La crise du gaz en Europe repose sur des prix froids et élevés qui attirent l'approvisionnement

0
63

Les remorqueurs se mettent en position sur le navire russe de pose de conduites "Fortuna" dans le port de Wismar, en Allemagne. (AP)

La crise du gaz naturel en Europe ne s'arrête pas. Les réserves sont faibles. Les prix sont élevés. Les clients des services publics sont touchés par des factures plus élevées. Le principal fournisseur russe Gazprom ne vend plus de gaz comme avant.

Tout cela soulève la question : comment l'Europe, qui importe la majeure partie de son énergie, va-t-elle exactement passer l'hiver sans catastrophe gazière, surtout si la saison s'avère plus froide ou plus longue que d'habitude ? Voici comment l'Union européenne, qui compte 447 millions d'habitants, tentera de faire face à la crise :

LE PROBLÈME EST LE FAIBLE NIVEAU DE STOCKAGE 

Les services publics se tournent vers le gaz stocké dans des cavernes souterraines pour faire face à une demande supplémentaire soudaine de gaz pour le chauffage ou l'électricité. Mais l'Europe a commencé 2021 avec un stockage de gaz rempli à seulement 56 %, contre 73 % un an plus tôt. Les raisons varient : le temps froid de l'hiver dernier, le manque de livraisons russes sur le marché spot et la forte demande en Asie pour le gaz naturel liquide acheminé par bateau. Selon l'association européenne des opérateurs de pipelines, le froid obligerait à importer 5 à 10 % de gaz en plus que les volumes maximum observés ces dernières années pour éviter le risque de coupures.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png Lire aussi |Dans une première, l'UE suspendra les voyages sans visa pour le pays “passeport doré”

EN RÉSULTAT, LES PRIX DU GAZ ONT PLANÉ

Le prix de référence en Europe est d'environ 80 euros par mégawattheure, plus de quatre fois son niveau de 19 euros au début de 2021 et plus bas que 4 euros en 2020. Les prix ont baissé jusqu'à neuf fois leur niveau à le début de l'année dernière. Ce choc des prix se répercute sur les factures de services publics, alarmant les consommateurs et les politiciens.

L'EUROPE COMPTE SUR DES PRIX ÉLEVÉS ATTIRANT PLUS D'APPROVISIONNEMENT

Les analystes de Rystad Energy ont utilisé données de suivi des navires le mois dernier pour voir 11 pétroliers apportant du gaz naturel liquide, ou GNL, en Asie faire demi-tour au milieu de l'océan pour profiter des ventes lucratives en Europe. Avec des prix si élevés, les commerçants ont été tentés de détourner les cargaisons vers l'Europe même s'ils devaient offrir 100 % du prix en compensation, ont déclaré les analystes de la société de données Energy Intelligence.

Lire aussi |Avertissements ouverts, demandes contradictoires : comment les États-Unis et la Russie s'engagent

“Je ne dirais pas que le GNL suffit à 100 %, mais il jouera un rôle très important” dans la solution énergétique européenne, a déclaré Xi Nan, responsable des marchés du gaz naturel liquide chez Rystad. Mais elle a ajouté une mise en garde : “Cela dépend du montant que l'Europe est prête à payer.”

LA RUSSIE N'A PAS ENVOYÉ AUTANT DE GAZ

L'entreprise publique Gazprom a vendu moins de gaz à court terme via ses pipelines traversant la Pologne et l'Ukraine et n'a pas rempli autant de son stockage européen qu'elle le fait normalement, bien qu'elle semble remplir ses contrats à long terme. Les analystes pensent que la Russie pourrait souligner son souhait que l'Europe approuve le gazoduc Nord Stream 2 vers l'Allemagne qui contourne la Pologne et l'Ukraine. Il y a également des tensions accrues avec l'Europe au sujet des déploiements de troupes russes près de la frontière ukrainienne.

Top News Right Now

Cliquez ici pour en savoir plus

LAISSER LE STOCKAGE TOMBER TROP BAS PEUT ÊTRE UN PROBLÈME

À mesure que les cavernes de stockage s'épuisent vers la fin de l'hiver, la pression chute et le gaz sort plus lentement. Cela signifie que les réserves pourraient ne pas tomber à zéro, mais pourraient fournir du gaz trop lentement pour répondre à une augmentation soudaine de la demande.

À COURT TERME

Les gouvernements européens offrent des subventions en espèces aux consommateurs pour atténuer le coup. La Suède est devenue le dernier mercredi en annonçant 6 milliards de couronnes (661 millions de dollars) pour aider les ménages les plus touchés par la hausse des prix de l'électricité.

LONG TERME

La solution consiste à investir davantage dans les énergies renouvelables telles que l'éolien et le solaire. Pourtant, les responsables admettent que le gaz jouera un rôle pendant des années au cours de cette transition.

LES TROUBLES POLITIQUES AU KAZAKHSTAN NE CONTRIBUENT PAS

La région centrale riche en ressources Ce pays asiatique fournit du pétrole à l'UE, mais pas du gaz, et le flux de pétrole n'a pas été affecté par les violentes manifestations qui ont commencé contre la flambée des prix du carburant, mais se sont rapidement propagées, reflétant un mécontentement plus large à l'égard du gouvernement autoritaire du Kazakhstan.

L'EUROPE SE SOUVIENT DE CE QU'UN MAUVAIS HIVER PEUT SIGNIFIER

Une vague de froid à la fin de l'hiver en 2018 a fait monter en flèche les prix de l'énergie. La Grande-Bretagne a averti que certaines utilisations industrielles de l'électricité alimentée au gaz naturel pourraient être interrompues. On n'en est pas arrivé là, mais personne ne veut voir ce scénario. Ni une répétition de la perturbation de janvier 2009, lorsqu'un différend sur les prix entre Gazprom et l'Ukraine a entraîné une fermeture de deux semaines dans le sud-est de l'Europe. Il a coupé le chauffage au gaz de 70 000 appartements à Sarajevo, la capitale de la Bosnie-Herzégovine, obligeant les gens à rester chez des proches et vidant les magasins de radiateurs.

SI TOUT LE RESTE ÉCHOUE : L'UE

La législation oblige les pays à s'entraider en cas de pénurie de gaz. Les gouvernements peuvent déclarer une urgence gazière et fermer les clients industriels pour épargner les ménages, ce qui nuit à l'économie mais évite une catastrophe humanitaire et politique.

En théorie, ils peuvent exiger l'un de l'autre des approvisionnements transfrontaliers en gaz. Ces dernières années, l'Europe a construit plus de connexions de pipelines réversibles, mais pas assez pour couvrir l'ensemble du continent, laissant certains pays plus exposés que d'autres.


Pourtant, le système n'a jamais été testé et on se demande dans quelle mesure les pays seraient disposés à partager le gaz en cas de crise. La Commission européenne, la branche exécutive de l'UE, travaille à la révision des règles pour inclure les achats conjoints de gaz, mais sur une base volontaire, a déclaré Ruven C. Fleming, blogueur sur le droit de l'énergie et professeur adjoint à l'Université de Groningue aux Pays-Bas. .

La révision “est une indication assez claire que même ceux qui ont installé le mécanisme ne pensent pas qu'il fonctionnerait très bien”,” Fleming a dit.

📣 L'Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles du monde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été évalué VERT pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.