Sonder par le gouvernement du Jharkhand serait une farce: SG Tushar Mehta

0
50

Haute Cour du Jharkhand. (Dossier)

DÉCLARANT QUE toute enquête menée par le gouvernement du Jharkhand sur les questions relatives à l'escroquerie du MGNREGA, au bail minier et au blanchiment d'argent présumé par le biais de sociétés fictives serait une “farce”, a déclaré jeudi le solliciteur général Tushar Mehta à la Haute Cour du Jharkhand que cela irait à l'encontre de “l'intérêt de la justice”, étant donné que “l'accusé potentiel” peut faire surface selon les preuves recueillies et soumises sous pli scellé au tribunal.

La question a été soulevée lorsque le banc du juge en chef Ravi Ranjan et du juge Sujit Narayan Prasad entendait trois PIL liés à l'escroquerie MGNREGA de 2010, à l'attribution d'un bail minier et à l'utilisation présumée de sociétés écrans pour le blanchiment d'argent.

Lire aussi |Détournement des fonds MGNREGA : la plupart des espèces saisies de 19 millions de roupies appartiennent à l'agent de l'IAS, déclare CA à ED

Alors que la PIL liée à l'escroquerie MGNREGA, dans laquelle l'officier supérieur de l'IAS Pooja Singhal a été arrêté par la Direction de l'application de la loi (ED), a été déposée en 2019, les PIL relatives au bail minier et aux sociétés fictives, toutes deux concernant le ministre en chef Hemant Soren, ont été déposées en 2022 et 2021, respectivement.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

Puisque Singhal était secrétaire d'État aux Mines, le tribunal a commencé le 13 mai à entendre les deux PIL liés à l'escroquerie MGNREGA ainsi qu'au bail minier ensemble.

Best of Express Premium

Premium

Un professeur du Collège Hindou du DU’a été arrêté pour avoir posté le ‘ Shivling&#…

Premium

Clé UPSC CSE – 20 mai 2022 : ce que vous devez lire aujourd'hui

Premium

En procès, le gouvernement MVA en tant que BJP, le Centre s'affrontent devant les tribunaux -content/plugins/lazy-load/images/1×1.trans.gif” />Premium< /chiffre>Explication : L'affaire Krishna Janmabhoomi à Mathura et le défi de …Plus d'histoires premium >> Lire aussi |Les documents saisis de l'officier de l'IAS Pooja Singhal relient les supérieurs : SG Tushar Mehta

Après Mehta, comparaissant pour l'ED dans le PIL lié aux sociétés écrans présumées le 17 mai, soumis au tribunal des documents sous pli scellé , qui, selon lui, ont été récupérés à Singhal et révèlent “l'implication de hauts responsables”, le banc a déclaré qu'il entendrait l'affaire avec l'escroquerie MGNREGA ensemble le 19 mai.

Lors de l'audience du 17 mai, le tribunal avait rejeté l'appel de l'État concernant le rappel des ordonnances précédentes dans lesquelles l'ED avait demandé de soumettre les “éléments collectés” sur les sociétés écrans.

Le meilleur de l'explication

Cliquez ici pour plus

Jeudi, lorsque l'affaire a été portée devant le tribunal, Mehta a déclaré: “Chaque fois qu'une enquête est en cours et qu'un acte d'accusation n'a pas été déposé, les documents [sur l'enquête] sont confidentiels et ne peuvent être rendus publics [ce qui] est le mandat de droit. Nous ne pouvons que le partager avec le tribunal, et après avoir parcouru les documents rassemblés et [soumis] dans le pli scellé, le tribunal serait satisfait de deux choses : premièrement, la qualité des preuves recueillies jusqu'à présent n'est pas répréhensible ni même alléguée à fabriquer et, deuxièmement, ils vont à la racine même de l'élargissement de l'escroquerie de très haut niveau.”

Le SG a alors fait valoir “qu'il serait absolument contraire à l'intérêt de la justice de confier toute enquête plus approfondie à l'autorité de l'État, compte tenu des accusés potentiels qui pourraient venir selon les preuves recueillies ici”.

“L'État l'enquête serait, à mon avis, une farce », a-t-il déclaré.

Représentant l'État, l'avocat principal Kapil Sibal a déclaré qu'il ne pouvait être d'aucune aide au tribunal car il ne savait pas ce qu'il y avait dans la couverture scellée. Sibal a informé le tribunal qu'une demande d'autorisation spéciale a été déposée auprès de la Cour suprême au nom de l'État, contestant la question de la couverture scellée et que l'affaire serait probablement soulevée vendredi.

Dans la demande de bail minier , le tribunal a fortement critiqué l'État pour avoir laissé au sous-commissaire de Ranchi, Chavvi Ranjan, le soin de déposer un affidavit en son nom à un moment où il est accusé dans une affaire de corruption en 2015. L'avocat général Rajiv Ranjan a déclaré que l'officier était toujours en procès et qu'il était en liberté sous caution.

Après la présentation des dossiers, le juge en chef Ravi Ranjan a déclaré : “L'État étant un procureur dans l'affaire [abattage d'arbres ] et en même temps, l'État dit qu'il est apte à déposer un affidavit… Il est accusé dans une loi sur la prévention de la corruption impliquant l'abattage de quelques arbres dans le district de Koderma. Sous CrPC 164, une déclaration a été faite par un témoin, alors DDC Koderma, déclarant qu'il (DC Ranjan) avait demandé de ne pas instituer une FIR nommée et avait également fait pression sur lui pour qu'il modifie la déclaration d'un autre témoin… Kis tarah ka aadmi hai ye ( Quel genre de personne il est).”