Examen UPSC NDA 2022: SC demande au Centre d'expliquer la fixation du nombre de candidates à 19 ans

0
86

Le 22 septembre dernier, dans une première, le tribunal de grande instance avait autorisé des candidates à se présenter au concours d'entrée à la NDA. Photo express

La Cour suprême a demandé mardi au Centre d'expliquer pourquoi, malgré ses ordonnances, le nombre de candidates à l'Académie de la défense nationale (NDA) pour l'année 2022 a été limité à 19, le même chiffre que l'année dernière.

Il a demandé au Centre de consigner les chiffres concernant le nombre total de candidats, y compris des femmes, qui ont participé à l'examen NDA 2021, pour les tests d'entrée au Rashtriya Indian Military College (RIMC) et à l'école militaire de Rashtriya (RMS).

Lire | AFCAT 2022 : Vérifiez la stratégie de préparation d'un mois pour réussir l'examen

Un banc de juges Sanjay Kishan Kaul et MM Sundresh a déclaré au solliciteur général supplémentaire Aishwarya Bhati, comparaissant pour le Centre, que le gouvernement devra expliquer pourquoi le chiffre de 19 femmes a été fixé pour l'année 2022 conformément à la notification émise par UPSC.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

« Le chiffre est le même que pour le test de 2021. L'an dernier, vous disiez que c'était à cause de problèmes d'infrastructures que l'accueil des femmes serait moindre. Maintenant, toujours pour l'année 2022, vous avez proposé de prendre le même nombre de candidates. Pourquoi avez-vous fixé ce chiffre ? Vous devez expliquer cela. 19 sièges ne peuvent pas être pour tous les temps à venir. Ce n'était qu'une mesure ad hoc », a déclaré le banc. Le tribunal supérieur a donné trois semaines au Centre pour déposer un affidavit et a demandé aux parties de déposer leur réplique dans les deux semaines suivantes et a inscrit l'affaire pour une nouvelle audience le 6 mars.

Au départ, l'avocat principal Chinmoy Pradip Sharma, comparaissant pour le pétitionnaire Kush Kalra, a déclaré avoir déposé un affidavit supplémentaire indiquant que le 14 novembre 2021, l'examen NDA avait eu lieu et que 8 009 candidats se sont qualifiés pour le test du comité de sélection des services ainsi que pour les tests médicaux. dont 1 002 candidats étaient des femmes et 7 007 hommes.

Il a déclaré que selon les informations mises à disposition dans l'annonce publiée par l'UPSC et par le gouvernement, la NDA accueillera 400 cadets dans l'actuelle NDA-II Rentrée 2021.

Lire également |UPSC NDA, processus de candidature à l'examen CDS 2022 fermé ; examen le 10 avril

« Parmi eux, 208 candidats, dont 10 femmes, iront à l'armée. La Navy accueillera 42 candidats dont 3 femmes, tandis que l'IAF admettra 120 candidats dont 6 femmes. Ainsi, le nombre total de femmes à introniser dans la NDA en juin 2022 est de 19 », a déclaré Sharma.

Il a ajouté que de manière surprenante, dans l'avis d'examen daté du 22 décembre 2021 émis par l'UPSC pour l'examen NDA-I 2022 qui se tiendra le 10 avril 2022 (intronisation le 2 janvier 2023), sur un total de 400 postes vacants, le nombre des postes vacants pour les femmes est indiqué comme Armée – 208 (dont 10 pour les candidates), Navy 42 (dont 03 pour les candidates) et Indian Air Force (Flying – 92 (dont 02 pour les candidates), Ground Duties (Tech) – 18 (dont 02 pour candidates) et Tâches au sol (non techniques) – 10 (dont 02 pour les candidates)).

Sharma a déclaré qu'il ressort de la lecture de l'avis d'examen du 22 décembre 2021 que le nombre de candidates à introniser en janvier 2023 reste à 19.

Il a déclaré que dans l'affidavit daté Le 20 septembre 2021 déposé par le Centre, il a été catégoriquement déclaré que les mesures nécessaires seront mises en place d'ici mai de cette année même (2022).

« En outre, pour la première fois, il est mentionné que le l'admission à l'Académie navale est réservée à 30 candidats masculins. Cette restriction est arbitraire », a-t-il déclaré.

Lire | Au milieu de la fête des mèmes sur l'essai principal de l'UPSC, voici ce que les experts et les aspirants ont à dire et autoriser uniquement les candidats masculins à entrer dans la marine conformément à l'avis d'examen daté du 22 décembre 2021 est non seulement arbitraire et viole les articles 14, 15, 16 et 19 de la Constitution de l'Inde, mais est également contraire à la position prise par le Centre devant le tribunal.

Bhati a déclaré que l'admission de candidates à la NDA et dans d'autres institutions ne dépend pas seulement de l'infrastructure, mais de plusieurs autres raisons, notamment l'exigence des forces de défense.

“Le tribunal peut nous autoriser à déposer un affidavit détaillé en la matière et nous essaierons de mettre en avant les raisons du nombre d'admissions de candidatures féminines », a-t-elle déclaré.

Le banc a déclaré qu'il comprenait que tous les champs ne sont pas ouverts aux femmes candidates dans les forces de défense et qu'il n'y aura pas un nombre égal d'hommes et de femmes à partir de maintenant, mais cela prendra du temps.

Le 22 septembre dernier année, dans une première, le tribunal de grande instance avait autorisé des candidates à se présenter à l'examen d'entrée à la NDA qui devait se tenir en novembre de l'année dernière, affirmant que leur intronisation ne pouvait être reportée d'un an comme le souhaitait le Centre.

Le Centre avait indiqué qu'un groupe d'étude avait été formé pour faciliter l'entrée des femmes et que le mécanisme nécessaire pour faciliter cela pouvait être mis en place d'ici mai 2022.

Le 7 octobre de l'année dernière, le tribunal de grande instance avait permis aux candidates de se présenter à l'examen du Rashtriya Indian Military College (RIMC) à Dehradun, qui devait se tenir le 18 décembre de l'année dernière, affirmant que le Centre avait parcouru un kilomètre et devrait faire un pas en avant.

📣 L'Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et restez informé des derniers titres

Pour toutes les dernières actualités sur l'emploi, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été évalué VERT pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.