Verdict attendu dans le procès d'un journaliste allemand en Turquie alors que la liberté de la presse dépérit

0
74

Mesale Tolu, qui a été arrêté pour des accusations liées au terrorisme, est convaincu d'être acquitté. (Reuters)

Mesale Tolu, qui a été arrêté en Turquie en 2017 pour des accusations liées au terrorisme et qui fait face à un procès, est convaincu que justice sera rendue lorsque le tribunal rendra son verdict lundi.

“Je m'attends à être acquitté des deux chefs d'accusation”, a-t-il ajouté. elle a dit à DW. "Mais si le résultat était différent, je ne serais pas surpris non plus" ajoute le journaliste. Selon elle, le système judiciaire turc est imprévisible. Ses chances d'acquittement sont bonnes car le procureur a demandé ce verdict dans son plaidoyer et les experts estiment que les preuves contre elle sont fragiles.

Détenu à Istanbul en 2017

https://images.indianexpress. com/2020/08/1×1.png

En avril 2017, Tolu a été arrêté par des unités antiterroristes lourdement armées à Istanbul. "J'ai été violemment détenu sous les yeux de mon fils" elle s'en souvient encore aujourd'hui. Tolu, qui est née dans la ville d'Ulm, dans le sud de l'Allemagne, a passé plus de sept mois derrière les barreaux, dont cinq mois avec son fils de 2 ans. En 2018, elle a été autorisée à partir pour l'Allemagne.

Tolu a été arrêté alors qu'il travaillait comme traducteur pour une agence de presse de gauche. Elle et ses coaccusés sont accusés d'”appartenance à une organisation terroriste d'extrême gauche et de diffusion de propagande terroriste”.

Maintenant, cinq ans plus tard, Tolu veut enfin la fermeture, affirmant que elle veut regarder vers l'avenir et se concentrer pleinement sur son travail de journaliste au journal allemand Schwäbische Zeitung.

34 journalistes derrière les barreaux

Tolu's is pas un cas isolé. Le Syndicat des journalistes turcs (TGS) affirme qu'il y a actuellement 34 journalistes dans les prisons turques, dont la plupart sont accusés d'appartenir à une organisation terroriste, d'insulter le président ou de diffuser de la propagande terroriste.

Deniz Yücel, correspondant du journal allemand Die Welt, et Adil Demirci, qui, comme Tolu, travaillaient pour l'agence de presse Etha, ont passé des mois dans la prison de haute sécurité de Silivri près d'Istanbul, faisant face à des accusations similaires.

Erol Önderoglu de Reporters sans frontières a observé une tendance différente ces dernières années. Jusqu'à il y a trois ans, il considérait la Turquie comme la plus grande prison pour journalistes au monde. Mais plus récemment, dit-il, le système judiciaire turc a autorisé les journalistes à être libres sous certaines conditions, laissant les journalistes retenus mentalement plutôt que physiquement.

Il a déclaré à DW qu'il ne fallait pas simplement regarder le nombre de journalistes derrière les barreaux. Önderoglu affirme que d'autres instruments sont fréquemment utilisés pour empêcher les journalistes de faire leur travail, notamment la confiscation de leurs passeports, l'obligation de se rendre régulièrement à la police, la suspension des peines de prison et le refus de délivrer des cartes de presse et des accréditations pour assister à des événements.

Des manifestants se rassemblent lors d'une manifestation sur la place Takism à Istanbul, en Turquie. (Reuters)

Aggravation de la situation après les manifestations de Gezi

La situation des journalistes en Turquie s'est considérablement aggravée depuis les manifestations de Gezi en 2013. À l'époque, des centaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue pour s'opposer au projet du gouvernement de construire le très apprécié parc Gezi à au cœur d'Istanbul sur la place Taksim. Quiconque soutenait les manifestations risquait des sanctions, y compris les journalistes. Des centaines de personnes ont perdu leur emploi après les manifestations. La deuxième grande attaque contre la liberté de la presse a suivi immédiatement après une tentative de coup d'État le 15 juillet 2016. Depuis lors, des centaines de plateformes d'information en ligne et des dizaines de journaux et de chaînes de télévision ont été fermées et de nombreux journalistes détenus.

Selon EngelliWeb, un projet géré par l'Association pour la liberté d'expression qui enregistre les sites Web bloqués, très peu de choses ont changé. EngelliWeb a déclaré à DW que plus de 476 000 domaines, 150 000 rapports et 50 000 tweets avaient été bloqués par les autorités. , faire du Pendjab un meilleur endroit : le CM de l'AAP affronte Bhagwant Mann aux travailleurs du parti

  • Indiens tués à Abou Dhabi identifiés, efforts pour renvoyer les corps : Ambassade de l'Inde aux Émirats Arabes Unis
  • Cliquez ici pour en savoir plus

    Le chômage dépasse 35 %

    Le chômage des journalistes est également en constante augmentation depuis des années. À l'heure actuelle, il dépasse les 35 %, a déclaré le Syndicat des journalistes turcs (TGS) au début de l'année.

    Pour marquer la “Journée des journalistes en activité,” organisé chaque année en Turquie le 10 janvier, TGS dénonce les conditions de travail des journalistes. Le syndicat a déclaré que le 10 janvier devait être considéré comme une journée de lutte tant que les journalistes ne reçoivent pas un salaire équitable, doivent travailler dans des conditions inhumaines, voient leurs reportages censurés ou sont contraints à l'autocensure, et tant que 34 journalistes sont derrière les barreaux et se voient refuser les cartes de presse.

    Une femme ramasse des tomates dans un magasin d'alimentation à Istanbul, en Turquie, le jeudi 2 décembre 2021. (AP)

    La violence en hausse

    La violence contre les journalistes est continue également à augmenter. L'an dernier, 75 représentants des médias ont été agressés, selon l'Association des journalistes progressistes (CGD). En outre, quelque 219 journalistes ont comparu devant les tribunaux dans 179 procès et ont été condamnés à un total combiné de 48 ans et 11 mois de prison.

    Le journaliste Can Dündar, qui vit en exil à Berlin, risque également une peine de prison de 27 ans et six mois s'il devait rentrer chez lui en Turquie. Il a été reconnu coupable d'espionnage et de complicité de terrorisme à Istanbul.

    Les lourdes amendes sont un autre outil utilisé pour faire taire les médias. Rien qu'en 2021, le Conseil suprême de la radio et de la télévision turques (RTÜK) a imposé 74 amendes aux radiodiffuseurs nationaux, qui ont refusé de prêter allégeance au parti AK au pouvoir. Le conseil de surveillance de l'État a contraint le radiodiffuseur Halk TV à payer de lourdes amendes à 24 reprises ; Tele 1 22 fois, Fox TV 16 fois, KRTV huit fois et Habertürk quatre fois. Le total combiné s'élève à 22 millions de livres turques, soit plus de 1,5 million d'euros.

    C'est une somme énorme pour ces diffuseurs, qui sont paralysés par des procès sans fin et peuvent à peine générer des revenus publicitaires. Les entreprises craignent d'être obligées de payer si elles achètent de la publicité à ces stations. Les recettes de la diffusion des messages d'intérêt public et des annonces ministérielles vont, quoi qu'il en soit, dans les caisses des médias proches du pouvoir. Dans le même temps, les propriétaires de ces points de vente reçoivent d'importants contrats de l'État.

    Les journalistes déclarés terroristes

    Sezgin Tanrikulu, avocat spécialisé dans les droits humains et député du plus grand parti d'opposition, le CHP, affirme que les attaques contre les médias et la liberté d'expression ont pris une nouvelle dimension ces dernières années. Il dit que quiconque ne se prosterne pas devant le gouvernement turc et essaie de faire un rapport indépendant est déclaré terroriste.

    Le gouvernement turc, d'autre part, insiste sur le fait que la liberté de la presse connaît son apogée sous le parti AKP. Pour marquer la “Journée des journalistes en activité,” Fahrettin Altun, responsable des communications du président turc Recep Tayyip Erdogan, a écrit que les médias avaient bénéficié au cours des 20 dernières années du développement dans divers domaines allant de la démocratie à la technologie.

    Selon Tolu, l'objectif d'Erdogan a toujours été de créer des médias fidèles au gouvernement. Heureusement, dit-elle, il existe encore de nombreux journalistes indépendants, mais pas dans les médias grand public. Ces personnes, dit-elle, font tout ce qu'elles peuvent pour continuer à rendre compte de ce qui se passe dans le pays.

    📣 L'Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

    Pour toutes les dernières nouvelles du monde, téléchargez l'application Indian Express.

    • Le site Web d'Indian Express a été évalué VERT pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.