Expliqué: L'impact de la volatilité des prix

0
50

Enfin, pas tout à fait. On peut voir dans le tableau 1 que plus de 90% des augmentations de prix de l'huile de palme, de tournesol, de soja et même de moutarde au cours de la période de huit ans – coïncidant à peu près avec l'entrée en fonction du gouvernement Narendra Modi – se sont produites juste au cours des trois dernières années.

Entre le 13 mai 2014 et le 13 mai 2022, le prix de détail moyen « modal » (le plus cité) de l'huile de palme en Inde a augmenté de plus de 2,3 fois, passant de Rs 68,5 à Rs 160 par kg. Il en a été de même pour les prix à la consommation de l'huile de tournesol emballée (2,1 fois ; de Rs 90 à Rs 190,75/kg) et de soja (2,2 fois ; de Rs 77 à Rs 170/kg).

Évaluer les randonnées

Ce sont des randonnées massives, n'est-ce pas ?

Eh bien, pas tout à fait. On peut voir dans le tableau 1 que plus de 90% des augmentations de prix de l'huile de palme, de tournesol, de soja et même de moutarde au cours de la période de huit ans – coïncidant à peu près avec l'entrée en fonction du gouvernement Narendra Modi – se sont produites juste au cours des trois dernières années. Dans le vanaspati (huile végétale hydrogénée), la totalité de l'augmentation a eu lieu au cours des trois dernières années, tandis que bien plus des deux tiers pour l'huile d'arachide.

Best of Express Premium

Premium

Skyfall au Gujarat, selon un expert, probablement des débris d'une fusée chinoise

Premium

Chaos à Kandla après l'interdiction : 4 000 camions de blé en file d'attente, 4 navires à moitié pleins

Premium

Rural pince davantage dans les états à forte inflation

Premium

Explication : ce que la visite de Bilawal Bhutto Zardari aux États-Unis signifie pour le Pakistan…Plus d'histoires premium >>

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

En termes simples, l'huile comestible est une marchandise qui a en fait connu très peu d'inflation au cours des cinq premières années de la Gouvernement Modi – en fait, remontant plus loin à 2011. Des approvisionnements abondants en huile importée bon marché – palmier d'Indonésie et de Malaisie, soja d'Argentine et du Brésil, et tournesol d'Ukraine et de Russie – ont assuré l'accès à un produit qui défiait pratiquement la nourriture inflation.

Ce n'est que dans la période qui a suivi la mi-2019 – le deuxième mandat du gouvernement Modi – que les prix à la consommation des huiles végétales importées ont doublé. Cela inclut le vanaspati, qui est en grande partie fabriqué à partir d'huile de palme importée (le processus implique une hydrogénation ou l'ajout d'hydrogène pour durcir et augmenter le point de fusion de l'huile, donnant un produit imitant le desi ghee). Les prix des huiles indigènes, en particulier la moutarde et l'arachide, n'ont également augmenté de manière disproportionnée qu'au cours des trois dernières années.

Plus d'informations sur Political Pulse

Cliquez ici pour en savoir plus

Lorsque l'inflation est faible, les gens pensent à autre chose. Ce fut précisément le cas des huiles comestibles pendant une longue période de 2011 à mi-/fin 2019. C'est lorsque les prix montent soudainement en flèche qu'ils s'en aperçoivent et que le gouvernement commence également à parler de la nécessité de parvenir à «atmanirbharta (autonomie)». L'Inde consomme 22,5 à 23 millions de tonnes (mt) d'huiles végétales par an, dont 13,5 à 14,5 mt sont importées et le reste 8,5 à 9,0 mt produit à partir de sources nationales.

Une poussée soudaine des prix (volatilité) est différente de l'inflation normale. Les fortes hausses de prix sur de courtes périodes nuisent davantage aux consommateurs que lorsqu'elles sont étalées dans le temps. Prenez vanaspati. Si les prix de détail avaient augmenté de Rs 12,5/kg chaque année après 2014, les consommateurs l'auraient ressenti moins que l'augmentation annuelle moyenne de Rs 33,33 au cours des trois dernières années et presque nulle au cours des cinq années précédentes. La volatilité – à la fois la chute des prix et la flambée excessive – n'est pas non plus bonne pour les producteurs. Celles-ci créent des distorsions, entraînant une forte réduction ou une expansion de leurs superficies, augmentant encore la volatilité.

Lait contre pétrole

Le contraste entre volatilité et inflation normale est plus net lorsqu'on s'intéresse à un autre poste de consommation essentiel : le lait liquide de marque. La Gujarat Cooperative Milk Marketing Federation a augmenté le prix de détail maximum de son lait Amul de 2 roupies le litre tous les deux ans environ, les autres marques suivant principalement le leader du marché. L'augmentation cumulée des prix au cours des huit dernières années a été de 12 roupies le litre (tableau 2). Cela se traduit par un taux de croissance annuel composé (TCAC) de 2,83 % pour le lait entier à 6 % de matières grasses et 9 % de SNF ou de solides non gras. Payer 1,5 roupies/litre de plus chaque année pour le lait n'aurait pas autant diminué la hausse soudaine de 40 à 60 roupies/kg du prix de l'huile de moutarde, de palme ou de soja en une seule année.

Ce n'est pas uniquement du lait. L'inflation a également été faible pour le sucre et le riz. Selon les données du département de la consommation, entre le 13 mai 2014 et le 13 mai 2022, le prix de détail modal du sucre est passé de Rs 36 à Rs 42 le kg (TCAC de 1,95 %) et de Rs 24 à Rs 31,5 par kg (3,46%) pour le riz. Même le blé et l'atta (farine complète) ont enregistré une inflation relativement faible au cours de cette période – de Rs 18,5 à Rs 22/kg et Rs 20 à Rs 28/kg, respectivement, correspondant à des CAGR de 2,19 % et 4,3 %.

L'effet blé

La situation pourrait bien sûr changer pour le blé dans le mois à venir. Une mauvaise récolte (grâce à la vague de chaleur qui a suivi la mi-mars), l'épuisement des stocks publics (en raison des marchés publics au plus bas depuis 15 ans) et la flambée des prix mondiaux (à la suite de l'invasion russe de l'Ukraine) peuvent très bien faire au blé ce que ces trois dernières années ont fait aux huiles comestibles.

L'impact de la volatilité des prix se fait déjà sentir, en particulier dans les produits où le blé et les graisses végétales sont des ingrédients clés : pain, biscuits, biscuits, gâteaux et nouilles. Le biscuit contient généralement jusqu'à 58 % de maida (farine de blé raffinée), 12 % de matières grasses et 15 % de sucre. Le pain blanc ordinaire contiendra 85 à 90 % de maida et 4 à 5 % de matières grasses, qui agissent comme un lubrifiant et confèrent la douceur, la texture et la sensation en bouche nécessaires. L'huile végétale et le blé devenant chers simultanément (le sucre n'a pas été le cas jusqu'à présent) compliqueraient la tâche de toute une série d'industries alimentaires et de produits de boulangerie.

Le meilleur de l'explication

Cliquez ici pour en savoir plus

En résumé, l'inflation alimentaire est un problème lorsqu'elle est concentrée sur une période relativement courte (comme dans les huiles comestibles) et répartie sur les produits de base (le blé est le dernier ajout). En outre, la probabilité de volatilité des prix est plus élevée pour les produits de base fortement dépendants des importations. Les consommateurs indiens ont profité de la faiblesse des prix mondiaux des huiles comestibles pendant une grande partie de la dernière décennie. Le vent a d'abord tourné avec la sécheresse en Ukraine en 2020 et les pénuries de travailleurs migrants induites par le Covid-19 dans les plantations de palmiers à huile de Malaisie. La guerre russo-ukrainienne, l'interdiction d'exporter de l'huile de palme en Indonésie et le temps sec dans les ceintures de culture du soja en Amérique du Sud ont aggravé les choses.

Dans le blé, où les prix au Chicago Board des marchés à terme du commerce régnent autour de 62% de plus qu'il y a un an, la probabilité de volatilité serait encore plus faible en Inde. La seule raison est l'atmanirbharta du pays dans les céréales, ce qui le rend moins vulnérable aux fluctuations des prix internationaux. L'interdiction des exportations – similaire à ce que l'Indonésie a fait pour l'huile de palme – fournira une isolation supplémentaire.