S'il y a des lacunes dans les décisions du gouvernement, Opp devrait suggérer des changements. Le gouvernement devrait également prendre en compte ces suggestions : Om Birla

0
54

Le Président du Lok Sabha, Om Birla. (Illustration : Suvajit Dey)

Le premier président parle du rôle des commissions permanentes et de l'opposition, aborde l'absence d'un vice-président, réitère la liberté des députés de s'exprimer à la Chambre sans craindre des étiquettes telles que antinationales , et défend la non-diffusion des manifestations à l'intérieur du Parlement. Cette session a été modérée par la rédactrice politique adjointe Liz Mathew

LIZ MATHEW : Vous avez parlé du manque de débat et de discours lors de la session de mousson du Parlement. Comment pensez-vous que la prochaine session d'hiver se déroulera ?

J'espère qu'il y aura suffisamment de discussions et de débats au Parlement pendant la session d'hiver. J'exhorte toutes les parties à participer de manière ordonnée. J'espère également que le Parlement verra plus de productivité cette fois.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

LIZ MATHEW : L'abrogation des lois agricoles sera un moment fort de la session d'hiver. La plainte de l'opposition est que non seulement ces lois, mais plusieurs projets de loi majeurs ont été précipités par le gouvernement Modi au Parlement sans discussion ni référence aux comités permanents. Quel est ton avis là-dessus?

C'est au gouvernement de proposer qu'un projet de loi particulier soit renvoyé à un comité permanent. Lorsqu'il ne veut pas renvoyer une question au Comité permanent, je fais de mon mieux pour qu'il y ait des discussions exhaustives et longues sur la question. Je veille à ce que les ministres et au moins un membre de chaque parti politique puissent s'exprimer sur la question. Si vous prenez les lois agricoles, je laisse les discussions se poursuivre au-delà du temps imparti. Alors que le temps imparti était de quatre heures, les discussions ont duré cinq heures et demie… quiconque voulait parler était autorisé à le faire. Mais c'est au gouvernement de décider quel projet de loi doit être soumis à une commission permanente et lequel doit être discuté au Parlement.

LIZ MATHEW : Cependant, quelle est votre propre opinion concernant les projets de loi envoyés aux comités permanents, en particulier ceux qui ont un impact direct sur la vie quotidienne des gens ?

Chaque gouvernement, précédent ou présent, quel que soit le parti auquel il appartient, présente des projets de loi et des lois au profit du peuple. Aucun gouvernement élu pour un mandat de cinq ans ne veut faire adopter une loi qui n'aidera pas les gens. Les idéologies ou les perspectives peuvent être différentes, mais à mon avis, chaque gouvernement est motivé par ce motif. Par conséquent, les gouvernements décident d'accélérer le processus législatif en soumettant des projets de loi à la discussion dans le domaine public et au Parlement, afin que l'homme ordinaire bénéficie rapidement de ces lois.

LIZ MATHEW : Quoi pensez-vous que c'est le rôle de l'opposition?

L'opposition joue un rôle important dans la politique du pays. Plus il est fort, plus un gouvernement est responsable. (Mais) Les objections de l'opposition doivent être factuelles pour que ce soit un débat ouvert, elle ne doit pas s'opposer juste pour le plaisir. S'il y a des lacunes dans les décisions du gouvernement, l'opposition devrait proposer des changements. De même, le gouvernement devrait également tenir compte de ces suggestions pour corriger les lacunes d'une loi. Une opposition forte est indispensable pour une démocratie forte.

LIZ MATHEW : Nous n'avons pas vu une telle majorité pour un parti au pouvoir au Parlement depuis longtemps. À quel point le rôle du Président est-il difficile dans une telle Chambre ?

Tous les Présidents de notre Parlement ont pris conscience de l'importance de leur rôle. Les instructions du Président font également partie du processus législatif, car il est entendu que le Président a agi de manière impartiale, dans l'intérêt du processus. Les règles de la Chambre dictent le rôle d'un président, je ne les commenterai donc pas à titre personnel, mais je fais de mon mieux pour défendre la dignité du bureau et de la Chambre en défendant les droits de chacun et en garantissant un débat équitable.

RAVISH TIWARI : La suspension par la Cour suprême des lois agricoles sans entrer dans la question de leur constitutionnalité a renforcé l'impression qu'il n'y avait pas assez de discussion à leur sujet au Parlement. Comment répondez-vous à l'accusation selon laquelle, en tant que Président, vous avez été intimidé par la majorité brutale du gouvernement et n'avez pas été en mesure de repousser et de garantir que les projets de loi soient envoyés aux comités permanents ?

Un orateur doit travailler dans certaines limites. Le bureau a une certaine dignité. Je ne fais pas de suggestions au gouvernement; Je ne prends que des décisions impartiales concernant ce qui se passe au Parlement. En ce qui concerne les projets de loi (agricoles), le gouvernement les a présentés et le Comité consultatif des entreprises (BAC) de la Chambre a alloué quatre heures pour en discuter. Je laisse les discussions s'allonger. Des députés de tous les partis et même des Indépendants ont pesé. Mais ce n'est pas mon travail de suggérer au gouvernement (de faire quelque chose). Mon travail consiste à conduire les débats sur les questions soulevées au Parlement.

RAVISH TIWARI : Mais lorsqu'il y a un conflit d'opinion entre le parti au pouvoir et l'opposition au sujet d'un projet de loi envoyé à un Comité permanent, votre rôle devient celui d'arbitre. Compte tenu des divergences sur les Farm Bills, n'auriez-vous pas dû les envoyer à un comité permanent pour un examen plus approfondi?

Les règles ne permettent pas au Président d'ordonner qu'un projet de loi soit envoyé à un comité permanent. Le ministre des Affaires parlementaires ou le ministre concerné par le projet de loi peut demander au Président de le faire.

KRISHN KAUSHIK : Vous avez dit que vous aviez alloué plus que le temps alloué pour débattre des Farm Bills. Mais les petits partis ne disposent que de deux à trois minutes pour faire valoir leur point de vue. Une grande partie du temps alloué va au gouvernement. Quel doit être selon vous l'étalon pour mesurer le temps accordé à un projet de loi au Parlement ? Le Parlement doit-il adopter autant de projets de loi que possible, ou l'objectif doit-il être de tenir autant de discussions que possible ?

C'est une bonne question, qui doit être soulevée. J'avais donné à chaque parti près de 15 minutes pour faire valoir son point de vue sur les factures de la ferme, malgré le temps total alloué par le BAC de quatre heures. J'ai ce droit et je l'ai utilisé dans le passé, y compris pour discuter du projet de loi concernant l'article 370. Aucun député, même du Pendjab (qui a vu le maximum de protestations contre les lois agricoles), n'a estimé que je ne leur en avais pas donné assez. il est temps de parler.

RAVISH TIWARI : Il n'y a pas de vice-président dans la Chambre actuelle. Pensez-vous qu'il est éthiquement répréhensible de ne pas avoir de vice-président, qui est choisi parmi les rangs de l'opposition, et pensez-vous qu'il en faut un ? N'en avoir pas n'augmente-t-il pas votre charge ?

Le gouvernement doit proposer une date pour la tenue des élections pour le poste de vice-président. S'ils proposent une date, j'accélérerai certainement le processus.

HARIKISHAN SHARMA : Le Premier ministre a annoncé l'abrogation des trois lois agricoles après près d'un an de protestations des agriculteurs. Les syndicats d'agriculteurs ont affirmé que de nombreux agriculteurs sont morts pendant l'agitation, tandis qu'à Lakhimpur Kheri, nous avons vu plusieurs être écrasés à mort pour lesquels le fils d'un ministre d'État de l'Union est inculpé. Cela aurait-il pu être évité si le gouvernement avait pris en compte les points de vue de l'opposition lors des discussions à la Chambre ?

Ce pays est une démocratie. Dans une démocratie, il existe un processus constitutionnel dans la Lok Sabha et les assemblées… Même dans les commissions permanentes, il y a des différences, toutes les décisions ne sont pas prises à l'unanimité, c'est pourquoi il y a une disposition pour les notes de dissidence. Une fois qu'un projet de loi est présenté au Parlement, il y a des discussions, puis il est adopté… Si le parti au pouvoir a la majorité, il est adopté malgré la dissidence. Le gouvernement élu élabore les lois. Il s'agit d'un droit accordé par la Constitution.

LIZ MATHEW : En tant qu'occupante d'un poste constitutionnel dans une Chambre où le parti au pouvoir dispose d'une énorme majorité, quel héritage voudriez-vous laisser derrière vous ?

Ma tentative serait de… veiller à ce qu'il y ait un débat et une discussion sains à la Chambre. Ce n'est pas la tradition de notre pays de perturber les travaux du Parlement, de crier des slogans à la Chambre… Il y a plusieurs manières de protester, mais l'honneur du Parlement doit être préservé. La décence et la discipline doivent être maintenues. Mon effort sera de parler à tout le monde – au gouvernement, à l'opposition – et ma demande à eux serait d'être à la hauteur de ce que l'on attend d'eux en tant que représentants du peuple, de prendre en charge les problèmes et les attentes des citoyens de leurs circonscriptions. Chacun d'eux n'est pas seulement un individu mais une institution qui représente des milliers de personnes. Ils devraient donc porter leurs problèmes devant le Parlement et le gouvernement doit les entendre très sérieusement.

LEENA MISRA : Devrait-il y avoir une règle fixant des séances minimales pour un Vidhan Sabha ? Je suis du Gujarat et l'Assemblée voit très peu de séances.

C'est une question à laquelle nous devons réfléchir sérieusement. Nous l'avons évoqué lors de la conférence des présidents de séance (tenue à Shimla les 17 et 18 novembre) et avons exprimé notre inquiétude. Il a été suggéré qu'il devrait y avoir un code de conduite basé sur la force de la Chambre. Par exemple, si une Chambre compte plus de 100 ou 200 membres, elle devrait fonctionner pendant X jours. Mais je suis peiné que les Chambres voient très peu de séances. C'est un sujet de préoccupation. Tous les partis politiques devraient réfléchir à cela, en débattre et s'assurer qu'il y a des discussions sur la garantie d'un nombre minimum de séances. Je pense qu'il devrait y avoir un amendement constitutionnel à ce sujet. J'en ai personnellement parlé à tous les partis et j'ai dit aux présidents des assemblées des États qu'ils devraient parler aux partis au pouvoir et d'opposition.

VANDITA MISHRA : Ce gouvernement a rapidement qualifié les gens d'anti-nationaux s'ils ne sont pas d'accord. Lorsque cela se produit, l'espace de dialogue se rétrécit, la Chambre se rétrécit, votre dignité se rétrécit. Vous êtes un protecteur de la Chambre et de ses débats. Qu'avez-vous à dire à cela ?

Dans aucun débat ou discussion à la Chambre, personne n'est étiqueté anti-national. C'est notre privilège. L'article 105 précise qu'aucun débat ou discussion qui a lieu au Parlement n'est anti-national. Il est de ma responsabilité de veiller à ce que rien de ce qui est dit à la Chambre ne soit « anti-national ». Mais, nous devons maintenir notre dignité, que lorsque nous discutons, notre discussion ne doit pas nuire à la nation. Il n'est jamais arrivé que des discussions à la Chambre aient été qualifiées d'antinationales. Cela a été débattu à l'époque des Britanniques et enfin, lorsque la Constitution a été préparée, l'article 105 a été inséré pour préciser que les membres ont le droit de parler et de s'exprimer. Aucun membre du Parlement ne peut être tenu responsable dans une procédure devant un tribunal pour tout ce qui a été dit ou voté par lui au Parlement.

À la Chambre, c'est ma responsabilité. Seuls les mots qui sont rayés de la procédure sont supprimés, cela aussi à la connaissance du membre. Sinon, les membres ont le droit de s'exprimer.

RAVISH TIWARI : Mais cela revient souvent, lorsque les membres du parti au pouvoir ont qualifié leurs homologues de l'opposition d'anti-nationaux.

< p>Chaque personne qui vient à la Chambre est un membre élu qui représente des milliers de personnes. Pour moi, il ou elle est un mananiya sadasya (membre respecté). Il est de ma responsabilité de les protéger. Mais ce qu'ils disent en dehors de la maison, je ne peux pas les arrêter, les condamner ou les protéger.

ABHISHEK ANGAD : En 2014, quelques députés de Jharkhand Vikas Morcha (Prajatantrik) de Babulal Marandi avaient rejoint le BJP. Marandi avait soulevé la question auprès du président, affirmant qu'il s'agissait d'une défection. Le président a mis cinq ans pour décider, date à laquelle le mandat du gouvernement était presque terminé. Maintenant, le gouvernement actuel retarde l'affaire de la défection en raison de laquelle Babulal Marandi n'obtient pas le statut de chef de l'opposition. Ces décisions ne devraient-elles pas être prises dans un délai limité ?

Lors de la conférence des présidents de séance, nous avons dit qu'il y avait des questions sur notre équité, sur le retard dans la prise de décisions, et les tribunaux ont fait plusieurs observations. Ce n'est pas bon pour nos présidents. Nous avons mis en place un comité qui a soumis son rapport, mais il n'y a pas eu de consensus parmi les présidents sur le rapport. Alors maintenant, nous allons reprendre et discuter. Nous croyons tous, la nation entière croit, que dans la loi anti-défection, les cas devraient être réglés en temps opportun. Le processus est en marche, j'espère que le résultat sera positif. Nous ferons également appel au gouvernement pour qu'il y ait un calendrier fixé dans la loi anti-défection… La loi a été faite conformément aux exigences de l'époque, mais les circonstances d'aujourd'hui sont différentes et il devrait y avoir plus de clarté. C'est mon point de vue. Des efforts seront déployés pour parvenir à un consensus et nous proposerons au gouvernement de faire adopter une loi.

KRISHN KAUSHIK : Lok Sabha TV et Rajya Sabha TV diffusent les débats dans les Chambres en direct afin que les citoyens sachent ce qui se passe au Parlement. Mais ces derniers temps, certains ont affirmé que les émissions télévisées omettaient les manifestations de l'opposition à la Chambre.

Plusieurs de nos présidents avaient décidé qu'il ne serait pas dans l'intérêt de la nation de montrer des scènes indisciplinées et des slogans à la Chambre – c'est pourquoi certains de mes prédécesseurs ont émis des instructions à cet effet. J'ai également eu des membres qui m'ont dit : « Montrez-nous en train de manifester, de crier des slogans, de lancer des papiers ». Mais je ne pense pas que ce soit une bonne tradition. Je suis sûr que nos présidents précédents ont pris la décision après beaucoup de réflexion, avec beaucoup de prévoyance, afin que le respect des gens, la foi pour les organes constitutionnels soient maintenus.

Je n'ai apporté aucun changement. Je n'ai rien fait pour montrer (ces incidents), mais je n'ai rien fait pour bloquer (leur couverture) non plus.

LIZ MATHEW : Revenant à la question, en tant que Président, le fait l'écrasante majorité du parti au pouvoir vous met-il sous pression dans l'exercice de vos fonctions ?

Je ne travaille sous la pression de personne. Je fais ce qui me semble juste et juste à la Chambre, sur la base des décisions prises par mes prédécesseurs et en gardant à l'esprit l'honneur de la Chambre. Ma tentative a toujours été de donner une chance aux membres de s'exprimer, de leur donner suffisamment de temps et d'opportunités, en particulier les membres débutants, les femmes. Si je n'avais pas essayé dès le départ, plusieurs députés respectés n'auraient probablement pas eu la parole à la Chambre. J'ai dressé une liste des députés qui n'ont pas eu l'occasion de s'exprimer et je les ai exhortés à parler des problèmes de leurs circonscriptions ou de tout autre sujet dont ils souhaitent parler. Je suis heureux que les députés de circonscriptions tribales éloignées aient eu l'occasion de s'exprimer. Je peux donner beaucoup d'exemples de ce genre. Ma tentative est donc de donner à chacun suffisamment d'opportunités et de temps à la Chambre, même si nous devons travailler tard. Il est rare que je termine la Chambre à 18 heures. Si vous regardez les débats, seulement dans 10 % des cas, j'aurais terminé à 18 h 00. J'ai toujours prolongé la séance au-delà de nos heures de travail.

📣 L'Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles de l'Inde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.