Le Canada assouplit le plafond des travailleurs étrangers pour les entreprises québécoises désespérées

0
56

Les demandeurs d'emploi indiens montrent une forte envie de travailler dans des pays comme les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, ainsi que la région du Moyen-Orient, selon les données d'Indeed . (Image représentative)

Le Canada permet aux employeurs québécois d'embaucher plus facilement des travailleurs étrangers temporaires dans des secteurs clés comme l'alimentation et les soins de santé, la dernière tentative visant à atténuer l'une des pénuries de main-d'œuvre les plus aiguës au pays.

< p>À partir de lundi, les travailleurs temporaires de l'extérieur du Canada peuvent représenter jusqu'à 20 % de la main-d'œuvre pour les postes à bas salaire dans certains secteurs, contre 10 % auparavant, a déclaré le gouvernement du premier ministre Justin Trudeau dans un communiqué. La mesure fait partie d'un projet pilote annoncé en août qui assouplit également certaines exigences de recrutement.

Ces mesures ont été saluées par la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, qui a mené un sondage auprès des petites entreprises en novembre qui a montré que le Québec la province la plus durement touchée par les pénuries de main-d'œuvre.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png Top News Right Now

Cliquez ici pour en savoir plus

Bien que l'approbation des permis pour faire venir des travailleurs prenne du temps, il s'agit toujours “d'une amélioration majeure”, a déclaré François Vincent, vice-président du Québec pour le groupe de pression des entreprises, lors d'une entrevue. « Les travailleurs étrangers temporaires sont une des solutions. »

Avec un taux de chômage au Québec à 4,6 % le mois dernier et des postes vacants en hausse de 73 % sur deux ans, le gouvernement provincial a fait du marché du travail une priorité de 2022. Dans une mise à jour du budget de novembre, il a promis près de 3 milliards de dollars canadiens (2,4 milliards de dollars) sur cinq ans pour aider à former ou à attirer des travailleurs dans des secteurs cruciaux.

À l'instar des entreprises de toute l'Amérique du Nord, les entreprises québécoises ont eu du mal à pourvoir des emplois peu rémunérés après la sortie de l'économie des blocages pandémiques. Mais la situation difficile de la province, qui date d'avant la crise, est également façonnée par le vieillissement de la population, une approche plus stricte de l'immigration et une inadéquation des compétences.

Le nombre de résidents du Québec en âge de travailler n'a augmenté que de 120 000 entre 2010 et 2020, une baisse de 60 % par rapport à la décennie précédente, et devrait diminuer de près de 100 000 entre 2020 et 2030, selon une étude de novembre de l'Institut du Québec, un groupe de réflexion économique.

Comparativement aux autres provinces canadiennes, les travailleurs vieillissants du Québec ont tendance à quitter le marché du travail plus rapidement. Le taux de participation des Québécois entre 60 et 64 ans était de 54 % en 2021, contre 60 % en Ontario et une moyenne nationale de 58 %.

Le gouvernement a suspendu des incitations financières pour garder les travailleurs âgés au travail plus longtemps. Il offre également des bourses pouvant atteindre 20 000 $ CA pour attirer les étudiants vers des programmes de technologie de l'information, d'ingénierie ou de sciences infirmières.

Alors que le gouvernement du premier ministre François Legault a initialement réduit le nombre d'immigrants qu'il accepterait, il a tempéré son approche et s'est engagé à faire mieux pour reconnaître les diplômes et les compétences des nouveaux arrivants, longtemps l'une des faiblesses de la province.

📣 L'Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles du monde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.