Expliqué : Qu'est-ce que la liste grise du GAFI, et le Pakistan pourrait-il enfin en être retiré ?

0
41

L'économie pakistanaise est en mauvaise posture et elle est confrontée à de faibles réserves de devises étrangères, malgré l'aide sous forme de prêts de l'Arabie saoudite et de la Chine. (Photo pour représentation : Reuters)

Le Groupe d'action financière (GAFI), l'organisme de surveillance international surveillant le blanchiment d'argent, le financement du terrorisme et d'autres menaces pesant sur les réseaux financiers mondiaux, devrait décider s'il faut sortir le Pakistan de la « grise » ; liste à la fin de sa session plénière en cours à Berlin.

La plénière de quatre jours du GAFI se terminera le 17 juin. Le Pakistan figure en permanence sur la liste grise du GAFI depuis juin 2018, s'efforçant de se conformer aux exigences du chien de garde pour lutter contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme.

Lire aussi |Avis : Dans le gris

Qu'est-ce que le GAFI ?

Le GAFI est un organisme intergouvernemental qui établit des normes internationales visant à prévenir les crimes financiers internationaux qui aident le terrorisme. Il s'agit d'un organe décisionnel qui s'emploie à générer une volonté politique dans les juridictions nationales pour des réformes législatives et réglementaires dans ces domaines.

Le GAFI a été créé en juillet 1989 par un sommet du G-7 à Paris, initialement pour examiner et élaborer des mesures de lutte contre le blanchiment d'argent. Après les attentats du 11 septembre 2001, le GAFI a élargi son mandat en octobre 2001 pour y intégrer les efforts de lutte contre le financement du terrorisme, et en avril 2012, il a ajouté des efforts pour contrer le financement de la prolifération des armes de destruction massive.

Best of Express Premium

Premium

La démolition de Prayagraj tombe sous le coup du HC d'Allahabad ordre, dit l'ancien juge en chef : Passage temporaire, pas de pension ni de prestations de santé…

Premium

Expliqué : 2 ans après l'affrontement de Galwan, où en sont les relations entre l'Inde et la Chine ?

Premium

Hausse des taux de la Fed : impact probable sur l'Inde et ce que les investisseurs devraient faireMore Premium Stories >>

Le GAFI comprend actuellement 37 juridictions membres et deux organisations régionales (la Commission européenne et le Conseil de coopération du Golfe), représentant la plupart des grands centres financiers dans toutes les régions du monde. Le GAFI a élaboré les Recommandations du GAFI, ou Normes du GAFI, qui garantissent une réponse mondiale coordonnée pour prévenir le crime organisé, la corruption et le terrorisme. Plus de 200 juridictions à travers le monde se sont engagées à respecter les recommandations du GAFI par le biais du réseau mondial de neuf organismes régionaux de type GAFI (FSRB) et des membres du GAFI.

L'Inde est membre du GAFI depuis 2010. Elle est également membre de ses partenaires régionaux, le Groupe Asie-Pacifique (APG) et le Groupe Eurasie (EAG). Le Pakistan a fait valoir en vain que l'Inde était partiale et motivée contre elle.

Qu'est-ce que la liste grise, et pourquoi le Pakistan y figure-t-il ?

La liste grise signifie que le GAFI a placé un pays sous une surveillance accrue surveillance pour vérifier ses progrès en matière de mesures contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. La “liste grise” est également connue sous le nom de “liste de surveillance augmentée”.

En mars 2022, 23 pays figuraient sur la liste de surveillance accrue du GAFI — officiellement dénommées "juridictions présentant des carences stratégiques" — qui incluent, outre le Pakistan, la Syrie, la Turquie, le Myanmar, les Philippines, le Soudan du Sud, l'Ouganda et le Yémen.

Le meilleur de l'explication

Cliquez ici pour en savoir plus

En substance, dans l'évaluation du GAFI, tous ces pays n'ont pas réussi à prévenir le blanchiment d'argent international et le financement du terrorisme, et sont donc sur une liste de surveillance mondiale.

Pour être retirés de la liste grise, un pays doit remplir les tâches recommandées par le GAFI, par exemple confisquer les biens des individus associés à des groupes terroristes. Si le GAFI est satisfait des progrès, il retire le pays de la liste.

Le GAFI a récemment retiré le Zimbabwe, et avant cela le Botswana et Maurice, de la liste grise. « Le Zimbabwe a renforcé l'efficacité de son régime de LBC/FT et a corrigé les lacunes techniques connexes pour respecter les engagements de son plan d'action concernant les lacunes stratégiques identifiées par le GAFI en octobre 2019, » dit le GAFI. AML/CFT fait référence à “Lutte contre le blanchiment d'argent/Lutte contre le financement du terrorisme”.

Dans le cas du Pakistan, il est entré pour la première fois sur la liste en 2008, l'a quittée, puis y a figuré de 2012 à 2015. Depuis 2018, il n'a pas quitté la liste.

Quel est l'impact de la liste grise ? un pays ?

L'inscription du Pakistan sur la liste grise du GAFI de 2008 à 2019 pourrait avoir entraîné une perte de PIB cumulée de 38 milliards de dollars, selon un document de travail de Tabadlab, un cabinet de conseil basé à Islamad entreprise.

En effet, bien que l'ajout à la liste grise n'implique aucune sanction économique (contrairement à la liste noire), il signale au système financier et bancaire mondial des risques accrus dans les transactions avec le pays en question, selon The Economist Intelligence Unit .

En outre, étant donné que de grandes institutions financières telles que le FMI et la Banque mondiale sont affiliées au GAFI en tant qu'observateurs, un pays figurant sur la liste grise “fait face à des difficultés pour accéder aux instruments de prêt internationaux”,” dit le journal Tabadlab. Un exemple est un contrat de prêt de 6 milliards de dollars du FMI de juillet 2019 qui soulignait la nécessité pour le Pakistan de se conformer à l'action du GAFI.

L'économie pakistanaise est en mauvais état et elle est confrontée à de faibles réserves de devises étrangères, malgré l'aide sous forme de prêts de l'Arabie saoudite et de la Chine.

Quel est le chemin à parcourir ? pour le Pakistan ?

Après la session plénière de juin 2021, le GAFI avait déclaré que le Pakistan devait « enquêter et poursuivre » ; les hauts dirigeants et les commandants des groupes terroristes désignés par l'ONU, dont le chef de Jaish-e-Mohammed, Masood Azhar, le fondateur de Lashkar-e-Taiba, Hafiz Saeed, et son “commandant opérationnel” ; Zakiur Rehman Lakhvi. Le GAFI a donné au Pakistan jusqu'en octobre 2021 pour remplir les conditions de conformité restantes.

À la fin de la plénière d'octobre, cependant, le président du groupe de travail a annoncé que le pays resterait sur la liste grise jusqu'à ce qu'il avait abordé tous les problèmes signalés par le plan d'action de juin 2018, ainsi que celui élaboré par le partenaire régional du GAFI, le Groupe Asie-Pacifique (APG), en 2019.

Les progrès du Pakistan ont été appréciés en mars de cette année par l'organisme mondial, qui a noté qu'il avait « achevé 26 des 27 actions de son plan d'action 2018 ». Le GAFI a encouragé le Pakistan à régler le seul point restant en poursuivant les enquêtes sur le financement du terrorisme et les poursuites contre les hauts dirigeants et les commandants des groupes terroristes désignés par l'ONU.

Citant des sources diplomatiques anonymes, le quotidien pakistanais Dawn a rapporté que la Chine, la Malaisie , et quelques autres alliés du Pakistan « travaillaient tranquillement » ; pour sortir le pays de la liste grise. Dawn a également annoncé que l'indice de référence KSE-100 de la Bourse du Pakistan (PSX) avait ouvert dans le vert mercredi 15 juin, et l'une des raisons pour lesquelles les investisseurs ont confiance retrouvée était l'espoir que le Pakistan sorte de la liste grise.

Newsletter | Cliquez pour recevoir les meilleurs explicatifs de la journée dans votre boîte de réception

Abonnement Express Découvrez les différents plans d'abonnement Express, maintenant avec Ad-lite Abonnez-vous maintenant