Nécessité d'accélérer le rythme des réformes dans la transition énergétique : PDG, Niti Aayog

0
51

Amitabh Kant. Fichier

Stipulant que la transition énergétique sera un moteur clé de la croissance de l'Inde dans les années à venir, le PDG de Niti Aayog, Amitabh Kant, a déclaré que le pays devrait faire un effort important pour l'hydrogène vert et accélérer le rythme des réformes dans le secteur de l'énergie. Kant, qui quittera le groupe de réflexion gouvernemental fin juin, après avoir dirigé l'organisation pendant plus de six ans, a également déclaré à Soumyarendra Barik dans une interview que le gouvernement devrait d'abord évaluer le succès des programmes actuels d'incitations liées à la production (PLI). avant de lancer l'initiative pour d'autres secteurs. Extraits modifiés :

Comment voyez-vous votre passage de six ans à la tête de Niti Aayog ?

J'ai eu un mandat très satisfaisant ici. J'ai eu une grande quantité de contenu d'emploi, que vous ne pouvez trouver nulle part ailleurs car Niti Aayog couvre de nombreux secteurs. J'ai eu l'opportunité d'exécuter le programme de districts ambitieux qui couvre 112 districts et transforme la vie d'environ 80 % de la population indienne, ce qui est énorme dans toute une gamme de domaines, de l'éducation à la santé en passant par la nutrition. J'ai également pu travailler sur la facilité de faire des affaires, la dépénalisation — nous avons réussi à faire monter l'Inde de 79 places dans le classement de la Banque mondiale sur la facilité de faire des affaires. Nous avons commencé à mettre les États en concurrence les uns avec les autres, ce qui a conduit à une concurrence dans les domaines de l'éducation, de la santé, de l'eau et de nombreux autres domaines. Nous avons élargi l'esprit du fédéralisme coopératif et compétitif.

🚨 Offre à durée limitée | Express Premium avec ad-lite pour seulement Rs 2/jour 👉🏽 Cliquez ici pour vous abonner 🚨

Le meilleur de Express Premium

Premium

Fresh FIR contre RB Sreekumar, Sanjiv Bhatt et Teesta Setalvad basé sur…

PremiumAprès le meurtre de Moosewala, pleins feux sur les gangs (Punjabi) du Canada

< img src="https://images.indianexpress.com/2022/06/kartik-popli.jpg?resize=450,250" />Premium

Décès du fils d'un officier de l'IAS : les divergences

Premium

Journaliste | Parmi les premiers à défendre la cause des victimes des émeutes du Gujarat, Teesta …Plus d'histoires premium >>

Ensuite, j'ai pu piloter le mouvement de la mobilité électrique qui était très avant-gardiste, qui comptait un certain nombre de nouveaux acteurs, qui s'est beaucoup accéléré ces derniers temps. Nous avons récemment lancé un appel d'offres pour 5 500 bus électriques, où le prix d'un bus électrique était moins cher que le bus à moteur à combustion. J'ai dirigé les programmes PLI dans 14 secteurs, le pipeline de monétisation des actifs, l'économie circulaire, l'amélioration des résultats d'apprentissage et de santé, etc. J'ai eu une rare opportunité de travailler pour ce gouvernement et un réel soutien du Premier ministre Narendra Modi. Ce fut une expérience très enrichissante et très enrichissante.

Quels sont les domaines dans lesquels vous auriez aimé pousser plus loin ?

Je pense qu'un domaine que nous devons vraiment promouvoir est l'hydrogène vert. Quoi que vous fassiez, la transition énergétique sera au cœur de la croissance de l'Inde. Il faut accélérer le rythme des réformes, il faut accélérer la transition énergétique. Ces deux éléments sont très chers à mon cœur.

Plus d'informations sur Political Pulse

Cliquez ici pour en savoir plus

Recommanderiez-vous également des régimes PLI pour d'autres secteurs ?

Je pense que nous devrions d'abord attendre et voir la réponse aux programmes en cours existants, à quel point ils réussissent. Le programme PLI vise à mettre à l'échelle la fabrication dans le pays, à faire de l'Inde une partie intégrante de la chaîne de valeur mondiale et à améliorer les investissements et les sorties, car pour les 27 milliards de dollars que vous investissez, vous avez besoin d'une production de produits d'une valeur de 540 milliards de dollars. . Nous devrions donc attendre encore un peu et voir comment fonctionnent les 14 programmes PLI actuels.

Lire aussi |Le ministère cherche des fonds pour les centrales électriques au charbon, mais les banques s'apprêtent à dire non

Nous avons vu les relations Centre-État passer par des frictions. Comment voyez-vous cette tendance ?

Nous devrions travailler en partenariat avec les États, nous y croyons fermement ; il s'agit de partenariat, de coopération et de création de concurrence. La récente conférence des secrétaires en chef à Dharamshala a mis l'accent sur tous ces aspects.

Quelle est la prochaine étape pour vous ?

Je vais faire une pause pendant un certain temps, puis prendre un appel. Mais je travaillerai dans mes domaines d'intérêt.