Crise au Sri Lanka : le président Rajapaksa investit 9 nouveaux ministres

0
53

Le président Gotabaya Rajapaksa (à droite) salue Ranil Wickremesinghe lors de la cérémonie de prestation de serment de ce dernier en tant que nouveau Premier ministre, jeudi à Colombo. (Photo : AP)

Le président sri-lankais Gotabaya Rajapaksa a prêté serment à neuf nouveaux ministres vendredi dans le but d'assurer la stabilité jusqu'à ce qu'un cabinet complet soit formé dans la nation insulaire criblée de dettes engloutie dans la pire crise économique depuis sa indépendance.

Les ministres ont prêté serment après un retard de plus d'une semaine depuis que le président a nommé le nouveau Premier ministre Ranil Wickremesinghe. Rajapaksa a reconduit dans ses fonctions cinq fois l'ancien Premier ministre sri-lankais Wickremesinghe, après que son prédécesseur – le frère du président Mahinda Rajapaksa – ait démissionné à la suite d'attaques violentes de ses partisans contre des manifestants pacifiques antigouvernementaux.

Sa démission a automatiquement dissous le Cabinet, laissant un vide administratif.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

Les nouveaux ministres comprennent deux de la principale opposition Samagi Jana Balawegaya (SJB ), tandis que les autres viennent du Sri Lanka Podujana Peramuna (SLPP) de Rajapaksa et du groupe qui avait démissionné de la coalition au pouvoir.

Best of Express Premium

Premium

FY22 : Alors que les freins de Covid s'atténuent, les envois de fonds vers l'extérieur augmentent de 55 % pour atteindre un niveau record

Premium

'A Mathura, Radha ki chunari bhi Salma silti hai'

Premium

Une lettre de Varanasi : “C'est notre waqt&#8230 ; Ayodhya se produira à Kash…

Premium

Le mal sous le soleilPlus d'histoires premium >>

Le président Rajapaksa avait nommé quatre ministres la semaine dernière. Pourtant, aucun ministre des Finances n'a été nommé, ce qui est significatif dans le sillage des négociations en cours avec le FMI pour un éventuel renflouement.

Le Cabinet sera limité à 25 membres, dont le Président et le Premier Ministre , selon les médias.

L'ancien ministre Nimal Siripala de Silva représentant le Parti de la liberté du Sri Lanka (SLFP), les députés indépendants Susil Premajayantha, Wijayadasa Rajapaksha et Tiran Alles faisaient partie des neuf nouveaux ministres assermentés vendredi.

Nimal Siripala De Silva Ports a été nommé ministre des Services navals et de l'aviation, Susil Premajayantha comme ministre de l'Éducation, Keheliya Rambukwella a prêté serment comme ministre de la Santé, tandis que Wijeyadasa Rajapakshe comme ministre de la Justice, des Affaires pénitentiaires et des Réformes constitutionnelles.

Les autres ministres nommés incluent Harin Fernando en tant que ministre du Tourisme et des Terres, Ramesh Pathirana en tant que ministre des Industries des plantations, Manusha Nanayakkara en tant que ministre du Travail et de l'Emploi à l'étranger, Nalin Fernando en tant que ministre du Commerce et de la Sécurité alimentaire. et Tiran Alles en tant que ministre de la Sécurité publique.

Après le couvre-feu, les membres de l'armée voyagent à bord de voitures blindées sur la route principale a été prolongé d'une journée supplémentaire à la suite d'un affrontement entre des manifestants antigouvernementaux et des partisans du parti au pouvoir au Sri Lanka à Colombo, Sri Lanka, le 11 mai 2022. (Reuter)

Rajapaksa a maintenant remanié son cabinet à quatre reprises, dont la démission de son frère aîné et du patriarche de la coalition au pouvoir Mahinda Rajapaksa.

Le Sri Lanka est confronté à sa pire crise économique depuis son indépendance de la Grande-Bretagne en 1948.

La crise est causée en partie par un manque de devises étrangères, ce qui signifie que le pays ne peut pas se permettre de payer les importations de produits de base de nourriture et de carburant, entraînant de graves pénuries et des prix très élevés.

Au moins six personnes sont mortes d'épuisement alors qu'elles faisaient la queue pour l'essentiel. Dix autres personnes sont mortes dans des affrontements le 9 mai lorsqu'un groupe pro-gouvernemental a tenté de disperser des manifestants antigouvernementaux réclamant la démission du président Rajapaksa pour mauvaise gestion de la crise.

La police et l'armée avaient été déployées à Colombo et dans d'autres régions du pays après la propagation de la violence à la suite d'une attaque contre des manifestants pacifiques à Galle Face, où se trouve le secrétariat présidentiel.

Un bus endommagé de partisans du parti au pouvoir au Sri Lanka bloque une route principale après avoir été incendiée lors d'un affrontement de manifestants pro et antigouvernementaux près de la résidence officielle du Premier ministre, au milieu du pays. ;s crise économique, à Colombo, Sri Lanka, 10 mai 2022. (Reuters)

Des manifestations de rue se poursuivent au Sri Lanka sans fin en vue pour la crise.

Le mois dernier, le pays a déclaré son incapacité à assurer le service de sa dette s'élevant à 51 milliards de dollars. En 2022, les engagements de dette extérieure s'élevaient à 6 milliards de dollars.

Le programme d'aide économique de l'Inde depuis janvier avait maintenu le Sri Lanka à flot dans sa pire crise économique depuis l'indépendance en 1948. L'Inde a fourni des lignes de crédit pour le achat de carburant et de produits de première nécessité alors que les réserves de change du Sri Lanka s'épuisaient.

New Delhi a engagé plus de 3 milliards de dollars au Sri Lanka criblé de dettes sous forme de prêts, de lignes de crédit et d'échanges de crédit depuis janvier de cette année.

La crise politique a été déclenchée fin mars lorsque des personnes touchées par de longues heures de coupures de courant et de pénuries essentielles sont descendues dans la rue pour exiger la démission du gouvernement.

Le président Rajapaksa a limogé son cabinet et a nommé un cabinet plus jeune en réponse à la demande de démission. Une manifestation continue en face de son secrétariat dure maintenant depuis plus d'un mois.

Le frère du président a démissionné de son poste de Premier ministre pour laisser la place au président de nommer un gouvernement intérimaire composé de tous les partis politiques.