SC rappe l'avocat pour avoir déclaré que le Cachemire est devenu une partie de l'Inde après la suppression de l'article 370

0
55

Le tribunal de grande instance a fixé au 30 août la prochaine date d'audience. (Photo d'archives)

La Cour suprême a mis en garde vendredi un avocat qui, au cours de ses arguments, a déclaré que le Cachemire est devenu une partie du pays après l'abrogation des articles 370 et 35A de la Constitution en août 2019 de faire attention à sa langue.

“Non. Il est resté une partie du pays pendant longtemps. Il s'agit de certaines dispositions particulières. Faites attention à la langue que vous utilisez », a déclaré le juge SK Kaul, président d'un banc de deux juges, à Ravi Shankar Jandhyala, tout en entendant un plaidoyer contestant l'exercice de délimitation, qui recommandait d'augmenter le nombre de sièges à J&amp ; Assemblée K de 83 à 90.

Lire aussi |Plaidoyer contre l'exercice de délimitation de J&K : la Cour suprême demande au Centre, UT de répondre

Le tribunal entendait un plaidoyer de deux habitants de Srinagar – Haji Abdul Gani Khan et Mohammad Ayub Mattoo – contre l'exercice de délimitation.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

Lisez le plaidoyer, le banc comprenant également le juge M M Sundresh a déclaré à Jandhyala qu'il semblait être confus et que le tribunal avait du mal à comprendre exactement ce qu'était la prière.

Best of Express Premium

Premium

Chintan Shivir se termine aujourd'hui : le débat sur l'Hindutva à Cong, le parti évite les gros mots …

Premium

Explication : pourquoi l'interdiction des exportations de blé est une réaction instinctive, frappe les agriculteurs un…

Premium

La main des Rajapaksas

Premium

Malgré sa politique chancelante futur, Rahul Gandhi reste le dar des médias de masse …Plus d'histoires premium >>

Jandhyala a répondu que sur la question de l'abrogation, la position est que “parce qu'elle est abrogée, donc, le 5 août 2019, le Cachemire est devenu une partie de ce pays”. Avant qu'il ne puisse terminer, le juge Kaul est intervenu et lui a rappelé la position du Cachemire.

L'avocat s'est rapidement corrigé et a déclaré : “370 abrogé, par la suite toutes les dispositions de la Constitution ont été appliquées à J&K”.

p>

Comme le tribunal a fixé la date de la prochaine audience au 30 août, l'avocat principal a exprimé sa crainte que le rapport ne soit déposé au Parlement, après quoi il deviendrait l'équivalent d'un décret du tribunal civil. “Alors ce sera une difficulté”, a-t-il dit.

Mais le banc a demandé : “Nous pouvons les empêcher de le déposer au Parlement ?”

Le juge Kaul a également demandé à l'avocat pourquoi le requérant ne l'avait pas contestée lors de la première constitution de la commission de délimitation. “Si vous êtes si anxieux, pourquoi avez-vous dormi pendant deux ans pour contester la notification précédente de 2020 ?”

Jandhyala a soutenu que l'exercice de délimitation “est contraire au schéma de la Constitution”. l'essence de ces dispositions (constitutionnelles) est que l'étendue de ces circonscriptions telles que délimitées maintenant doit rester gelée jusqu'au premier recensement à effectuer après l'année 2026. Par conséquent, la modification des limites dans les zones existantes n'a pas pu être effectuée en raison de ces dispositions. ”

Il a déclaré que la pétition conteste la notification de délimitation du 6 mars 2020 et deux notifications ultérieures — du 3 mars 2021 et une autre le prolongeant pour une nouvelle période de deux mois.

Contre les observations du pétitionnaire, le solliciteur général Tushar Mehta a déclaré : “Il existe deux types de délimitation prévus par la Constitution, la représentation du People Act, 1951, etc. L'un est la délimitation géographique en raison de l'augmentation du nombre de personnes, etc. par la commission de délimitation. Par la suite, il y a un deuxième concept de délimitation qui est entrepris par la Commission électorale, la délimitation en termes de réservation pour les sièges à fournir. Combien de places réservées pour qui ?”

Mehta a déclaré que le cas du pétitionnaire est que cela n'aurait pas pu être fait une fois que l'article 170 stipule que le prochain recensement n'aura lieu qu'en 2026. “Ici, ce qui s'était passé, c'est qu'en modifiant l'ancienne Constitution du Jammu-et-Cachemire, la Constitution a gelé le recensement de 1975”, a-t-il déclaré. .

Le banc a déclaré qu'il y avait plusieurs prières dans la pétition et a demandé à Mehta de mettre en avant tout ce qu'il avait à dire dans un affidavit.