Affaire d'otages au Texas : Qui est Aafia Siddiqui, la condamnée pakistanaise au centre de la tempête ?

0
75

Photo d'archive d'Aafia Siddiqui. (Facebook/Free Aafia Siddiqui)

Malik Faisal Akram, le ressortissant britannique qui a été tué lors d'un affrontement avec des agents fédéraux américains dans une synagogue de Fort Worth, au Texas, où il avait pris un rabbin et trois autres en otage samedi, était « singulièrement concentré sur un problème » et avait exigé de voir une femme qui purge une peine de prison aux États-Unis, selon des responsables de l'application des lois.

Les médias américains ont rapporté qu'Akram était probablement faisant référence à Aafia Siddiqui, une neuroscientifique pakistanaise hautement qualifiée condamnée pour terrorisme en 2010. Siddiqui se trouve dans une prison fédérale pour femmes située à moins de 40 km du site où Akram a été tué. Il avait affirmé que lui et la femme qu'il voulait rencontrer “iraient à Jannah après l'avoir vue”, a déclaré le ministère de la Sécurité publique du Texas.

Dans cette photo d'archive du 17 juillet 2008, Aafia Siddiqui est vue sous la garde du département de lutte contre le terrorisme de la province de Ghazni dans la ville de Ghazni, en Afghanistan. (AP)

« Dame al-Qaïda »

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

Siddiqui, qui était à un moment décrite comme la “femme la plus recherchée au monde” et “Dame al-Qaïda”, est depuis des années une figure motivante pour les islamistes.
En 2014, l'État islamique a fait des offres distinctes à libérer le journaliste James Foley et une Américaine – identifiée plus tard comme Kayla Mueller – en échange de la liberté de Siddiqui. Le réseau Taliban et Haqqani a tenté d'échanger le déserteur militaire américain Bowe Bergdahl contre elle.

Siddiqui, aujourd'hui âgé de 49 ans, est né à Karachi et a étudié aux États-Unis dans les années 1990. Elle a été formée au MIT et a obtenu un doctorat en neurosciences de l'Université Brandeis dans le Massachusetts en 2001.

En 2002, selon le FBI, elle a ouvert une boîte postale au nom d'un suspect pakistanais d'Al-Qaïda. Majid Khan, qui se trouve actuellement au centre de détention de Guantanamo Bay.

Dans un profil publié en 2010, le New York Times a rapporté que Siddiqui avait épousé son deuxième mari Ammar al-Baluchi, un neveu du conspirateur du 11 septembre et meurtrier de Daniel Pearl, Khalid Sheikh Mohammed et lui-même l'un des financiers des attentats du 11 septembre, au Pakistan en 2003, puis a disparu pendant environ cinq ans. Khalid Sheikh Mohammed et Ammar al-Baluchi sont détenus dans les locaux de Guantanamo Bay.

Le meilleur de l'explication

Cliquez ici pour en savoir plus

Siddiqui a été arrêté à Ghazni, en Afghanistan, en juillet 2008, et aurait été trouvé en possession de notes manuscrites sur un ” attaque massive de blessés » sur plusieurs sites à New York, ainsi que sur la construction de « bombes sales » et d'armes chimiques et biologiques. Dans un poste de police afghan, elle aurait arraché un fusil et tiré sur des responsables de l'armée américaine et du FBI. Elle n'a frappé personne, mais a elle-même reçu une balle dans l'abdomen par les fonctionnaires.

Le 3 février 2010, Siddiqui a été reconnu coupable de sept chefs d'accusation, dont une tentative d'assassinat d'Américains. Elle a été condamnée à 86 ans de prison et devrait être libérée en 2082, alors qu'elle aurait 110 ans.

'La fille de Pak'

Le procès – et la condamnation ultérieure – de Siddiqui a beaucoup exercé les Pakistanais. Le NYT a rapporté à l'époque qu '”elle est devenue un symbole national d'honneur et de victimisation si puissant que les politiciens de tous bords, les islamistes, les médias et un public de plus en plus anti-américain se sont tous alignés pour défendre sa revendication d'innocence”.

Puis le Premier ministre pakistanais Yousaf Raza Gilani l'a décrite comme une “fille de la nation”, puis le chef de l'opposition Nawaz Sharif a déclaré qu'il ferait tout ce qu'il pourrait pour obtenir sa libération.

Le gouvernement pakistanais a accordé une assistance juridique à Siddiqui et sa sœur, le Dr Fauzia Siddiqui, une neurologue qui a étudié et enseigné à l'Université Johns Hopkins, a mené une campagne publique très médiatisée en sa faveur. Les médias pakistanais ont décrit son procès comme une farce. C'était une période de pic d'anti-américanisme au Pakistan.

📣 L'Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et restez informé des derniers titres

Pour toutes les dernières actualités expliquées, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été évalué VERT pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.