« Notre vie tourne autour de quelques centaines de mètres. Ça ne peut pas devenir plus misérable '

0
59

Une colonie de pandits du Cachemire dans le district de Budgam. (Photo express de Shuaib Masoodi)

Sortant de la route principale de Sheikhpora, un tronçon étroit mène à un groupe de bâtiments roses et jaunes. Des véhicules blindés de la police J&K et des forces paramilitaires bordent la voie et gardent la porte de la colonie. Les policiers demandent l'identité de chaque passant, n'en laissant entrer qu'après contrôle. Juste à l'intérieur de la porte, une centaine d'habitants sont assis sous une tente avec une photo de Rahul Bhat.

Deux jours après Bhat a été tué à l'intérieur du bureau du tehsilnon loin de cet ensemble résidentiel, la colère des habitants est palpable. “Paani sar ke upar se ja chuka hai (Nous sommes arrivés au bout de nos forces)”, déclare l'un des habitants, un enseignant du gouvernement, refusant de donner son nom.

Samedi, personne de la colonie, destinée à accueillir les migrants pandits du Cachemire qui ont commencé à travailler dans la vallée dans le cadre d'un programme d'emploi du Premier ministre, est allée travailler. Leurs enfants n'allaient pas non plus à l'école, à part ceux qui avaient des examens.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

La demande est unanime : “Si le gouvernement ne peut pas nous fournir un environnement sûr, il devrait nous déplacer là où nous nous sentons en sécurité.” Pour la plupart, cet emplacement est Jammu.

Le meilleur d'Express Premium

Premium

Résolution de 1946 du SGPC sur “l'État sikh” : ce que Simranjit Singh Mann a manqué

Premium

À Khargone, l'histoire de deux maisons PMAY : l'une rasée, l'autre vandalisé b…

Premium

Explication : pourquoi l'interdiction des exportations de blé est une réaction instinctive , frappe les agriculteurs un …Plus d'histoires premium >>

Les habitants ont également déclaré que même si l'on parle beaucoup des pandits du Cachemire sous toutes les dispenses, “très peu est fait”.

Espérant apaiser les esprits, le lieutenant-gouverneur Manoj Sinha a rencontré vendredi la famille de Bhat et a accepté la demande de fournir un emploi à sa femme et de prendre en charge les frais de scolarité de sa fille de cinq ans.

Lire aussi | Les pandits du Cachemire descendent dans les rues et bloquent l'autoroute Srinagar-Budgam pour meurtre

Mais samedi, la manifestation semblait prête pour le long terme — non loin de l'endroit où la voiture de Bhat est toujours garée dans la colonie, où il a vécu pendant près d'une décennie. Un registre faisait le tour de la tente où les gens mettaient des pancartes contre leurs noms pour la collecte de fonds afin d'acquérir un système de sonorisation. Les habitants ont expliqué que beaucoup avaient perdu la voix après plus de deux jours de slogans.

Environ 300 familles vivent dans des appartements de deux pièces dans le Sheikhpora “hébergement de transit”, dont beaucoup partagent un appartement. Dans de nombreuses familles, plus d'une personne est au service du gouvernement, et plusieurs se déplacent pour le travail dans différents districts, jusqu'à 70 km. La plupart d'entre eux travaillent dans les départements de l'éducation, du développement rural et des recettes.

“Certaines personnes partent dès 6h du matin, prennent le train ou le bus pour se rendre dans des endroits lointains et reviennent après la tombée de la nuit”, explique Roshan Lal, dont la fille est institutrice à Anantnag, dans le sud du Cachemire.

En images |Colère dans la vallée : les Pandits du Cachemire descendent dans les rues

Des colonies comme Sheikhpora ont été construites exclusivement pour les pandits migrants retournant dans la vallée, pour vivre en « transit » ; avant leur réinsertion dans la société. Sheikhpora, parmi les premières, a été construite il y a 14 ans et reste la plus grande colonie de ce type, entourée d'un mur de béton surmonté d'un fil accordéon. Lorsque la réponse initiale a été médiocre, le gouvernement avait déplacé plus de 30 familles Pandit de Budgam, qui n'avaient pas émigré du Cachemire, pour inspirer la confiance.

Les autres colonies clôturées de ce type se trouvent à Vessu à Qazigund , Haal à Pulwama, Mattan à Anantnag, Veervan à Baramulla, Tulmulla à Ganderbal et Nutnusa à Kupwara. Les travaux sont en cours pour construire six autres colonies Pandit — Marhama à Bijbehara, Wandhama à Ganderbal, Fatehpora à Baramulla, Keegam à Shopian, Sumbal à Bandipora et Khullangam à Kupwara.

Peut-être qu'aucun n'a vu de manifestations du genre de celles qui ont éclaté vendredi, bien que peu soient surpris de la réponse du gouvernement qui a suivi. Vendredi soir, les portes de la colonie de Sheikhpora ont été verrouillées de l'extérieur, pour garder les habitants à l'intérieur après qu'ils aient protesté contre la mort de Bhat, sans se laisser décourager par les lathicharges de la police et les tirs de gaz lacrymogène.

“On nous a dit que LG Sinha viendrait, mais il a envoyé son secrétaire principal et cela ne suffit pas”, explique l'un des habitants. Le secrétaire principal Nitishwar Kumar a rencontré les manifestants après que le Raj Bhavan a annoncé l'acceptation de leurs demandes.

Lire aussi |Le père d'un membre du personnel du gouvernement abattu par des militants à Budgam s'inquiète pour la sécurité des Pandits travaillant au Cachemire

Un résident, Sanjay, dit que le personnel de sécurité a d'abord fermé les portes vendredi matin même. « Nous avons protesté car certains parents ont dû déposer leurs enfants à l'école. Puis ils l'ont ouvert. À 13 heures, la foule avait grossi et demandé à être autorisée à marcher jusqu'à Lal Chowk, le centre-ville de Srinagar. Cependant, le personnel de sécurité ne les a pas autorisés.

Beaucoup de manifestants disent que les habitants vivant à l'extérieur de la colonie leur avaient fourni de l'eau et du soutien alors qu'ils étaient assis sur la route sous le soleil.

Les adolescents Saksham et Kartik, suspendus au bord de la tente retenant les manifestants, disent avoir manqué l'école de leur plein gré samedi. Les deux ajoutent qu'ils ne se sentent généralement pas en danger au Cachemire, et qu'ils n'ont pas non plus envie de partir, comme le souhaitaient certains adultes.

Cependant, le meurtre de Rahul a laissé la plupart d'entre eux se sentir vulnérables. “C'était un ami pour nous tous. Il était poli, il allait travailler, s'occupait de sa famille. Il ne gênerait personne », déclare Sheila.

Un résident dit qu'il se sentait en cage, sans liberté de mouvement ou sans peur. "Parfois, ces colonies fermées semblent inutiles. Chaque jour, nous devons nous déplacer pour travailler, sans aucune sécurité. Nos enfants doivent aller à l'école. Nous sommes peut-être en sécurité la nuit, mais nous sommes vulnérables le jour. »

Des colonies comme Sheikhpora ont été construites exclusivement pour les Pandits migrants retournant dans la vallée, pour vivre en “transit” ; avant leur réinsertion dans la société. (Photo expresse de Shuaib Masoodi)

Un enseignant qui vit dans la colonie parle de collègues enseignants pandits tués plus tôt, ajoutant : « Chaque meurtre est un revers. Maintenant, quand je vais à l'école, mes élèves s'inquiètent pour moi. Et quand j'ai une minute à moi, je me surprends à regarder la porte pour voir qui entre. »

Il ajoute que malgré des années de service et l'habitude de vivre dans des colonies fermées dans un endroit où les gens possèdent des maisons à plusieurs étages, “on ne peut pas vivre dans la peur constante”.

Un résident dit que la disponibilité d'installations d'hébergement plus sûres a atténué la pression, mais les conditions de vie restent mauvaises. Dans la plupart des maisons, le plâtre se détache des murs humides. « Il existe encore de nombreux exemples de familles entassées dans un seul appartement. Notre vie tourne autour de quelques centaines de mètres. C'est ça que tu appelles la vie ? Cela ne peut pas devenir plus misérable que cela. »

Les pandits qui n'avaient pas émigré de la vallée et ont été transférés à Sheikhpora disent que leur vie n'a fait qu'empirer. « Nous ne sommes même pas traités sur un pied d'égalité avec les autres qui sont venus de l'extérieur », dit l'un d'eux. “Nous sommes comme des citoyens de seconde zone ici.”