12 députés du Rajya Sabha suspendus pour toute la session, l'opposition la qualifie d'antidémocratique

0
51

Une vue de la Rajya Sabha pendant la session de la mousson du Parlement, à New Delhi. (RSTV/PTI)

Dans un geste qui a provoqué la colère de l'opposition et ouvert la voie à des échanges acrimonieux, une douzaine de membres des partis d'opposition à Rajya Sabha ont été suspendus de la session d'hiver le tout premier jour à la suite d'une motion présentée par le gouvernement.

Les membres ont été suspendus pour conduite indisciplinée présumée vers la fin de la session de la mousson en août, lorsque des maréchaux ont été appelés après que des membres de l'opposition ont pris d'assaut le puits de la Chambre lors de l'adoption du projet de loi modifiant le projet de loi sur l'assurance générale (nationalisation), 2021.

Les membres suspendus comprennent six membres du Congrès, deux chacun du Trinamool Congress et Shiv Sena, et un chacun du CPI et du CPM : Phulo Devi Netam, Chhaya Verma, Ripun Bora, Rajamani Patel, Syed Nasir Hussain et Akhilesh Prasad Singh du Congrès ; Dola Sen, Shanta Chhetri du Congrès de Trinamool ; Priyanka Chaturvedi, Anil Desai de Shiv Sena ; Elamaram Kareem du CPM ; et Binoy Viswam de CPI.

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

La motion, proposée par le ministre des Affaires parlementaires Pralhad Joshi, a été adoptée par vote vocal alors même que l'opposition protestait.

La qualifiant de « antidémocratique » et « sans précédent », les partis de l'opposition ont déclaré que leurs chefs de file tiendront une réunion conjointe. Mardi matin pour discuter du problème.

Déclaration conjointe des chefs des partis d'opposition

Les membres ont été suspendus pour le reste de la session d'hiver en vertu de l'article 256 des règles de procédure et de conduite des affaires à Rajya Sabha. La règle a été utilisée 13 fois dans le passé pour suspendre 26 membres (certains plusieurs fois) depuis 1962. L'adhésion de deux parlementaires a été résiliée en vertu de la même règle en 2010.

En lisant la motion, Joshi a déclaré que « cette Chambre prend connaissance et condamne fermement le mépris total de l'autorité de la présidence, l'abus total des règles de la Chambre de manière persistante, faisant ainsi volontairement obstruction aux travaux de la Chambre par leurs actes d'inconduite sans précédent, méprisants , un comportement indiscipliné et violent et des attaques intentionnelles contre le personnel de sécurité le dernier jour de la 254e session… abaissant ainsi la dignité et jetant le discrédit sur cette auguste Maison. »

Expliqué

Règle rarement utilisée

L'article 256 des Règles de procédure et de conduite des affaires en RS a été invoqué contre les députés. L'opposition a déclaré que la règle est pour une session continue, ne doit pas être utilisée dans une précédente. En 6 décennies, il a été utilisé 13 fois

En réponse à la suspension, 14 partis d'opposition ont publié une déclaration commune qui n'a pas été signée par le Congrès de Trinamool, auquel appartiennent deux des membres suspendus. La déclaration conjointe a déclaré que les dirigeants des partis d'opposition “condamnent unanimement la suspension injustifiée et antidémocratique de 12 membres en violation de toutes les règles de procédure de Rajya Sabha relatives à la suspension des membres pour toute la durée de la session d'hiver”.

Top News Right Now

Cliquez ici pour en savoir plus

« La motion présentée par le gouvernement pour suspendre les membres en ce qui concerne le malheureux incident survenu lors de la session précédente est sans précédent et viole le Règlement intérieur et la conduite des affaires du Conseil des États (Rajya Sabha). Les chefs de file des partis d'opposition du Rajya Sabha se réuniront demain pour délibérer sur la future ligne de conduite à suivre pour résister à la décision autoritaire du gouvernement et défendre la démocratie parlementaire. »

Interrogé sur la raison pour laquelle son parti n'était pas signataire de la déclaration conjointe, Sukhendu Shekhar Roy du Congrès de Trinamool a déclaré : « Ils ne nous ont pas consultés avant de publier la déclaration, et nous ne les avons pas contactés. »

Son collègue Dola Sen, qui a été suspendue même en septembre 2020 pour “comportement indiscipliné lors de l'adoption des lois agricoles”, a déclaré que le gouvernement ne serait pas en mesure de “faire taire les voix dissidentes par le biais de suspensions”.

« Nous nous habituons à de telles suspensions. C'est l'anarchie totale. C'est très malheureux et antidémocratique. Ils essaient de saper nos voix mais ils ne pourront pas le faire, quoi qu'il arrive. Nous sommes fiers depuis que nous avons été suspendus pour avoir soutenu les agriculteurs et les marginalisés », a-t-elle déclaré.

Shanta Chhetri a déclaré : « Pendant que nous manifestions ce jour-là, je ne me sentais pas bien, j'ai perdu connaissance et j'ai été transporté d'urgence à l'hôpital RML. Et aujourd'hui, ils ont fini par nous suspendre sans même nous laisser une chance de garder notre version. Même la motion de suspension a été présentée sans aucune consultation. C'est notre punition pour avoir soulevé des problèmes qui affectent les masses, qu'il s'agisse de Farm Bills ou de Pegasus. »

Priyanka Chaturvedi de Shiv Sena a déclaré : « Nous n'avons pas été informés… Ma version n'a pas non plus été prise quant à ce qui s'était passé… même les criminels sont autorisés à donner leur version… Si parler au nom du peuple de ce pays est indiscipliné pour ce gouvernement, je suis prêt à le faire mille fois ».

Elle a déclaré que la règle 256 n'est applicable que pour une session en cours et ne peut pas être reportée à la session suivante. “Les règles ont été bafouées et les procédures parlementaires et les lois établies sont ignorées pour étouffer la voix de l'opposition”, a-t-elle déclaré.

Alors qu'Akhilesh Prasad Singh du Congrès a qualifié la suspension de “malheureuse et antidémocratique”, son parti son collègue Syed Nasir Hussain a déclaré que « le gouvernement étouffe les voix de la dissidence au Parlement ».

« Aujourd'hui, ils ont abrogé les trois lois agricoles. Et lorsque les mêmes lois ont été soumises à discussion à Rajya Sabha, nous nous étions opposés et protestions. Ils ont suspendu huit d'entre nous à ce moment-là. Cette suspension et cette manifestation ont en fait déclenché l'agitation contre les lois agricoles à travers le pays. Après 14 mois, le gouvernement a dû très douloureusement abroger les lois. Ils ont dû se prosterner. Donc, ils ne savaient pas quoi faire maintenant. Peut-être voulaient-ils aussi faire ce qu'ils voulaient. C'est pourquoi ils nous ont suspendus. Mais cette action n'effraiera pas l'opposition », a déclaré Hussain.

Bora a déclaré : « Nous nous étions opposés aux lois agricoles… Les agriculteurs de tout le pays s'agitaient. Le gouvernement n'avait d'autre choix que de retirer les lois. À cause de cette frustration, ils nous ont suspendus. Ce n'est rien d'autre que de la vindicte politique. C'est le meurtre de la démocratie. Ils ne nous avaient donné aucune occasion d'être entendus. Ils n'en avaient pas discuté avec les chefs de l'opposition. Cela n'aidera pas le BJP à long terme… Ils devront payer le prix fort pour cela en 2024 », a-t-il déclaré.

Patel a déclaré : « S'ils avaient dû nous suspendre… ils auraient dû le faire lors de la dernière session. Comment pouvez-vous suspendre un député pour quelque chose qui s'est passé lors de la session précédente ? C'est inconstitutionnel, illégal et sans précédent. Ceci est fait pour cacher l'embarras du gouvernement concernant les lois agricoles », a-t-il déclaré.

Verma a déclaré : « Certains des membres qui sont montés sur la table et ont déchiré des dossiers n'ont pas été suspendus… Ils n'ont même pas donné nous une chance de parler. La suspension a été annoncée et la Chambre a été ajournée. C'est dictatorial.”

Viswam a déclaré : « La suspension des 12 députés est utilisée pour écraser la dissidence et empêcher les représentants du peuple de soulever des questions qui concernent le cœur même de la citoyenneté indienne et de notre nation. Si le gouvernement pense qu'une telle suspension va nous dissuader de continuer à soulever ces questions, il va être tristement déçu car il n'est absolument pas question de succomber à des actions aussi draconiennes. »

Kareem a déclaré que la mesure disciplinaire n'avait aucune justification. « Il n'y a pas de précédent ni de pratique consistant à prendre des mesures contre un membre pour quelque chose qui s'était produit lors de la session précédente. Ils n'ont pas entendu notre côté avant de passer à l'action. Et aujourd'hui, il n'y a pas eu de discussion sur le projet de loi d'abrogation. Ce gouvernement devient rapidement autocratique », a-t-il déclaré.

📣 L'Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles de l'Inde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.