
50

Kanhaiya Lal

Près de trois semaines avant d'être haché à mort dans son atelier de couture, Kanhaiya Lal a été arrêté dans le cadre d'un FIR déposé contre lui pour avoir prétendument blessé des religieux sentiments – et, après sa libération sous caution, avait demandé la protection de la police en invoquant des menaces de mort.

ADG (Law and Order) Hawa Singh Ghumaria a déclaré à The Indian Express que Lal “avait été arrêté le 10 juin et libéré sous caution par le tribunal le lendemain”.

« Puis, le 15 juin, il a déposé une plainte écrite selon laquelle il recevait des menaces de mort et a demandé la protection de la police. Le SHO concerné a appelé les personnes qui auraient proféré les menaces. Et puis, 5 à 7 personnes responsables des deux communautés se sont assises et sont parvenues à un accord. Dans une note manuscrite, Kanhaiya Lal a déclaré qu'il n'avait plus besoin d'action contre qui que ce soit. Par conséquent, la police n'a pas donné suite à la menace pour la sécurité », a déclaré l'ADG.

Les assaillants se sont identifiés comme Mohammad Riyaz et Ghouse Mohammad d'Udaipur.

Le FIR contre Lal, qui a conduit à son arrestation, a été déposé au poste de police de Dhanmandi à Udaipur en vertu des articles 295 A du CPI (actes délibérés et malveillants destinés à outrager les sentiments religieux) et 153 A (promotion de l'inimitié entre les groupes et perturbant l'harmonie), sur la base suite à une plainte de Nazim Ahmad, un résident d'Udaipur.

Best of Express Premium

Premium

Clé UPSC- 30 juin 2022 : Pourquoi lire 'Responsabilité collective' ou 'Inver…Premium

Le ministre des Finances de TN Palanivel Thiaga Rajan : “Je ne connais pas de …

Premium

Les efforts pour estimer la pauvreté de 2011 à 2021 sont louables, étant donné l'absence de …

Premium

Uddhav Thackeray : le politicien réticent qui a fini par pendre à chai …Plus d'histoires premium >>

La plainte accusait Lal d'avoir fait une « remarque indécente » contre le Prophète et demandait des mesures contre lui.

Dans sa lettre à la police du 15 juin, Lal a déclaré qu'Ahmad aurait mené une reconnaissance. de sa boutique depuis trois jours. “J'ai entendu dire qu'ils essaieraient de me tuer dès que j'ouvrirais ma boutique”, a-t-il déclaré.

“Ils ont rendu mon nom et ma photo viraux dans le groupe de leur communauté et ont dit que si quelqu'un me repère n'importe où, je devrais être tué puisque j'ai publié un message répréhensible », indiquait la lettre.

Govind Singh, officier de la station de Dhanmandi, a confirmé que Lal avait été arrêté dans l'affaire et libéré sous caution.< /p>