“La liberté d'expression ne sera pas étranglée par les autocrates”: le Congrès sur l'ordre de la loi sur la sédition

0
60

Le chef du Congrès et secrétaire général national du parti Randeep Singh Surjewala (Dossier)

Se félicitant de la décision historique de la Cour suprême de suspendre la loi controversée sur la sédition, le secrétaire général du Congrès Randeep Singh Surjewala a déclaré que le dernier verdict de la cour suprême envoie un message clair : « la liberté d'expression ne sera pas étranglée par les autocrates &amp ; dictateurs se faisant passer pour des dirigeants”.

“Les suppresseurs et les subjugators assis dans les citadelles du pouvoir doivent être prévenus”, a tweeté le chef du Congrès peu après que la Cour suprême a prononcé son verdict. “Dire la vérité au pouvoir ne peut pas être une sédition et le statu quo changera.”

Le tribunal suprême a fait remarquer mercredi que ce ne serait pas approprié de continuer à utiliser la loi sur la sédition jusqu'à ce que le réexamen de l'article 124A traitant de l'infraction de sédition soit terminé. Exhortant le Centre et les États à s'abstenir d'enregistrer toute FIR invoquant des accusations de sédition jusqu'à ce que le réexamen soit terminé, la Cour suprême a déclaré : “Tous les cas, appels et procédures en cours concernant des accusations portées pour sédition doivent être suspendus”. ”

Le Centre a informé mercredi la Cour suprême que la suspension de la disposition n'était peut-être pas la bonne approche. Le solliciteur général Tushar Mehta, comparaissant pour le Centre, a déclaré: «Une infraction reconnaissable ne peut être empêchée d'être enregistrée, suspendre l'effet peut ne pas être une approche correcte et, par conséquent, il doit y avoir un officier responsable de l'examen, et sa satisfaction est sujette à un contrôle judiciaire.”