Boycotter la session ou se battre contre le gouvernement ? L'opposition prendra un appel aujourd'hui

0
55

La présidente du Congrès Sonia Gandhi, le chef du parti Rahul Gandhi et d'autres dirigeants de l'opposition manifestent lundi devant le Parlement. (Photo express d'Anil Sharma)

Avec la suspension de 12 députés du Rajya Sabha aggravant le clivage politique et menaçant d'effacer toute la session d'hiver, des pourparlers détournés ont eu lieu lundi entre le gouvernement et l'opposition pour trouver une résolution à l'amiable, mais il n'y a pas eu d'avancée immédiate.

Minutes après la suspension des députés, les chefs de file de l'opposition se sont réunis dans l'hémicycle de Mallikarjun Kharge, chef de l'opposition à Rajya Sabha.

On apprend que Manoj Kumar Jha du RJD a déclaré que Kharge devrait parler au président M Venkaiah Naidu au nom de l'ensemble de l'opposition et exiger la révocation de la suspension. Il a suggéré que si le gouvernement n'est pas d'accord, alors l'opposition devrait penser à boycotter toute la session. On apprend que les dirigeants des partis de gauche l'ont soutenu.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png Lire |Dans les discours, le Premier ministre a appelé à des « débats de qualité » ; à la maison, le gouvernement a poussé 15 projets de loi en moins de 10 minutes lors de la dernière session

Le Congrès, selon des sources, n'a pas révélé son opinion immédiatement. Certains dirigeants du Congrès ont déclaré que boycotter la session serait une réponse extrême.

« Le gouvernement aura alors toute latitude. Nous ne pouvons pas libérer l'espace. Nous devons négocier et parvenir à une trêve tactique », a déclaré un chef du Congrès.

Des sources ont déclaré qu'une des propositions était que les membres rencontrent le président dans sa chambre et expriment leurs regrets afin que la suspension puisse être révoquée. Mais cela a été fortement opposé par certains des membres suspendus.

Le Congrès de Trinamool n'a assisté ni à la réunion matinale des chefs de l'opposition convoquée par Kharge ni à celle après la suspension des 12 députés bien que deux d'entre eux soient du parti.

L'ENS ajoute : Plus tôt dans la journée, Venkaiah Naidu a évoqué l'incident de la dernière session. Dans son discours d'ouverture, il a déclaré que “les expériences amères et désagréables” de la session de la mousson “continuent de hanter la plupart d'entre nous”.

Top News Right Now

Cliquez ici pour en savoir plus

« Les bancs du Trésor voulaient une enquête détaillée sur la conduite de certains membres au cours des deux derniers jours de la dernière session mouvementée”, a-t-il déclaré, ajoutant qu'il avait tenté de contacter les dirigeants de divers partis.

« Certains d'entre eux ont clairement indiqué que leurs membres ne seraient pas partie à une telle enquête. Certains dirigeants, cependant, ont exprimé leur inquiétude quant à la façon dont le fonctionnement de la Chambre a déraillé au cours de la dernière session et ont condamné les incidents indisciplinés », a déclaré Naidu.

«Pour ma part, je m'attendais et j'attendais que les chefs de file de cette auguste Assemblée prennent l'initiative d'exprimer leur indignation face à ce qui s'est passé lors de la dernière session avec des assurances d'introspection et des efforts énergiques pour empêcher la répétition de tels incidents. De telles assurances de la part de toutes les personnes concernées m'auraient aidé à traiter la question de manière appropriée. Mais malheureusement, cela n'a pas été le cas », a-t-il déclaré, se référant à des scènes indisciplinées à la Chambre le 11 août lors de l'adoption du projet de loi d'amendement sur la General Insurance Business (Nationalisation).

📣 L'Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles de l'Inde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.

© The Indian Express (P ) Ltd