Les facultés de médecine privées ne peuvent pas percevoir les frais de l'année prochaine à l'avance: Haute Cour du Kerala

0
77

Le tribunal a demandé aux instituts de s'abstenir d'exiger ou de percevoir des frais académiques pour toute année académique autre que celle qui est enseignée. Déposer.

Percevoir à l'avance les frais annuels des étudiants pour l'année suivante lorsque les études de l'année précédente n'ont pas été achevées par un établissement équivaudrait à un « profiteur », a déclaré la Haute Cour du Kerala. les collèges médicaux privés de l'État de percevoir les frais pour toute année universitaire autre que celle qui était enseignée.

La Haute Cour, cependant, a clairement indiqué que ses instructions ne devaient fonctionner que dans la situation particulière causée par la pandémie de COVID-19 lorsque les instructions données pour une année particulière dans les facultés de médecine ne pouvaient pas être achevées dans le délai spécifié en raison de la épidémie de virus.

Lire |NEET PG 2021 : le MCC va bientôt commencer le processus de conseil ; 5 choses à retenir

Un banc des juges AK Jayasankaran Nambiar et Mohammed Nias CP a déclaré que les honoraires étaient conceptuellement une rémunération pour un service rendu et s'ils sont perçus pour une période future, ce serait un paiement pour des services encore à rendre et dans une telle situation, &#8216 ;les établissements d'enseignement auraient alors recours au profit”.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

“La pandémie de COVID a sans aucun doute provoqué une situation inhabituelle ou exceptionnelle lourde d'implications financières. La situation exceptionnelle, cependant, a affecté non seulement les établissements d'enseignement mais aussi la communauté étudiante et leurs tuteurs financiers,” a déclaré le tribunal.

“Nous pensons qu'il serait déraisonnable de la part des établissements d'enseignement médical privés concernés d'exiger les frais déterminés, sans tenir compte des difficultés rencontrées par les étudiants,” dit le banc.

Les observations et directives du tribunal sont intervenues sur plusieurs requêtes déposées par les étudiants en médecine, admis à la promotion 2019-2020 du cours MBBS dans diverses facultés de médecine privées, contre les avis de demande de frais au titre de la troisième année de leur cours alors qu'ils poursuivaient encore leur deuxième année qui n'a pas pu être achevée dans le temps imparti en raison de la pandémie.

Les étudiants avaient lutté en exigeant des frais pour une année différente de celle pour laquelle les instructions sont données , les établissements d'enseignement concernés perçoivent effectivement les frais déterminés à l'avance et cela n'est pas autorisé.

Les établissements d'enseignement, d'autre part, ont justifié la demande en faisant valoir que c'était la troisième année civile depuis l'admission de l'étudiant et, par conséquent, ils ont le droit de percevoir la cotisation annuelle déterminée pour la troisième année. La Haute Cour a noté qu'en raison du verrouillage imposé par le gouvernement de l'État à la suite de la pandémie mondiale de COVID, « il y avait eu une interruption inévitable du programme d'études et, par conséquent, alors que les mois de l'année civile s'écoulaient. par, il n'y a pas eu de progrès simultanés au cours des mois d'instruction qui constituaient l'année académique”.

Lire aussi |Les tableaux de bord individuels NEET-PG 2021 ont été publiés : Voici comment vérifier

“Cela a conduit à la situation où les requérants (étudiants) étaient appelés à verser les frais payables pour la troisième année de leur cursus alors qu'ils ne poursuivaient effectivement que la deuxième année de leur cursus,” il a ajouté.

Se référant aux diverses dispositions statutaires et à la décision de la Cour suprême dans l'affaire Islamic Academy of Education and Another v. State of Karnataka and Others, la Haute Cour a déclaré qu'elle était d'avis qu'il serait totalement inéquitable et injuste de autoriser les établissements d'enseignement concernés dans ces requêtes par voie de bref à percevoir les frais annuels déterminés pour toute année scolaire, à l'exception de celle pour laquelle des instructions sont actuellement données.

Dans l'affaire de l'Académie islamique, le tribunal suprême a jugé que les institutions ne factureraient des frais que pour un an conformément aux règles et ne factureraient pas les frais pour l'ensemble du cours, a noté la Haute Cour. Le tribunal suprême avait également observé que si pour une raison quelconque, des frais ont déjà été perçus pendant une période plus longue, le montant ainsi perçu doit être conservé dans un dépôt fixe dans une banque nationalisée contre laquelle aucun prêt ou avance ne peut être accordé afin que les intérêts accumulés sur celui-ci peuvent profiter aux étudiants, a déclaré la Haute Cour.

“Il est donc clair que les établissements d'enseignement ne sont pas fondés à percevoir un quelconque montant au titre des frais pour une période supérieure à l'année universitaire en question. En collectant les frais de troisième année, pendant que l'étudiant poursuit la deuxième année du cours, il le ferait exactement,” dit le banc.

Il, par la suite, a dirigé — “Nous autorisons donc ces requêtes en ordonnant aux établissements médicaux privés défendeurs, où les requérants dans ces requêtes étudient, de s'abstenir d'exiger ou de percevoir des frais académiques auprès d'eux pour toute année académique autre que celui pour lequel des instructions sont actuellement données.

“Nous précisons que les instructions émises dans cet arrêt ne doivent fonctionner que dans la situation particulière susmentionnée provoquée par la pandémie de COVID.&# 8221 ;

📣 L'Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles sur l'éducation, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.

© IE Online Media Services Pvt Ltée