Expliqué: L'affaire Krishna Janmabhoomi à Mathura et la contestation du “compromis” de 1968 entre hindous et musulmans

0
69

Une vue du temple Shri Krishna Janmasthan et de la mosquée Shahi Idgah, à Mathura, le jeudi 19 mai 2022. (PTI)

Jeudi, le jour même où il est apparu qu'un tribunal -une enquête vidéographique ordonnée du complexe de la mosquée Gyanvapi à Varanasi avait trouvé des débris d'anciens temples et des motifs hindous sur des piliers, un juge de district de Mathura a autorisé la réouverture d'un procès sur le propriété d'un terrain sur lequel se dresse une autre mosquée, construite au 17ème siècle.

La mosquée Shahi Idgah à Mathura a été construite sur les ordres de l'empereur Aurangzeb à côté du Krishna Janmasthal – censé être le lieu où le Seigneur Krishna est né – après avoir démoli un temple.

Éditorial |Toute tentative de changer le caractère de la mosquée Gyanvapi viole la loi du pays, sape le pacte social et politique d'après 1947

Qu'a décidé le tribunal de Mathura ?

Le juge du district et des sessions Rajiv Bharti a autorisé un appel par le Shri Krishna Janmabhoomi Trust et d'autres parties cherchant à devenir propriétaires du terrain sur lequel la mosquée est construite. Le différend porte sur la propriété de 13,37 acres, qui, selon les requérants, appartient à la divinité Lord Shri Krishna Virajman.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

Le plaidoyer a été rejeté par un tribunal inférieur plus tôt, et par la suite une requête en révision a été déposée devant le juge de district. La poursuite civile sera désormais entendue par un tribunal inférieur.

Best of Express Premium

Premium

Ce que le combat et la foi d'Arivu m'ont appris

Premium

Interview de Mehbooba Mufti : ‘Bien sûr, le PDP va se battre contre les élections…

Premium

Pourquoi le chef du NCP, Sharad Pawar, rencontre-t-il les dirigeants de la communauté brahmane à Pune t…

Premium

Le premier arrêt pour Azam, fils sorti de prison était ceci Maison du chef SPPlus d'histoires premium >>

En plus d'examiner les registres des revenus, le tribunal devra également décider de la validité d'un “accord de compromis” de 1968 entre le Shri Krishna Janmasthan Seva Sansthan – l'autorité de gestion du temple, une société enregistrée en vertu de la loi – et le Trust Shahi Masjid Idgah. C'est en vertu de cet accord que l'autorité du temple avait concédé la portion de terrain litigieuse à l'Idgah sur laquelle se dresse la mosquée.

Quel est le litige jusqu'à présent ?

Au moins une douzaine d'affaires ont été déposées devant les tribunaux de Mathura par différents requérants. Un fil conducteur dans toutes les pétitions est une prière pour le retrait de la mosquée du complexe de 13,77 acres, qu'elle partage avec le temple Katra Keshav Dev.

D'autres demandes incluent une enquête vidéo sur la mosquée ( ce qui irait dans le sens de l'enquête autorisée par le tribunal de Varanasi à la mosquée Gyanvapi), et le droit d'offrir des prières sur les lieux.

La Haute Cour d'Allahabad entend un litige d'intérêt public intenté par l'avocat Mehek Maheshwari exigeant que la mosquée soit acquise par le gouvernement. Initialement, le PIL a été rejeté car l'avocat ne s'est pas présenté à l'audience, mais un banc composé du juge en chef Rajesh Bindal et du juge Prakash Padia l'a relancé. Il devrait être entendu le 25 juillet.

Lire aussi |RSS sur Gyanvapi : Il est temps de remettre les faits historiques dans la bonne perspective

Dans une autre affaire, la Haute Cour a ordonné le 12 mai au juge civil (Senior Division), Mathura, de statuer dans un délai de quatre mois sur la question de Krishna Janmabhoomi. Le juge Salil Kumar Rai entendait une affaire déposée par Manish Yadav, qui prétend être le plus proche parent de la divinité, demandant une injonction temporaire interdisant au Shahi Idgah d'entrer dans les lieux.

À qui appartient le terrain en question ?

La mosquée a été construite par Aurangzeb en 1670 sur le site d'un temple antérieur. La région était considérée comme une terre nazul – une terre domaniale non agricole appartenant aux Marathes, puis aux Britanniques. Avant la construction de la mosquée, Raja Veer Singh Bundela d'Orchha avait également construit un temple sur les mêmes lieux en 1618.

En 1815, Raja Patni Mal de Benaras a acheté les 13,77 acres lors d'une vente aux enchères à la Compagnie des Indes orientales. Les descendants du Raja – Rai Kishan Das et Rai Anand Das – ont vendu le terrain à Jugal Kishore Birla pour Rs 13 400, et il a été enregistré aux noms de Pandit Madan Mohan Malaviya, Goswami Ganesh Dutt et Bhiken Lalji Aattrey.

< p>Le Shri Krishna Janmabhoomi Trust a été créé par Birla et a acquis les droits de propriété sur le temple Katra Keshav Dev. En 1951, les 13,77 acres ont été placés en fiducie, à la condition que la “propriété en fiducie ne soit jamais vendue ou mise en gage”.

En 1956, le Shri Krishna Janmasthan Sewa Sangh a été créé pour gérer le affaires du temple. En 1977, le mot « Sangh » dans le nom de la société enregistrée a été remplacé par « Sansthan ».

Quelle est la pétition à l'origine de l'ordonnance de jeudi ?

En 2020, l'avocate basée à Lucknow, Ranjana Agnihotri, ainsi que six autres personnes, ont déposé un plaidoyer devant le juge civil (division principale) demandant le retrait de la mosquée Shahi Idgah du complexe du temple. Agnihotri – qui, soit dit en passant, a écrit un livre intitulé SriRam Janmbhoomi Ayodhya Unpunished Conspiracy: Brutal Killing, Mischief and Interpolation en 2017 – a prétendu poursuivre au nom de Shri Krishna Virajman en tant que “plus proche parent” de la divinité.

< p>Les requérants ont fait valoir que le kaaraagar (prison) d'origine où Lord Krishna serait né “se trouve sous la construction élevée par le Comité de gestion Trust Masjid Idgah” et que “le fait véritable sera révélé devant la Cour après les fouilles”. (Selon la légende, les parents de Lord Krishna, Devaki et Vasudev, avaient été emprisonnés par le méchant roi Kansa, après qu'il ait été prophétisé que l'enfant de Devaki serait son ennemi juré.)

En septembre 2020, le juge Chaya Sharma a rejeté le plaidoyer pour des raisons de maintenabilité, estimant qu'Agnihotri et les autres requérants n'avaient pas de locus et ne pouvaient pas être des “proches parents” de la divinité lorsqu'une autorité de gestion du temple existe déjà.

Le tribunal a également déclaré que le temple et le Shahi Idgah avaient conclu un compromis en 1968, qui avait ensuite été officialisé par un décret du tribunal.

Le meilleur de l'explication

Cliquez ici pour en savoir plus

Ce que dit le compromis de 1968

Selon les archives judiciaires, avant 1968, plusieurs huttes se trouvaient sur le terrain de 13,77 acres. Après le règlement, les locataires de l'Idgah ont été invités à quitter les lieux afin qu'un nouveau temple puisse être construit. Les frontières ont été redessinées afin que les deux lieux de culte puissent fonctionner simultanément. Un mur les séparait ; il a été convenu que la mosquée n'aurait pas de fenêtre, de porte ou de drain ouvert face au temple.

Les pétitionnaires disent que l'accord a été conclu frauduleusement et qu'il est invalide en droit. Dans tous les cas, la divinité ne faisait pas partie de la procédure et ses droits ne peuvent être éteints par l'accord.

était un différend entre Shri Krishna Janmasthan Seva Sangh et Trust Shahi Masjid Idgah et certains musulmans qui prétendaient être locataires du Trust ou titulaires de licence. De nombreuses affaires civiles et pénales étaient en cours.

NORD et le mur sud du “Kachchi Kursi” d'Idgah seront prolongés par Trust vers l'est jusqu'à la voie ferrée.

< p>CONFIANCEobtiendront évacués habitant musulman Ghosis, etc. à l'extérieur du mur sur les côtés nord et sud, et livrer la terre à Sangh. Il n'aura plus aucun souci avec sa propriété par la suite, et le Sangh n'aura plus aucun souci avec la propriété des terres à l'intérieur des murs nord.

TERRE SUR le coin ouest-nord de Kachchi Kursi est du Sangh. La confiance rectangulaireisera Kachchi Kursi ; il sera considéré comme sa propriété.

D'ici le 15 octobre 1968, Trust enlèvera les décombres des escaliers du côté sud faisant l'objet du litige, et Sangh aura possession de ce terrain.

TERRAIN À L'EXTÉRIEURles murs nord et sud seront livrés à Sangh par le Trust d'ici le 15 octobre 1968, avant que les murs, etc. ne soient construits. Trust n'apposera aucune porte, fenêtre ou grille dans ces murs ou murs de Kachchi Kursi vers le Sangh, ni n'ouvrira de drain ou de sortie d'eau dans cette direction. Sangh ne fera pas non plus de tels travaux.

SANGH VA à ses propres frais détourner l'eau des sorties d'Idgah en fixant des tuyaux et en construisant ensuite un drain en maçonnerie. Trust ne s'opposera pas à la fixation de tuyaux dans les murs de Masjid Idgah.

SANGH VA livrer à Trust le terrain devant l'Idgah à l'intérieur des murs nord et sud, depuis la voie ferrée terre que Sangh est en train d'acquérir.

LES DEUX parties doivent déposer un compromis conformément à l'Accord dans toutes les affaires en cours, après avoir rempli toutes les conditions.

< strong>DANS LE CAS une partie ne respecte pas les conditions, les deux parties auront le droit de la faire appliquer par un tribunal ou de toute autre manière possible.

(Raccourci et édité)