« Les femmes sont les premières migrantes ; ils doivent migrer vers une nouvelle famille après le mariage »

0
76

Cette session de la série Thinc Migration examine l'impact des perturbations induites par Covid sur les femmes et les enfants migrants, qui sont souvent négligés lorsqu'il s'agit de mettre en œuvre des politiques.

Les femmes sont les premières migrantes ; elles doivent migrer vers une nouvelle famille après le mariage, vers une nouvelle ville si la famille déménage ou seules pour trouver un emploi, a fait remarquer Renana Jhabvala, présidente de l'Association des femmes travailleuses indépendantes (SEWA-Bharat) lors de la septième édition du série de webinaires Thinc Migration par The Indian Express. “Mais nous ne parlons pas souvent des femmes qui sont restées après la migration de leurs maris”, a déclaré Jhabvala.

Cette session de la série Thinc Migration examine l'impact des perturbations induites par Covid sur les femmes et les enfants migrants, qui sont souvent négligés lorsqu'il s'agit de la mise en œuvre des politiques. Présentée par Omidyar Network India et animée par Udit Misra, rédacteur adjoint adjoint, The Indian Express, la table ronde comprenait Sonalde Desai (professeur et directrice de centre, NCAER-National Data Innovation Center), Anjali Borhade (directrice fondatrice, Disha Foundation), Rajeshwari B (commissaire du MGNREGA, Jharkhand) et Dipa Sinha (professeur adjoint, École d'études libérales, Université d'Ambedkar).

Parlant de la « demi-vérité des statistiques » relatives aux femmes migrantes, Desai a déclaré : « Sur les 45 millions de migrants que le recensement de 2011 enregistre, 31 millions sont des femmes ; ce qui signifie que 67% des migrants sont des femmes. Il y a environ 21 millions de migrants par mariage. Alors que les femmes qui migrent avec leur famille représentent environ 11% de toutes les femmes migrantes, soit quatre crores. Les femmes qui sont des migrantes travaillant seules représentent environ 3% ou 73 lakhs. Mais le groupe le plus important pour lequel nous n'avons pratiquement aucune statistique, et des statistiques très médiocres, sont les femmes dont les maris migrent pour travailler. Grâce à notre enquête sur le développement humain, nous avons constaté qu'en 2004, environ 3 % des femmes dont les maris ont migré et qu'elles ont été laissées dans leur lieu d'origine. Ce nombre était passé à 8 % en 2011 », a déclaré Desai.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png Check Out Express Premium

Cliquez ici pour en savoir plus

Commentant la question de l'invisibilité de la femme migrante et la manière dont les programmes sont conçus et s'ils atteignent les bénéficiaires, Sinha a déclaré : « Comprenez qu'il s'agit également du contexte plus large de l'invisibilité des femmes et des enfants, pas seulement des migrants. Et lorsqu'ils sont migrants, ils deviennent encore plus vulnérables. La deuxième chose, il n'y a pas une seule femme migrante représentative. C'est un groupe extrêmement hétérogène, il y a des femmes qui migrent d'un village à l'autre parce qu'elles se sont mariées dans l'autre village ou pour travailler avec la famille. Nous devons concevoir des programmes spécialement et veiller à ce que les femmes migrantes soient incluses dans la conception et la manière de résoudre ce problème ne serait probablement pas la même pour chaque format de migrant », a-t-elle déclaré.

Parlant de la vulnérabilité des femmes, Rajeshwari a déclaré qu'elles sont l'un des groupes les plus vulnérables. “Ensuite, les enfants qui rejoignent la mère et le père pendant leur période migratoire sont encore plus vulnérables”, a-t-elle déclaré.

Évoquant les inconvénients de la technologie pour résoudre le problème du suivi de chaque individu, Rajeshwari déclare : « Nous avons à peine 30 % des personnes qui ont accès à Internet sur leurs smartphones. Combien d'enfants peuvent réellement tenir un smartphone dans leurs mains et peut-être avoir accès à la classe numérique que le système gouvernemental leur donne ? Dans les zones rurales, une famille a généralement un téléphone et souvent même pas de smartphone », a-t-elle déclaré.

Borhade a parlé de l'accès aux soins de santé, en particulier les services de santé liés à la santé maternelle et infantile et les programmes de nutrition. “Sur la base de nos recherches, ainsi que de l'intervention directe auprès des travailleurs migrants, nous avons constaté qu'il existe un grave manque de sensibilisation sur le type de programmes disponibles pour eux lorsqu'ils migrent et qu'il existe certains programmes spécialement destinés aux mères et aux santé de l'enfant tels que les services intégrés de développement de l'enfant ou même le Janani Suraksha Yojana. Il a également été remarqué que les structures de proximité actives ou les services des agents de santé font défaut dans les zones de migrants dans les villes, spécialement pour identifier et inclure les femmes enceintes ou allaitantes et les enfants dans les programmes généraux. Un autre aspect important est que l'inclusion financière des femmes migrantes est nécessaire à très grande échelle, en particulier en ce qui concerne l'ouverture de comptes bancaires, qui est liée à divers programmes de protection sociale », a-t-elle déclaré.

📣 L'Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles de l'Inde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été évalué VERT pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.

© L'Indian Express (P ) Ltd