Le gouvernement repousse le début du 15 décembre pour les vols internationaux, nouvelle date plus tard

0
106

Un haut responsable du gouvernement a confirmé qu'à partir de maintenant, la date effective de reprise était maintenue” et notifiée à une nouvelle date.

LE CENTRE a décidé mercredi de ne pas reprendre les vols internationaux réguliersà partir du 15 décembre, moins d'une semaine après l'annonce de la date, à la suite des inquiétudes croissantes concernant la nouvelle variante de Covid-19, Omicron. Un haut responsable du gouvernement a confirmé qu'à partir de maintenant, la date effective de reprise était maintenue “en suspens” et qu'une nouvelle date serait notifiée en temps voulu.

« Compte tenu de l'évolution du scénario mondial avec l'émergence de nouvelles variantes préoccupantes, la situation est surveillée de près en consultation avec toutes les parties prenantes et une décision appropriée indiquant la date effective de reprise des services commerciaux internationaux réguliers de passagers sera notifiée en temps voulu. “, a déclaré mercredi la Direction générale de l'aviation civile (DGAC).

Expliqué | Pourquoi l'Inde ne peut pas reprendre les vols commerciaux internationaux

Vendredi, le ministère de l'Aviation civile a annoncé que les vols commerciaux internationaux réguliers seraient reprendre à partir du 15 décembre après une interdiction de 21 mois. À l'époque, le ministère avait déclaré que la décision avait été prise en consultation avec les ministères de la Santé, des Affaires extérieures et de l'Intérieur.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

Suite à l'annonce de la semaine dernière, lors d'une réunion d'examen sur la préparation à Covid-19, le Premier ministre Narendra Modi a demandé aux responsables gouvernementaux d'examiner les plans d'assouplissement de restrictions de voyage internationales à la lumière des inquiétudes croissantes concernant la nouvelle variante de Covid détectée pour la première fois en Afrique du Sud. Après cela, une réunion présidée par le ministre de l'Intérieur dimanche a décidé que la date serait revue en fonction de l'évolution du scénario mondial.

Top News Right Now

Cliquez ici pour en savoir plus

La reprise des vols devait se faire de manière calibrée avec une réouverture échelonnée pour les pays jugés « à risque ». Il s'agit notamment de l'Europe, y compris le Royaume-Uni, en plus de l'Afrique du Sud, du Brésil, du Bangladesh, du Botswana, de la Chine, de Maurice, de la Nouvelle-Zélande, du Zimbabwe, de Singapour, de Hong Kong et d'Israël. Pour les pays avec lesquels l'Inde a conclu un accord de bulle d'air, les vols devaient reprendre à 75 % de leur capacité, comme décidé dans les accords bilatéraux ; pour d'autres, les vols devaient fonctionner à 50 % de leur capacité. Pour les pays qui n'étaient pas répertoriés comme « à risque », 100 % des vols devaient être autorisés à reprendre.

< /p>

Un certain nombre de pays restreignent les voyages en provenance des pays d'Afrique australe, notamment l'Afrique du Sud, le Zimbabwe, le Botswana, etc., en plus de restreindre les voyages en provenance d'autres pays où la nouvelle variante a été détectée. À partir de lundi, les États-Unis ont commencé à interdire les voyageurs en provenance d'Afrique du Sud, du Botswana, du Zimbabwe, de Namibie, du Lesotho, d'Eswatini, du Mozambique et du Malawi.

De même, le Canada, le Royaume-Uni et plusieurs pays de l'UE ont également introduit des restrictions pour les voyageurs en provenance d'Afrique du Sud et de ses pays voisins. Certains pays comme le Japon ont décidé de fermer complètement les voyages aériens internationaux, et ont même demandé aux compagnies aériennes de ne pas prendre en charge les réservations des passagers internationaux.

📣 L'Indian Express est maintenant en marche Télégramme. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles de l'Inde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.