L'Uttarakhand abrogera le projet de loi sur le conseil d'administration de Char Dham Devasthanam

0
51

Sous ce tableau, il y a actuellement 53 temples, dont quatre sanctuaires – Badrinath, Kedarnath, Gangotri et Yamunotri – et d'autres temples situés autour de ces sanctuaires.

Confronté à une vive résistance contre le conseil d'administration de Char Dham Devasthanam et des mois avant les élections à l'Assemblée, le gouvernement de l'Uttarakhand a annoncé mardi que la loi sur la gestion de l'Uttarakhand Char Dham Devasthanam, en vertu de laquelle le conseil a été créé, serait retirée.

Annonçant la décision, le ministre en chef Pushkar Singh Dhami a tweeté : “Compte tenu des sentiments et des intérêts des gens, de l'honneur des prêtres et des parties prenantes et des autres personnes associées à Char Dham, le gouvernement a décidé d'abroger la loi sur le conseil de Devasthanam.”

« Ces derniers jours, nous avons parlé à diverses organisations sociales, prêtres, parties prenantes, pandas et représentants du public concernant le conseil de Devasthanam. Ils ont donné leurs suggestions et opinions… parlera à tout le monde. Mais pour le moment, nous retirons cette loi », a ajouté Dhami.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png Expliqué |Le Conseil Char Dham de l'Uttarakhand et pourquoi il fait face à l'opposition

Le projet de loi, visant à amener le 'Char Dham' ou les quatre sanctuaires de Badrinath, Kedarnath, Gangotri et Yamunotri, ainsi que 49 autres temples, relevant d'un projet de conseil du sanctuaire, ont été adoptés par l'Assemblée en décembre 2019, au milieu de protestations à l'intérieur et à l'extérieur de la Chambre. Le 15 janvier 2020, le gouvernement du BJP dirigé par CM Trivendra Singh Rawat a constitué le conseil d'administration.

Le conseil du sanctuaire est l'organe directeur le plus élevé pour la gestion des 53 temples et a le pouvoir d'élaborer des politiques, de formuler le budget et de sanctionner les dépenses, entre autres. Le conseil d'administration peut également donner des instructions pour la garde, la prévention et la gestion des fonds, des valeurs mobilières de valeur, des bijoux et des biens dévolus aux temples.

Lire aussi |Répartition des actifs entre UP, Uttarakhand : ancien différend, nouvel accord

Avec des prêtres, des pandas et ceux qui dirigent des dharamshalas et des magasins dans les sanctuaires de Char Dham protestant à Dehradun contre le Conseil, le Congrès de l'opposition a étendu son soutien aux manifestants et a qualifié le gouvernement du BJP de « dharma virodhi (contre la religion) ».

Top News Right Now

Cliquez ici pour en savoir plus

Une réunion de Kendriya Margdarshak Mandal du VHP à Haridwar plus tôt cette année avait demandé au CM Tirath Singh Rawat, qui était présent à la réunion, d'annoncer immédiatement la suppression du Conseil.

Plus tôt cette année, le gouvernement dirigé par Dhami avait constitué un comité de haut niveau pour examiner le conseil d'administration. Le président de la commission, Manohar Kant Dhyani, a remis dimanche son rapport au CM. Le lendemain, le ministre des Affaires religieuses, Satpal Maharaj, a soumis au ministre en chef le rapport d'un sous-comité du Cabinet du même conseil.

Mardi, le Congrès d'Uttarakhand a appelé la décision du gouvernement. un succès de la lutte du parti contre la loi. Le haut dirigeant du Congrès et ancien CM Harish Rawat a déclaré : « La façon dont les agriculteurs ont fait plier le gouvernement central (sur les lois agricoles), l'opposition et les prêtres ont réussi contre le gouvernement d'Uttarakhand sur la question du Conseil de Devasthanam. »

Rawat a ajouté que la décision du gouvernement de modifier sa décision a prouvé que le BJP peut clairement voir sa défaite lors des prochaines élections.

Le Congrès et le parti Aam Aadmi (AAP) avaient tous deux promis d'abroger la Loi si votée au pouvoir en 2022.

Le 1er novembre, l'ancien CM Trivendra Singh Rawat avait fait face à des protestations lors de sa visite à Kedarnath, des prêtres lui montrant des drapeaux noirs et le forçant à revenir sans prier.

Deux jours plus tard, le ministre en chef Dhami s'était rendu à Kedarnath avant la visite du Premier ministre Narendra Modi au sanctuaire, et a assuré aux prêtres que le problème serait résolu d'ici le 30 novembre. Les prêtres avaient alors reporté leur agitation.

📣 Le Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles de l'Inde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.