Les principales entreprises edtech forment un consortium et assurent la transparence

0
70

La décision de créer IEC intervient à un moment où les acteurs indiens de l'edtech créent une immense valeur pour le public mondial, a déclaré l'IAMAI. (Représentationnel/Dossier)

L'Internet and Mobile Association of India (IAMAI) a déclaré mercredi que les principales entreprises opérant dans le domaine des technologies de l'éducation avaient formé un consortium – India EdTech Consortium (IEC) – qui adhérerait à un “code de conduite” commun.

Des entreprises et start-up telles que Byju's, Careers 360, Great Learning, Harappa, Times Edutech & Events Ltd, Scalar, Simplilearn, Toppr, Unacademy, upGrad, Vedantu et WhiteHat Jr ont rejoint l'IEC à partir de maintenant.

Lire |Plus de 1 000 startups dirigées par des étudiants sélectionnées pour les “Business Blasters” du gouvernement de Delhi

“Conformément au récent avis du gouvernement, l'IEC veillera à ce que chaque apprenant ait accès à une éducation de qualité et abordable, ce qui non seulement améliore ses performances scolaires, mais le prépare également pour l'avenir”, a déclaré l'IAMAI.

https : //images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

Les entreprises edtech avaient également écrit au ministère de l'Éducation pour l'informer de leur décision de former un consortium. Dans leur lettre au ministère, les entreprises d'edtech ont déclaré qu'outre le code de conduite commun, elles établiraient également un mécanisme de règlement des griefs à deux niveaux pour garantir que les affaires se déroulent dans la transparence.

Opinion |L'avenir de l'apprentissage en Inde c'est l'ed-tech

Se référant à l'échelle et à la taille de l'écosystème edtech, le consortium a déclaré qu '”il est essentiel” qu'un cadre soit adopté qui protégera les droits des apprenants et des entreprises. Le cadre couvrira des domaines tels que les pratiques de vente éthiques, la communication marketing, les prêts et les remboursements, le fonctionnement équitable et transparent d'un mécanisme solide de règlement des griefs et un comité indépendant d'examen des griefs proposé, indique la lettre.

Lire |Le gouvernement travaille sur la politique réglementer les entreprises ed-tech : Dharmendra Pradhan

Les entreprises edtech ont subi des pressions de la part du gouvernement et ont fait l'objet de nombreuses critiques, rapportant qu'elles inscrivaient des enfants issus de tranches de revenu inférieures à des cours coûteux en incitant les parents à accepter des conditions de prêt coûteuses qui permettraient de payer ces cours.

À la suite de ces rapports, le ministre de l'Éducation de l'Union, Dharmendra Pradhan, a déclaré le 3 janvier que même si le gouvernement respectait ces entreprises et n'était pas contre la croissance de leurs activités, cela ne pouvait pas se faire au prix de l'exploitation des étudiants et des tuteurs. Pradhan avait alors également déclaré que son ministère était en pourparlers avec la loi ainsi que les ministères de l'informatique pour avoir une politique commune sur ces entreprises edtech.

📣 The Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles sur l'éducation, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été évalué VERT pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.