“Les musulmans de plus en plus sous pression”, les factions Jamiat cherchent à se réunir

0
53

Le mois dernier, la faction Mahmood Madani a invité Arshad Madani à assister à son assemblée générale annuelle à Deoband le 28 mai. (Photo express de Tashi Tobgyal/File)

Quatorze ans après la scission du Jamiat Ulama-i-Hind (JUH), les deux factions de l'influente organisation religieuse musulmane dirigée par des religieux deobandi travaillent à une fusion.

La scission s'est produite en 2008 après que les membres de son comité de travail se sont opposés à la manière dont son président de l'époque, Maulana Arshad Madani, dirigeait les opérations de l'organisation. Arshad Madani avait succédé à son frère Maulana Asad Madani, qui avait dirigé l'organisation pendant 41 ans. Le problème d'organisation a conduit Arshad Madani à former son organisation distincte Jamiat, l'appelant du même nom. Pendant ce temps, le fils d'Asad Mandani, Maulana Mahmood Madani, a ensuite pris les rênes de l'autre faction du JUH, d'abord en tant que secrétaire général, puis en tant que président.

Aussi dans Political Pulse |Le gouvernement ferme les yeux sur les difficultés des musulmans : Jamiat Chef Ulama-e-Hind

Mais maintenant, gardant à l'esprit l'intolérance croissante contre les musulmans, les factions rivales travaillent à s'unir pour renforcer l'organisation. Le Jamiat est l'un des plus grands organismes musulmans en Inde et prétend avoir 1,5 million d'adeptes et de membres.

“La scission a eu lieu parce qu'à l'époque, le fonctionnement du président n'était pas acceptable pour l'organisation. Des objections ont été formulées par des membres du comité de travail. C'était purement une question d'organisation et non une question idéologique », a déclaré une source.

Best of Express Premium

Premium

Fresh FIR contre RB Sreekumar, Sanjiv Bhatt et Teesta Setalvad basé sur…

Premium

Après le meurtre de Moosewala, pleins feux sur les gangs (Punjabi) du Canada

Premium

Décès du fils d'un officier de l'IAS : les divergences

Premium

Suraj Yengde écrit : La caste et la politique de l'ascension de Sena et de sa crisePlus d'histoires Premium >>

Le mois dernier, la faction Mahmood Madani a invité Arshad Madani à assister à son assemblée générale annuelle à Deoband le 28 mai. La réunion a réuni 2 000 membres de tout le pays. Des sources ont déclaré que l'objectif derrière l'invitation était de voir s'il y avait un moyen d'unir et de renforcer l'organisation. Le JUH prévoit de lancer une campagne massive à travers l'Inde, avec des milliers de “Sadbhavna Sansads”.

«Pour cela, le JUH prévoit d'appeler des dirigeants d'autres communautés religieuses ainsi que des dirigeants et des penseurs non religieux. Mais s'ils appellent des gens d'autres communautés, notre communauté doit d'abord être unie et renforcée. Il ne devrait pas y avoir de rupture ici », a déclaré une source.

Arshad Madani a déclaré avoir reçu un accueil chaleureux lors de la réunion. “Quand j'ai pris la parole lors de la réunion, j'avais dit que dans un proche avenir, il viendra un jour où ce Maidan abritera tous les membres des deux factions unies. Cette déclaration a été très bien accueillie par les membres. Donc, nous avons pensé que la fusion pouvait avoir lieu. Nous avons tenu notre réunion du comité de travail samedi (18 juin) et adopté une résolution en faveur d'une fusion'', a-t-il déclaré.

Arshad Madani a déclaré que l'islamophobie croissante dans le pays rendait impératif la venue des factions. ensemble et “lutter contre la discrimination contre les musulmans, ensemble”.

Lire aussi |Jamiat demande à la Cour suprême de protester contre les démolitions dans l'Uttar Pradesh

Il a ajouté : « Le Jamiat a une histoire vieille de plus de 100 ans. À une époque où la partition se produisait et où une partie des musulmans avançait l'idée que les hindous et les musulmans ne pouvaient pas vivre ensemble, nous sommes restés. Notre logique était que les deux communautés avaient vécu ensemble pendant des milliers d'années, alors quel était le raisonnement derrière une nation séparée pour les musulmans ? Aujourd'hui, une théorie similaire est proposée par une partie des hindous qui répandent la division et la haine. Et cette position communautaire est encouragée par le gouvernement actuel. À ce stade, le Jamiat doit s'unir pour que notre voix soit plus forte. »

Plus d'informations sur Political Pulse du mauvais côté du gouvernement de Modi

  • Des vies parallèles : le mentor de Shinde Anand Dighe, l'homme fort de Sena et une épine dans le pied de Bal Thackeray
  • Cliquez ici pour en savoir plus

    Dans sa résolution, le JUH pointé du doigt la “propagande anti-musulmane et anti-islamique dans le pays”.

    Il disait: «De nos jours, la haine et le sectarisme religieux ont jeté une ombre sur notre pays. Au nom de l'habillement, de la nourriture, de la foi, du festival ou de la langue et de l'économie, etc., les Indiens sont opposés à leurs propres compatriotes. Au lieu d'engager les jeunes dans un travail constructif, ils sont utilisés comme un outil pour semer le chaos dans le pays. Et la partie la plus malheureuse de cette triste saga est que le gouvernement de l'époque patronne ces activités destructrices. Il n'a ménagé aucun effort pour empoisonner les esprits et les cœurs des membres de la communauté majoritaire… L'Inde est notre pays. Nous sommes nés et avons grandi dans ce pays. Nos ancêtres ont non seulement rendu ce pays fort et stable, mais ont également sacrifié leur vie pour sa sécurité et sa survie, etc. Par conséquent, nous ne pouvons pas tolérer l'injustice et la discrimination contre les musulmans ou toute autre classe ou communauté du pays. »

    < strong>Abonnement express Ne vous heurtez pas au mur, abonnez-vous pour la meilleure couverture hors de l'Inde à partir de seulement 5 $ par mois Abonnez-vous maintenant