Jharkhand écrit au Centre pour le bien-être des personnes embauchées par BRO

0
54

Secrétaire en chef du Jharkhand, Sukhdev Singh. (Photo : ANI)

Mentionnant que l'État est “engagé à défendre la dignité” de ses travailleurs qui construisent des infrastructures essentielles dans les zones frontalières, le gouvernement du Jharkhand a de nouveau écrit au secrétaire à la Défense et au secrétaire spécial du NITI Aayog, les exhortant à ordonner à l'Organisation des routes frontalières (BRO) de signer le mémorandum d'accord (MoU) pour de meilleures mesures de bien-être pour ces travailleurs.

Au cours des deux dernières années, il s'agit de la troisième missive du gouvernement du Jharkhand, exhortant le BRO à obtenir un meilleur accord pour ses travailleurs qui sont confrontés à “l'exploitation conditions de travail » dans les zones de haute altitude. Une délégation, comprenant le secrétaire au travail du Jharkhand, s'était entre-temps rendue au Ladakh pour une discussion sur la question.

Dans la lettre, datée du 2 mai, le secrétaire en chef du Jharkhand, Sukhdev Singh, a écrit au secrétaire à la Défense, exprimant ces préoccupations. Il a écrit qu'une délégation a rencontré l'administration du Ladakh et les ingénieurs en chef des projets Himank et Vijayak du BRO en octobre de l'année dernière et il a exhorté le BRO à signer le protocole d'accord.

https://images.indianexpress.com/2020 /08/1×1.png

“Au cours de la réunion, les représentants du BRO ont mentionné que toutes les questions politiques fondamentales liées à l'intégration annuelle des travailleurs migrants et aux prestations sociales pour eux et sa mise en œuvre ne seront entreprises qu'après les instructions du siège du BRO,” Singh a écrit.

Le meilleur d'Express Premium

Premium

Le jeune brigade en colère de Sharad ‘Mr Congeniality’ Pawar

Premium

ExplainSpeaking : pourquoi le gouvernement indien a tort de prétendre que l'inflation a atteint le r.. .

Premium

Bhupinder Singh Hooda à Idea Exchange : la seule issue est de se battre pour …

Premium

Vistara pourrait fusionner avec Air India, décision probable d'ici fin 2023Plus d'histoires Premium >>

Dans sa lettre au secrétaire spécial du NITI Aayog, K Rajeswara Rao, Singh a sollicité son intervention pour résoudre le problème dans un “véritable esprit”.

Singh a écrit: “Je souhaite attirer votre aimable attention sur nos préoccupations liées à l'intronisation annuelle des CPL du Jharkhand par BRO. Je pense que vous avez été au courant des conditions défavorables rencontrées par les travailleurs migrants du Jharkhand employés dans les camps de base du BRO dans la région du Ladakh en 2020 et 2021. J'espère que votre intervention contribuera à faciliter la signature très tardive d'un protocole d'accord entre BRO et le gouvernement du Jharkhand, et son adhésion par BRO pour assurer la sécurité, le bien-être social et la dignité des travailleurs migrants du Jharkhand au Ladakh et dans d'autres régions similaires.

Dans les deux lettres, Singh a souligné la nécessité de démontrer la nécessité d'un processus de recrutement transparent et responsable.

La question a été soulevée pour la première fois lors de la première vague de Covid-19, lorsque le gouvernement de l'État a transporté par avion 60 personnes du Jharkhand “bloquées” au Ladakh. Ensuite, le secrétaire principal de l'État (Travail) Rajiv Arun Ekka a écrit au BRO D-G, soulignant le problème de l'exploitation par des agents. Plus tard, BRO, une branche du ministère de la Défense, et l'État ont convenu d'un commun accord de “termes de référence (TOR)” en juin 2020.

Dans le TOR, Jharkhand a demandé à BRO de s'engager à signer un Protocole d'accord pour supprimer les sous-traitants, augmenter les salaires, mettre en place de meilleures conditions de travail, s'enregistrer en vertu de la loi sur les travailleurs migrants inter-États en tant qu'employeur, entre autres. Le ministre en chef a ensuite signalé un train spécial de travailleurs, qui est parti sans aucun intermédiaire, après l'accord initial.

En quelques mois, cependant, plusieurs ouvriers ont commencé à revenir, alléguant une discrimination. Une série de lettres ont été envoyées au BRO par la suite, à partir de janvier 2021. Le 16 juillet, le département du travail de l'État a écrit au BRO, l'accusant de ne pas tenir son engagement. En réponse, le BRO a nié les allégations.

Les responsables de la salle de contrôle des migrants à Jharkhand ont également souligné ce besoin et pointé vers un incident récent à Leh. Depuis 16 jours, ont-ils déclaré, le corps d'un homme de 45 ans repose à la morgue de l'hôpital Sonam Norbu Memorial à Leh, attendant d'être réclamé et identifié.

Le responsable de la salle de contrôle des migrants de Jharkhand, Johnson Topno, a déclaré avoir appris le 28 avril qu'un corps avait été repêché dans l'affluent de l'Indus. « Nous avons envoyé une personne de notre salle de contrôle à Leh et un autre ouvrier, qui dirige une agence à Dumka, pour identifier le corps. Mais aucun des ouvriers ne l'a fait. L'ouvrier est très probablement de Dumka, Jharkhand, mais nous n'avons aucune preuve en raison du manque de documentation », a déclaré Topno.

Zakir Ansari, qui dirige une agence à Dumka, a déclaré à The Indian Express que le corps avait été retrouvé à Upshi, à environ 50 km de Leh. Informé à ce sujet par certains ouvriers, il en a informé les responsables du BRO.

“La police et les ouvriers de Dumka ont repêché le corps hors de la rivière le lendemain. En apparence, il ressemble au corps d'un ouvrier du Jharkhand. Le BRO et le compagnon (agent) ont refusé d'identifier le corps », a déclaré Ansari. “J'avais demandé aux responsables du Jharkhand d'annoncer la nouvelle à Dumka, mais rien ne s'est passé.”

Il a dit que l'une des raisons pour lesquelles les gens n'identifient pas le corps est qu'ils doivent payer une indemnisation. "Ce n'est qu'après le retour des ouvriers à Dumka en octobre-novembre que la famille apprendra l'existence du défunt" a-t-il dit.

Le 9 ​​mai, le bureau du magistrat du district de Leh a envoyé une lettre au grand public et a déclaré : “Le corps repose actuellement à la morgue de l'hôpital SNM. Le corps doit être évacué rapidement. A ce titre, toute personne ayant droit sur le corps peut saisir cet office dans un délai de sept jours. Toute réclamation/objection reçue après l'expiration du délai stipulé ne sera pas prise en compte et le corps sera éliminé conformément à la règle.”

Le Dr Nuzrun, médecin-chef de Leh, a déclaré que le corps n'a pas été encore identifié.

Delex Namgyal, commissaire adjoint du travail, Leh, a déclaré : “L'incident s'est produit près du camp d'initiation de BRO. Il est inhabituel que personne ne réclame le corps. Par son apparence et sa construction, le corps semble être celui d'un ouvrier du Jharkhand. »