Êtes-vous un « spécialiste » ou un « généraliste » ?

0
52

Mangez comme un oiseau : pour les mangeurs éclectiques comme les goélands, tout va du poisson au namkeen. (Source : Ranjit Lal)

Certains animaux et même certaines plantes sont de véritables prima-donnas lorsqu'il s'agit de ce qu'ils mangent, où ils vivent et à quoi devrait ressembler le climat s'ils veulent survivre. À l'autre extrême, il y a ceux qui s'en foutent : ils essaieraient n'importe quoi, s'adapteraient à n'importe quel environnement et toléreraient des conditions de vie hideuses. Les scientifiques les ont divisés en « spécialistes » et « généralistes ». Bien sûr, il existe de nombreux intermédiaires qui se situent entre ces deux extrêmes, mais rencontrons quelques-uns des vrais points d'interrogation et peu d'entre eux sont prêts à mettre à peu près n'importe quoi dans leur bouche et à avaler n'importe où.

LIRE AUSSI |Comment la nature déballe sa générosité

Quiconque a déjà essayé d'élever des chenilles dans l'espoir qu'elles finissent par se transformer en chrysalides puis en papillons saura que les chenilles se gaveront comme des gloutons, mais uniquement de leur marque de nourriture. Offrez-leur autre chose et ils préféreront mourir de faim plutôt que de grignoter. Il existe de nombreux autres points d'agitation dans la nature – dans l'ensemble, les herbivores ont tendance à être des spécialistes, bien qu'il y en ait beaucoup qui enfreignent les conventions.

Parmi les plus exigeants se trouve le panda géant – qui veut du bambou pour le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner et toutes les collations intermédiaires, et qui tire 95 % de sa consommation de bambou. Un autre exemple célèbre est le koala d'Australie, qui a un faible pour les feuilles d'eucalyptus et rien d'autre. Les feuilles d'eucalyptus sont vénéneuses et rejetées par tous les autres herbivores, à l'exception du koala, dont le ventre n'est pas contrarié par elles. images.indianexpress.com/2020/08/1×1.png

Maintenant, les feuilles d'eucalyptus n'apprécieraient probablement pas d'être mangées – même si c'était par un animal câlin – et, ainsi, travailleraient à renforcer ses poisons, tout comme le koala travaillerait à nier cela, déclenchant ainsi une sorte de bras course entre les deux. C'est en fait ainsi que les nouvelles espèces évoluent, à mesure qu'elles se spécialisent de plus en plus pour survivre. Alors que les carnivores ont généralement tendance à se servir de n'importe quel type de viande (y compris la pourriture), le lynx canadien exigeant ne voudra que des lièvres d'Amérique à sa table.

Bien sûr, il y a un inconvénient dangereux à cela : enlevez le bambou et où cela laisserait-il le panda géant ? Bien sur la voie de l'extinction. Si l'eucalyptus venait à disparaître soudainement, le koala le ferait aussi. Ils n'auraient tout simplement pas assez de temps pour s'adapter à un autre régime. C'est pourquoi de nombreux zoos ont du mal à nourrir des créatures exotiques têtues qui exigent des aliments de créateurs et rien d'autre. Les mangeurs difficiles auront besoin de territoires plus vastes que les mangeurs non difficiles, car seule une partie de leur nourriture préférée peut pousser dans une parcelle particulière. Mais c'est une dépendance effrayante et ne se limite pas seulement à khaana-peena !

De nombreuses espèces de plantes dépendent d'espèces particulières d'insectes pour les polliniser. Le grand banian, espèce clé de la forêt tropicale, possède sa propre espèce de guêpe, de moins d'un millimètre de long, qui fait ce travail. Si cette guêpe disparaissait (disons par l'utilisation imprudente de pesticides), le grand banian tomberait et, ce faisant, entraînerait éventuellement toute la forêt avec lui.

Être pointilleux peut être dangereux, mais cela a conduit à l'évolution de notre biodiversité déconcertante et étonnante, avec suffisamment d'espace pour tous.

À l'autre extrémité du spectre se trouvent les « généralistes ». Ceux-ci incluraient des beautés telles que les cafards, les rats, les chèvres, les limules et, bien sûr, nous-mêmes. Notre espèce peut manger n'importe quoi, vivre n'importe où dans n'importe quel type de climat – nous « nous adaptons ». Les limules, qui ont évolué il y a quelque 360 ​​millions d'années, ont une alimentation très variée et peuvent tolérer une large gamme de températures de l'eau, sans parler des faibles niveaux d'oxygène. Certains spécialistes semblent également changer de couleur : les goélands étaient censés être des mangeurs de poissons de mer, mais ils envahissent désormais les décharges et se disputent les offrandes de namkeen. Les ours d'Alaska, qui vivaient traditionnellement de saumon, de baies, de racines et de miel, ont maintenant découvert les joies de la restauration rapide dans les poubelles des banlieues, d'autant plus que leurs territoires sauvages sont de plus en plus envahis. Et certains « généralistes » comme nous se sont aussi spécialisés ! Les Inuits ne peuvent vivre pratiquement que de viande, de poisson et de graisse avec un peu d'algues et de baies à côté.

A LIRE AUSSI | Jim Corbett voudrait-il toujours qu'un parc national porte son nom ?

Grâce à leur nature éclectique, les généralistes ont tendance à avoir des populations plus importantes que les spécialistes et sont moins menacés de disparition. La surpopulation est plus leur problème. Je suppose que le meilleur compromis – et moyen de survie – serait de ne pas piquer une crise si votre plat préféré n'était pas disponible – mais d'accepter ce qui est de bonne grâce.

📣 L'Indian Express est désormais sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et rester à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières Eye News, téléchargez l'application Indian Express.

  • Le site Web d'Indian Express a été classé GREEN pour sa crédibilité et sa fiabilité par Newsguard, un service mondial qui évalue les sources d'information en fonction de leurs normes journalistiques.