Bulletin hebdomadaire sur les sports : comment le rythmeur Bumrah et le drag-flicker Harmanpreet ont changé l'identité sportive de l'Inde

0
51

Les 140 km/h plus les pacers et les drag flickers de l'Inde ont une histoire commune. (DOSSIER)

Chers lecteurs,

Cette semaine, une bonne nouvelle est passée largement inaperçue pour une nation qui aime vraiment le cricket mais prétend également se soucier du hockey. Le mot de Bhubaneswar, où se prépare la Coupe du monde de hockey junior, est que l'Inde compte dans ses rangs quatre spécialistes des corners de pénalité avec le potentiel de jouer pour l'équipe senior.

Sanjay Kumar, Araijeet Singh Hundal, Sharda Nand Tiwari et Abhishek Lakra sont des drag-flickers avec la compétence inestimable d'envoyer une balle de hockey stationnaire devant un groupe de braves défenseurs et un gardien de but de classe mondiale. Avec deux tours du chapeau, lors de matchs successifs, Sanjay pourrait même finir comme le ‘Trouver’, sinon le ‘Joueur’, du tournoi. Mihir Vasavda, qui surveillait de près la chaîne de montage du hockey indien, était le signe avant-coureur de cette histoire d'espoir.

Abonnez-vous à cette newsletter sportive hebdomadaire

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

Fait intéressant, les deux sports préférés de l'Inde – hockey et cricket – ont un fil conducteur. Les 140 km/h et plus les pacers et les scintillements de traînée de l'Inde ont une histoire commune. Une anecdote sur le parallèle fascinant entre ces divers sports ne serait pas déplacée.

Il y a plusieurs années, alors que j'étais à Auckland pour couvrir le cricket,J'avais rencontré le gardien de but de hockey indien de la fin des années 90 et du début des années 2000 Jude Menezes. Le garçon Bandra avait émigré en Nouvelle-Zélande et, à ce moment-là, vivait dans un anonymat relatif. Peu de gens dans son quartier ou sur son lieu de travail le connaissaient comme un olympien aux réflexes extraordinaires.

L'histoire raconte qu'une fois Jude a été traîné à l'école de son fils pour une partie de cricket pour les parents. Pas trop désireux d'être dans le vif du sujet, il a été amené à sortir et à frapper car l'équipe s'est effondrée tôt. Alors que Jude est entré sans protections ni casque dans le pli, un coéquipier inquiet l'a mis en garde contre la vitesse à laquelle la balle de cricket se déplace et les dommages qu'elle peut causer.

Je me souviens encore du sourire narquois sur le visage de Jude alors qu'il racontait l'incident et partageait sa réaction. “Je ne lui ai pas dit car cela ressemblerait à une vantardise. Mais imaginez, je m'étais dressé contre des gens comme Sohail Abbas et d'autres, arrêtant leurs drag flicks qui vous volaient à environ 150 km/h. Pensez-vous que je serais dérangé par une balle de cricket aussi dans un jeu décontracté pour les parents de l'école,” il a dit. Lorsqu'il a été poussé à parler de ses manches ce jour-là et du résultat, Jude a déclaré qu'il avait frappé les quilleurs dans tous les sens et qu'il avait terminé le jeu en un rien de temps.

C'était la mention de 150 km/h et d'un jeu pakistanais dans le même souffle qui m'a fait penser. Le manque de vitesse général de l'Inde a été la conclusion tirée à la hâte. Avec le temps, cela s'avérerait juste.

Les derniers Jeux olympiques de Jude étaient ceux de Sydney 2000, un tournoi dominé par les scintillements de la traînée. L'Argentin Jorge Lombi a marqué 13 buts, le Pakistanais Abbas 8. L'Inde, quant à elle, n'avait pas cet atout dans son sac. Nous avons eu le toujours fiable Dilip Tirkey. Il a donné un bon vieux coup au ballon mais la frappe n'avait pas la science ou la furtivité.

Jugraj Singh et Sandeep Singh ont été les pionniers du drag-flickmais ils n'étaient pas des défenseurs fiables. Il y avait toujours la peur qu'ils encaissent plus qu'ils ne marquent. À cette époque, le cricket indien n'a pas non plus déniché de speedsters qui ont emmené l'équipe sur des routes affrétées. Au cours de la première décennie de ce millénaire, l'Inde n'avait pas beaucoup de meneurs ou de spécialistes en PC capables de faire voyager une balle dure à plus de 140 km/h.

C'était un vieux problème. Historiquement aussi, l'Inde manquait de ce punch de ventouse, à la fois au cricket et au hockey. Il est resté une nation célèbre pour ses filateurs rusés, ses batteurs poignets et ses dribbleurs magiques. Nous regardions avec envie Roberts, Marshall, Sarfraz, Lillee, Thomson ; de la même manière que nous aurions souhaité avoir quelqu'un comme Floris Bovelander en haut du D lorsque Mohammad Shahid a remporté ces nombreux corners de pénalité. La plupart des courses magiques de Shahid se terminaient par un défenseur ou le ballon attrapant la chaussure d'un rival. Péniblement, l'avantage serait gaspillé. Invariablement, l'un des Singhs de la ligne défensive s'avançait pour tirer le corner de pénalité et augmenter la chance.

Il a fallu près de 30 ans à l'Inde pour maîtriser la routine PC de 3 secondes. Pousser le ballon, l'arrêter à l'extérieur du D, le faire glisser vers l'intérieur et le percer à travers la défense encombrée d'un coup puissant et subtil – c'est une chorégraphie compliquée de type K-Pop avec des bâtons de hockey et des crampons.

Ce n'est qu'après 2010, que l'Inde a reçu quelques scintillements qui devaient être masqués auparavant et après le set-piece du PC. Au cours de la décennie, Rupinder Pal Singh sera rejoint par son jumeau Harmanpreet Singh. Les deux joueraient un rôle important dans l'obtention d'une médaille olympique après 41 ans. Sur le terrain de cricket, Jasprit Bumrah, Mohammed Shami, Mohammad Siraj, tous les quilleurs rapides certifiés aideraient également l'Inde à gagner en Australie, un événement « jamais vu auparavant ». Tous deux nés au milieu des années 90, Bumrah et Harmanpreet ont changé l'identité sportive de leur nation.

Comme au hockey maintenant, le circuit indien des moins de 19 ans a constamment lancé des meneurs qui peuvent être classés comme rapides depuis un certain temps déjà. Si tel est le cas, pourquoi l'Inde joue-t-elle un test sur un terrain lent et bas avec 3 spinners à Kanpur ? La réponse à cette question pourrait être un sujet de newsletter pour un autre jour. Pour l'instant, suivez la couverture de l'Indian Express sur la Coupe du monde de hockey junior. N'avons-nous pas parlé de tomber amoureux du hockey il y a quelques mois ?

Envoyez vos commentaires à sandeep.dwivedi@indianexpress.com.

Sandeep Dwivedi

Rédacteur sportif

L'Indian Express

📣 L'Indian Express est désormais sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles sportives, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.

© The Indian Express (P ) Ltd