Violation de la sécurité du PM : le SC forme un nouveau groupe d'enquête et interroge le Centre sur les avis aux officiers du Pendjab

0
21

Le convoi du Premier ministre a été bloqué mercredi dans le district de Ferozepur au Pendjab. (PTI)

Le gouvernement du Pendjab étant opposé au comité du Centre et cherchant une enquête « indépendante » sur la violation de la sécurité lors de la visite du Premier ministre Narendra Modi dans l'État le 5 janvier, la Cour suprême a décidé lundi pour mettre en place un comité dirigé par l'un de ses anciens juges pour enquêter sur l'affaire.

Il a également interrogé le Centre sur les avis de cause signifiés aux officiers du Pendjab, et l'a qualifié de « totalement contradictoire en soi. ”.

Indiquant que la composition du comité sera similaire à celle qu'il a constituée le 7 janvier pour sécuriser les dossiers de la visite du Premier ministre, le juge en chef de l'Inde NV Ramana, à la tête d'un banc comprenant également les juges Surya Kant et Hima Kohli, a déclaré : « Nous pensent sur ces lignes. Un juge à la retraite de la Cour suprême présidera le comité. »

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png Lire |Vie de sécurité du PM : j'ai reçu des appels d'avertissement, plaint les avocats de SC

Entendant un plaidoyer de Lawyers Voice, basé à Delhi, la magistrature avait demandé le 7 janvier au registraire général de la Haute Cour du Pendjab et de l'Haryana de « saisir et de sécuriser immédiatement les dossiers » de la visite. Le registraire général devait être assisté par le directeur général de la police, territoire de l'Union de Chandigarh, et un officier de l'Agence nationale d'enquête (NIA), non inférieur au grade d'inspecteur général, nommé par le directeur général de la NIA.

Expliqué | Comment la sécurité du Premier ministre est-elle planifiée et qu'est-ce qui s'est exactement passé au Pendjab ?

Ces officiers mis à part, le nouveau comité, a indiqué la magistrature, comprendrait un autre membre, très probablement le directeur général supplémentaire de la police du Pendjab (renseignements).

Auparavant, le solliciteur général Tushar Mehta, comparaissant pour le Centre, a exhorté la magistrature pour permettre à la commission du Centre de poursuivre son enquête et de déposer un rapport devant le tribunal. Mais l'avocat général du Pendjab, D S Patwalia, s'y est opposé, qui a déclaré que l'État n'avait “aucun espoir” dans le comité du Centre et a exhorté le tribunal à constituer un “comité indépendant”.

Opinion | La violation de la sécurité du Premier ministre au Pendjab est un nouveau plus bas

Mehta a déclaré qu'étant donné que les avis de cause visent à anticiper le résultat, le Centre peut assurer qu'il ne prendra aucune mesure concernant les avis jusqu'à son comité examine la question et dépose un rapport devant le tribunal.

Mais le tribunal a ensuite proposé la création d'un comité dirigé par l'un de ses anciens juges.

Top News Right Now

  • SC nomme un panel de 5 membres dirigé par l'ex-juge Indu Malhotra pour enquêter sur la violation de la sécurité du PM
  • La sortie très médiatisée de la poussée OBC du BJP, les forces repensent à la rencontre de Delhi
  • Au Pendjab, gagnant chances depuis 2004 : 18 % pour les candidats entachés, 11 % pour les candidats propres

Cliquez ici pour en savoir plus

Le banc s'est d'abord demandé si l'IG (Intelligence) du Pendjab pourrait faire partie du comité, mais Mehta a déclaré que l'IG “peut également faire l'objet d'un examen minutieux car il est également responsable de la sécurité conformément au Livre bleu de la sécurité”.

Répondant à une question du banc, Patwalia a déclaré que l'ADGP (Intelligence) pourrait être inclus.

Le banc a déclaré qu'il passerait un ordre détaillé.

Il a demandé au Centre et au Pendjab de mis en attente les enquêtes des comités qu'ils avaient constitués.

Expliqué

Retour pour le Centre

Le Centre n'a pas tardé à agir contre les hauts responsables du Pendjab au sujet de la violation de la sécurité, leur adressant des avis de justification et des avertissements d'action. Le nouveau panel d'enquête par le SC Bench rend également les comités nommés par le Centre et le Pendjab redondants.

Il a interrogé le Centre sur les avis de justification délivrés au secrétaire en chef du Pendjab et au DGP.

Le juge Kohli a déclaré que “l'impression que vous donnez est que vous avez déjà pris votre décision… alors à quoi bon venir devant ce tribunal ?”.

Lire aussi |Le Centre peut utiliser la loi SPG contre les policiers du Pendjab , les convoquer à Delhi

Mehta a dit que ce n'était pas lui mais le requérant qui s'était adressé au tribunal.

Le juge Surya Kant a déclaré au solliciteur général « votre avis de justification est totalement contradictoire. En constituant un comité, vous cherchez à enquêter s'il y a eu manquement et ensuite vous tenez l'Etat CS et DG coupables. Qui les a entendus ? … Une agence impartiale devra déterminer qui est responsable ».

Le juge Kohli a déclaré qu'après que le tribunal a ordonné la saisie des dossiers, « leur demander de répondre dans les 24 heures… n'est pas attendu de vous ».

Mehta a déclaré que « ce n'est pas ce que l'on attend de vous est un peu dur » et « ceci (avis de justification) était avant que le tribunal n'ordonne la saisie (des dossiers) ».

Au début, Patwalia a informé la magistrature que, comme selon ses instructions, le registraire général de SC avait pris le contrôle des dossiers de voyage du PM.

Il a fait référence aux remarques faites le 7 janvier contre le président du comité nommé par l'État par l'avocat principal Maninder Singh, qui a comparu pour le pétitionnaire, et a déclaré « qu'un incident très malheureux s'est produit… M. Maninder Singh avait soulevé quelques objections&#8230 ; Nous avons traversé le jugement. Il n'y a rien contre lui” — Patwalia n'a pas mentionné le nom du juge auquel il faisait référence.

Opinion |La violation était grave

Le 7 janvier, Maninder Singh avait déclaré que le nom du président du comité nommé par le Pendjab avait fait l'objet d'un jugement de la Cour suprême en 2011. Il a déclaré que la Cour suprême avait fait des remarques défavorables sur la conduite du juge et , par conséquent, sa nomination au comité a maintenant soulevé des soupçons sur la bonne foi de l'enquête. Singh n'a pas nommé le juge ni donné de détails sur l'affaire.

La référence, cependant, semblait être un jugement de la Cour suprême de 2011 qui a annulé une ordonnance d'un banc de la Haute Cour du Pendjab et de l'Haryana ordonnant une CBI enquête contre l'ancien officier de l'IPS Sumedh Singh Saini dans un cas présumé de fausse rencontre.

Le banc du HC comprenait le juge Mehtab Singh Gill (maintenant chef du comité du Pendjab) mais la Cour suprême, dans son ordonnance d'alors, n'a pas nommé le juge et n'a mentionné que « M. le juge X » tout en déclarant que « l'ordonnance contestée (du HC ) a été à juste titre contestée en nullité au moins pour trois motifs » dont « la partialité judiciaire » et « l'ensemble du processus judiciaire semble avoir été noyé pour parvenir à un résultat motivé que nous ne pouvons pas approuver ».

< p>Soulignant que les officiers du Pendjab avaient reçu des avis du Centre sur les raisons pour lesquelles aucune mesure ne devrait être prise contre eux, Patwalia a déclaré qu'il n'y avait rien contre le secrétaire en chef et “Je (le secrétaire en chef) ne pense pas que j'obtiendrai une audition équitable” ; Il y a de la politique”.

Lire aussi dans Opinion |Pas de place pour la propagande dans l'enquête du Premier ministre sur les atteintes à la sécurité

“Lorsque les procédures sont différées, où est la question des mesures disciplinaires”, a-t-il déclaré, exhortant la magistrature à nommer un comité « indépendant ».

Intervenant, le CJI a demandé à Mehta si l'avis avait été émis avant ou après l'ordonnance du tribunal du 7 janvier. « Avant », a déclaré le solliciteur général. Il a déclaré qu'un seul coup d'œil à la loi SPG et au livre bleu sur la sécurité VVIP expliquerait clairement pourquoi les avis de cause étaient nécessaires.

Il a déclaré que le fondement de l'avis est que la DGP est responsable puisque les règles le disent. «Le comité entrera dans les détails individuels, si la route est protégée… Nous ne pouvons pas laisser le gouvernement de l'État s'en occuper. »

Mehta a déclaré que le comité du Centre pourrait entrer dans les détails et le soumettre au tribunal. Le CJI lui a demandé « alors que reste-t-il de l'enquête menée par le tribunal ? ».

Mehta a déclaré « c'est une question de sécurité du Premier ministre ». À cela, le CJI a dit « s'il vous plaît, n'ayez pas l'impression que nous ne l'avons pas pris au sérieux ».

📣 L'Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles de l'Inde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.