Omicron met l'accent sur la faible couverture vaccinale dans les pays en développement

0
154

Des personnes portant des masques marchent dans un centre commercial de Johannesburg, Afrique du Sud (AP)

Avec la variante Omicron de Covid-19, qui a été identifiée pour la première fois en Afrique du Sud, étant identifiée par le World Health (OMS) en tant que variante de préoccupation, l'accent s'est de nouveau déplacé vers les faibles taux de vaccination dans les pays en développement.

L'OMS avait demandé à chaque pays de vacciner au moins 10 % de sa population d'ici septembre. Plus de 50 pays ont raté cet objectif – la plupart d'entre eux se trouvent en Afrique, un continent où seulement 7% de la population est complètement vaccinée, contre 42% de la population mondiale, selon Our World in Data, qui est une université d'Oxford. basé sur un projet.

En fait, seuls 15 pays africains ont atteint l'objectif de 10 % en septembre, et la moitié des pays ont vacciné moins de 2 % de leur population. Deux pays, le Burundi et l'Érythrée, n'ont pas encore déployé leur programme de vaccination.

Faible couverture vaccinale parmi les personnels de santé

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

Même parmi les travailleurs de la santé, les taux de vaccination sont extrêmement bas. Seuls 27% des agents de santé en Afrique ont été complètement vaccinés, selon une analyse de l'OMS. L'analyse des données a en outre montré que depuis mars 2021, 1,3 million d'agents de santé ont été entièrement vaccinés dans 25 pays. Parmi eux, le nombre était de plus de 90 % dans seulement six pays et de moins de 40 % dans neuf pays. À l'opposé, les données de l'OMS montrent que plus de 80 % des travailleurs de la santé ont été vaccinés dans les pays à revenu élevé.

Expliqué | Ce que nous savons jusqu'à présent sur la variante Omicron de Covid-19

« La majorité des agents de santé africains manquent encore de vaccins et restent dangereusement exposés à une infection grave au COVID-19. À moins que nos médecins, infirmières et autres travailleurs de première ligne ne bénéficient d'une protection complète, nous risquons un retour en arrière dans les efforts visant à lutter contre cette maladie. Nous devons nous assurer que nos établissements de santé sont des environnements de travail sûrs », a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique, selon un communiqué de presse.

Les choses vont particulièrement mal en Afrique du Sud où Covid-19 a fait environ 89 000 morts au cours des derniers mois, le plus grand nombre de décès dus au virus sur le continent. Selon Our World in Data, environ 28% des personnes en Afrique du Sud sont vaccinées contre Covid-19, et 24% ont reçu les deux vaccins. Cela montre à quel point l'écart est grand avec les pays développés en ce qui concerne les chiffres de vaccination : la part des personnes qui ont été complètement vaccinées est de 75 % en Belgique, 62 % en Israël et 60 % à Hong Kong.

Pourcentage de personnes vaccinées dans chaque pays (Source : Our World in Data)

En dehors de l'Afrique du Sud, les chiffres de vaccination dans la plupart des pays africains sont faibles : la part des personnes complètement vaccinées est de 27 % au Lesotho, 18 % au Zimbabwe, 21 % à Eswatini, 11 % au Mozambique et en Namibie et à seulement 3 % au Malawi. .

Raison du faible nombre de vaccinations

L'Afrique s'est appuyée sur des accords bilatéraux, des dons et le programme Covax pour ses programmes de vaccination. Des promesses ont été faites lors du sommet du G7 et de la réunion de l'Assemblée générale des Nations Unies de faire don de doses de vaccins aux États africains.

Mais sur le milliard de doses de vaccin que les pays avaient promis de donner aux États africains, moins de 15 % ont été livrées, selon une analyse d'Airfinity. L'analyse, qui a examiné l'approvisionnement disponible en vaccins aux États-Unis, au Royaume-Uni, dans l'UE, au Canada et au Japon, a révélé que potentiellement 1,2 milliard de doses de vaccin d'ici la fin de l'année seront disponibles pour redistribution, dont la plupart n'ont pas été affectées à don encore.

Les gens font la queue pour embarquer sur un vol outre-mer à l'aéroport international OR Tambo de Johannesburg, Afrique du Sud (AP)

Alors que les pays les plus riches avaient signé des accords avec les fabricants de vaccins dès juillet 2020, la plupart des États africains restaient dépendants des dons.

Les États africains étaient également fortement tributaires du programme Covax pour lequel ils dépendaient des vaccins du Serum Institute of India. Mais alors que l'Inde arrêtait les exportations de vaccins alors que le pays traversait la deuxième vague de la pandémie, les approvisionnements ont été touchés, entraînant une pénurie de vaccins via Covax.

Alors que l'OMS vise à vacciner 40% de la population mondiale pour être complètement vaccinée d'ici la fin de 2021, le taux actuel suggère que l'objectif ne sera atteint en Afrique que d'ici mars 2022. L'OMS avait initialement proposé de livrer 620 millions de doses à l'Afrique, mais il a maintenant révisé l'objectif à 470 millions. Ce sera suffisant pour vacciner complètement seulement 17% de la population africaine.

Faibles taux de vaccination et variantes émergentes

Les inégalités conduisant à une faible couverture vaccinale dans certains pays donnent au virus plus d'hôtes à infecter et plus de temps pour muter. Cela signifie effectivement que cela ouvre la voie à l'émergence de variantes mutantes plus potentiellement dangereuses qui peuvent échapper à l'immunité offerte par les vaccins et conduire à une nouvelle poussée d'infections.

« S'échapper de l'immunité est quelque chose que les virus font très bien. S'il y a beaucoup de populations qui sont encore sensibles, nous sommes dans le même genre de roue de hamster que celle dans laquelle nous avons été auparavant », a déclaré à Bloomberg Ian Mackay, professeur agrégé de virologie à l'Université du Queensland.< /p> Lire aussi |Examen de l'assouplissement des restrictions aux voyages internationaux : PM Modi aux responsables

S'exprimant sur la variante Omicron, Maria Van Kerkohove, responsable technique Covid-19 à l'OMS, a déclaré dans un communiqué : « Cette variante a été détectée et signalée par nos collègues d'Afrique du Sud. Il existe moins de 100 séquences du génome entier disponibles. Nous ne savons pas encore grand-chose à ce sujet. Ce que nous savons, c'est que sa variante a un grand nombre de mutations. Et le souci est que lorsque vous avez autant de mutations, cela peut avoir un impact sur le comportement du virus. »

Bien que tout ne soit pas encore compris à propos d'Omicron, les scientifiques ont déclaré qu'il porte un groupe de mutations. qui sont observés dans d'autres variantes préoccupantes et sont associés à une transmissibilité améliorée.

Même si le Réseau de surveillance génomique en Afrique du Sud a déclaré qu'il continuerait à surveiller de près le virus pour rechercher des variantes émergentes qui pourraient être potentiellement dangereuses, la conversation s'est de nouveau déplacée sur la façon dont l'iniquité vaccinale est une pierre d'achoppement pour la quête mondiale de récupération de la pandémie.

« L’iniquité vaccinale est le plus grand obstacle au monde pour mettre fin à cette pandémie et se remettre de Covid-19 », a récemment déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, dans un communiqué de presse de l’OMS. « Économiquement, épidémiologiquement et moralement, c'est dans tous les pays’ meilleur intérêt d'utiliser les dernières données disponibles pour rendre les vaccins vitaux accessibles à tous », a-t-il ajouté.

📣 L'Indian Express est désormais sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles du monde, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.

© IE Online Media Services Pvt Ltée