Le revenu du cinquième le plus pauvre a plongé de 53 % en 5 ans ; ceux au sommet ont bondi

0
89

L'enquête, entre avril et octobre 2021, a couvert 200 000 ménages au premier tour et 42 000 ménages au second tour. (Représentatif)

Dans une tendance sans précédent depuis la libéralisation économique, le revenu annuel des 20 % des ménages indiens les plus pauvres, en constante augmentation depuis 1995, a plongé de 53 % au cours de l'année pandémique 2020-21 par rapport à leurs niveaux de 2015-16. Au cours de la même période de cinq ans, les 20 % les plus riches ont vu le revenu annuel de leur ménage augmenter de 39 %, reflétant le fort contraste que l'impact économique de Covid a eu sur le bas de la pyramide et le haut.

Ce K- forme de reprise émerge dans le dernier cycle de l'enquête ICE360 2021, menée par People's Research on India's Consumer Economy (PRICE), un groupe de réflexion basé à Mumbai.

L'enquête, entre avril et octobre 2021, a couvert 200 000 ménages au premier tour et 42 000 ménages au second tour. Il était réparti sur 120 villes et 800 villages dans 100 districts.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png < p>Alors que la pandémie a paralysé l'activité économique pendant au moins deux trimestres en 2020-21 et entraîné une contraction de 7,3 % du PIB en 2020-21, l'enquête montre que la pandémie a le plus touché les pauvres des zones urbaines et a érodé les revenus de leur ménage.< /p>

En divisant la population en cinq catégories en fonction du revenu, l'enquête montre que si les 20 % les plus pauvres (premier quintile) ont connu la plus forte érosion de 53 %, le deuxième quintile le plus bas (catégorie moyenne inférieure) a également connu une baisse du revenu de leur ménage. de 32 % au cours de la même période. Alors que le quantum d'érosion a été réduit à 9 % pour les personnes appartenant à la catégorie des revenus moyens, les deux quintiles supérieurs – moyen supérieur (20 %) et les plus riches (20 %) – ont vu le revenu de leur ménage augmenter de 7 % et 39 % respectivement.

L'enquête montre que les 20 % des ménages les plus riches ont, en moyenne, ajouté plus de revenus par ménage et plus de revenus communs en tant que groupe au cours des cinq dernières années qu'au cours de toute période de cinq ans antérieure depuis la libéralisation. C'est exactement le contraire qui s'est produit pour les 20 % des ménages les plus pauvres — en moyenne, ils n'ont jamais vu une diminution du revenu du ménage depuis 1995. Pourtant, en 2021, dans un énorme coup de grâce causé par Covid, ils ont gagné la moitié de ce qu'ils ont fait en 2016.

La perturbation de cette détresse pour ceux qui se trouvent au bas de la pyramide est renforcée par le fait qu'au cours des 11 dernières années entre 2005 et 2016, alors que le revenu des ménages des 20 % les plus riches a augmenté de 34 %, les 20 % les plus pauvres ont vu le revenu de leur ménage augmenter de 183 % à un taux de croissance annuel moyen de 9,9 %.

A l'approche du budget, la tâche du gouvernement est réduite.

« Alors que la ministre des Finances finalise ses propositions budgétaires pour 2022-23 afin de donner forme à la feuille de route pour la relance économique du pays », a déclaré Rajesh Shukla, MD et PDG de PRICE, « nous avons également besoin d'une politique en forme de K qui aborde les deux extrémités du spectre et beaucoup plus de réflexion sur la façon de construire le pont entre les deux. »

Opinion |P Chidambaram écrit : Pas encore de prix politique

Cela ne pourrait pas être plus opportun. Said PRICE fondateur et l'un des auteurs de l'enquête Rama Bijapurkar. « Ou bien, nous revenons à un conte de deux Indes, un récit dont nous pensions nous débarrasser rapidement. La bonne nouvelle est que nous avons construit un État-providence beaucoup plus efficace pour le versement des prestations, que ce soit le TCD ou la vaccination pour tous. »

L'enquête a montré que si les 20 % les plus riches représentaient 50,2 % du revenu total des ménages en 1995, leur part est passée à 56,3 % en 2021. En revanche, la part des 20 % les plus pauvres est passée de 5,9 % à 3,3 %. au cours de la même période.

Quant à India Inc, elle a été mieux placée pour résister à la perturbation. La pandémie a accéléré la formalisation de l'économie, les grandes entreprises en profitant au détriment des plus petites. L'enquête montre également que si les pertes d'emplois étaient assez évidentes parmi les petites et moyennes entreprises du segment de la main-d'œuvre occasionnelle, les grandes entreprises n'en ont pas beaucoup été témoins.

Lire aussi |Rapport d'Oxfam : En 2021, les revenus de 84 % des ménages ont chuté, mais le nombre de milliardaires a augmenté

Même parmi les 20 % les plus pauvres, ceux des zones urbaines ont été plus touchés que leurs homologues ruraux lors de la première vague de Covid et le confinement a entraîné des restrictions strictes de l'activité économique dans les zones urbaines. Cela a entraîné des pertes d'emplois et des pertes de revenus pour la main-d'œuvre occasionnelle, les petits commerçants et les employés de maison.

Les données montrent qu'il y a eu une augmentation de la part des pauvres dans les villes. Alors qu'en 2016, 90 % des 20 % les plus pauvres vivaient dans l'Inde rurale, ce nombre était tombé à 70 % en 2021. D'autre part, la part des 20 % les plus pauvres dans les zones urbaines est passée d'environ 10 % cent à 30 % maintenant.

« Les données indiquent que la main-d'œuvre occasionnelle, le petit commerçant, les employés de maison, entre autres, dans les villes de niveau 1 et de niveau 2 ont été les plus touchés par la pandémie. Au cours de l'enquête, nous avons également remarqué que, tandis que dans les zones rurales, les personnes appartenant à la catégorie des revenus moyens inférieurs (Q2) sont passées à la catégorie des revenus moyens (Q3), dans les zones urbaines, le déplacement a été à la baisse de Q3 à Q2. En fait, l'augmentation du niveau de pauvreté des pauvres en milieu urbain a fait baisser le revenu des ménages de toute la catégorie », a déclaré Shukla.

“L'éléphant dans la pièce est l'investissement”, a déclaré Bijapurkar. « Inspirer la confiance grâce à la stabilité des politiques à long terme et améliorer la facilité de faire des affaires devrait faire remonter la marée et entraîner avec elle les petites entreprises et les particuliers. La plupart des grandes entreprises se portent bien et n'ont pas besoin de plus d'aide, mais nous devons travailler l'économie pour la moitié inférieure. »

📣 L'Indian Express est maintenant sur Télégramme. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles de l'Inde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été évalué VERT pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.

© L'Indian Express (P ) Ltd