Hillary a conclu un accord avec le gouvernement, les Russes ont poussé l'Inde trop loin: Michel

0
78

Christian Michel est actuellement détenu à la prison de Tihar. (Express File Photo)

En avril 2019, la Direction de l'exécution (ED) a déposé un acte d'accusation sur le rôle présumé de l'agent d'armes britannique Christian Michel dans l'affaire AgustaWestland – et ses déclarations lors de l'interrogatoire en détention. La chargesheet traite principalement de tranches totalisant 42 millions d'euros prétendument payées par AgustaWestland à Michel et ses dépêches faisant allusion à de prétendues retombées politiques.

Mais l'ensemble complet des déclarations de garde, accessibles par The Indian Express, révèle beaucoup plus – de ce que Michel prétend être une intervention de la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton à de prétendues discussions au sein du Comité du Cabinet sur la sécurité (CCS).

Aussi Lire |PM (Manmohan) demandant au Cabinet sur Agusta nous a jetés aux loups : Michel

Samedi, The Indian Express a rapporté que Michel a affirmé avoir fait pression auprès de l'accord Chopper puis du gouvernement de l'UPA lorsque, comme il le décrit, l'accord était « au bord de la falaise » avant sa signature en 2010. Samedi a également marqué trois ans. depuis que Michel a été extradé de Dubaï.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

Dans les dépêches à AgustaWestland sur les derniers efforts déployés pour annuler l'accord par des concurrents, principalement des États-Unis l'avionneur Sikorsky et les Russes, Michel écrit sur la façon dont Clinton aurait prétendument conclu l'accord VVIP sur les hélicoptères avec le Premier ministre de l'époque Manmohan Singh, ce qui a conduit à une vague de lobbying et de contrôle des dommages.

Lire aussi |Accord avec Agusta Westland : les principaux accusés détaillent comment les pots-de-vin ont été payés, des liens avec le neveu, le fils de Kamal Nath

La première référence à cela vient dans une dépêche datée du 4 décembre 2008 : « La semaine dernière, Sikorsky a envoyé une lettre au Secrétaire déclarant qu'AgustaWestland avait fait l'objet d'un favoritisme indu et que les conformités financières avaient été négligées. La lettre menaçait de poursuites judiciaires. En bref, il (le responsable Sikorsky) a accusé le CNC (Comité de négociation des contrats) d'être compromis, et avec l'arrivée d'un nouveau gouvernement qui enquêtera sur toutes les actions & #8230;”

Lire aussi |AgustaWestland « intermédiaire » Christian Michel en grève de la faim, le drapeau de la famille « retard » dans le procès

Le 28 août 2009, Michel a envoyé une dépêche à l'entreprise décrivant l'intervention présumée du secrétaire d'État américain de l'époque. « Du 19 juillet (2009) au 23, Hillary Clinton s'est rendue en Inde. Elle a eu des réunions avec le Premier ministre indien… elle a soulevé un point qui n'était pas à l'ordre du jour (Pourquoi l'Inde achète-t-elle le 101 ? Comment l'Inde peut-elle le faire ?) », écrit-il dans une référence apparente à l'AW-101 d'AgustaWestland.

Top News en ce moment

Cliquez ici pour en savoir plus

Pour garder “bon” Les relations bilatérales indo-américaines comme “son héritage,” Michel prétend dans un fax, le PM ” a promis de se renseigner. “

Dans les dépêches, Michel affirme que lors de la réunion du Comité du Cabinet sur la sécurité (CCS), le Premier ministre a demandé à tous les ministres de soulever toute question sur l'accord auprès du ministère de la Défense — et qu'il faudrait y répondre avant que le dossier du contrat ne soit renvoyé au comité une seconde fois.

Michel affirme que lui et l'équipe AgustaWestland ont été « abasourdis » par « l'agressivité » des Américains et renforcés la deuxième note CCS. L'accord a été conclu lors de la deuxième réunion du CCS.

Lire aussi |Accord AgustaWestland : le tribunal rejette les demandes de libération sous caution de l'intermédiaire Christian Michel

Selon Michel, l'intervention du Premier ministre a servi à deux fins : apaiser les Américains et éviter les objections.

Les prétendues objections soulevées par le ministre des Finances de l'époque, Pranab Mukherjee, sont également mentionnées dans les dépêches citées dans la plainte de l'ED. Dans une dépêche datée du 31 juillet 2009, Michel écrit : « Ce que le PM a fait, c'est lever tous les obstacles à l'apurement du dossier. Toutes les questions qu'un ministre pourrait avoir recevront une réponse. Si le ministre des Finances veut semer la pagaille, ce processus devrait le déjouer et on peut s'attendre à un bon déroulement de notre dossier au CCS.''

Dans la même dépêche, il écrit : « Nous pensons que les Finances Le ministre va bien maintenant… A cette époque, toute l'équipe se déplaçait avec toutes les connexions possibles. Si cette équipe n'avait pas été en place, le VIP (chopper deal) n'aurait jamais pu traverser cette période. »

Les dossiers d'interrogatoire montrent qu'en réponse aux questions sur son accès aux procédures de la SCC, Michel a affirmé que cela était principalement dû aux efforts des diplomates britanniques. «Je n'ai à aucun moment accédé ou utilisé des informations classifiées du ministère de la Défense pour faire pencher l'affaire en faveur d'AgustaWestland. Tout ce que moi et mon équipe avons fait, c'est accéder aux informations mises gratuitement à notre disposition pour améliorer la transparence de l'accord & #8230; », a-t-il déclaré.

Dans la deuxième dépêche, il dit que “sans notre chaîne politique, l'ambassadeur et Jeff Hoon (ancien ministre britannique de la Défense), nous aurions probablement appelé leur bluff, opté pour l'escalade (de prix) et perdu l'accord”

>

Au cours de l'interrogatoire, Michel a également détaillé la prétendue approche russe : « Les Russes se sont réveillés. Ils avaient soudain réalisé qu'ils étaient sur le point de perdre le VIP (chopper deal). C'était sur le point de se dérouler sans eux, alors ils ont lancé une attaque diplomatique et médiatique. »

Confrontés lors d'un interrogatoire à une dépêche du 10 avril 2008, les archives montrent que Michel a parlé de la manière dont la compétition russe a été abordée. « Les Russes pensaient qu'ils savaient ce qu'ils faisaient et ont poussé l'Inde trop loin. C'était délibéré du côté de la Russie et ce n'était pas un accident, sauf que l'Inde pensait ce qu'ils leur disaient et que les Russes ne le savaient pas », écrit-il.

Selon les archives, Michel a affirmé que la partie russe avait également refusé de donner une caution de soumission ou de signer un pacte d'intégrité afin d'éviter un « précédent ». Répondant aux questions, Michel a déclaré : « Les Russes ont estimé que s'ils le faisaient, ils devraient le faire à partir de là et ils voulaient être traités différemment – quelqu'un, quelqu'un, très proche d'eux en qui ils avaient confiance implicitement a dû leur dire. de ne pas reculer. Alors les Russes ont appelé le bluff de l'Inde et l'Inde les a jetés dehors…”

S'adressant à The Indian Express, l'avocat de Michel, Aljo K Joseph, a déclaré que le procès de Michel “ne commencera qu'une fois l'enquête terminée”. Selon lui, « Michel est en grève de la faim et son état de santé est mauvais. La prison de Tihar fournira une assistance médicale, si nécessaire.

📣 L'Indian Express est désormais sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles de l'Inde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.

© The Indian Express (P ) Ltd