Face aux FIR haineuses, Narsinghanand détenu à Haridwar

0
66

Yati Narsinghanand (File)

DEUX jours après l'arrestation de Waseem Rizvi alias Jitendra Narayan Tyagi dans le cadre du conclave de trois jours tenu le mois dernier à Haridwar où plusieurs discours de haine ont été tenus contre Musulmans et appelant à la violence à leur encontre, la police de l'Uttarakhand a arrêté son principal organisateur, Yati Narsinghanand, samedi soir.

Narsinghanand, le prêtre controversé du temple Dasna à Ghaziabad, était sur une grève de la faim à Sarvanand Ghat à Haridwar pour protester contre l'arrestation de Tyagi.

Appelant cela « l'injustice », il avait soulevé des questions sur l'action de la police contre Tyagi. “Il a été arrêté parce qu'il était autrefois un musulman converti à l'hindouisme. C'est pour qu'aucun autre musulman ne se convertisse à l'hindouisme », avait affirmé Narsinghanand.

Des sources ont déclaré plus tôt dans la journée que Narsinghanand avait eu une “altercation” avec un journaliste qui aurait été malmené. Un haut responsable de la police a déclaré que sur la base de la plainte du journaliste, une autre FIR avait été enregistrée contre Narsinghanand.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

S'adressant à l'Indian Express, le surintendant de la police, Haridwar (ville), Swatantra Kumar, a déclaré: “Yati Narsinghanand a été arrêté par la police de Haridwar et amené au poste de police de Kotwali d'où il est envoyé à l'hôpital.”

Une foule de supporters s'était rassemblée devant le poste de police tard samedi soir et les responsables ont déclaré “force mineure”; a dû être utilisé pour les disperser.

Top News Right Now

Cliquez ici pour en savoir plus

Le conclave a eu lieu du 17 au 19 décembre, mais l'arrestation de Tyagi et de Narsinghanand est intervenue après que la Cour suprême a émis des avis au Centre, à la police de Delhi et au gouvernement de l'Uttarakhand lundi dernier.

L'avis concernait une PIL alléguant l'inaction de la police et la recherche d'une enquête sur les discours de haine lors de deux événements distincts à Haridwar, organisés par Narsinghanand, et un autre à Delhi par l'hindoue Yuva Vahini, où des orateurs auraient appelé au “génocide des membres” d'une communauté.

Deux FIR ont été enregistrées. Le premier, le 23 décembre, sur la plainte d'un certain Gulbahar Khan au poste de police de Haridwar Kotwali en vertu des articles 153A du CPI (promotion de l'inimitié entre différents groupes et actes préjudiciables à l'harmonie) et 295 A (actes délibérés et malveillants, destinés à outrager les sentiments religieux de n'importe quel classe en insultant sa religion ou ses croyances religieuses).

Cinq ont été nommés dans ce FIR : Tyagi, Dharamdas Maharaj, Annapurna Maa, Narsinghanand et Sagar Sindhuraj Maharaj.

Un autre FIR a été enregistré le 2 janvier sur la plainte du travailleur social Nadeem Ali pour avoir prétendument prononcé des discours de haine lors de l'événement de Haridwar et avoir continué à le faire dans les jours qui ont suivi. Cette FIR, en vertu des sections 153A et 298 (profération, paroles, etc., avec l'intention délibérée de blesser les sentiments religieux de toute personne) a nommé Tyagi et d'autres personnes non identifiées.

Une équipe d'enquête spéciale (SIT) a également été formé pour enquêter sur l'affaire.

Narsinghanand, qui fait face à plusieurs FIR dans l'UP, a appelé à une “guerre contre les musulmans” et a exhorté les “hindous à prendre les armes”. Plus tôt ce mois-ci, accusant le gouvernement de l'État d'Uttarakhand de travailler sous la pression des “djihadistes”, les organisateurs du conclave ont appelé à une réunion de protestation le 16 janvier contre les FIR.

📣 L'Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles de l'Inde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été évalué VERT pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.

© L'Indian Express (P ) Ltd