À Khargone, l'histoire de deux maisons PMAY : l'une rasée au bulldozer, l'autre vandalisée par la foule

0
60

Leela Bai dans sa maison PMAY-U à Sanjay Nagar, Khargone. La maison, endommagée par une foule, est maintenant à vendre. (Photo express par Harikishan Sharma)

Yah makan bikau hai (Cette maison est à vendre.)

À l'encre bleue, ceci est griffonné sur le mur de la maison à un étage de Towerwali Gali à Sanjay Nagar à Khargone. La maison, construite sous le Premier ministre Awas Yojana-Urban, appartient à Leela Bai Chhagan Lal, 60 ans, qui travaille comme ouvrier et vit ici avec des parents proches. Si la maison PMAY de Hasina Fakhroo a été démolie par l'administration le 11 avril, celle de Leela Bai a été vandalisée et endommagée par une foule un jour plus tôt.

Dans la violence qui a éclaté pendant la procession de Ram Navami, au moins 10 maisons de ses voisins ont été incendiées. Sa porte principale est un trou béant, la fenêtre aussi ; les actifs d'une vie, y compris une cuisinière à gaz, une bonbonne, une motopompe à eau, un ventilateur et une télévision, ont tous disparu.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

Les programmes gouvernementaux visent à aplatir les différences d'identité – un labharthi (bénéficiaire) est un labharthi sans distinction de caste ou de foi – mais cette histoire de deux maisons PM Awas décrit le sort d'un quartier urbain où les lignes de fracture communales se sont durcies et où même un atout obtenu dans un vaisseau amiral régime offre peu de protection.

Le meilleur d'Express Premium

Premium

La jeune brigade en colère de Sharad &# 8216;Monsieur la convivialité’ Pawar

Premium

ExplainSpeaking : Pourquoi le gouvernement indien a tort de prétendre que l'inflation a atteint le ri…

Premium

Bhupinder Singh Hooda à l'échange d'idées : La seule issue est de se battre pour …

Premium

Vistara pourrait fusionner avec Air India , décision probable d'ici la fin de 2023Plus d'histoires premium >> Lire aussi | La maison du PM Awas a été géolocalisée 5 fois, le dernier paiement a été effectué une semaine avant que le bulldozer ne la démolisse

Une enquête menée par The Indian Express vendredi a montré comment la maison de Hasina avait été géolocalisée cinq fois, tous ses paiements sont arrivés à temps, le dernier versement une semaine avant l'arrivée des bulldozers, et pourtant, sa maison a été déclarée illégale et un avis lui a été envoyé. quatre jours avant la démolition.

Pour Leela Bai, c'est la foule violente qui lui a volé sa maison.

« J'avais travaillé comme ouvrière dans une ferme gouvernementale et comme aide domestique pour nourrir ma famille depuis la mort de mon mari il y a 16 ans. Nous avons construit cette maison en quatre tentatives – d'abord, nous avons eu un toit en plastique, puis nous avons eu du bois (kelu), puis nous avons eu des tuiles, enfin un toit en pucca. Nous avons connu beaucoup de hauts et de bas, mais nous avons continué à améliorer cette maison », a déclaré Leela Bai à The Indian Express.

Aujourd'hui, sous l'avis de vente, la maison porte un cachet du PMAY-U indiquant qu'elle a été construite – semblable au — dans le cadre de la composante Beneficiary Led Construction du programme avec un coût de Rs 2,5 lakh en 2017-18.

Un responsable de l'administration du district a déclaré que Rs 76 602 ont été versés à la famille de Leela Bai pour les dommages pendant les émeutes.< /p>

Racontant la soirée du 10 avril, Leela Bai a déclaré : « Nous étions allés voir le cortège. J'ai quitté la maison à 16 heures, des affrontements ont éclaté à 17-18 heures. Il n'y avait pas de lumière…. l'électricité a été coupée… les maisons brûlaient… nous sommes retournés chez nous trois à quatre jours plus tard car le couvre-feu a été imposé peu de temps après que les affrontements ont éclaté. Ensuite, nous sommes allés au poste de police. »

Plus d'impulsions politiques

  • Le numéro d'équilibriste du Congrès : comité consultatif pour les seniors, 50 % de représentation pour les jeunes leaders
  • AAP a un allié, mais le Kerala pourrait être une longue randonnée solitaire
  • Cliquez ici pour en savoir plus

    Le fils de Leela Bai, Pawan Kale, qui travaille comme ouvrier dans un magasin, a quitté la localité à ce qu'il appelle un endroit “plus sûr” après les émeutes communales de 2015. “Dar ho gaya tha dang ke bad, isliye idhar aa gaye (Nous avions peur alors nous avons déménagé ici)”, a déclaré Kale, qui vit maintenant dans la localité de Kale Khet en ville, à environ 1 km de sa mère.

    À côté de Leela Bai, vit Sangita Jadhav. Elle travaille comme ouvrière dans une boulangerie et son mari Ramesh Jadhav est chauffeur. La maison de plain-pied de Sangita a été incendiée lors des émeutes du 10 avril. Montrant les débris calcinés, Sangita s'est effondré: “hamne a dit à l'homme se ye ghar banaya tha. (Nous avions construit cette maison avec enthousiasme.)”

    A côté de la maison de Sangita, habite Laxmi Muchhal dont le mariage était prévu le 14 avril, quatre jours après les violences. « Les émeutiers ont emporté tout ce que mon frère avait acheté pour mon mariage. Ils ont également pillé les rations, la bouteille de gaz, le canapé et la télévision. Je ne sais pas comment nous allons organiser le mariage maintenant, nous n'avons aucune ressource », a déclaré Laxmi à The Indian Express.

    La famille de Laxmi a déclaré qu'elle avait tellement peur qu'elle avait mis des feuilles d'étain devant sa porte. et des fenêtres pour se protéger des jets de pierre et des incendies criminels. Dans la même ruelle que Laxmi, The Indian Express a compté au moins huit autres maisons et magasins portant les marques d'un incendie criminel. Sept d'entre eux ont mis un avis de vente : yah makan bikau hai.

    Il s'agit notamment d'un magasin de kirana et d'atta chakki exploité par Santosh Mohan Singh Kumawat, qui a déclaré que son magasin avait été incendié. Parwati Natthu, dont la famille vit de l'agriculture, possède une charrette à bœufs. Natthu a allégué que les assaillants avaient tué les bœufs et pillé des choses chez lui.

    Ces maisons ne sont pas loin de l'endroit où le surintendant de la police (SP) Siddharth Choudhary a été abattu sous le genou. S'adressant à The Indian Express, Choudhary, qui a pris ses fonctions la semaine dernière, a déclaré que 180 personnes avaient été arrêtées en lien avec les violences.