L'Assemblée générale des Nations Unies exhortée à enquêter sur les atrocités commises au Yémen

0
147

Sur cette photo d'archive, des personnes inspectent le site d'une frappe aérienne de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite à Sanaa, au Yémen, le 11 novembre 2021. (AP)

Plus de 60 organisations ont exhorté l'ONU Assemblée générale jeudi pour établir un organe d'enquête chargé de recueillir et de préserver les preuves de violations graves des droits humains au cours du conflit de sept ans au Yémen, y compris d'éventuels crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

Les organisations, dont Amnesty International et Human Rights Watch, ont déclaré que la question était urgente, en particulier après que le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a voté en octobre la clôture de son enquête sur les atrocités commises au Yémen. Le Groupe d'experts éminents a signalé que des crimes de guerre potentiels ont été commis par toutes les parties. Le vote du conseil basé à Genève a été une défaite cuisante pour les pays occidentaux et une victoire pour la Russie, la Chine, Bahreïn et d'autres pays.

Le Yémen est en proie à la guerre civile depuis 2014, lorsque les rebelles houthis soutenus par l'Iran ont pris le contrôle de la capitale, Sanaa, et d'une grande partie du nord du pays. Cela a forcé le gouvernement internationalement reconnu à fuir vers le sud, puis vers l'Arabie saoudite.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png Top News Right Now

Cliquez ici pour en savoir plus

Une coalition dirigée par l'Arabie saoudite est entrée en guerre en mars 2015, soutenue par les États-Unis, pour tenter de rétablir le président Abed Rabbo Mansour Hadi au pouvoir. Malgré une campagne aérienne incessante et des combats au sol, la guerre s'est largement détériorée dans une impasse et a engendré la pire crise humanitaire au monde.

Plus de 60 organisations ont déclaré que le Conseil des droits de l'homme avait voté en octobre. était le résultat d'une campagne de lobbying agressive menée par l'Arabie saoudite, soutenue par les Émirats arabes unis, un partenaire clé de la coalition, et d'autres alliés.

“La communauté internationale ne peut pas rester les bras croisés et permettre que ce vote soit le dernier mot sur les efforts de responsabilisation pour les abus et les crimes de guerre au Yémen,” ont déclaré les organisations.

La secrétaire générale d'Amnesty International, Agnes Callamard, a déclaré lors d'une conférence de presse virtuelle que les parties au conflit, y compris les Saoudiens et les Houthis, « ont commis des atrocités en toute impunité, et il n'y a apparemment pas de fin en vue pour cette guerre.” C'est pourquoi, a-t-elle dit, nous devons agir maintenant.

Chaque jour, a déclaré Callamard, de plus en plus de personnes sont blessées et tuées et l'Assemblée générale « pourrait sauver des millions de vies » ; en agissant.

Dans leur déclaration conjointe aux 193 pays membres de l'Assemblée générale, les groupes de défense des droits et d'autres organisations ont déclaré que les souffrances infligées aux civils yéménites exigeaient un organisme d'enquête pour lutter contre l'impunité dans le conflit en cours et envoyer un avertissement clair aux auteurs de tous bords qu'ils seront tenus pour responsables de crimes de guerre et d'autres violations graves du droit international humanitaire et des droits de l'homme.”

Les membres de l'ONU devraient approuver un “mécanisme” montrer au peuple yéménite que les Nations Unies ne fermeront pas les yeux sur leurs souffrances et qu'elles soutiennent la responsabilité internationale pour les crimes et abus commis au Yémen, selon le communiqué.

Le directeur exécutif de Human Rights Watch, Kenneth Roth, a déclaré que les organisations se rendront dans les capitales pour expliquer que, à la lumière de la torsion de bras saoudienne qui a tué l'enquête du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, l'intégrité du mécanisme des droits de l'homme de l'ONU , ainsi que de nombreuses vies yéménites, sont en jeu.”

“Nous sommes prudemment optimistes quant au fait que nous aurons les voix à l'Assemblée générale pour créer un mécanisme d'enquête pour le Yémen,” dit Roth. “À ce jour, 45 gouvernements se sont prononcés pour, 34 contre. Sur les 114 qui se sont abstenus ou n'ont pas encore pris position, nous pensons que beaucoup d'entre eux peuvent être persuadés de soutenir une enquête pour le Yémen, tout comme ils ont massivement soutenu un mécanisme d'enquête pour la Syrie en 2016.”

L'Assemblée générale et le Conseil de sécurité ont déjà pris des mesures similaires contre les violations généralisées des droits humains.

En décembre 2016, l'Assemblée a créé un “Mécanisme international, impartial et indépendant” recueillir, préserver et analyser les preuves et promouvoir la responsabilité pour d'éventuels crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide commis par les extrémistes de l'État islamique en Syrie.

< /p>

En septembre 2017, le Conseil de sécurité a mis en place une équipe d'enquêteurs pour soutenir les efforts irakiens visant à recueillir et à conserver des preuves d'éventuels crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide commis par des extrémistes de l'État islamique, à utiliser devant les tribunaux nationaux ou dans le cadre d'enquêtes dans des pays tiers.

Le Conseil des droits de l'homme a mis en place un mécanisme d'enquête similaire pour le Myanmar à la suite d'une répression militaire contre les musulmans rohingyas et d'allégations selon lesquelles les forces de sécurité gouvernementales auraient commis des viols et des meurtres en masse et des maisons incendiées s'apparentant à de possibles crimes contre l'humanité et génocide. Plus de 700 000 Rohingyas ont fui vers le Bangladesh voisin.

📣 L'Indian Express est désormais sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles du monde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.