Le filet de sécurité J&K élargi : pas seulement les opérations, les raids et les arrestations dans une nouvelle stratégie

0
79

Depuis 2019, la police J&K a réprimé les réseaux Over Ground Worker (OGW) menant à l'arrestation de plus de 1 900 personnes accusées par la police de fournir un soutien logistique aux militants. (Photo représentative)

Au cours des trois années, l'ampleur des opérations de sécurité au Jammu-et-Cachemire s'est considérablement étendue au-delà des rencontres physiques pour inclure des détentions généralisées en vertu des lois sur la sécurité, l'application des lois et des raids fiscaux pour briser les réseaux de financement présumés et la répression des réseaux Over Ground Worker (OGW) et de leurs liens. , les documents officiels montrent.

Une étude des données sur quatre ans révèle une nouvelle poussée dans ces domaines marqués par l'utilisation généralisée de la Loi sur les activités illégales (prévention) (UAPA) et la Loi sur la sécurité publique (PSA), la constitution du Terror Monitoring Group (TMG) multi-agences et, plus récemment, de la State Investigation Agency (SIA) par l'administration J&K.

Depuis 2019, la police J&K a craqué sur les réseaux Over Ground Worker (OGW) menant à l'arrestation de plus de 1 900 personnes accusées par la police d'apporter un soutien logistique aux militants.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1. png Lire | Les ex-CM de J&K perdent leur couverture d'élite, forcent à réduire leurs effectifs

Les données relatives au militantisme compilées par le gouvernement de l'UT enregistrent également la destruction de près de 195 « modules terroristes » à travers J&K au cours des deux dernières années civiles 2020 et 2021 et la destruction d'environ 35 cachettes terroristes l'année dernière.

Un haut responsable a déclaré : « Jusqu'à présent, les opérations de lutte contre le terrorisme ont ciblé et encouragé l'élimination des terroristes actifs… mais une stratégie efficace devrait désormais s'attaquer à l'ensemble de la structure du terrorisme. Cela ne peut être fait que par des « poursuites efficaces » contre l'ensemble du réseau, a-t-il déclaré, « à travers leurs liens, qu'ils soient logistiques, financiers ou autres ».

Expliqué

UAPA, PSA comme outils

Pour l'establishment de la sécurité après le 5 août 2019, la nouvelle stratégie est considérée comme efficace pour briser les liens et cibler les réseaux. Mais les arrestations massives sous UAPA, PSA, la série de raids ont également soulevé des questions de procédure régulière.

La clé de ceci est la répression sous UAPA et PSA dans J&K. Entre 2019 et 2021, le nombre de dossiers sous UAPA est passé de 437 (2019) à 557 en 2020 et il était inférieur à 500 en 2021. Le nombre de personnes inscrites au titre de ces dossiers au cours des trois dernières années est supérieur à 2 700.

Sur ce nombre, plus de la moitié, soit 1 362 personnes restent en détention.

Le nombre de détentions de PSA a considérablement augmenté pour atteindre 331 l'année dernière contre 134 en 2020.

C'est cet aspect de la répression qui a suscité les critiques des dirigeants politiques de la Vallée après la scission de l'État et son déclassement en août 2019.

Lire aussi | 2 300 personnes réservées dans le cadre de l'UAPA à J&K depuis 2019, près de la moitié sont toujours en prison

Même deux ans plus tard, le jeune président du PDP Waheed Para reste incarcéré à la prison centrale de Srinagar, arrêté quelques heures après avoir obtenu sa caution< /strong> d'un tribunal de la NIA à Jammu. Il a également remporté son siège au Conseil de développement du district de Pulwama en décembre de l'année dernière. Il n'a cependant pas été autorisé à prêter serment.

En novembre, le militant des droits humains Khurram Parvez a été arrêté par l'Agence nationale d'enquête (NIA) dans le cadre d'une affaire déposée en vertu de la loi sur les activités illégales (prévention) (UAPA), y compris le financement du terrorisme.

« La dissidence a été criminalisée et est donc traitée par des lois sévères. Parfois, ces lois peuvent n'avoir rien à voir avec le genre d'infraction présumée commise par une personne. Les agences de sécurité et l'ED sont des institutions très sérieuses à utiliser dans de rares cas, mais elles ont été militarisées et sont utilisées régulièrement… Personne avec un point de vue contraire ne peut échapper aux actions punitives du GOI, qu'il s'agisse d'un étudiant, d'un militant ou un politicien », a déclaré le dernier ministre en chef de J&K et président du PDP, Mehbooba Mufti.

Les opérations de sécurité ont également été en constante ébullition. En 2020 et 2021, plus de 400 militants ont été tués dans 197 opérations, à peu près égal au nombre de militants tués au cours des deux années précédentes (2018 et 2019).

Lire aussi |11 militants tués dans la vallée du Cachemire au cours de la première semaine de 2022

Mais le recrutement a suivi le rythme des tueries.

Lorsqu'il a été contacté, Dilbag Singh, directeur général de la police J&K, a déclaré à The Indian Express : « Rien qu'au cours de la dernière année, 89 modules ont été détruits, 670 OGW arrêtés. Nous nous concentrons sur le démantèlement des infrastructures terroristes sous toutes leurs formes. Cela va continuer. Les OGW, a-t-il dit, « se sont présentés dans toutes les teintes et nuances. Indépendamment de l'âge, du sexe, de la profession ou du lieu. Ils sont coureurs ou tireurs, en Belgique ou à l'étranger. Ce qui a changé, c'est notre capacité à les localiser et à les identifier et nous continuerons à les frapper durement. »

À cet effet, le TMG ou Terror Monitoring Group a été créé par le ministère de l'Intérieur en mars 2019 pour coordonner efficacement les actions des différentes agences. La SIA, créée fin 2021 par le ministère de l'Intérieur de l'administration de l'UT, en tant qu'« agence spécialisée » pour enquêter sur les cas liés au terrorisme au J&K, vise également à enquêter et à poursuivre les cas de terrorisme au niveau de l'UT.

Selon les registres officiels, environ 169 militants restent actifs à J&K, 163 d'entre eux dans la vallée du Cachemire. Sur les 134 individus qui ont rejoint les rangs des militants au cours de la dernière année (2021), 72 ont été tués dans diverses opérations, 22 arrêtés et 40 restent actifs.

Jusqu'à 20 membres de la police J&K et 23 membres de la sécurité des membres des forces armées ont été tués en 2021.
Lashkar-e-Taiba a fait le plus de victimes en 2021, suivi de Jaish-e-Mohammad puis du Hizbul Mujahideen. Pendant ce temps, en termes d'infiltration transfrontalière, 2021 a vu une baisse des infiltrations brutes et nettes avec 73 personnes tentant de traverser la LoC et 34 réussissant. En 2020, les infiltrations brutes et nettes étaient respectivement de 99 et 51.

Le président de la Conférence populaire, Sajad Lone, a déclaré à The Indian Express : « Il est surprenant que l'establishment actuel considère qu'avec sa nouvelle stratégie opérationnelle, il va éliminer la violence. Nous avons vu les pires épisodes de violence à la demande de l'État, dans les années 1990 et au début des années 2000 également. Les gouvernements précédents avaient compris que trop de force ne rapporte rien et est contre-productif. Maintenant, ils sont arrivés avec de nouvelles expériences. Cependant, ce gouvernement veut commercialiser la ligne dure. La ligne a toujours été dure et stérile en termes de résultats. »

📣 L'Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles de l'Inde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.

© The Indian Express (P ) Ltd