Espérant faire revivre Sharda Yatra, le comité jette les bases de la reconstruction du temple à LoC

0
51

Sharda Peeth, du nom de la déesse de la sagesse Saraswati, est considérée comme un ancien centre d'apprentissage établi dans la vallée de Neelum en 273 avant JC, avant même les universités Takshila et Nalanda. (Fichier)

Dans l'espoir de relancer le pèlerinage à Sharda Peeth, l'ancienne université hindoue du Cachemire occupé par le Pakistan (PoK), le comité Save Sharda a jeté les bases de la reconstruction du temple et du dharamshala à Kupwara.

< p> La première pierre a été posée vendredi par Darakhsahn Andrabi, membre de l'exécutif national du BJP, sur la ligne de contrôle (LdC) de Teetwal, qui était le camp de base du Sharda Yatra avant 1947. Andrabi est également le président du comité de développement du Waqf. relevant du ministère des Affaires des minorités de l'Union.

“Je suis le premier Cachemiri à visiter Kartarpur Sahib,” dit Ravinder Pandita, qui dirige le comité Save Sharda. « S'ils (l'Inde et le Pakistan) peuvent développer un mécanisme pour Kartarpur Sahib, pourquoi pas pour Sharda Peeth ? Si je peux visiter Kartarpur Sahib, pourquoi ne puis-je pas visiter Sharda Peeth ? demande-t-il.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png Top News en ce moment

Cliquez ici pour en savoir plus

Sharda Peeth ou le siège de Sharda, du nom de la déesse de la sagesse Saraswati, serait un ancien centre d'apprentissage établi dans la vallée de Neelum en 273 avant JC, avant même les universités Takshila et Nalanda. Alors que l'université a toujours été un centre d'attraction, le pèlerinage annuel au temple a prospéré pendant le règne de Maharaja Pratap Singh et Ranbir Singh.

Lire aussi |Pourquoi Sharada Peeth revient au centre de l'attention avec l'ouverture du couloir de Kartarpur < p>Le pèlerinage s'est arrêté après la partition en 1947 et l'université et le temple sont depuis tombés en désuétude. Alors que l'Inde et le Pakistan ont ouvert les mouvements trans-LdC pour les personnes de chaque côté de la frontière, les déplacements étaient limités aux familles qui avaient été divisées.

“Bien que le mouvement cross-LoC soit suspendu ces jours-ci, nous espérons qu'il commencera bientôt,” dit Pandita. “Nous voulons un changement dans le mécanisme existant. Les personnes des deux côtés du Cachemire devraient également être autorisées à visiter leurs sites religieux. Les musulmans devraient être autorisés à visiter les sanctuaires Hazratbal et Chrar. De même, les personnes d'ici devraient être autorisées à visiter Sharda Peeth et Gurdwara Ali Baig.”

Au fil des ans, Pandita a fait des efforts en Inde et au Pakistan pour relancer le Sharda Yatra annuel. Il a mis en place une société civile inter-LoC et ses tentatives ont finalement conduit un tribunal du PoK à ordonner l'arrêt de l'empiètement de Sharda Peeth et à le placer sous le département d'archéologie du PoK.

Pandita dit que les musulmans de Teetwal l'ont aidé à récupérer des terres pour le camp de base de Sharda Yatra. « Les habitants de Teetwal, en particulier Iftikhar Ahmad, le capitaine Ilyas et Ajaz Ahmad, ont redécouvert cette terre, qui était le camp de base de la yatra, et ils se sont approchés de nous. Nous y sommes allés et avons pris le contrôle des deux canaux de terre (0,25 acres),” il explique. “Nous y construisons un temple-dharamshala ainsi qu'un petit gurdwara qui y existait avant 1947.”

📣 L'Indian Express est maintenant sur Télégramme. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles de l'Inde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.

© The Indian Express (P ) Ltd