SC élargit le sens des témoins vulnérables et demande aux SC de mettre en place des comités VWDC

0
77

La magistrature a qualifié la décision contre les députés de “pire que l'expulsion”. (Dossier)

La Cour suprême a élargi mardi le sens des témoins vulnérables pour inclure également, entre autres, les victimes d'agression sexuelle, les personnes atteintes de maladie mentale et les personnes ayant des troubles de la parole ou de l'audition.

Entendant un plaidoyer sur la question de la protection des témoins vulnérables, un banc des juges DY Chandrachud et Surya Kant a déclaré que les témoins vulnérables ne se limiteront pas aux seuls enfants témoins, mais comprendront les victimes d'agression sexuelle sans âge, les victimes sans distinction de sexe de agression sexuelle, victimes d'agression sexuelle neutres en termes d'âge et de genre en vertu de l'article 377 IPC (infractions contre nature), témoins souffrant de maladie mentale telle que définie dans la loi sur les soins de santé mentale, témoins percevant une menace et tout individu malentendant ou souffrant de toute autre handicap qui est considéré comme vulnérable par le tribunal concerné.

Soulignant la nécessité de mettre en place des installations spéciales pour créer un environnement sûr et sans obstacle pour l'enregistrement des preuves des témoins vulnérables, le tribunal a également ordonné à tous les HC d'adopter et de notifier un programme de centre de dépôt de témoins vulnérables (VWDC) dans le cadre d'un période de deux mois.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

Il a également déclaré que chaque CH devrait mettre en place un comité permanent du VWDC. Le SC a demandé aux HC de donner une estimation de la main-d'œuvre nécessaire pour avoir le VWDC dans leurs états respectifs dans un délai de trois mois.

Le banc a également souligné l'importance de mener des programmes de formation pour gérer le VWDC et sensibiliser toutes les parties prenantes, y compris les membres du barreau, les juges et le personnel. Acceptant la suggestion de l'avocate principale Vibha Makhija qui a assisté le tribunal en tant qu'amicus curiae dans l'affaire, le tribunal a exhorté l'ancien juge en chef du Jammu-et-Cachemire HC Justice Gita Mittal à agir en tant que président d'un comité pour la conception et la mise en œuvre d'une formation All India VWDC programme.

Le mandat initial du président, a déclaré le tribunal, sera de 2 ans.

Le CS a demandé aux HC de s'assurer qu'il y ait un VWDC dans chaque district. Dans les États où des centres de règlement extrajudiciaire des différends (ADR) ont été mis en place à proximité des complexes judiciaires, les HC seront libres de veiller à ce qu'un VWDC soit mis à disposition dans les locaux du centre ADR, a-t-il ajouté.

Le tribunal a également demandé au président du comité de s'engager avec les autorités des services juridiques nationaux et étatiques pour fournir une interface efficace pour les programmes de formation.

Il a également demandé au ministère de l'Union des femmes et du développement de l'enfant de désigner un nodal responsable de la coordination de la mise en œuvre de ses orientations et de la facilitation du soutien logistique au Président.

📣 L'Indian Express est désormais sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles de l'Inde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.