La promesse MSP de Bhagwant Mann pour des alternatives au paddy : la voie à suivre, l'économie

0
38

Le maïs transformé a un énorme marché. (File)

Après avoir annoncé une incitation à adopter le semis direct du riz (DSR), le gouvernement du Pendjab, pour encourager la diversification, a déclaré qu'il fournirait un prix de soutien minimum (MSP) pour des cultures telles que le maïs, le bajra et le moong si les agriculteurs les cultivent à la place du paddy.

Le Pendjab essaie de diversifier la superficie cultivée en paddy par d'autres cultures alternatives depuis plus de trois décennies, mais n'a fini par augmenter que la superficie consacrée à cette culture gourmande en eau. L'Indian Express explique la voie à suivre et comment l'économie fonctionne pour les agriculteurs.

Quelles cultures semées pendant la saison de Kharif au Pendjab et quelle est la superficie sous celles-ci ?

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

Le Pendjab compte environ 41,18 lakh hectares (lh) de terres cultivables, dont près de 38 lakh sous cultures agricoles et plus de trois lakh hectares sous cultures horticoles. Pendant la saison de Kharif, les cultures de riz, y compris le paddy et le Basmati (riz aromatique de qualité supérieure), sont cultivées sur environ 82,7 % (environ 3,1 millions d'hectares) du total des terres agricoles. Il ne reste qu'environ 18 % de la superficie, soit environ 6,55 lh, pour d'autres cultures, notamment le maïs Kharif, le coton et les légumineuses (moong, arhar et purée noire [Urad], les graines oléagineuses (sésamum et arachide) et la canne à sucre.

Le meilleur de Express Premium

Premium

Explication : pourquoi le crash de Luna a soulevé des questions sur stabilité de la crypto …

Premium

Aviation Secy et sa femme obtiennent des billets d'Air India à prix réduit pour US, mise à niveau vers Busi…

Premium

Horoscope du jour, 14 mai 2022 : Gémeaux, Bélier, Poissons et autres signes — ch…< figure>Premium

Le fer au Tamil Nadu il y a 4 200 ans : une nouvelle datation et sa significationMore Premium Stories >>

Quelle superficie de paddy doit être diversifiée, quelle est la voie à suivre ?

Selon les experts, le Pendjab doit réduire la superficie sous riz de 3 millions d'hectares (30 lh) à moins de 2 millions d'hectares (20 lh), dont environ 7 à 8 lh sous Basmati et restant sous paddy. Cela signifie qu'environ 11 h de surface sous culture gourmande en eau doivent être détournés vers des cultures alternatives.

Actuellement, le Pendjab cultive six cultures Kharif autres que le paddy et le basmati. Lors de la dernière saison de Kharif, la superficie consacrée au maïs était de 1,26 lh tandis que le coton était semé à 3,25 lh. Environ 30 000 hectares étaient sous légumineuses et graines oléagineuses et près de 95 000 hectares sous canne à sucre. Une zone minuscule était sous bajra et agro-foresterie. Ensemble, ces cultures couvraient environ 6,55 lh et les experts suggèrent que cette superficie doit être portée à près de 18 lh.

L'histoire agricole du Pendjab révèle que dans le passé, ces cultures alternatives étaient semées dans de vastes zones – 5,77 lh sous maïs en 1975-76 ; 7 lh sous coton en 1988-89 ; 1,73 lh sous canne à sucre en 1996-97 ; 1,40 lh sous impulsions en 1985-86 ; 2,22 lh sous arachide en 1967-68; 25 600 hectares sous sésame en 1974-75 ; et 2,13 lh sous bajra en 1969-70. Si l'État suit cette tendance, des cultures alternatives peuvent être cultivées sur plus de 19 lh.

Les différentes politiques de diversification des gouvernements successifs au cours des deux dernières décennies ont également suggéré de ramener environ 5 lh sous maïs, 7 lh sous coton, 2 lh sous canne à sucre et environ 2 lh sous légumineuses et graines oléagineuses pendant la saison Kharif.

À l'exception du coton, qui est semé entre la mi-avril et le début mai au Pendjab – ses trois récoltes durent jusqu'en novembre lorsque les semis de blé commencent – la durée de ces cultures Kharif est presque la même que celle du paddy. Les légumineuses prennent 80 à 135 jours pour le maïs, le cycle du maïs est de quatre mois et ces cultures nécessitent très moins d'eau et d'engrais que le paddy.

Le meilleur de l'explication

Cliquez ici pour en savoir plus

Quel est le MSP du paddy et des cultures alternatives ?

Bien que le gouvernement n'ait pas encore annoncé le MSP pour les cultures de la saison de Kharif pour cette année. L'année dernière, cependant, c'était Rs 1960 le quintal pour le paddy; Rs 1870 pour le maïs, Rs 7275 pour le moong, Rs 6300 pour l'urad et l'arhar, Rs 5 550 pour l'arachide, Rs 7307 pour le sésame ; Rs 2250 pour le bajra et Rs 5850 pour le coton. Le basmati était vendu entre Rs 1800 à Rs 4000 le quintal.

Quel est le rendement du paddy et de ses cultures alternatives ?

Le rendement moyen du paddy est de 28 à 30 quintaux par acre tandis que celui du basmati est de 18 à 20 quintaux. D'autre part, le rendement moyen des légumineuses est de 5 à 6 quintaux par acre, l'arachide est de 8 quintaux, le sésame est de 1,5 quintaux ; bajra est de 6 quintaux et le coton est de 8 à 10 quintaux par acre. Le rendement de la canne à sucre est d'environ 340 à 350 quintaux par acre. Le prix garanti par l'État (SAP) pour la canne à sucre est de 345 à 360 roupies le quintal selon les variétés précoces, moyennes et tardives.

Comment fonctionne l'économie de ces cultures alternatives pour les agriculteurs ?

Si cette saison, le MSP pour le paddy est augmenté à Rs 2000 par quintal, alors les agriculteurs pourront percevoir Rs 41 000-Rs 45 000 par acre (vendre la récolte au MSP pour Rs 56 000 à Rs 60 000 par acre et déduire les coûts d'intrants de 14 000 à 15 000 roupies par acre). Le paddy a un marché assuré car le gouvernement l'achète.

Pour la canne à sucre, avec un rendement moyen de 340 à 350 quintaux par acre, un agriculteur gagne Rs 90 000 à Rs 95 000) par acre (après déduction de Rs 30 000 à Rs 31 000 intrants du SAP de Rs 1,20 lakh à Rs 1,25 lakh par acre). Plusieurs agriculteurs optent pour la culture intercalaire dans les champs de canne à sucre jusqu'à ce que la culture gagne en hauteur, améliorant ainsi leurs revenus.

Le coton peut rapporter aux agriculteurs en moyenne de 28 000 à 38 000 roupies par acre (après déduction du coût des intrants de 18 000 à 20 000 roupies de 46 000 à 58 000 roupies par acre garanti au MSP). Lors de la dernière saison de Kharif, les agriculteurs ont vendu du coton au double du MSP en raison de la forte demande sur le marché international et ont gagné Rs. 60 000 à Rs 80 000 par acre après prise en charge des coûts.

Des légumineuses et arachides, le retour est d'environ Rs 25 000 à 38 000 par acre après prise en charge des dépenses, ont déclaré les experts. Les rendements du maïs Kharif sont d'environ 20 000 à 22 000 Rs par acre, mais si le maïs vert est vendu, les revenus augmentent à 25 000 à 30 000 Rs par acre, selon les agriculteurs.

Les experts disent que la consommation d'eau et d'engrais est très faible dans les cultures alternatives par rapport au paddy gourmand en eau. De plus, les légumineuses améliorent la fertilité du sol en fixant l'azote de l'air dans le sol. En outre, opter à plusieurs reprises pour le paddy le rend vulnérable aux maladies et aux attaques de ravageurs.

Au Pendjab, les schémas de culture peuvent être définis à la fois en fonction de la région et du sol, selon les experts, ajoutant que les agriculteurs, optant pour des cultures alternatives, peuvent être ont reçu des incitations supplémentaires sur les semences et les engrais, entre autres, afin que leurs revenus soient équivalents ou supérieurs à ceux du paddy.

Où se trouve le marché pour des cultures alternatives, et le gouvernement peut-il se permettre d'acheter des cultures alternatives ? cultures pour le MSP ?

Le sésame et l'arachide sont très demandés en Europe et dans les pays d'Asie de l'Est. L'année dernière, l'Inde a exporté de l'huile de sésame d'une valeur de Rs 3500 crore et de l'huile d'arachide d'une valeur de Rs 4000 crore. De plus, l'Inde satisfait 60 à 65 % de sa demande d'huiles comestibles provenant de l'étranger. Les graines oléagineuses cultivées au Pendjab ne représentent que 4 % de l'huile comestible totale consommée dans l'État. En ce qui concerne les légumineuses, le Pendjab répond à 85 
 % de sa demande provenant d'autres États.

Il existe un grand marché et une industrie existante pour la transformation du maïs. Basmati a un énorme marché offshore. Dans les usines de canne à sucre, des usines d'électricité et d'éthane peuvent être installées.

Pour le coton, la Cotton Corporation of India veille à ce que, lorsque les taux baissent sur le marché, elle récupère le produit au taux MSP.< /p>

De plus, cette année, les taux de moong et d'oléagineux sont élevés et les agriculteurs les vendaient principalement sur le marché libre. Basmati est également vendu à un prix beaucoup plus élevé sur le marché international

“Le gouvernement n'est tenu d'intervenir que si les prix descendent en dessous du MSP. Le gouvernement peut alors payer la différence entre le MSP et le taux du marché en vigueur, comme l'ont fait plusieurs gouvernements d'États tels que l'Haryana et le Madhya Pradesh pour plusieurs cultures. En outre, le gouvernement peut facilement trouver des marchés à la fois dans le pays et à l'étranger pour les récoltes afin que les agriculteurs puissent obtenir un prix rémunérateur pour leurs produits », a déclaré un expert agricole.

Newsletter | Cliquez pour recevoir les meilleurs explicatifs de la journée dans votre boîte de réception