La manifestation des agriculteurs se termine un an : la salle comble à la frontière de Tikri, selon les agriculteurs, attendra que SKM décide de partir ou de rester

0
48

Malgré l'annonce par le Premier ministre de l'abrogation des trois lois, les dirigeants agricoles affirment que plusieurs demandes restent encore à satisfaire. Les dirigeants du SKM se réuniront samedi pour décider s'il faut aller de l'avant avec la marche du Parlement. (Photo express par Amit Mehra)

Un grand nombre d'agriculteurs qui se sont rendus vendredi aux frontières de Delhi pour marquer le premier anniversaire de leur agitation ont décidé de rester sur place jusqu'à ce que le Samyukt Kisan Morcha (SKM) décide de la prochaine ligne de conduite.

Le 9 ​​novembre, le SKM avait annoncé que 500 agriculteurs se rendraient au Parlement dans leurs chariots tracteurs chaque jour du 29 novembre jusqu'à la fin de la session d'hiver. Malgré l'annonce par le Premier ministre de l'abrogation des trois lois, les dirigeants agricoles affirment que plusieurs demandes doivent encore être satisfaites. Les dirigeants du SKM se réuniront samedi pour décider s'il faut poursuivre la marche du Parlement.

Le major Singh Punnawal, un chef agricole du Pendjab, a déclaré que plusieurs agriculteurs se sont rendus dans la capitale en train au lieu de prendre des chariots tracteurs. « Lorsque l'agitation a été lancée l'année dernière, beaucoup étaient venus aux frontières de Delhi dans leurs chariots tracteurs car ils devaient apporter de la nourriture ; ceux-ci ont également doublé comme zones de couchage. Maintenant, nous avons suffisamment de nourriture et de huttes sur les sites de protestation. L'acheminement d'un chariot tracteur jusqu'à la capitale est une affaire coûteuse, car le coût du carburant est de 5 000 à 7 000 roupies… »

https://images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png Lire |Sack MoS, rendre le MSP légal : les agriculteurs ont présenté six demandes au Premier ministre Modi

Vendredi après-midi, la foule sur le site de protestation de Tikri pourrait être vu d'aussi loin que la barricade policière à la station de métro. Des ladoos, des jalebis, des bananes et des collations étaient distribués tandis que les tracteurs entonnaient des chansons sur le mouvement des agriculteurs et beaucoup se sont mis à danser de façon impromptue.

Parmi les manifestants qui ont afflué ces derniers jours, il y avait de nombreux débutants.

Manpreet Kaur de Patiala, dont la famille est impliquée dans l'agriculture, a déclaré qu'elle avait pris un congé et est arrivée sur le site jeudi.
« J'ai toujours soutenu la manifestation, mais j'ai eu le temps d'être ici seulement maintenant&#8230 ;, ” dit-elle.

Surinder Kaur, qui est arrivé de Mansa le 24 novembre, a déclaré : « Il y a de la joie et de la tristesse que les lois soient abrogées – la tristesse que cela ait pris si longtemps. Vivre dans des chariots de tracteur ou rester debout quelques heures dans des trains à chaque fois que nous devons venir ici n'est pas facile », a-t-elle déclaré. Kaur, associé à BKU (Ugrahan), est sur le site de protestation à Tikri pour la cinquième fois.

Les semis de blé sont terminés, ce qui donne plus de temps aux agriculteurs pour être sur le site de protestation maintenant, a déclaré Gurmel Kaur, qui possède 20 bighas de terres à Malerkotla. Elle fait partie des 13 femmes de Malerkotla qui sont arrivées à Tikri pour la première fois au début du mois, sont rentrées chez elles, puis sont revenues pour marquer un an de manifestation.

« Nous pensions que Delhi était très loin. Avec les lois et les manifestations, cela ne semble plus si loin. Habituellement, seuls les hommes de notre village viennent sur le site. Ce mois-ci, nous avons décidé de venir aussi », a déclaré Savri Sarabjeet, arrivée avec les femmes de Malerkotla en signe de solidarité, bien qu'elle ne possède aucune terre agricole.

Certains aiment Jasmel Kaur de Mansa a déclaré qu'ils reviendraient samedi, étant venus à Tikri juste pour l'événement d'un an. “Nous resterons au moins une semaine”, a ajouté Sarabjeet.

Le haut dirigeant de la BKU, Gurnam Singh Chaduni, a déclaré : « Les trois lois n'ont pas encore été abrogées. Nous espérons que le gouvernement prendra également en compte nos autres revendications. »

Pendant ce temps, les agriculteurs du Pendjab ont reçu un accueil enthousiaste de la part des agriculteurs de l'Haryana jeudi et vendredi alors qu'ils marchaient vers les frontières de Delhi sur leurs chariots tracteurs, leurs bus, leurs voitures et leurs jeeps. Les agriculteurs de l'Haryana avaient également organisé le petit-déjeuner et le déjeuner ainsi que des bonbons pour eux. A Uchana, Jind et Gohana du district de Panipat, les fermiers de l'Haryana les attendaient pour les accueillir.

De Jind, une partie des fermiers du Pendjab s'est déplacée vers Singhu et le reste s'est dirigé vers la frontière de Tikri. Un villageois a déclaré : « Les véhicules ont continué à avancer vers Delhi toute la journée et les agriculteurs ont eu le même enthousiasme qu'il y a un an. »

Le major Singh Punnawal, un chef d'agriculteur du Pendjab, a déclaré à The Indian Express : « Cette fois, de nombreux agriculteurs ont également pris le train. Lorsque l'agitation a été lancée en 2020, un grand nombre d'agriculteurs étaient venus aux frontières de Delhi dans leurs chariots-tracteurs car cette fois ils devaient aussi apporter le matériel alimentaire mais maintenant nous avons des stocks suffisants là-bas. Auparavant, il n'y avait pas non plus de plan d'hébergement et les manifestants ont fait de leurs véhicules des maisons de fortune.

En outre, le chariot-tracteur est une affaire coûteuse car le diesel pour un aller-retour coûte entre 5 000 et 7 000 roupies. . Dans de telles circonstances, un grand nombre d'agriculteurs optent pour des trains et autres véhicules au lieu de chariots-tracteurs. »

Pendant ce temps, pour renforcer les liens entre les différentes communautés, un sammelan a été organisé jeudi à Ambala. Chaduni a déclaré : « Il y a des tentatives pour nous diviser sur la base de la caste. Nous avons organisé cet événement pour contrer de telles tentatives. Notre lutte est contre les capitalistes. »

📣 L'Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières nouvelles de Delhi, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.

© The Indian Express (P ) Ltd